Ah, les distributions GNU/linux parfaites… :)

Je le savais, je n’aurai pas dû faire le billet sur la distribution au caméléon. Les commentaires ouverts jusqu’au 27 novembre 2016 sont une incitation à vider un champ de maïs entier pour en faire du pop-corn.

Je me doutais que j’allais ouvrir la boite de Pandore – toute proportion gardée bien entendue – mais je ne pensais pas que cela irait aussi loin.

Donc, tout en écoutant du métal industriel russe – oui, ça existe – et en me tâtant de manière symbolique sur l’achat du dit album, je rédige ce billet alors qu’il reste en ce dimanche 20 novembre 2016, une grosse semaine d’ouverture de commentaires.

Mais j’ai eu envie de faire un petit billet qui sera qualifié de troll par mes détracteurs et de reflexion intéressantes par les autres personnes. Sans vouloir m’avancer, donc une proportion de 80/20 en faveur de mes détracteurs 😉

En réfléchissant à la vingtaine d’années que je viens de passer sur le plan informatique, depuis ma découverte de Linux (oui, j’utilise volontairement une métonymie pour ne pas jouer le pédant informatique) avec une Slackware en 1996, je me suis aperçu d’une chose : la perfection en terme de distribution informatique, ça n’existe pas !

N’en déplaise à des personnes qui considèrent que je me comporte comme un adolescent attardé qui veut toujours le dernier mot.

On va me sortir : « Ouais, tu va encore nous la jouer vieux de la vieille qui a tout connu ». J’ai un peu de bouteille. Expression étrange pour une personne qui est malade comme un chien avec seulement une coupette de champagne.

Oui, j’ai connu l’époque où Mandrake Linux venait de naître. Où l’on devait se battre pour faire reconnaitre la moindre imprimante. Ou un noyau de développement, le noyau linux 2.1.44, qui mangeait des systèmes de fichiers au petit déjeuner.

J’ai connue la Kheops Linux et des distributions qui prétendaient être toujours meilleure que la concurrence. Des clans se sont montés, les pro-RedHat contre les pro-Debian, ou contre les pro-SuSE et les pro-Mandrake Linux. Et ainsi ad-nauseam.

Bref, tout cela arrachera quelques larmes nostalgiques à certains « vieux de la vieille » qui ont connu cette glorieuse époque.

Les distributions ont commencé à vraiment être utilisables sans trop grande prise de tête avec le début de l’épopée d’Ubuntu, donc à partir de 2005-2006. Pour des raisons personnelles, j’ai quitté Ubuntu pour de bon en 2009 en migrant vers ArchLinux. Elle me convenait mieux à l’époque, et les personnes qui se plaignent des scripts d’installation… Bref 🙂

Je peux l’affirmer haut et fort avec l’expérience d’une personne qui est en mono-démarrage avec une distribution GNU/Linux depuis 2006 : il n’y a strictement aucune distribution parfaite. Toutes ont leurs défauts et leurs qualités.

Pour ArchLinux ? C’est de demander un niveau technique minimal pour être installée. Et d’apprécier mettre les mains dans le cambouis de temps en temps.

J’adore la Slackware Linux, mais l’absence de gestion de dépendances est parfois ennuyeuses.

Pour la Fedora Linux, c’est la lenteur de yum qui me faisait criser. Ce qui me fait criser chez le caméléon ? Son outil couteau-suisse qui est un peu trop invasif.

Chez Ubuntu ? Le syndrôme du Not Invented Here (Upstart, Unity, Mir). Mais on ne peut pas nier l’apport en terme d’installateur convivial ou dans l’idée de rendre la Debian GNU/Linux plus agréable.

Chez Debian GNU/Linux, justement ? Le fait que la version stable un an après sa sortie empeste la napĥtaline 🙁

Si on essaye un jour de vous vendre une distribution GNU/Linux parfaite, comme les marchands de médicaments miraculeux à l’époque du « Far West », un simple conseil : activez votre « doute-o-mètre ». C’est sûrement trop beau pour être vrai.

Il n’y a pas de distributions GNU/Linux parfaites, juste celles qui correspondent le mieux à l’utilisation qu’on veut en faire. En connaissant ses forces et ses faiblesses. Les bonimenteurs ? Qu’ils restent à vendre des produits complètement inutiles en les faisant passer pour indispensable.

Pourquoi un titre de 1993 me vient à l’esprit ?

D’un seul coup, je viens de me prendre un coup de vieux… L’année de mes… 19 ans !

30 réflexions sur « Ah, les distributions GNU/linux parfaites… :) »

  1. On peut aimer Debian et la naphtaline 😀
    Sans rire, je suis d’accord les distributions Linux ne sont pas parfaites, mais c’est un peu comme pour les voitures nous n’avons pas besoin d’une Porche Cayenne pour aller faire les courses, je pense qu’il faut utiliser celle nous convient le mieux, même si elle ne fait pas le dernier effet à la mode 😀
    A pluche.

    1. Bonsoir,
      Bon article fédérateur.
      En effet chacun trouve midi à sa porte.
      Moi c’est Debian car c’est la distribution qui m’a fait rester sous un système Gnu.
      Pourquoi? Et ce n’est que mon ressenti sur des choses qui me conviennent:

      La debian stable est increvable et les backports permettent d’éviter certains logiciels comme firefox ou LibreOffice de sentir le formol.

      La debian sid qui demande de mettre un peu les mains dans le cambouis de temps à autre et d’être vigilant lors des mises à jour.

      C’est idiot mais je me sens à la maison avec cette distribution. Et j’imagine que c’est la même chose pour d’autres linuxiens avec d’autres distributions.

      Comme tous les gens curieux on a parfois envie de tester autre chose, de partir en voyage mais on est bien content de revenir chez soi parce qu’on s’y sent bien et qu’on y trouve tout le confort qui nous convient.

      @+ gempaouindo

  2. « Il n’y a pas de distributions GNU/Linux parfaites, juste celles qui correspondent le mieux à l’utilisation qu’on veut en faire. En connaissant ses forces et ses faiblesses. »

    100% d’accord.

    J’ajouterais aussi en conséquence du matériel utilisé.

    J’en ai essayé des tas de distributions, avec plus ou moins de bonheur. Faut dire que mon matériel actuel (MacBook Air 2012) ne me simplifie pas la tâche. La dernière en date est la Ubuntu GNOME 16.10 avec GNOME Shell 3.22 (Staging PPA.) Pourquoi elle plus qu’une autre ? Venant du Mac (même si j’ai eu mes années sur Windows), je préfère les environnement de bureau simple et beau (à mon avis subjectif…) Je pourrais choisir Cinnamon, mais il plante souvent chez moi. Ubuntu, c’est un peu les pantoufles pour moi. S’il y a un problème, je sais que je trouverai une solution quelque part dans les entrailles du Web. Et je sais aussi, vu mon expérience sur Ubuntu, que je saurai plus facilement appliquer la dite solution. Je me débrouille bien aussi avec Fedora et les variantes Archlinux, mais avec moins de bonheur au final.

    Ce qui compte pour moi, vu mon matériel : Durée de la batterie, contrôle du ventilateur et de le température, bon fonctionnement à la sortie de veille. Ça paraît simple, mais c’est assez difficile pour moi de trouver les solutions pour y arriver. À force de tâtonnement, d’essais et d’erreurs, j’y suis parvenu.

    Principe de base : Intel P-State activé et les governors sur Powersave ; Thermald installé ; TLP aussi ; éditer le Grub afin que la mise en veille (resume) se fasse sur la partition Swap. Ensuite, ajouter/éditer un fichier module pour activer la reconnaissance du matériel Mac, soit coretemp et applesmc. Nécessaire pour installer mbpfan, le daemon qui contrôle le ventilateur. C’est ma routine sur toutes les distributions.

    Avouez que ce n’est pas à la portée du débutant… Ça m’en a pris du temps et des recherches.

    Bref, pour utiliser Linux, faut aimer bidouiller.

    1. Faut dire que mon matériel actuel (MacBook Air 2012) ne me simplifie pas la tâche.

      Si on cherche la complexité dès le départ… 🙁

      Ce qui compte pour moi, vu mon matériel : Durée de la batterie, contrôle du ventilateur et de le température, bon fonctionnement à la sortie de veille. Ça paraît simple, mais c’est assez difficile pour moi de trouver les solutions pour y arriver. À force de tâtonnement, d’essais et d’erreurs, j’y suis parvenu.

      Avec un portable, quelque soit la marque, c’est le strict minimum, non ?

      Avouez que ce n’est pas à la portée du débutant… Ça m’en a pris du temps et des recherches.

      Bref, pour utiliser Linux, faut aimer bidouiller.

      Si on utilise du matériel fermé par conception, c’est vrai, que c’est pas évident pour la suite. C’est pour cela que je préfère une plateforme ouverte par conception, comme le PC 🙂

      1. Pour l’instant, c’est mon portable. Je vais l’endurer jusqu’à ce que mort s’en suive ou un héritage d’un grand oncle inconnu. 😉

        Ceci dit, même si on a un PC, ça ne veut pas du tout dire que Linux y sera plus à son aise. Les exemples sont nombreux du côté des pilotes, entre autres.

        Bref, de dire que ce sera bien mieux sur PC, c’est comme dire ma distribution est parfaite. 😉

  3. Oui mais il n’existe aucun OS parfait…et je préfère un truc bien testé à un truc qui sent le neuf et qui m’explosera dans les pattes. Aujourd’hui on ne sait plus prendre le temps, hélas et la satisfaction du client passe après l’ego du créateur.

    Bon pop-corn sinon. Car je n’en ferai pas un billet. J’ai une nouvelle à écrire 😉

  4. Je crois qu’il n’y aura plus de test d’Opensuse sur le blog, non? Quand on pense que c’est pour aider ceux qui aimeraient la découvrir que les commentaires ont dérapés, on se dit que ses défenseurs ont perdu une occasion de faire connaitre leur distribution.

    1. Bonjour,

      « Je crois qu’il n’y aura plus de test d’Opensuse sur le blog, non? » Bin voyons, ou comment tuer la diversité…Et certainement mettre en avant, celle que tu utilises?

      Les commentaires n’ont pas tous « dérapés », il ne faut pas exagérer non plus, je suis même surpris de la création de ce billet.

      Après, et sans être indélicat, je ne pense pas qu’OpenSUSE est besoin du blog de Frédéric pour être connue….

      Bacchus.

      1. Ou comment dans un commentaire on souffle le chaud :

        Les commentaires n’ont pas tous « dérapés », il ne faut pas exagérer non plus, je suis même surpris de la création de ce billet.

        Et le froid pour ne pas dire le glacial avec un coup sous la ceinture au passage :

        « Je crois qu’il n’y aura plus de test d’Opensuse sur le blog, non? » Bin voyons, ou comment tuer la diversité…Et certainement mettre en avant, celle que tu utilises?

        et

        Après, et sans être indélicat, je ne pense pas qu’OpenSUSE est besoin du blog de Frédéric pour être connue….

        Il faut juste se replacer dans le contexte économique actuel : toute boite – quelle que soit son domaine de prédilection – ne cherche pas à dominer le marché où elle exerce et ne vise pas à terme d’avoir le monopole… Mais non, voyons 🙂

        1. Bref, à l’origine je réagissais sur le commentaire de Yast, qui est un super outil, que ce soit Suse, RedHat, Debian, ou les canards sauvage qui développe ce logiciel, n’as pas d’importance.
          Alors, au quotidien je n’utilise pas de produit Suse, ce qui ne m’empêche pas de reconnaitre les qualités d’une distribution.
          Mais je vois que le monde du libre, n’as de libre que son intitulé, et qu’il faut forcément être pour la reconnaissance d’une distribution faites par quatre poilus dans un garage..
          Oui les boites cherche un monopole et alors? Donc pour être en adéquation avec vos idées, vous ne vous n’allez plus dans les grandes surfaces, ni dans ces endroits flattant le capitalisme? Vous avez un petit jardin que vous cultivez?
          Je vous laisse faire de beaux rêves…

          1. Bref, à l’origine je réagissais sur le commentaire de Yast, qui est un super outil, que ce soit Suse, RedHat, Debian, ou les canards sauvage qui développe ce logiciel, n’as pas d’importance.

            Nous sommes donc en accord sur notre désaccord sur un point précis : yast que je considère qui en fait trop, donc dangereux par définition.

            Alors, au quotidien je n’utilise pas de produit Suse, ce qui ne m’empêche pas de reconnaitre les qualités d’une distribution.

            Elle a des qualités, oui. Mais aussi des défauts, comme un mélange des paquets 32 et 64 bits qui peut être casse-gueule. Un KDE centrisme prononcé aussi.

            Mais je vois que le monde du libre, n’as de libre que son intitulé, et qu’il faut forcément être pour la reconnaissance d’une distribution faites par quatre poilus dans un garage..

            Nouvelle attaque en dessous de la ceinture… Comme c’est bizarre 🙂

            Si vous parlez d’Archlinux, ce ne sont pas 4 poilus, mais une petite quarantaine de développeurs principaux : https://www.archlinux.org/people/developers/

            Oui les boites cherche un monopole et alors? Donc pour être en adéquation avec vos idées, vous ne vous n’allez plus dans les grandes surfaces, ni dans ces endroits flattant le capitalisme? Vous avez un petit jardin que vous cultivez?
            Je vous laisse faire de beaux rêves…

            Pas à dire, on voit le commercial de SuSE qui refuse de l’admettre. Un peu comme le gamin qu’on choppe les doigts gluants dans le pot de confiture.

            Je ne faisais qu’une remarque générique et une nouvelle attaque sous la ceinture, cette fois sur le plan des idées politiques.

            Je suis « centriste de gauche » si cela signifie quelque chose. Et je viens de perdre une bonne partie de mon lectorat avec cet aveux 😉

            SuSE comme RedHat sont des boites qui voudraient bien tuer la concurrence. Soit. Mais il faut se souvenir que les lois anti-trust, cela existe. Le cas le plus célèbre est celui du démantelement de la Standard Oil en 1914 suite à l’application du Sherman Antitrust Act qui a donné naissance entre autres à des monstres comme BP, Exxon ou encore Chevron.

            https://fr.wikipedia.org/wiki/Sherman_Antitrust_Act

            On peut aussi citer le cas de AT&T en 1982 pour revenir dans le cadre de l’informatique.

          2. bin oui je ne vais plus au super machin ni a l’hyper bidule ! J’ai éffectivement un jardin bientot quelques poule (pour les oeufs (j’suis végétarien)
            et tourne sous Débian ^^ après avoir essayé ubuntu, mageia, « Mint », et d’autres dont j’ai plus le souvenir
            faite de beaux rève

      2. Je n’aurais pas pu mieux dire, OpenSuse se débrouille très bien toute seule …
        Vois le commentaire que je viens de laisser sur le billet concernant le « test » de la distribution.

          1. Vous n’êtes pas incompétent, personne ne peut raisonnablement dire ça.
            Le problème c’est souvent le manque d’objectivité de vos propos, au sujet de distribution que manifestement vous n’aimez pas, avant même de les avoir « testées » !
            Et comme vous voulez souvent effectivement avoir le dernier mot…

          2. Vous n’êtes pas incompétent, personne ne peut raisonnablement dire ça.

            Renier sa propre prose, maintenant ? 🙂

            Le problème c’est souvent le manque d’objectivité de vos propos, au sujet de distribution que manifestement vous n’aimez pas, avant même de les avoir « testées » !

            J’ai utilisé OpenSuSE en dur il y a plusieurs années. J’en ai été échaudé.

            Et comme vous voulez souvent effectivement avoir le dernier mot…

            N’est-ce pas humain que d’exposer son point de vue ?

      3. « Je crois qu’il n’y aura plus de test d’Opensuse sur le blog, non? » Bin voyons, ou comment tuer la diversité…Et certainement mettre en avant, celle que tu utilises?

        Nous sommes sur un blog donc la personne qui le gère y fait ce qu’elle décide. Si elle doit se prendre la tête quand elle parle d’un sujet bien précis, alors elle va probablement ne plus le faire.

        J’utilise Debian KDE (boulot) et Kubuntu (maison). J’ai commencé par Opensuse et je ne suis pas du tout fan d’Archlinux qui a déjà cassé chez moi. J’ai aussi tenté Mandrake puis Mageia et souffert avec Fedora à l’époque de la Fedora Core. Maintenant, entre autres choses, je gère des serveurs sous CentOS.
        Je peux me tromper, mais il y a bien longtemps que Kubuntu n’a pas été traitée ici et je ne le demanderai pas sachant que Fred Bézies n’est pas fan de l’environnement de bureau. Enfin, je devrais régulièrement venir pleurer que l’hôte du blog traite ma distribution préférée, Debian, de sentir la naphtaline mais je ne le fais car nous avons tous les deux des besoins différents (et les backports existent).

        Maintenant que j’ai répondu aux accusations, j’aimerais bien savoir d’où viennent les stats comme quoi Ubuntu server se plante car je vois le contraire pour ce qui est des chiffres concernant le cloud (autrement dit, j’aimerais bien votre source).

  5. On pourrait dire qu’une distribution Linux est un peut comme de l’art. La beauté (ou mocheté) d’un tableau se cache dans les yeux de celui qui le regarde. Ce que je veux dire c’est que personne ne regarde et apprécie une toile de la meme façon. De ce fait ce qui est beau toi ne l’est pas forcément pour moi (et vice-versa). C’est à mon sens une representation de la « Linuxosphère »

  6. « Nouvelle attaque en dessous de la ceinture… Comme c’est bizarre »
    Aucune attaque sous la ceinture, non je ne parle pas d’Arch, mais de manière générale.

    « Pas à dire, on voit le commercial de SuSE qui refuse de l’admettre »
    Pff, il faudrais déjà travailler pour Suse pour être un de ces commerciaux, mais reste dans tes certitudes…

    Même choses pour les idées « politique », elles concernaient le monde du libre en général, et ne te visais pas.

    Bonne continuation.

    1. Aucune attaque sous la ceinture, non je ne parle pas d’Arch, mais de manière générale.

      On tente de noyer le poisson ? 🙂

      Merci pour la précision quand même.

      Pff, il faudrais déjà travailler pour Suse pour être un de ces commerciaux, mais reste dans tes certitudes…

      Décidément, l’ironie ne fonctionne plus très bien de nos jours.

      Même choses pour les idées « politique », elles concernaient le monde du libre en général, et ne te visais pas.

      Bonne continuation.

      Merdre, j’aurai pas dû le prendre pour moi… Dommage.

      Et bonne continuation.

  7. Bah moi je suis un pur fan de Debian, j’adore Ubuntu et j’utilise openSUSE pour être pénard, comment ça aucune n’est parfaite bah merde alors va falloir que je me lance a faire ma distribution parfaite 😉

    Sinon, t’énerves pas Fred, admet que tu vas fort avec le cameleon, surtout avec des trucs sans importances comme yast qui en aucun cas n’est obligé, tu peux meme le retiré de la distribution mais a quoi bon installer SUSE dans ce cas, et le 48 bits qui n’est vraiment pas un soucis puisque c’est yast qui choisi la bonne arch, par contre tu occultes un vrai soucis: l’absence ou la suppression pour être plus précis de l’arch 32bits, et oui il n’y a plus de support ni d’iso 32bits… Si on veut l’iso 32 il faut installer tumbleweed, c’est logique…

    PS: fedora doit être plus rapide avec dnf qu’avec yum, tu en penses quoi?

    1. Sinon, t’énerves pas Fred, admet que tu vas fort avec le cameleon, surtout avec des trucs sans importances comme yast qui en aucun cas n’est obligé, tu peux meme le retiré de la distribution mais a quoi bon installer SUSE dans ce cas,

      Il y a l’art et la manière de dire les choses. Quand on me chie dessus, j’apprécie moyennement. Sinon, OpenSuSE est une distribution dont je ne parlerai plus jamais en dehors des en vrac’ le temps qu’il a reste pour ce blog. Donc, peut-être un an. Peut-être six mois ? Plus ? Moins ? je l’ignore.

      l’absence ou la suppression pour être plus précis de l’arch 32bits, et oui il n’y a plus de support ni d’iso 32bits… Si on veut l’iso 32 il faut installer tumbleweed, c’est logique…

      C’est un mouvement de fond, et qui ne concerne pas uniquement la distribution au caméléon. Combien de distributions – plus ou moins grosse – mettent à la poubelle le support des architectures 32 bits ?

      PS: fedora doit être plus rapide avec dnf qu’avec yum, tu en penses quoi?

      Je n’en pense rien 🙂

  8. Bjr

    Ha cameleon pour moi c’était le top à l’époque de MandrakeLinux & debian difficile à installer (ubuntu n’existait pas et l’ayant essayé à ses debut ça ma fait vite revenir sur cameleon).

    Par contre Handylinux ça c’est le top : Gnu/tout en français et d’une telle simplicité que j’ai réussi à convertir des utilisateur W$ en 100% linux !.

    Frederic tu as tester des distribs et j’ai une amie qui à tester AstraLinux (100% sécurité made in Russie-Linux)
    Astra Linux est la première dérivée officielle de sécurité Debian en Russie. Elle fonctionne sur la plateforme matérielle x86-64 (amd64). Sa structure intègre de nombreux composants de logiciel libre et y ajoute des choix logiciels des développeurs d’Astra Linux.

    C’est autre chose que nos dirigeants qui affectionnent la passoire suprême; voir à partir de la 42eme minute :
    Cash Investigation – Marchés publics, le grand dérapage.

    voici ses commentaires :

    Alors, je viens de tester Astra, et c’est plutôt sympa.
    – Bon … Système 64 .
    – Présentation « à la soviet », cela ressemble aux vieilles versions de
    redhat, c’est pas terrible pour épater, mais en tout cas ça
    marche, et je souhaite bonne chance à qui voudra entrer sur ton système !.

    – Gestion des Lilo, Grub et autres secteurs d’amorce un peu trop
    conversationnelle (autant Merde.10s te supprime tout et ne te dit rien,
    autant Astra parle beaucoup et te donne mal à la tête) lol.

    – Aspect le plus dérangeant : c’est en Rosbif ou en cyrillique.

    Finalement j’ai mis à la benne … Parce que des pingouins il y en a
    plein. Mais je reconnais que c’est plutôt bien.

    Dommage que notre beau pays aime jeter l’argent par la fenêtre.

Les commentaires sont fermés.