Vieux geek, épisode 74 : Microsoft Works, la « suite bureautique du pauvre ».

Avec l’arrivée de la version 95 de Microsoft en 1995, l’informatique commença vraiment à se démocratiser. Acheter un ordinateur royalement équipé d’un Pentium à 75 Mhz coutaît dans les 8 à 10 000 Francs (1200 à 1500€), il fallait parfois sortir une somme rondelette pour avoir une suite bureautique comme Microsoft Office.

J’ai parlé dans l’épisode 72 de la série de Microsoft Office 4.x. Il y avait toujours la possibilité d’avoir un(e) ami(e) qui pouvait vous fournir une version pas franchement officielle… Et parfois un brin vérolée…

Sinon, il y a la « suite bureautique du pauvre » proposé par Microsoft, Works. Ce logiciel a existé sous MS-Dos, Mac et MS-Windows, durant près de 20 ans, de 1988 à 2007. Après avoir fait quelques recherches, j’ai pu trouver la version 4.0 sortie en même temps que MS-Windows 95… Attention, l’écran d’installation pique les yeux 🙂

Une fois l’installation terminée, au premier chargement, on avait l’option d’avoir une présentation générale du logiciel. Encore une fois, ça pique les yeux !

On pouvait accéder à des modèles ou encore un module de traitement de texte, un tableur, de quoi faire quelques bases de données et même de quoi envoyer des documents par réseau téléphonique. Mais le mieux est de vous montrer le tout en action.

Même si c’était un logiciel très limité, il permettait de faire des documents basiques… Avec un meilleur rendu que MS-Office par moment 🙂

On était loin de ce que pouvait proposer Microsoft Office, mais combien de personnes pouvaient vraiment dire qu’elles tiraient vraiment avantage de la suite bureautique complète de Microsoft ?

Un tel type de logiciel manque de nos jours, mais les suites bureautiques classiques sont désormais plus abordables, donc… 🙂

7 pensées sur “Vieux geek, épisode 74 : Microsoft Works, la « suite bureautique du pauvre ».”

  1. Ce fut en effet ma première suite bureautique sur Windows 95 et celle sur laquelle j’ai rédigé mes rapports de stage… Ça me suffisait bien jusqu’à ce que j’ai des données un peu plus costauds à traiter.
    Mais après c’est devenu du grand n’importe quoi et la seule suite que j’ai trouvé novatrice a été GoBe Productive sur BeOs R5
    Pour les autres, même libres, on conserve la structure du vénérable office.

  2. Ah, Works… Partant pour un petit témoignage ? 😉

    J’ai, pour ainsi dire, grandi avec : pendant des années, mon père faisait de la compta pour des associations avec. Il a longtemps utilisé la version 2 pour DOS (à cette époque, j’ai développé une sorte d’allergie pour le mode texte et ses couleurs : beige sur fond bleu ; depuis, ça s’est calmé), même après avoir pourtant acheté la version 3 pour Windows 3.1. C’est là qu’on a découvert ce gag typiquement microsoftien, en cela que les différentes versions des logiciels de la firme n’utilisaient pas de formats de fichiers compatibles entre elles ! Du coup, il fallait à chaque fois faire des « Enregistrer sous → Works pour Windows 2/pour DOS », pour pouvoir les ouvrir correctement sur la version DOS de Works. Ensuite, il a utilisé la version 4 pendant bien 10 ans (et moi aussi, quand j’ai pu avoir mes propres PC perso, après avoir récupéré son ancien 486). Même topo : il devait enregistrer ses fichiers au format Works 2 (au boulot, il utilisait un très vieux portable 286 à écran monochrome tournant sous DOS 5, mais sur lequel j’ai pu installer Windows 3.1 après). Heureusement, il n’utilisait aucune fonction spécifique à Works 3, puis 4, pour que ça pose un problème.

    Jusque-là, Works restait un logiciel intégré comme peut l’être LibreOffice de nos jours (je pense que la comparaison dont tu parles dans la vidéo s’arrête là). C’est bien plus tard que j’ai pu découvrir Works 6, qui était devenu méconnaissable ! Plus de logiciel « tout en un » : chaque module ouvrait une fenêtre d’application indépendante. Le seul reliquat de l’ancien intégré était le Lanceur de tâches, mais son lancement était tellement devenu optionnel que je m’en suis personnellement jamais servi (en plus, j’avais pu acquérir une licence étudiant de MS Office 2000 Premium… Et pour info, mon Compagnon Office préféré n’était pas Trombine, mais Tifauve, le chat orange).

    Très étrangement, quand j’ai acheté mon PC portable actuel, en juillet 2009, Works 9 (identique à la version 6 : on voit que déjà, MS l’avait abandonné en pratique…) était préinstallé avec le Windows Vista fourni avec la machine. Là encore, logiciel éclaté… Un truc que j’ai pas aimé avec ces dernières versions, c’est qu’elles… avaient perdu des fonctionnalités (et des options de personnalisation) par rapport aux versions 4.x ! Une vraie régression ! Du coup, je l’ai pas utilisée, préférant installer mes logiciels Office 2000, pour ensuite passer à OpenOffice.org fin 2009, et finalement basculer sur LibreOffice dès sa sortie, et sur lequel j’ai fini par faire passer mon père il y a quelques années.

    Un mot plus détaillé sur les formats de fichiers : faut rappeler ce gros f××age de g××ule de la part de MS, qui n’était donc pas fichu de rendre compatibles ses divers formats de fichiers bureautiques entre ses différents logiciels, ni même entre différentes versions d’un même logiciel donné ! La preuve : on a sur LibO du « Word 6/95 », puis du « Word 97/2000/XP/2003 » pour la même extension « .doc » ; idem pour Excel. Quant à Works… Jusqu’à la version 4.x, c’était WPS pour le texte, WKS pour les tableurs (une feuille : les onglets n’existaient pas, contrairement à Excel), WDB pour les bases de données (qui ne ressemblaient en rien à ce qu’Access proposait, étant plutôt une sorte de tableur amélioré) et WCM pour les communications. Je sais plus l’extension utilisée pour les textes de Works 6-9, mais le tableur a alors adopté l’extension XLR. Vive les formats fermés…

    Maintenant, on n’utilise plus du tout Works, ici. Mais on a toujours des tonnes d’archives sous ces formats. Par chance, LibreOffice est capable d’ouvrir les fichiers Works, ce qui permet de les réenregistrer dans un bon format d’aujourd’hui (OpenDocument ou rien !!!) ; quand les versions actuelles de Word et Excel en sont incapables. J’espère que ça durera longtemps.

    Voilà, c’était ma « petite » contribution (plus longue que l’article lui-même, je sens… XD). Mais c’est dommage que MS l’ait abandonné si salement : c’était une bonne alternative peu chère à la suite Office hors de prix, pour un usage, certes basique (mais combien de devoirs pour le collège et le lycée ai-je rédigés dessus !), mais suffisant pour qui ne sait toujours que faire des super fonctions qu’on vante tant sur ses grands frères.

    1. Zut, j’oubliais : Works 2 pour DOS avait un super didacticiel (je préfèrerai toujours ce terme à celui de « tutoriel », en français) que j’ai entièrement parcouru du début à la fin (et il comprenait environ une cinquantaine de leçons ! Mais j’avais 12-13 ans… Quoique même 20 ans plus tard, je pourrais encore m’amuser à le refaire !). J’ai aussi fait celui de Works 3 pour Windows 3.1, mais je suis pas sûr de l’avoir terminé, celui-là. Ceci dit, c’était bel et bien une époque où MS n’avait visiblement pas de graphistes dignes de ce nom (les visuels présents dans les écrans valaient bien ceux de la présentation de Works 4 que tu montres dans les captures et la vidéo)… Ils étaient plus doués pour franciser leurs logiciels. Aujourd’hui, ce serait plutôt l’inverse, malheureusement…

  3. « Un tel type de logiciel manque de nos jours »

    D’autant que sur le front des suites bureautiques, c’est quand même Waterloo morne plaine. Hors MS-Office et LibreOffice/OpenOffice, y a plus grand-chose à se mettre sous la dent, mis à part le trio Pages/Numbers/Keynote qui formait anciennement iWorks sous MacOS. Comme autre acteur historique de ce type de logiciel, Corel propose encore ses WordPerfect et Corel Office, mais comme la plupart des autres suites, c’est devenu plus que confidentiel, et surtout quid de la francisation de ces alternatives.

    1. Il y a eu une certaine « rationalisation » dans ce domaine, c’est certain. C’est dommage, car il est vrai que le choix est plus que limité de nos jours.

      Et je ne serais pas étonné de voir Corel annoncer la fin de WordPerfect.

Les commentaires sont fermés.