PCLinuxOS 2016.07 – Mate édition : faut-il redéfinir le terme de rolling release ?

J’ai été contacté pour me demander de faire un test sur la PCLinuxOS. Je connaissais cette vieille dérivée de la Mandrake ou déjà Mandriva Linux. Rolling release, elle propose – au moment où je rédige cet article, début octobre 2016 – trois versions principales : une basée sur un KDE 4.x allégé, une autre avec un KDE 4.x ultra complet et une version avec Mate-Desktop.

Il n’existe qu’une préversion basée sur Plasma, et comme je voulais une image ISO légère, j’ai récupéré depuis l’adresse miroir http://ftp.heanet.ie/pub/pclinuxos/pclinuxos/live-cd/ la version Mate sortie en juillet 2016.

[fred@fredo-arch ISO à tester]$ wget -c http://ftp.heanet.ie/pub/pclinuxos/pclinuxos/live-cd/64bit/pclinuxos64-mate-2016.07.iso
–2016-10-06 13:48:26– http://ftp.heanet.ie/pub/pclinuxos/pclinuxos/live-cd/64bit/pclinuxos64-mate-2016.07.iso
Résolution de ftp.heanet.ie (ftp.heanet.ie)… 2001:770:18:aa40::c101:c140, 193.1.193.64
Connexion à ftp.heanet.ie (ftp.heanet.ie)|2001:770:18:aa40::c101:c140|:80… connecté.
requête HTTP transmise, en attente de la réponse… 200 OK
Taille : 1214251008 (1,1G) [application/octet-stream]
Sauvegarde en : « pclinuxos64-mate-2016.07.iso »

pclinuxos64-mate-20 100%[===================>] 1,13G 2,10MB/s in 7m 46s

2016-10-06 13:56:15 (2,48 MB/s) — « pclinuxos64-mate-2016.07.iso » sauvegardé [1214251008/1214251008]

Je comptais faire faire un article classique, avec sa vidéo, mais je ne la ferai pas. Pourquoi ? Pour une série de raison que je vais développer, capture d’écran à l’appui. L’installateur est fonctionnel, c’est celui jadis utilisé par la Mandrake ou Mandriva (?) Live, première capture d’écran à l’appui.

Avec un nom comme « DrakLive install », le doute n’est pas permis 🙂

Après la post-installation des plus classique comme pour la Mageia ou OpenMandriva, on s’aperçoit que le système est uniquement en anglais. Ennuyeux, mais pas mortel.

Cependant et est-ce lié à la version avec Mate-Desktop, aucun outil de notification pour vérifier que des mises à jour n’est disponible.

En effet, si on lance l’outil de traduction, celui-ci nous fait un caca nerveux si on a pas mis le système à jour.

Et l’erreur qui arrive immanquablement :

On doit alors passer par Synaptic – que l’on trouve 99% du temps avec des distributions basées sur des paquets debian – pour mettre à jour le système. J’avoue ne pas comprendre l’intérêt de proposer un outil plus ou moins développé pour des paquets debian sur une distribution utilisant le format de paquets RPM.

Par chance, on peut ensuite lancer l’installation des traductions. Qui sont très bien appliquée par la suite, une des grandes qualités de cette distribution. J’avoue que j’ai tiqué quand j’ai vu la boite de dialogue suivante… C’est comme si l’on avait greffé une tête de chihuahua sur un corps de lapin… Ça fait bizarre.

Autre point qui m’a fait tiquer, c’est LibreOffice. En effet, la distribution se veut être une rolling release… Du moins, si j’en crois cet article de mars 2016 sur Distrowatch.

Et quand on lance l’outil « LibreOffice Manager », on apprend que la version installée est obsolète et qu’il faut la remplacer. Quoi ?

Je pensais, sûrement par erreur, qu’une distribution mettait tous les logiciels installés à jour en une seule fois quand l’utilisateur lui demandait de le faire… J’ai comme l’impression que cette distribution est faite de bric et de broc. Mais ce n’est sûrement pas le cas, et je ne dois pas comprendre la philosophie sous-jacente de cette distribution.

Vous comprendrez aisément mon étonnement. Et pourquoi je n’irai pas plus loin. Cette distribution m’a toujours paru comme atypique, et j’avoue ne pas comprendre pourquoi LibreOffice est géré en dehors de l’outil dédié.

S’il y a des personnes qui aiment cette distribution et l’apprécie, tant mieux. Ce n’est pas une distribution que je conseillerai. Elle est trop atypique, et s’éloigne trop de certaines bases qu’on trouve de nos jours sur des distributions officiellement prête à l’emploi dès le départ :

  1. pas de notifications en cas de mise à jour.
  2. un duo improbable entre les paquets logiciels et le gestionnaire employé.
  3. La gestion des traductions et de certains logiciels clés qui est incompréhensible.

Pour moi, ce n’est pas une rolling release, ou alors il faut en réécrire la définition.

Je n’avais plus parlé de la distribution depuis l’année 2010. Je me demandais pourquoi, maintenant, je m’en souviens.

Je suis désolé si j’ai choqué ses fans, mais je me devais d’être honnête, ne voulant pas me mettre en mode méchantfred. Si son seul avantage est – pour reprendre un argument massue souvent utilisé comme dans ce fil de la communauté française – sa non utilisation de systemd, dans ce cas, autant utiliser une Manjaro OpenRC. Vous aurez du vrai rolling release avec un init alternatif à systemd.

Je dis ça, mais je ne dis rien. J’ignore si la version avec KDE souffre du même manque d’un outil de notification pour les mises à jour, mais vu l’expérience que j’ai eu avec la version Mate, je ne préfère pas chercher à savoir.

25 réflexions sur « PCLinuxOS 2016.07 – Mate édition : faut-il redéfinir le terme de rolling release ? »

  1. Je suis passé il y quelques temps sur PCLInuxOS, tant sur ma tour bi-processeur que sur mon portable.
    J’ai lâché Debian, que je n’utilise plus que sur mon média-center, avec Kodi.
    J’ai choisi l’iso dite « preview » avec KDE Plasma 5.
    Et j’en suis enchanté !
    J’ai eu, dès sa sortie, Plasma 5.8.0, en même temps que la KDE Neon ou l’OpenSuse.
    Aujourd’hui, passage à KDE Framework 5.27.0. Avant Arch Linux et dérivées (hormis KaOs, la Canada Dry).
    Moi, j’apprécie cette distribution qui est, il est vrai, atypique. De toute façon, perso, quand quelque chose ne plait pas, je m’y intéresse. Pclos n’est pas aimée en France et la communauté Francophone quasi inexistante.
    Cette distro, une fois installée et configurée, pour moi c’est génial. Ok, les devs conseillent d’utiliser Synaptic plutôt que le terminal. (apt-get dist-upgrade dans ce cas, jamais d’apt-get upgrade). Ok aussi
    pour la gestion séparée de LibreOffice.
    Synaptic sur pclos est adapté aux paquets RPM. Je trouve que cette distro est développée et maintenue avec
    le plus grand soin.
    Franchement, depuis que j’ai ma config matérielle bi-processeur, avec ssd, et bien je n’avais jamais eu aussi réactif.
    Pour KDE Plasma 5, je n’étais pas du tout, mais alors pas du tout sur de moi. Et bien j’ai changé d’avis.
    Et je pense que cette pclos, je vais la garder longtemps.
    Pour finir, je ne m’en suis jamais caché, sans systemd, je préfère.

    1. Moi, j’apprécie cette distribution qui est, il est vrai, atypique. De toute façon, perso, quand quelque chose ne plait pas, je m’y intéresse. Pclos n’est pas aimée en France et la communauté Francophone quasi inexistante.

      Pas aimée ou peu connue ?

      Cette distro, une fois installée et configurée, pour moi c’est génial. Ok, les devs conseillent d’utiliser Synaptic plutôt que le terminal. (apt-get dist-upgrade dans ce cas, jamais d’apt-get upgrade). Ok aussi

      Je vais faire mon vieux con, mais pour moi, synaptic c’est pour les paquets debian. Pas pour les RPM.

      Ok aussi pour la gestion séparée de LibreOffice.

      Franchement, depuis que j’ai ma config matérielle bi-processeur, avec ssd, et bien je n’avais jamais eu aussi réactif.

      Je n’ai pas de SSD, un PC de 6 ans d’âge et que ce soit avec Mate, Xfce ou Gnome, je n’ai pas à attendre 3 heures pour lancer un logiciel.

      Pour finir, je ne m’en suis jamais caché, sans systemd, je préfère.

      « Peu importe que le chat soit blanc ou noir. Tant qu’il attrappe les souris, c’est un bon chat » (Deng Xiao Ping).

  2. Je comprends tes arguments. Après, ce n’est qu’une affaire de choix.

    Cette distro me plait bien. Atypique, mal aimée ou méconnue, peu importe. Je vais faire un bout de chemin avec. De plus, sur ma tour, je suis en dual-boot avec Slackware -current (et KDE 4). Tant qu’à faire dans l’atypique ou le peu utilisé …..

    Pour la réactivité, c’est surtout le temps de boot qui m’a surpris. Mais j’avoue aussi que je ne m’attendais pas
    à avoir un Plasma 5 aussi vif.

  3. Coucou,
    En faite on s’en fiche totalement que c’est du synaptic qui gère des paquets rpm, synaptic est une surcouche a APT, qui lui sait gérer du deb et du rpm, ou plutôt je dois dire ça autrement, apt a tellement été bon par rapport a ce qu’il se faisait a l’époque dans le monde du rpm (yum, urpmi, yast…) qu’il a été modifié pour être capable de gérer du rpm, (apt-rpm https://fr.wikipedia.org/wiki/Advanced_Packaging_Tool).
    Donc ton étonnement devrait se porter sur apt qui est livré comme gestionnaire de paquets sur une distribution rpm… Mais la encore, je fais mon vieux con aussi, peu importe APT est pour moi l’un des meilleurs gestionnaires donc pourquoi pas.

    Pour la distribution en elle même, bof, c’est pas une que apprécie, je trouve pas de qualité qui pourrait faire d’elle ma distribution, perso quand je prend une distribution, c’est pour l’utiliser au quotidien, je n’ai pas d’autre système que linux a la maison donc je ne peux pas faire mumuse et risquer de me trouver sans ordi. Alors oui j’ai plusieurs pc, tous sur des distributions différentes, mais aucune sur des cas isolés, actuellement c’est Debian, Ubuntu (portable) et celle que tu n’aimes pas, la openSUSE.

  4. PCLOS est une vraie rolling release avec notification de mise à jour dans la barre des taches (Sous KDE).

    Trois logiciels sont à mettre à jour en dehors de Synaptic : LibreOffice, Virtualbox, Calibre.

    Il faut mettre les dépôts à jour après le premier démarrage, pour changer la langue du système.

    Il n’y a pas de notification de nouveau noyau, il faut le mettre à jour via Synaptic.

    Synaptic fonctionne à merveille un peu vieillot mais efficace.

    Il y a quelques contraintes à respecter après le premier démarrage, mais ensuite l’ OS est très stable et c’est une vrai rolling release, pas de reinstall tous les 6 ou 9 mois.

    Je suis Linuxien depuis 1996 et depuis je suis passé au début par Mandrake, Suse, Fedora core, Gentoo et plus récemment par Mageia, Fedora, Arch, Claculate, Kaos, Manjaro, Nutyx, etc… toutes ont des particularités après install et toutes sont différentes, c’est se qui fait la force et quelques fois la faiblesse du LIBRE.

    Il me semble que tu manques d’objectivité concernant cette distrib, je trouve ton appréciation et ton jugement un peu dur, c’est sûrement du à une méconnaissance de PCLOS enfin je l’espère.

    1. PCLOS est une vraie rolling release avec notification de mise à jour dans la barre des taches (Sous KDE).

      Merci pour l’info, mais comme je l’ai précisé c’est avec Mate que j’ai écrit l’article. Vrai rolling ? J’ai des doutes.

      Il faut mettre les dépôts à jour après le premier démarrage, pour changer la langue du système.

      Sans notificateur fonctionnel sous la version Mate, difficile de le savoir au premier abord. Je me suis mis dans la peau d’un utilisateur lambda. Une distribution moderne qu’elle soit rolling ou pas propose un système de notification fonctionnel, quelque soit la version proposée. La version Mate serait le parent pauvre de cette distribution jadis basée sur Mandriva et dont il reste de nombreuses réminiscence ?

      Il n’y a pas de notification de nouveau noyau, il faut le mettre à jour via Synaptic.

      Synaptic fonctionne à merveille un peu vieillot mais efficace.

      Sous la version Mate, aucun notificateur n’est disponible.

      Trois logiciels sont à mettre à jour en dehors de Synaptic : LibreOffice, Virtualbox, Calibre.

      Pourquoi ? C’est incompréhensible. De plus, le duo apt et rpm avait un projet officiel, laissé à l’abandon depuis 2008. : http://apt-rpm.org/ Comme je l’ai dit, ce mélange apt et rpm, c’est comme greffé une tête de chihuahua sur un lapin. Ça fait bizarre.

      Il y a quelques contraintes à respecter après le premier démarrage, mais ensuite l’ OS est très stable et c’est une vrai rolling release, pas de reinstall tous les 6 ou 9 mois.

      Une vraie rolling ou une distribution consciencieuse ne mettrait pas des logiciels de côté pour leur gestion. D’où mon étonnement.

      Ma rolling est installée depuis le 21 juin 2015. Pourquoi ? Un problème matériel m’a obligé à tout réinstaller 🙁

      [fred@fredo-arch src]$ head /var/log/pacman.log
      [2015-06-21 08:15] [PACMAN] Running 'pacman -r /mnt -Sy --cachedir=/mnt/var/cache/pacman/pkg --noconfirm base base-devel'
      [2015-06-21 08:15] [PACMAN] synchronizing package lists
      [2015-06-21 08:17] [ALPM] transaction started
      [2015-06-21 08:17] [ALPM] installed linux-api-headers (4.0-1)
      [2015-06-21 08:17] [ALPM] installed tzdata (2015e-1)
      [2015-06-21 08:17] [ALPM] installed iana-etc (2.30-5)
      [2015-06-21 08:17] [ALPM] installed filesystem (2015.02-1)
      [2015-06-21 08:17] [ALPM] installed glibc (2.21-4)
      [2015-06-21 08:17] [ALPM] installed attr (2.4.47-1)
      [2015-06-21 08:17] [ALPM] installed acl (2.2.52-2)

      Je suis Linuxien depuis 1996 et depuis je suis passé au début par Mandrake, Suse, Fedora core, Gentoo et plus récemment par Mageia, Fedora, Arch, Claculate, Kaos, Manjaro, Nutyx, etc… toutes ont des particularités après install et toutes sont différentes, c’est se qui fait la force et quelques fois la faiblesse du LIBRE.

      Bienvenu au club. J’ai connu aussi Linux Kheops, et je me souviens de la boite de ma Red Hat Linux 5.0 avec son 2.0.

      Mais toutes celles que tu as cité respectent des règles de base :

      1. Pour les toutes en un, il y a un notificateur de mise à jour. Pas pour la version PCLOS Mate
      2. Pour toutes, il n’y a pas de logiciel de deuxième zone pour la gestion. Tout est géré par l’outil idoine/
      3. Elles ne mélangent pas un gestionnaire de paquets – graphique ou autre – avec un format pas prévu pour lui à l’origine.

      Il me semble que tu manques d’objectivité concernant cette distrib, je trouve ton appréciation et ton jugement un peu dur, c’est sûrement du à une méconnaissance de PCLOS enfin je l’espère.

      Non. Je me suis arraché des cheveux pour comprendre le fonctionnement de cette distribution. Il est tout bonnement incompréhensible par endroit, ne serait-ce que pour ce comportement ségrationniste envers certains logiciels.

      Ce n’est pas une distribution que je conseillerai, outre le fait encore plus incompréhensible d’utiliser apt-rpm en sauce synaptic. Les gestionnaires de paquets graphiques pour les RPM sont-ils donc mauvais à ce point ?

    2. Bonjour, depuis que je l’ai essayé je suis fan de pclos. Après avoir réussi l’installation en français qui n’est je le concède pas pour un tout débutant pour quelqu’un qui recherche une distribution rapide,stable,a jour,sécurisée j’ai pas pu trouver mieux. Après avoir essayé toute la famille ubuntu et dérivés et les manjaro j’arrive sur pclos en bureau mate au depart et lxde maintenant et pas de plantage et des applications plus a jour que sur toutes les autres distributions. je suis deçu que cet os ne puisse pas avoir plus de notoriété en france et j’espère qu’elle restera longtemps au catalogue. la seule chose qui me parait bizarre c’est le partitionnement automatique du disque dur qui fait 1/3,2/3 avec le boot et le home. par ex mon DD fait 150go mais je n’ai que 95go de disponible et j’avoue que je n’ai pas reussi a rétablir avec gparted.

      1. « des applications plus a jour que sur toutes les autres distributions. »

        Je ne demande qu’à voir. Des exemples ?

        « je suis deçu que cet os ne puisse pas avoir plus de notoriété en france et j’espère qu’elle restera longtemps au catalogue. »

        PCLinuxOS est née en 2003, dérivée de la Mandriva de l’époque : https://en.wikipedia.org/wiki/PCLinuxOS#Release_history

        Ensuite, tous les goûts sont dans la nature, mais j’avoue que les incohérences comme la « ségrégation » de certains logiciels sur le plan de la gestion. Une explication ? C’est la seule distribution qui fait cela, à ma connaissance.

      2. Bonjour, je suis d’accord sur ce commentaire, distribution rapide, stable, à jour, sécurisée, pour ma part je n’utilise que KDE sur PCLOS-mini ou PCLOS-full. sur la partie partitionnement, je suis étonné car l’assistant de partitionnement propose 2 choix :
        1) Utiliser l’espace disponible
        2) Partitionnement de disque personnalisé
        En cliquant sur le choix 2, on peut partitionner le ou les disques comme sur une Mageia.

        1. En cliquant sur le choix 2, on peut partitionner le ou les disques comme sur une Mageia.

          Normal étant donné la parenté « lointaine » entre les deux distributions 😀

          Dommage – désolé d’avoir le disque rayé – d’utiliser un duo improbable en terme de gestion de logiciels.

          1. Mon post est en réponse au commentaire de jp, qui apparemment a un soucis avec le partitionnement de son disque à l’install.
            Nul besoin de préciser que ton disque est rayé, j’avais compris. Je proposais juste une solution à un problème précis, à savoir, un partitionnement personnalisé.

        2. Bonjour merci de cette reponse positive. Moi j’ai lxde et j’ai choisi le choix 1 du partitionnement donc je pense que si je veux récupérer tout mon disque dur faut réinstaller. Pour l’instant je laisse comme ça car ça fonctionne nickel et avec les derniers logiciels du marché. Ex avec supertux en version 0.5

  5. Non non fan de GNU/Linux, de critiques positives en toute objectivité, sans prendre partie pour telle ou telle distrib, mais en restant assez longtemps sur une distrib parmi d’autre pour apprendre à la connaître et l’apprécier.

    Jp, un moyen simple est d’utiliser mylivecd, il te permet de créer une iso à l’identique de ton système et de ce fait, refaire une install en partitionnant /, home, swap, etc.
    L’installation de mylivecd ne suffit pas il faut aussi installer draklive-install et ensuite en ligne de commande: mylivecd le nom de ton iso. Tu obtiens un live cd d’une PCLinuxOS personnalisée.

  6. Ok pour arch est elle tous le temps a jour mais tout le monde ne peut pas s’en servir d’après ce que j’ai pu lire ça serait pas simple pour un novice sachant que je ne critique pas cet os qui a son interet mais une pclinuxos c’est pas beaucoup plus dur a installer qu’une lubuntu c’est pour ça que je la trouve très a jour et assez simple pour un novice mais bon ce qui fait aussi le charme de linux c’est qu’il y en a pour tout les gout

    1. Sauf erreur de ma part, il n’y a pas d’outil en ligne de commande au cas où synaptic pèterait un cable ? Et quid de la Manjaro ?

      PCLinuxOS est une distribution comme une autre. Mais sauf erreur de ma part, l’absence de gestionnaire de paquet en ligne de commande est un point de fragilité non négligeable.

  7. apt-rpm est en version 0.5.15lorg3.95-10pclos2016.
    Que ce soit ancien de conception, peut-être, mais ça « juste marche ». Tiens, autre chose qui, peut-être aussi va te faire bondir: pclos est, je pense, la seule distro à encore utiliser HAL.
    Bien sûr, aussi, SysVinit (1983 il me semble).
    Elle est archi-atypique, cette pclos. La version Mate Desktop a été sortie quand ils ont songé aux difficultés
    possibles d’avoir Plasma 5 sans systemd. KDE a toujours été le bureau par défaut. Pour les autres bureaux, ce sont des versions « communautaires », Trinity par exemple semble avoir pas mal de succès chez les Anglo-Saxons. Pas mal de nostalgiques du « old school » chez ces derniers.

    Je l’avais essayée quelques temps en 2014, avec KDE 4, je l’avais déjà trouvée surprenante.
    Et maintenant, avec Plasma 5, elle est devenue ma distro principale.

    1. Que ce soit ancien de conception, peut-être, mais ça « juste marche ». Tiens, autre chose qui, peut-être aussi va te faire bondir: pclos est, je pense, la seule distro à encore utiliser HAL.

      Tant mieux pour elle. Je n’imagine pas le niveau de patchs qui est nécessaire pour certains logiciels, vu l’utilisation de l’ancêtre HAL qui est abandonné en amont, non ? Le git n’a pas été mis à jour depuis octobre 2011 : 5 ans, rien du tout donc.

      https://cgit.freedesktop.org/hal/

      Pour les autres bureaux, ce sont des versions « communautaires », Trinity par exemple semble avoir pas mal de succès chez les Anglo-Saxons. Pas mal de nostalgiques du « old school » chez ces derniers.

      Je préfère Q4OS si j’ai besoin de Trinity. Une base deb avec apt, c’est mieux 🙂

      Et maintenant, avec Plasma 5, elle est devenue ma distro principale.

      Tant mieux pour toi. Chacun ses plaisirs.

  8. Pour l’outil en ligne de commande, il y en a bien un: apt-get. Et ça marche comme sur Debian. (juste recommandé de ne jamais utiliser apt-get upgrade, mais apt-get dist-upgrade).
    Ce n’est pas la seule distribution qui utilise apt avec des paquets non .deb, slapt-get et Gslapt utilisés par
    Salix pour gérer les maj et install de logiciels sous Slackware, c’est plus ou moins la même chose.
    Pour Trinity, même avis, je préfère une base deb. Mais bon, il y a une pclos communautaire « Trinity ». La
    dernière est sortie récemment (21/09/2016). Pour moi c’est exe Gnu/Linux, très proche de Refracta.
    Pour HAL, effectivement, je viens de vérifier la version installée: elle date bien de 2011.
    Pareil pour udev, c’est une version qui date d’avant son intégration par systemd. 2011 aussi.

    Donc, on va conclure là, je pense … PCLinuxOS est une distribution atypique sur bien des points. Elle utilise
    une ossature comportant des éléments plus qu’obsolètes. Y’a pas photo la dessus.
    Sur cette ossature assez hybride, une surcouche logicielle récente. (tout du moins avec KDE).

    C’est clair, (je rejoins ta position), rien à voir avec ce que propose Arch Linux ou toutes les Arch « like »
    comme Manjaro, Chakra, KaOs, Antergos etc, etc …. Je ne parle pas (volontairement) de Debian Sid qui pour
    moi n’est pas une rolling-release, mais dans l’écosystème Debian une version à disposition des devs/mainteneurs afin de préparer avec testing la seule vraie Debian de production: Stable.

    Malgré tout ça, moi ce que je constate au quotidien, c’est qu’elle fonctionne bien, cette pclos.
    Je préfèrerais qu’elle adopte la vision de Slackware: eudev, Consolekit2 et elogind pour Plasma 5
    (elogind/Plasma 5 proposé par AlienBob sur ses dernières isos). On verra ce que l’avenir réserve à cette distribution. Disons qu’elle a « le cul entre deux chaises » …..

    1. Pour l’outil en ligne de commande, il y en a bien un: apt-get. Et ça marche comme sur Debian. (juste recommandé de ne jamais utiliser apt-get upgrade, mais apt-get dist-upgrade).

      Donc une utilisation « limitée » ? Ouille, ça doit faire mal 🙂

      Ce n’est pas la seule distribution qui utilise apt avec des paquets non .deb, slapt-get et Gslapt utilisés par
      Salix pour gérer les maj et install de logiciels sous Slackware, c’est plus ou moins la même chose.

      Sauf que ce n’est pas apt qui est utilisé. http://software.jaos.org/#slapt-get

      « slapt-get is an APT like system for Slackware package management. It allows one to search slackware mirrors and third party sources for packages, compare them with installed packages, install new packages, or upgrade all installed packages. slapt-get is great for scripting as well. »

      Besoin de traduire ? 🙂

      Pour HAL, effectivement, je viens de vérifier la version installée: elle date bien de 2011.
      Pareil pour udev, c’est une version qui date d’avant son intégration par systemd. 2011 aussi.

      5 ans de retard pour des couches comme HAL ou udev, ça finit par faire beaucoup, non ?

      Donc, on va conclure là, je pense … PCLinuxOS est une distribution atypique sur bien des points. Elle utilise
      une ossature comportant des éléments plus qu’obsolètes. Y’a pas photo la dessus.
      Sur cette ossature assez hybride, une surcouche logicielle récente. (tout du moins avec KDE).

      Atypique est le mot le plus adapté.

      C’est clair, (je rejoins ta position), rien à voir avec ce que propose Arch Linux ou toutes les Arch « like »
      comme Manjaro, Chakra, KaOs, Antergos etc, etc …. Je ne parle pas (volontairement) de Debian Sid qui pour
      moi n’est pas une rolling-release, mais dans l’écosystème Debian une version à disposition des devs/mainteneurs afin de préparer avec testing la seule vraie Debian de production: Stable.

      Non, pas possible, on se rejoint encore.

      Malgré tout ça, moi ce que je constate au quotidien, c’est qu’elle fonctionne bien, cette pclos.
      Je préfèrerais qu’elle adopte la vision de Slackware: eudev, Consolekit2 et elogind pour Plasma 5
      (elogind/Plasma 5 proposé par AlienBob sur ses dernières isos). On verra ce que l’avenir réserve à cette distribution. Disons qu’elle a « le cul entre deux chaises »

      J’avoue me demander comment elle se lance encore, vu le bricolage intense de certains de ses composants… Et pour le duo ck2 / eudev, je ne puis qu’être d’accord. Ce serait un grand pas pour la sérénité de la distribution sur le long terme.

Les commentaires sont fermés.