Confession d’un amateur de musique, épisode 5 : ma découverte de la musique électronique avec « Ethnicolor » de Jean-Michel Jarre.

Cinquième épisode de cette série, c’est celui qui ressemble le plus à la confession diabolique pour le moment 🙂

Ma découverte de la musique électronique, je la dois à un titre publié en 1984 sur l’album Zoolook qui donne toute sa puissance en live, comme sur l’album « Houston-Lyon » de 1986. C’est avec cet album que j’ai découvert le compositeur.

Pour une personne qui apprécie le metal et ses guitares ultra-saturées, ça fait étrange d’avouer que mon adolescence a été bercée par Zoolook, Les Champs Magnétiques, Revolutions, Oxygène ou encore Equinoxe. Comme initiation à la musique électronique, c’est un sacré dépucelage auditif 😀

J’ai ensuite enchainé par les créations de Vangelis avec des bandes sons sublimes comme celles de « Blade Runner », de « L’Apocalypse des Animaux » ou encore « Opera Sauvage ». Par la suite, j’ai continué à écouter de la musique électronique de temps en temps. Il m’a fallu attendre plusieurs années pour tomber sur les créations de Roger Subirana ou encore sur celles plus sombres et plus psychédéliques de Cosmic Ground.

Je dois dire que je suis devenu très sélectif dans ce domaine, sûrement plus que pour le metal, la folk ou le rock progressif.

Les productions d’un certain David G me donnent la nausée… À croire que cet article du parodique Gorafi a visé juste pour une fois 🙂

9 réflexions sur « Confession d’un amateur de musique, épisode 5 : ma découverte de la musique électronique avec « Ethnicolor » de Jean-Michel Jarre. »

  1. On a donc commencé presque pareil… Vangelis, jarre. Mais j’ai bifurque sur roxy Music, Brian eno, Queen, Police,…et finalement histozic.fr va ressembler un peu à ça dans les prochains mois.

  2. Oui enfin ce fameux David G n’est pas reconnu dans le monde de la musique électronique, c’est de la musique de club.

    Par contre Jean Michel Jarre est un précurseur en la matière. Peut-être devrais-tu essayer d’écouter Kraftwerk qui sont sans doute les vrais pionniers de la musique électronique.

    A titre personnel, je n’aime pas la musique électronique (sauf la 8 bit !) mais bon, j’ai un coloc’ et des amis qui ne jurent que par ces sons alors j’ai fini par avoir une culture décente dans le domaine, si ça t’intéresse je dois avoir une centaine d’artistes sous le coude.

    Allez, je retourne écouter du hip-hop 😉

  3. Salut,

    Kraftwerk, Jean Michel Jarre (surtout Oxygène, mais Ethnicolor était vraiment pas mal)
    sans oublier le formidable Ron Grainer, réel précurseur de ce qu’allait devenir la musique electronique

  4. J’ai aussi commencé avec Jeam-Michel Jearre, à ses débuts, mais j’ai lâché assez vite. Ensuite, mais bien plus tard, je suis passé à Tangerine Dream, surtout les trois « live » des années 1980.

  5. Allons-y pour un peu d’intégrisme jarrien… !
    L’album s’appelle les « Chants Magnétiques » – jeu de mot qui ne passe pas en anglais et qui est donc traduit par « Magnetic Fields »…

  6. C’est marrant de lire ça, j’ai également été très fan de JMJ dans mon adolescence, fasciné par Equinoxe (qui est devenu un petit plaisir régressif que je m’octroie de temps en temps).

    J’espère que le David G. n’est pas David Gilmour… 😉

Les commentaires sont fermés.