« OvO » de Yaima : un mélange savoureux.

Yaima, c’est un trio nord-américain, originaire de Seattle. J’avais abordé dans un billet « en vrac' » en décembre 2014. Je parlais rapidement de leur premier album :

Vous cherchez de la musique qui vous relaxe et qui vous donne envie de faire passer le calumet de la paix comme celui de l’époque des hippies ? « Pellucidity » de Yaima est parfait pour vous.

Près de deux ans plus tard, leur deuxième album « OvO » est disponible en téléchargement à prix libre sur la page Bandcamp du groupe.

On a un album assez long, presque 59 minutes pour 14 pistes. C’est qui est pas mal pour un album, non ? 😉

Dans les influences du groupe ? Dixit la biographie du groupe : « Massive Attack, Dead Can Dance, Portishead, Desert Dwellers, Kaya Project, Niyaz. » Autant dire qu’étant un grand fan de Dead Can Dance et regrettant de ne pas avoir vu Portishead en live, cet album partait sur des bonnes bases pour me plaire.

L’ensemble est varié. Si la première piste est typiquement « Dead Can Dancienne », tout comme « May You Open » et « Inner Worlds », on a droit à des pistes plus trip-hop, comme « Our Game », « It is written in the wind » ou encore « Arise ».

Des pistes folk et limite world music ? « Spring & Summer » ou « Follow The Heart » par exemple.

Comme je l’ai dit, les pistes changent de style régulièrement. Cela permet à l’auditeur ou à l’auditrice d’éviter de tomber dans la lassitude.

Un album de près d’une heure qui sait jongler avec brio entre le trip-hop, la world music, les influences de Dead Can Dance, c’est très agréable. Après tout, à vous de voir. J’ai craqué et je ne le regrette pas !

Un album qui vous donne le moral pour la journée, que demander de mieux ?

6 réflexions sur « « OvO » de Yaima : un mélange savoureux. »

  1. Bravo Frédéric,
    Belle découverte que je me suis empressé d’acheter sur l’excellent Bandcamp ! Perso, ça m’a beaucoup plus évoqué cet autre groupe norvégien des 80’s qui s’appelait Bel Canto (si tu ne connais pas, je te recommande surtout le deuxième album : « Birds of Passage », de 1989), dont l’un des membres est connu pour de œuvres bien plus expérimentales (Geir Jenssen a.k.a. Biosphere), signé alors sur 4AD (le même que Dead Can dance).
    Très bien, super tracklist pour passer ce vilain week-end.

  2. Est-ce mon état d’esprit du moment? Mais je n’arrive pas à entrer dans cet album, par manque d’homogénéité. Pourtant je devrais être client avec de telles références. Je trouve que ça manque de rythme aussi…Ce que je reproche aussi parfois à Massive attack. Je trouve même des sons très pompés sur le groupe de 3d.

    Bon, on verra avec le temps…

Les commentaires sont fermés.