Vieux geek, épisode 83 : Microsoft OS/2 1.30, le dernier effort collaboratif entre le papillon et Big Blue…

Avant de dire que j’ai fumé quelques substances illicites, il faut se souvenir de l’histoire mouvementé d’OS/2, qui survit de nos jours avec le projet Arca Noae.

1987 : Microsoft et IBM voyant que les limites du QDOS revampé par Microsoft en MS-DOS atteint ses limites, les deux entités se mettent au travail pour produire le successeur qui sera OS/2. Décembre 1987,OS/2 1.0 sort et n’est au final qu’une simple interface texte, même si le multitâche tant recherché par IBM et Microsoft est disponible.

Novembre 1988 : c’est la sortie d’OS/2 1.1 qui propose une interface graphique, Presentation Manager (qui a quelques ressemblances à ce que sera MS-Windows 3.0x en 1990)

Novembre 1989 : au tour d’OS/2 1.2, qui propose un système de fichier moderne, le HPFS, et dépasse la limite des 8+3 caractères pour les noms de fichiers.

1990 : des dissensions se font sentir entre les deux acteurs. MS-Windows 3.0 est sorti et son interface graphique proche de celle d’OS/2 fait du mal à IBM.

1991 : c’est la sortie d’OS/2 1.30.x, et la rupture est consommé entre les deux acteurs. Microsoft garde le code prévu pour OS/2 3.0 (qui deviendra MS-Windows NT comme évoqué dans ce billet vieux geek de février 2016), et IBM se lance à corps perdu dans le développement de sa version d’OS/2 2.0, qui contrairement à la génération 1.x sera 32 bits.

J’avais toujours eu envie de mettre la main sur la version Microsoftienne d’OS/2. En fouillant un peu, j’ai pu trouver quelques pépites : MS-OS/2 1.30.1 et des versions de MS-Word et MS-Excel pour OS/2.

Outre le fait que l’installation est particulièrement longue et laborieuse, il faut jouer au grille pain avec les diverses images de disquettes en serrant les fesses pour que tout aille jusqu’au bout.

L’écran de démarrage :

Le formatage de la partition :

Après une séance de jonglage avec les disquettes 🙂

L’installation de MS-Word… Rustique, non ?

Et celle de MS-Excel un peu plus agréable 🙂

Dans mes recherches, j’ai été infoutu de trouver des versions françaises des logiciels pour OS/2 🙁

Pour montrer les parentés visuelles, j’ai installé aussi une machine virtuelle avec un MS-Windows 3.0x, et des versions de MS-Word et MS-Excel dévolue à MS-Windows 3.0x…

Y a pas à dire, il y avait quand même des liens de parentés… Et dire que cela remonte à un quart de siècle déjà… Souvenirs, souvenirs 😀

5 réflexions sur « Vieux geek, épisode 83 : Microsoft OS/2 1.30, le dernier effort collaboratif entre le papillon et Big Blue… »

  1. J’ai préféré l’épisode sur warp 3.0, le truc sorti en catastrophe et que personne n’a vraiment compris…Là, ça fait toujours vieillot par rapport à la pomme de l’époque et comme en plus IBM ne vendait plus autant, personne ne voulait l’installer sur un compatible. Bilan, il a rejoint d’autres os novateurs dans les oubliettes.

  2. En effet, la filiation de Windows NT avec OS/2 est tres marquée.
    A l’époque quand on utilisait le kernel debugger ou lors de l’analyse de dump mémoire avec Windows NT et jusqu’à NT2000 inclus on voyait encore OS/2 dans les trace, aprés je n’ai pas eu l’occasion de regarder.
    Pour moi ce qui a surtout desservi OS/2, c’est surtout qu’IBM n’y croyait pas et que le marketing à été trés (mais alors trés) mauvais malgré que Microsoft n’ai quasiment rien eu à proposer pendant plus de 3 ans.

  3. Tu n’en a pas marre avec tes vieux trucs de l’an zéro.
    A pis au passage tu n’en pas marre de critiquer toute les distributions sans même les essayer ailleurs que dans une machine virtuel.
    Parce qu’on ce fait un meilleur idée de la distributions quand on l’a installé en dur.
    Arrête de casser du sucre sur des gens qui font avancer les choses.
    Toi tu ne fait que de la polémique et tu te pose en bon conseilleur.
    Arrête je me marrre.
    A pis l’épisode où tu stoppais tout, ben on vois bien tu es encore là, c’est juste pour faire le buzz.
    Passe à autre chose le vieux!!!!!!

    1. Un commentaire tout en amour et qui ne ressemble pas à un disque rayé. Comme cela fait plaisir. À propos, tu n’as rien d’autre à sortir que des arguments qui empestent tellement la naphtalite qu’un masque à gaz est nécessaire pour survivre à la lecture de ta prose ?

Les commentaires sont fermés.