Chapeau Linux : une Fedora Linux « mintisée » et fonctionnelle ?

Interpellé sur twitter – et oui, parfois le réseau social à l’oiseau bleu est utile – on m’a demandé mon avis éclairé sur la Chapeau Linux.

La Chapeau Linux est pour schématiser, la LinuxMint de Fedora. Sa version 24 est sortie fin septembre 2016.

D’ailleurs on peut lire sur la page « about » de la distribution qu’elle propose les dépots RPM Fusion préinstallés, les codecs pour l’audio et la vidéo, l’intégration de Dropbox. Bref, elle rend complètement utilisable pour l’utilisateur lambda la Fedora qui est obligée de respecter une hérésie juridique, les brevets logiciels.

Pour éviter les ennuis de récupération, je suis passé par le fichier bittorrent – vous savez l’outil des pirates selon les rentiers vivants de la vente de galettes plastifiées – pour avoir une image ISO fonctionnelle et correcte dès le départ.

Mon ami VirtualBox a été mis à contribution.

Après le démarrage, on se retrouve devant un Gnome utilisant des polices très fines, et un thème qui n’a rien à envier au vert de la LinuxMint.

J’ai donc lancé Anaconda. Comme pour une Fedora Linux classique avec Gnome, je n’ai pas créé de compte utilisateur dès le départ.

Une quinzaine de minutes a été nécessaire pour que la Chapeau prenne place sur le disque dur virtuel.

Au premier démarrage de la Chapeau Linux, j’ai été accueilli par l’assistant de configuration. Après avoir défini la langue, le clavier, le fuseau horaire, j’ai créé un compte utilisateur. Bref, que du grand classique.

Je suis passé par la ligne de commande pour m’occuper de l’installation des mises à jour. J’aurai pu utiliser Gnome Logiciels ou la version adaptée de Yum Extender, mais j’ai préféré jouer la carte de la prudence.

Il est vrai que presque 600 Mo de mise à jour avec environ 300 paquets touchés, ça donne envie d’utiliser l’outil le plus simple mais aussi le plus austère.

La logithèque est très fournie, mais elle souffre d’un problème latent avec les distributions basées sur Fedora : les traductions parfois manquantes… Comme c’est le cas pour LibreOffice 🙁

C’est bien de fournir Steam, PlayOnLinux ou encore Darktable. Mais combien pèse le fichier de traduction de LibreOffice ? Dommage qu’il ne soit pas installé par défaut. Il faut donc passer par le rajout du paquet libreoffice-langpack-fr, ce qui n’est pas des plus intuitif et pourrait rebuter un utilisateur qui aurait envie de découvrir une distribution basée sur Fedora et fonctionnelle dès son premier démarrage.

J’ai donc utilisé le port de Yum Extender pour DNF et j’ai corrigé le problème en quelques secondes :

Cela demande juste 10 Mo… Sur une ISO qui pèse 3 Go à récupérer, c’est pas grand chose.

Comme d’habitude, j’ai lancé la vidéo pour vous montrer l’ensemble en action.

Modulo le fait que LibreOffice ne soit pas directement traduit en dehors de la langue anglaise et qu’Adobe Flash soit préinstallé, on est en face d’une distribution qui est d’une bonne qualité. Évidemment, certains choix sont criticables, mais je dois dire qu’on sent que c’est une distribution qui a été conçue pour être utilisable, ne serait-ce qu’avec l’apport de PlayOnLinux, de Wine ou encore de Steam.

Une distribution qui pourrait être intéressante pour les personnes attirées par une Fedora Linux mais qui n’ont pas envie de se prendre la tête à rajouter un certain nombre de dépots pour pouvoir lire les formats non-libres couramment répandu, comme le mp3 par exemple.

Cela fait plaisir et je dois dire que je m’attendais à vraiment pire. À vous de voir maintenant.

13 réflexions sur « Chapeau Linux : une Fedora Linux « mintisée » et fonctionnelle ? »

  1. Merci pour ton avis éclairé, je ne connaissais pas cette Chapeau Linux!
    Si un jour tu as du temps à perdre, je voudrais bien avoir un autre de tes avis éclairés sur cette distribution dite « sécuritaire » (j’ai presque envie de mettre 4 guillemets) nommée Subgraph https://subgraph.com/index.en.html (je précise que je n’ai aucun lien de près ou de loin avec cette distribution) mais je cherche à savoir si ce genre de distribution apporte vraiment quelque chose de mieux en terme de sécurité, n’étant qu’un piètre utilisateur lambda de manjaro (et peut-être un peu parano aussi #blameNSA)
    Pour résumé, Subgraph serait d’après ce que j’ai compris une sorte de debian avec gnome3 + un firewall avancé qui demande l’autorisation de l’utilisateur pour toute connection + avertissement de toute pénétration du système, tor par défaut et une sécurité en cas de connection de clé usb à l’insu du propriétaire du système > James Bond n’a qu’à bien se tenir lol

    1. Bonjour,
      Tu passes sur le plus important : l’isolation.
      Il faut savoir que sur Linux, Xserver est un vrai cauchemard niveau sécurité. C’est un vieux soft développé par des hippies pacifistes pour résumer 😀
      Le principe de subgraph est également le sandboxing des appli pour éviter qu’une merde infecte tout ton OS.
      Selon moi : bien pour un utilisateur qui ne veux pas se prendre la tête tout en ayant une sécurité acceptable, mais le cul entre deux chaises et loin d’être suffisant pour un parano de la sécurité. (ne pas oublier non plus qu’on parle d’un OS qui est toujours en Alpha, et ce depuis des années).
      Aller je vais précher pour ma paroisse 🙂 si tu veux un système avec de vrai possibilités d’isolation je te conseil QubesOS. Points négatifs par rapport a SubOS > il est plus lourd/lent, demande plus de ressourses, fonctionnement moins intuitif. Points positifs > bien plus safe, vraiment innovant, beaucoup plus de possibilités pour tweak l’OS a ton gout. Je te laisse le lien vers le site officiel 😛
      https://www.qubes-os.org/

  2. Bonsoir,
    C’est dans la vidéo il me semble. À un moment Monsieur Bézies — est-ce le bon accent ? — vous passez dans l’outil de configuration, juste avant de vérifier quels sont les plug-in, type caféine, activés, et il y a une rubrique où le nom « moka » est inscrit.

    Du reste, cette vidéo m’amène à un paradoxe. En effet, qu’ajoute-t-elle réellement par rapport à la Fedora ? Comme vous l’avez dit c’est dans le fond une Fedora prête à l’emploi, avec un thème d’icônes sympathique en prime. Mais sinon rien. Aussi ne puis-je m’empêcher de me dire que cette distribution ressort du vaste lot des surplus, qu’elle est une déperdition d’énergie de plus.
    Pourtant, c’est l’autre branche du paradoxe, elle m’est assez sympathique. Le développeur, visiblement seul, fait un bon boulot. Il en justifie la portée en disant qu’il ne fait que proposer la Fedora de ses rêves (http://chapeaulinux.org/faq/), donc en somme il n’a pas d’ambition particulière. Ce qui rend ce projet très attachant.
    Donc, j’aime beaucoup cette distribution, son nom, sa « philosophie », son côté Fedora avec Gnome prête à l’emploi. Mais en même temps je m’interroge.

    Au passage, trois gigas pour l’iso ça fait pas mal, non ? Comment expliquer un tel poids ?

    1. C’est dans la vidéo il me semble. À un moment Monsieur Bézies — est-ce le bon accent ? — vous passez dans l’outil de configuration, juste avant de vérifier quels sont les plug-in, type caféine, activés, et il y a une rubrique où le nom « moka » est inscrit.

      J’ai eu droit à toutes les versions pour mon patronyme 🙂

      Sinon, j’ai pas fait gaffe pour le thème d’icones. J’avais un léger doute, merci pour le retour.

      Oui, c’est vrai, cela peut tenir de la dispersion, mais vu qu’elle est plus qu’utilisable, et qu’elle propose une Fedora clé en main, ça s’équilibre un peu. On est loin des cochoncetés à la Cubuntu par exemple.

      Pour le poids de l’ISO, je pense que ce doit être lié à conception de l’ISO, à la charge en logiciels avec les dépendances en terme de bibliothèque. Il faut le « multilib » pour le support de Wine et PlayOnLinux ce qui n’est pas indolore.

  3. Dans le même genre, y a Korora, sortie plus tôt. C’est d’ailleurs ce qu’on pourrait reprocher à Chapeau, mais comme le type est seul, passons.

    J’ai cru apercevoir dans les utilitaires un logiciel nommé « hardware drivers. » Ça aurait été bien de voir si c’est un truc du genre Ubuntu/Mint qui facilite l’installation des pilotes propriétaires ou pas.

Les commentaires sont fermés.