Confession d’un amateur de musique, épisode 10 : ma découverte de la Renaissance Folk-Rock avec Blackmore’s Night.

Si j’aime les musiques qui vous décapent les oreilles à grand coup de guitares saturées, de chants gutturaux et de rythmes de batterie presque inhumains à cause de leur complexité, j’aime aussi le strict opposé.

Le groupe qui m’a fait découvrir la musique folk-rock avec des ambiances de la Renaissance, c’est le dernier projet musical d’un guitariste aussi talentueux que son caractère est porcin. J’ai nommé Richard Hugh Blackmore, qui fêtera ou aura soufflé ses 72 bougies le 14 avril 2017.

C’est un groupe qu’il a fondé en 1997 avec celle qui allait devenir sa troisième épouse, Candice Night. Après avoir exploré le hard-rock classique et fait des expérimentations avec Rainbow, il se lance dans la musique folk-rock inspiré des ambiances de la Renaissance. J’ai découvert le groupe sur le tard, après la sortie de l’album Autumn Sky en 2010, dont voici un de mes titres préférés, même si je préfère avec le recul l’album « Ghost of a Rose ».

Cela m’a permis de découvrir d’autres groupes dans le domaine, dont le groupe désormais dissous, Kindlewood.

Si on rajoute des ambiances celtes, on peut penser au deuxième album de Caitlin Grey, « The Promise », dont j’ai parlé plus longuement en décembre 2016.

Il y a aussi le groupe de Lorraine and the Bordelands, mais ce sera le cadre d’un autre article 🙂

Ça fait du bien un peu de douceur parfois, non ? 🙂

Allez, bonne journée !

4 réflexions sur « Confession d’un amateur de musique, épisode 10 : ma découverte de la Renaissance Folk-Rock avec Blackmore’s Night. »

  1. Connais pas cet album mais vais m’y précipiter (aaaah blackmore et ses solis mollos (rapport à certains branleurs de manches) … Merci d’être de retour Fred (je veux pas polémiquer rapport à d’autres branleurs de clavier).
    **Long life to your blog** (je me mouille pas en t’apportant mon soutien dans cette rubrique mais sache que l’on est nombreux à aimer tes chroniques)

Les commentaires sont fermés.