En vrac’ mercurien.

Un rapide en vrac’ mixte de milieu de semaine, plus que matinal… Ça arrive !

Commençons par le logiciel libre :

Côté musique et livre ?

Voila, c’est tout pour aujourd’hui et bonne journée.

20 pensées sur “En vrac’ mercurien.”

  1. Me suis fait eu, je pensais la antix-mx16 inutile (voir un précédent commentaire dans l’article idoine) comme bon nombre de distros puisque ne proposant pas forcément grand chose d’autres, je me suis ravisé en retentant l’expérience et depuis elle est toujours sur mon poste, un régal d’utilisation de tous les jours (au même titre que la DFLinux elle-même moins gourmande que la antix). Y’a pas à dire, quand les choses sont bien faites et avec goût, ça fait plaisir.
    Je vais voir ce que donne cette antix 16.1 « pure » du coup et merci à toi pour cette belle découverte.

  2. J’ai testé la kissOs sans souci, c’est un peu déroutant le menu Fluxbox mais je pense qu’il faut une certaine période d’adaptation, par contre c’est un peu noir du coté des fonds d’écran et je trouve que cela manque un peu de couleurs.
    A pluche.

  3. J’ai testé aussi Arch Anywhere et je dois dire que je n’ai eu aucun probléme pour installer cette archlinux, bon c’est vrai j’ai installé le minimum mais je dois dire que cela m’a réconcilié avec Arch.
    Je suis encore trop inexpérimenté pour pousser plus loin mais il y a de l’espoir.
    A pluche.

  4. J’ai testé également Arch Anywhere (en machine virtuelle pour l’heure), et mis à part un « semi-bug » sur certaines barres de progression, c’est passé comme une lettre à la poste avec l’installation d’un bureau Mate. Je le garde sous le coude, je sens que je pourrais m’en servir en dur.

  5. Je parlais bien d’une antix mx.
    Cette dernière m’ayant au final plu (mise à jour pas trop fréquente, pas trop gourmande, thème plaisant, mx outils au final bien pratique, solide et facile vu que debian), je pensais testé la antix non mx, voilà ce que je voulais dire.
    Et oui, la version mx est légèrement plus gourmande qu’une dflinux en ressource au démarrage car plus de services lancés certainement mais j’aime énormément cette dflinux aussi, tellement bien fichue.

  6. C’est ce que j’expliquais lors du billet sur la MX Linux. Je ne sais pas d’où vient la confusion mais il y a Antix d’un côté et MX de l’autre. Pas de Antix MX. Le bureau n’est pas le même et leur lien c’est l’utilisation de certains outils sur la MX qui sont issus de Antix vu qu’une des personnes à l’origine de la MX est la même que pour Antix.
    Maintenant leur développement n’est pas lié, le besoin en ressources matériels n’est pas le même (Antix est très légère et MX pas trop lourde 😉

      1. Peux-tu me dire en quoi ça complique les choses? Ce ne sont pas les mêmes personnes qui travaillent sur Antix et MX, elles ne visent pas le même public, logique qu’elles aient un nom différent. Je ne vois pas trop où tu veux en venir…

        1. Les deux distributions sont quand même proches. Si on regarde le site officiel de la MX, la première phrase est : « MX Linux is a cooperative venture between the antiX and former MEPIS communities, using the best tools and talents from each distro. »

          https://mxlinux.org/

          Les deux distributions restent proches et peuvent préter à confusion, ne serait-ce qu’à cause de l’installateur commun.

  7. Pas les mêmes mais téléchargeable sur le même site, celui d’antix meuh bon c’est de la bonne came, enfin la MX, l’autre je sais pas encore.

  8. Pour le arch-anywhere, outre la faute de typo (releaased au lieux de released -erreur du site et non du blog-) je tombe sur un 403 quand je souhaite consulter les notes de version sur le site.

  9. Je suis en train de tester la Arch-Anywhere : diantre ! Véritable distribution qui mérite un coup d’œil, même en machine virtuelle…
    Juste un bug constaté quand on veut partitionner manuellement l’engin : impossible de sortir de cette satanée boucle indiquant que l’espace de la partition boot est trop petite !!!
    Sinon, c’est du beau boulot qui va faire du tord – partiellement – à Manjaro. On verra ce que l’avenir nous réserve…

    1. C’est un installateur, comme précisé dès la phrase d’introduction de la page d’accueil :

      The Arch Anywhere ISO contains an automated install script giving you the ability to install a fully custom Arch Linux system in minutes.

      Qu’on peut traduire par :

      L’ISO d’Arch Anywhere ISO contient un script d’installation automatisé vous offrant la possiblité d’installer une Archlinux complète et personnalisée en quelques minutes.

Les commentaires sont fermés.