Vieux Geek, épisode 87 : Bad Toys, le FPS le plus bizarre de l’histoire du PC :)

En 1994, les jeux vidéo intéressants sont développés pour MS-Dos, surtout quand le besoin de vitesse se fait sentir. Microsoft veut attirer les développeurs pour aider MS-Windows à sortir de son côté outil de travail, et propose alors des technologies comme WinG dont j’avais parlé dans l’épisode 10 de la série « Vieux Geek ».

Les développeurs de Tibo Software décident de proposer un clone de Wolfenstein 3D qui se passe dans un univers un peu déjanté, celui des jouets. Après tout, pourquoi pas ? En 1994, Bad Toys sort…

On peut récupérer la première version sur archive.org. Cette première version est en noir et blanc. Faut pas pousser non plus 🙂

Avec la sortie de MS-Windows 95, l’équipe travaillera une version améliorée qui verra le jour en 1998, appelée Bad Toys 3D. Les améliorations ? Des graphismes en couleurs, plus de niveaux et une ergonomie plus complète. Les niveaux semblent être aussi différents, et on peut obtenir la carte d’un niveau en cours. Ce qui est quand même pratique.

Autant montrer les deux versions en action. Attention, ça va piquer les yeux et les oreilles 😀

Entre les sons irritants, les personnages dont on peut penser qu’ils abusent de certains substances illicites, on se dit que ce FPS est vraiment déjanté. Mais l’est-il moins que Chex Quest dont j’ai parlé dans l’épisode 64 de la série Vieux geek en juillet 2016 ?

À vous de me dire !

7 pensées sur “Vieux Geek, épisode 87 : Bad Toys, le FPS le plus bizarre de l’histoire du PC :)”

  1. Pourquoi mes commentaires sont ils supprimés ?

    Que les commentaires de Phoneix soient supprimé, je l’entend parfaitement, il était temps. En revanche les miens sont bien plus constructifs et ils ne meritent pas une suppression sauvage.

    Je me suis un peu laché dans les réponses a Phoenix, ok j’avoue. Mais par la suite tout roule, merci de ne pas supprimer mes commentaires.

      1. C’est noté, je comprend bien. J’avoue que je me suis laché et que mes commentaires étaient limites aussi, mais circonstances exceptionelles on va dire.

Les commentaires sont fermés.