Siduction 17.1.0 : que devient la fille de l’Aptosid ?

Il y a des distributions GNU/Linux qui font peu parler d’elles, que ce soit en bien ou en mal. La Siduction est dans ce cas. La Siduction fait partie de la famille des rolling release, qui est au final assez peu peuplée.

En dehors de la famille des Archlinux et Manjaro Linux (et leurs cousines Chakra et KaOS), des Gentoo Linux, Funtoo Linux et Calculate Linux (pour les distributions sources), de la PCLinuxOS (pour une base en RPM), de la Void Linux et des semi-rolling comme la très bonne Frugalware Linux, il n’y a pas grand chose à se mettre sous la souris.

Sauf erreur de ma part – et vous me corrigerez dans les commentaires – rien dans le monde Debian GNU/Linux mis à part la Siduction. Je n’ai que rarement parlé de cette distribution. La dernière fois, c’était en décembre 2012 🙂

Oui, je sais, plus de quatre années, c’est énorme pour le logiciel libre, j’ai donc voulu savoir ce que devenait la Siduction. L’annonce de la sortie de la version 17.1.0 de la distribution a été un occasion en or. Il faut noter que la distribution a décidé elle aussi de débrancher la prise pour le support du 32 bits.

On apprend que l’équipe a profité de l’arrivée du gel de la Debian GNU/Linux Stretch qui sortira – ou sera sorti – vers août ou septembre 2017 pour proposer sa nouvelle image ISO. Car vous l’aurez compris, comme la plus que célèbre Ubuntu, la Siduction se base sur sid, la branche de développement de Debian GNU/Linux.

J’ai donc récupéré la saveur avec Mate-Desktop, et j’ai lancé mon ami VirtualBox en lui proposant une machine virtuelle avec 2 CPU virtuels, 2 Go de mémoire vive dédiée et 128G de disque pour voir ce que nous propose la Siduction.

Comme la plupart des distributions GNU/Linux modernes qui démarrent en version live, elle propose le choix de la langue. C’est très agréable de la part des développeurs, et c’est notable.

Après un démarrage relativement rapide, on se retrouve avec un Mate-Desktop brut de décoffrage. L’ancien installateur qui était basé sur une interface web a été remplacé par… Calamares. Encore une victoire du céphalopode ? 😉

Autant dire que l’on peut penser que les développeurs ont voulu alléger leur charge de travail en reprenant un outil qui a fait ses preuves depuis pas mal de temps maintenant. En dix minutes l’installation est pliée, et on peut passer à la suite.

C’est alors que j’ai fait chauffé mon enregistreur de vidéo.

D’accord, je l’avoue, j’ai voulu tester l’UEFI car je ne l’avais pas fait auparavant. La surprise a été des plus agréable, et au final, que ce soit en mode bios ou UEFI, on a une distribution tout autant utilisable dans les deux cas. Même si Simple Screen Recorder m’a fait un « caca nerveux » après le kernel panic suite à la première tentative de lancement en UEFI.

La traduction est presque parfaite, et il suffit de passer 30 secondes dans Synaptic pour rajouter les paquets manquants. L’ensemble logiciel est assez frais. Seuls points noirs ? L’absence de Synaptic, de LibreOffice dans l’installation de base et l’ajout des additions invitées de VirtualBox qui m’a fait un peu galérer, mais c’est par manque d’habitude.

Certains pourront dire que c’est tricher de proposer une version alors que l’équipe de Debian GNU/Linux concentre ses efforts sur la stabilisation et le débogage intense de la Stretch. L’équipe de Siduction aura donc – eu ? – plusieurs mois de tranquillité avant l’ouverture des vannes et l’arrivée en flux constant des nouveautés quand le développement de la Debian GNU/Linux 10 sera – ou aura été – ouvert.

Si vous ne jurez que par les paquets deb et que vous voulez faire du rolling release, alors Siduction sera votre alliée. C’est du très beau boulot, et ça fait plaisir à voir !

15 réflexions sur « Siduction 17.1.0 : que devient la fille de l’Aptosid ? »

        1. Frédéric voulait dire que la testing ne bouge pas beaucoup durant le freeze car seuls les corrections de bug peuvent y entrer donc les logiciels ne sont pas mis à jour.

  1. Salut,

    Du côté des rolling release, il y a aussi Solus que je trouve plutôt très stable. Il y a évidemment quelques soucis (Alt+Tab approximatif chez moi) et un centre de logiciel qui mériterait d’avoir des traductions. Mais le support de steam et des jeux est très bonne. Les logiciels disponibles est largement suffisant à mon avis.
    Voilà, voilà, c’était mon petit message à caractère informatif absolument indispensable…

  2. Salut Fred,
    J’ai vu de la lumière dans la boutique que je croyais fermée alors je suis entré.
    Je ne jurais que par la testing avant mais j’ai souvent eu des bugs qui mettaient plusieurs jours ou semaines à être corrigés et c’est pourquoi je lui préfère la Sid.
    Entre Stable+backports et Sid je trouve que testing a peu d’utilité (si ce n’est moins besoin de faire des sauvegardes souvent.

    Siduction m’a toujours fait bon effet mais je ne me souviens plus bien : dépôts debian Sid ou siduction?

  3. Mais quel plaisir de te retrouver dans des tests moins austères, moins gueulard, moins rabaissant, punaise enfin celui que j’ai connu au début…

    Je suis pas fan de cette distribution, elle est bien mais en fin de compte, tu prends une SID et c’est pareil. Sinon c’est effectivement un peu con de pas avoir de libreoffice des la fin d’installation mais tu ne gueules pas, c’est cool…

    J’ai cru voir dans les outils, le rapport de bug du nom de siduction, est ce le rapportbug de debian qui envois a debian, ou est autre chose (lien vers un bugzilla ou autre)?

    Dommage tu ne parles pas de cette distribution, qu’est elle exactement, une sid modifié, une pure sid, avec ou sans depots ajoutés, …?

    Pour ce qui est des pilote, les depots nonfree et contrib sont ils activés?

    Un petit test plaisant, comme quoi tu arrives a entendre ce que l’on te dit.

    Amicalement

    1. Rabaissant ? J’ai décidé que les distributions de merde, ce serait une ligne ironique dans un billet en vrac’. Point barre.

      La Sid ne propose pas Calamares pour l’installation, pas du 100% identique. Du moins, pas au poil de cul de chameau près.

      C’est – sauf erreur de ma part – une Sid avec contrib et non-free activé. Je n’ai pas regardé le /etc/apt/source.list, mais on est loin des usines à gaz comme des AVLinux qui multiplie ad-nauseam les dépots tiers.

      Quant à entendre ce que l’on me dit, tant que c’est exprimé courtoisement… Mais si une distribution sérieuse fait un jour une connerie, je ne me retiendrai pas de le dire.

  4. Salut Fred,
    Pour cette Siduction, il me semble qu’il doit y avoir un dépôt siduction en plus dans le sources.list.
    Ne serait-ce que pour les kernels qui ne sont pas ceux de Debian, mais d’un des devs, towo il me semble. Plus aussi pour les « fix » qui sont censés apporter très rapidement un correctif quand il y
    a quelque chose qui ne va pas dans sid.
    C’était déjà le cas dans Aptosid, qui est « dormante » actuellement.
    Pareil pour la devancière, Sidux.
    Et même chose pour celle qui est à l’origine de celles-ci: Kanotix.
    C’est avec cette famille de distros Allemandes que je suis venu à Linux. Kanotix, en 2005.
    Kanotix, Sidux, Aptosid et maintenant Siduction ont toujours été de bonnes distros, apportant un
    réel plus par rapport à une pure Debian Sid.
    Elles n’ont jamais été de réels forks, mais des Debian Sid « facilitantes ».
    Un peu comme Salix pour Slackware.
    Après, quand on connait un peu cette famille, on peut dire qu’il y a eu quelques « clash » au fil des années entre les développeurs. Surtout la séparation Aptosid/Siduction.
    Des gars qui ont du talent, mais un peu soupe-au-lait ……

    1. Je n’avais pas pensé à certains paquets comme le noyau spécifique. Mea culpa.

      Aptosid est déclaré comme dormante sur Distrowatch, je dirai plutôt coma avancé.

      Kanotix, ça me dit quelque chose, en effet. Toujours en vie apparemment. Sinon, le talent est souvent accompagné d’un caractère que l’on pourrait qualifier de… porcin 😀

      1. Pour Aptosid: elle est toujours utilisée, mais plus d’isos depuis des lustres. A un moment, il y a
        eu un gros désaccord entre slh ( Stefan Lippers-Hollmann) leader du projet, et son équipe de devs. Ils sont tous partis pour fonder Siduction.
        Slh s’est retrouvé tout seul avec sa distro, et elle a plus ou moins sombré.
        Avant, c’était Sidux, même équipe, slh et les autres. Il y a eu un soucis au sujet du nom « sidux »
        qui explique la nouvelle appellation Aptosid.
        Et au début de tout, Kanotix, fondée par Jörg Schirottke (Kano). Avec la même équipe, slh et les autres. Kanotix a longtemps été basée sur Debian Sid. Quand Kano a décidé de baser sa distro sur
        Debian Stable, ils se sont séparés « en douceur ».
        Kanotix est toujours active, en effet, basée sur la version stable de Debian, on en entend plus parler.

        1. L’absence de nouvelles images ISO peut laisser des doutes sur la vivacité de l’Aptosid.

          Je me souviens de l’époque du renommage de la Sidux vers l’Aptosid. Ensuite, les querelles de personnes…

          Pour la Kanotix, il y a des images ISO qui datent de 2016 à ce que j’ai pu voir sur le site.

          1. Pour Kanotix, il y a des isos nightly, donc régénérées tous les jours.
            http://debian.tu-bs.de/project/kanotix/pxe/iso/

            Pour Aptosid, oui, c’est pas bon.
            Je sais qu’il y a toujours des « fans », ils installent une pure Debian Sid, puis ils ajoutent
            le/les dépôts Aptosid qui sont toujours maintenus.
            Querelles de personnes, oui, « d’ego » surtout je pense. Je ne sais pas du tout ce qui s’est passé.
            Après, pour moi, leur histoire, ce sont des souvenirs. J’ai utilisé leurs distros, c’est par eux que je suis venu sur Linux et que j’y suis resté.
            Je suis passé à autre chose, ArchLinux depuis quelques semaines, grâce à tes conseils et
            à Arch-Anywhere. Et je ne suis pas déçu du tout !!!

  5. Je suis un peu comme « gempaouindo » j’utilise une « Sid » qui ressemble à peu de chose à la Siduction et pas de soucis particuliers.
    A pluche.

Les commentaires sont fermés.