Il faut savoir rester réaliste et s’arrêter au meilleur moment :)

Désolé pour les personnes n’étant pas intéressées par les billets sur l’auto-édition, mais cette fois, c’est un billet qui ne parlera d’aucun lobby sur le réseau à l’oiseau bleu. C’est juste une note de passage.

Je précisais dans un article du 6 novembre 2016 ceci :

[…]
Je travaille depuis le début de l’année 2016 sur un projet qui s’appelle « Allez sans rancunes » qui d’un petit projet qui a pris du poids. J’ai déjà publié sur Atramenta les trois premières parties, qui couvre des chroniques cyniques et je l’espère humoristique pour les périodes de Janvier à Mars, Avril à Juin et Juillet à septembre.

Début 2017, je publierai une version regroupée sur Amazon (et Kobo ?) en complément des 4 parties sur mon espace Atramenta. Je pense que je mettrai le tout à 0,99€ au pire. De quoi financer en 4 à 5 millénaires un appartement dans le XVIe à Paris, non ? 🙂

Sur ce plan, rien n’a changé. J’ai aussi récemment posté le brouillon terminé à 75% (en ce 30 novembre 2016) de la première partie d’un projet de trois « tomes » qui traîne dans les méandres de mon cerveau depuis 1995. Oui, plus de 20 ans, c’est long 🙂

Comme je l’ai précisé dans un billet « en vrac' » du 19 novembre 2016 :

[…]
Un peu d’autopromotion : je viens de mettre en ligne un projet en cours de rédaction qui normalement devrait être finalisé pour février 2017. Son nom ? « Trois femmes : Marie ». Oui, ce sera un texte un peu plus romantique que mes précédentes productions 🙂
[…]

J’espère arriver à tenir le rythme, et normalement, pour février 2017, il sera disponible en accès libre sur Atramenta et à 0,99€ sur Amazon. Soyons fou, osons demander un prix démesuré 😉

De ce projet, j’avais déjà écrit le tome central dans une première version en 1995 franchement indigeste avec le temps et que j’ai pu récupérer avec un logiciel d’OCR.

J’ai toujours l’histoire d’origine qu’il faudra que je réécrive et que je réadapte. Ce qui me fera gagner au moins deux bons mois sur le planning des six mois que je peux consacrer à un roman d’une centaine de pages environ.

Donc, si tout se passe bien, courant août ou septembre 2017, le tome central de mon projet sera en ligne, toujours selon le même principe de double publication sur Atramenta et Amazon.

Le troisième tome qui est encore à l’état d’ébauche sortira en février ou mars 2018. Ce qui sera la date de fin de ma carrière d’auteur auto-édité. Car je suis réaliste. Même si j’ai déclaré que j’écris pour la plaisir, il est souvent nécessaire de savoir s’arrêter au bon moment. J’ai déjà eu mon bâton de maréchal ou mon heure de gloire pour rester dans le monde civil en 2014 quand Larousse m’a fait signé un contrat d’édition.

Donc, j’arrêterai de vous casser les oreilles avec l’auto-édition et ma carrière d’écrivain amateur par la même occasion. Une bonne nouvelle, non ? 🙂

Je pense que d’ici la fin de cette période de plus d’un an, l’écrit aura pris une autre place dans ma vie, largement plus bénéfique sur le plan financier que l’auto-édition. Mais sur ce point, je reviendrai quand le temps sera venu.

Bonne continuation 🙂

5 pensées sur “Il faut savoir rester réaliste et s’arrêter au meilleur moment :)”

  1. Salut Fred,

    Je te souhaite le meilleur pour tes projets notamment dans l’écriture et qu’ils puissent cette fois si te permettre d’en vivre.
    Petite question au passage : qu’utilises-tu comme logiciel d’OCR ?

  2. Tu le sais Fred, tu auras toujours derrière toi tes fidèles lecteurs pour t’encourager alors bon courage pour tes projets. On sera là !
    Quand à rester réaliste, c’est sans doute une grande qualité qui manque à bcp de personnes (auteurs, blogueurs…….) dans ce milieu de l’autoédition où les rêves vont plus vite qu’ils ne démarrent. En brûlant les étapes ces personnes vont droit dans le mur.
    Perso, je préfère privilégier la qualité à la quantité car une purge s’impose dans ce milieu au vu de trop nombreux livres de moindre qualité pour rester polie.

Les commentaires sont fermés.