ElementaryOS 0.4 « Loki » : le syndrome iPhone 7 en version logiciel libre ?

Je m’étais juré, après un billet gueulante du mois d’avril 2015 de ne plus parler du projet elementaryOS. Cependant, la sortie de la version 0.4 de la distribution en question me donne une occasion d’exprimer mon point de vue sur ce projet.

Ici, on retrouve le syndrome « iPhone 7 ». Le dernier smartphone, au moment où je rédige cet article, a fait sauté une technologie fonctionnelle et vieille de plus de 130 ans, le port jack au nom du progrès technique… Et pour imposer le passage à un port « made in Cupertino » pour à la fois charger le téléphone et y brancher un casque. En gros, comme l’USB, sauf que c’est une technologie brevetée par Apple.

La distribution elementaryOS fait quelque chose d’équivalent dans son domaine, et j’y reviendrai plus longuement par la suite.

Dans la note de publication de la elementaryOS basée sur la Ubuntu 16.04 LTS, on apprend en grande pompe l’arrivée de nouveaux indicateurs dynamique (comme ceux de Gnome 3.x ?), l’arrivée d’un outil de contrôle parental, qu’Epiphany a foutu un coup de pied dans les roustons de Midori pour la navigation web.

Bien entendu, il y a les phrases classiques l’amélioration des performances, des logiciels. Bref, l’argumentaire classique pour justifier une version majeure.

Après avoir récupéré l’image ISO via bittorrent depuis la page de téléchargement – dont la présentation est toujours aussi maladroite et qui n’a pas changé depuis ma gueulante d’avril 2015 – j’ai lancé mon ami VirtualBox pour faire mumuse avec la nouvelle version majeure de la distribution.

Après le démarrage, l’outil d’installation d’Ubuntu nous accueille. Rien de bien sorcier. Après avoir demandé et fait effectué l’installation en français. J’ai juste demandé l’installation des mises à jour et des logiciels non-libres dès le départ.

Une fois l’installation terminée, j’ai éteint la machine virtuelle.

J’ai lancé la capture vidéo pour vous montrer la post-installation pour vous montrer une elementaryOS 0.4 fraîchement installée en action.

Comment garder mon sang froid pour dire ce que je pense de cette version ? C’est juste une remise en cause incroyable de l’ergonomie des interfaces graphiques telles qu’on les conçoit depuis qu’elles existent. Donc en gros, on bazarde un acquis des 30 dernières années en terme d’ergonomie en sucrant les menus déroulants.

Vous imaginez un traitement de texte, un tableur ou encore un outil de retouche photo sans le moindre menu déroulant pour accéder à sa tripotée de fonctionnalités ?

À moins que j’ai mal cherché pour les réactiver ?

Dans ce cas, je ferai un mea culpa et un addenda à cet article.

Même Gnome qui s’est tablettisé avec sa version 3.x n’est pas allé aussi loin. Autre point qui m’a fait ragé, la mauvaise qualité de la traduction. Obligé de fouiller dans les réglages systèmes pour avoir ce qu’une Ubuntu de base (ou une de ses nombreuses dérivées officielles ou non) offre presque dès l’installation.

Quant à l’installation non localisée de LibreOffice, c’est vraiment la cerise sur le gâteau de la distribution. On a l’impression, une nouvelle fois, que l’esthétisme est passé avant l’ergonomie. Le meilleur adjectif qualificatif que je puisse trouver est gadget. C’est un gadget, un truc qui vous amuse cinq ou dix minutes avant de vous rendre compte que vous pouvez strictement ne rien faire avec cette distribution.

Avant qu’on me dise que je suis un cavalier blanc, comme celui du film « Vous n’aurez pas l’Alsace et la Lorraine », essayez donc de réfléchir un peu.

Peut-on en 2016 proposer de telles caricatures en terme ergonomique ?

J’avoue que je suis surpris par l’humanité rarement en bien.

55 réflexions sur « ElementaryOS 0.4 « Loki » : le syndrome iPhone 7 en version logiciel libre ? »

  1. Vivement la 0.6 🙂
    Mais bon, faut comprendre : un fork qui passe son temps à changer de papier-peint et à forker des applications non finalisées (Geary est plein de bugs et incomplet, en version 0.11, c’est pas vraiment une 1.0), faut pas trop lui en demander 🙂

  2. Hello,
    Je partage tout à fait ton opinion sur cette distribution, rien à ajouter tu as bien résumé tout ce que je pense de cette ‘chose’. Tu lui enlèves le bling-bling, c’est vide et pas fonctionnel en plus d’être bourré de bugs non corrigés au moment de sa sortie, joie ! À choisir, je préfère encore carrément utiliser la très austère, épuré et brut de décoffrage Debian Jessie édition xfce et ces ‘vieux’ logiciels, plutôt que ce machin.
    Non, franchement, je vois pas l’intérêt de ce projet ; à astiquer l’égo des devs sûrement ?
    Pour finir, je vais être cash et désolé si ça va vous blesser, sinon fermez vos yeux ou passer aux commentaires suivant :-D, pour moi, Elementary OS c’est de la merde.

          1. Bin, c’est parce qu’à l’usage, toute la partie logicielle reste excellente (et je fais volontairement abstraction de toute autre considération que le pur usage en écrivant ça).

            MacOS, c’est à des années-lumières de cet espèce de monstre de Frankenstein qu’est ElementaryOS. Pour qui tient à avoir du Apple sur PC, autant se compliquer un poil plus et se faire un Hackintosh, il y a des sites dédiés qui ont des guides en pagaille pour expliquer la marche à suivre. Mais faut arrêter de polluer le monde Linux avec des machins mal fichus comme cette distro bancale au possible qui multiplie les idées saugrenues.

        1. Perso j’ai un mac pro à chaque version de elementary je l’install sur un vieux PC, alors comme il est dit dans l’article pendant 5 10 minutes j’ai un truc sympa qui ressemble à mon mac et très vite je me réalise que j’ai un machin lourd avec plein de logiciel pas fini.
          Si j’avais du temps à perdre j’essayerai bien de l’installer sur mon mac pro mais j’ai peur que la lourdeur du système mette à genou mes deux xeon quad core
          Le logiciel de messagerie et jolie certes mais après c’est un désastre impossible de configuré un compte gmail sans baissé le niveau de sécurité de celui-ci…

          Perso je vais réinstallé une Debian pour retrouver quelque chose d’utilisable

      1. En parlant de prix un truc que j’ai remarqué et qui me rappelle ma jeunesse ou nike et reebok se concurrençaient en sortant chaque fois la chaussure la plus chère.
        Aujourd’hui Samsung et Apple se font la guerre des prix mais pas en les baissant, en les augmentant, chaque fois que l’un sort un produit il est toujours plus chère que celui du concurrent comme si le prix était gage de qualité…. Et le pire ce sont ces gros c… qui se jettent sur ses produit se pavanant avec leur iphone et galaxy dernier cri

        1. Ah, la dictature de l’apparence et des marques… J’y pensais plus, tiens. Il faut dire que je n’achète un smartphone que tous les 24 à 30 mois, et que j’y mets 100 à 120€. Loin des 800€ d’un iPhone 7 d’entrée de gamme ou des 600€ pour l’équivalent chez Samsung.

  3. On peut faire le parallèle avec l’analyse de Cyrille Borne, à savoir que Elemantary Os ressemble furieusement à un terminal pour cloud, dans lequel seuls les services en ligne pré-configurés sont accessibles.

    Du contrôle de l’utilisateur effectivement.

  4. Et puis on peut même pas faire des liens sur le bureau… Et Epiphany, à part planter au bout de 5mn d’utilisation, il est vraiment très limité (le programmeur a du louper son certificat d’étude).

    Bref un grosse merde cette distri.

    1. si tu peux mettre des icone sur le bureau du moins sur la version précédente en faisant quelques bidouilles tu arrivais il fallait rajouter quelquechose au demarrage je ne me souviens plus de la méthode. Mais ça alourdissait encore un peu plus le system

  5. J’ai testé aussi. Pour me faire ma propre idée. Je confirme tous les points cités, et des bugs en plus (Epiphany qui ne se lance plus…) et le proco qui tourne à fond et finit par surchauffer. Bien évidement, je ne sais pas pourquoi et je m’en fous.
    Bref, encore une distro qui disparaîtra avant la version 1.0

    1. Oups!
      Sur ta chaine youtube je viens juste de voir que tu as déjà fait une vidéo sur UbuntuBSD en mars, et dans tes commentaires tu dis que c’est plutôt un massacre!! lol

      C’était l’ancienne version basée sur Ubuntu 15.10, la nouvelle version est basée sur Ubuntu 16.04, alors pourquoi ne pas refaire un test pour voir si les choses se sont un peu améliorés….

  6. A mon avis plus que pour s’astiquer l’ego, je pense que ce sont surtout des businessmans, et que leur but premier est de faire de l’argent. D’ailleurs sur la page d’accueil, pour télécharger l’iso, il faut chercher un bon moment, (puisqu’il n’y a aucune explication sur cette même page) pour comprendre qu’il faut mettre un zéro dans la case « Montant » afin que le bouton « Acheter… » se transforme en « Télécharger… ». Si ça ce n’est pas une grosse invitation à passer à la caisse…

    Sur les menus déroulants, je ne comprend pourquoi tu t’emportes autant. C’est peut-être l’avenir des logiciels… Firefox par exemple propose bien l’option de ne pas afficher la barre de menus, et reste utilisable, les paramètres étant regroupés sur le bouton « hamburger » en haut à droite. Moi ça ne me gêne pas si cela reste fonctionnel, si les les fonctions sont accessibles par boutons. C’est vrai chez Elementary qu’ils sont très accès sur l’esthétique de l’ensemble, et ce n’est pas pour me déplaire non plus, c’est pour cela que j’utilise Gnome 3 (avec Manjaro), c’est parce c’est le bureau que je trouve le plus joli esthétiquement, et pour moi ça compte.

    Petit hors sujet car je n’étais pas sur le net en août et je n’ai pas pu répondre au test de Mint 18. Quand on te suit depuis longtemps on sait que tu n’affectionnes pas trop la menthe. Et cela ne m’a pas étonné de te trouver plutôt rude, comme on se jette sur non’os, notamment avec l’histoire des mises à jour où tu disais : « éviter autant que possible les mises à jour partielles. Cela peut être source à terme de problèmes de sécurité ou de stabilité ».

    Techniquement cela doit avoir du sens ce que tu dis, mais concrètement ? Car chez Mint cette solution est proposée depuis longtemps (c’était le cas sur les versions LTS 17, 17.1, 17.2, 17.3), puisqu’ils partagent en 5 niveaux, que par défaut seul les 3 premiers sont activés, les niveaux 4 et 5 étant considérés comme instable et expérimental. C’est la distribution que j’installe pour les amis(es). Je me suis amusé à compter, la 17.x je l’ai installé pour 23 ou 24 personnes depuis 2 ans, que ce soit avec Cinnamon, Mate ou Xfce en fonction du matériel. Il n’y a jamais eu aucun problème avec les mises à jour ou bien la seule fois, il n’y avait plus de mise à jour disponible car le dépôt français choisi n’était plus actif, c’est le seul problème que j’ai rencontré. Aussi j’ai trouvé que tu criais au loup bien bien fort car concrètement cela fonctionne bien.

    Et puis tu ne montres pas des aspects sympas sur cette Cinnamon, comme les « coins actifs », la possibilité de désinstaller les logiciels directement à partir du menu, etc. Encore un point, sur ta vidéo on peut voir qu’elle rame sur ton pc « vieillissant » + virtualbox, mais en dur sur un pc portable processeur Intel i5 2nd génération « seulement » + un SSD, ça ne rame pas du tout du tout ! Vivement qu’un riche donateur pense un peu à toi 😉

  7. Salut Fred,

    Quelques remarques / réponses par rapport à la vidéo :
    – C’est elementary qui a créé Plank, pas de changement à ce niveau là, le dock est toujours Plank 😉
    – Une des raisons du fork de Geary (après que Yorba ait coulé), c’est la volonté de passer à Evolution-Data-Server en backend. Jeter le client imap de geary pour EDS permettera de supporter POP et le chiffrement avec GPG.
    – ils ont fait des concepts (il y a quelques années maintenant) de ce à quoi ressemblerait un logiciel de traitement de texte ou un tableur sans menu déroulant :
    – traitement de texte : http://elementary-art.deviantart.com/art/Writer-Concept-351501580
    – tableur : http://elementary-art.deviantart.com/art/Spreadsheet-363147552
    – présentation : http://elementary-art.deviantart.com/art/New-Presentation-Concept-401767854

    Deux petits liens avec d’autres concepts si tu veux encore plus de deeeusign :
    https://github.com/elementary/mockups
    http://elementary-art.deviantart.com/

    1. Alors attention, dans l’idée et sur ces concepts, pourquoi pas.

      Sauf que 3 ans plus tard, si l’on se base sur la mise en ligne sur dA, on s’aperçoit dans la vidéo de Fred qu’à la mise en pratique, il manque les 3/4 des fonctionnalités. L’idée de remplacer les menus déroulants par d’autres design, ce n’est pas nouveau, le ruban d’Office et ses onglets, les boutons qui font apparaître des bulles ou des volets avec les réglages dedans, le menu central de Firefox, etc., mais à chaque fois, les concepteurs ont bien attendu d’avoir remis correctement la totalité des différentes fonctionnalités avant de lancer tout ça dans le grand bain. Là, manifestement, on est loin, mais alors très loin du compte.

  8. Vous n’êtes qu’une vieille fripouille, oui, oui le vieux ridé à moitié bourré en costard de cuir qui schlingue le vieu cigare et qui pense avoir la vérité absolue dans certains bars des vieux films des années 80. Vous souffrez du syndrome du « c’était mieux avant » et scrogneugneu je casse tout ce qui ne ressemble pas à ses logiciels ancestraux d’un autre âge que seul certains ploucs utilisent encore ! Bref, faites quelque chose de votre vie, il y a tant de choses plus intéressantes à faire !

  9. déjà que les mise à jour sous ubuntu sont foireuses, j’imagine même pas sous cette pseudo distro ,sinon j’espère que tu testera prochainement la nouvelle solus os c’est bien mieux que ce truc rapiécé, avec lequel tu l’a dans l »OS » 😉 merci pour tes review.

  10. Je suis à moitié d’accord avec toi, comme toujours 😀
    * Sur la musique, bien sûr 😉
    * Ensuite, la disparition des menus déroulants est à la mode et ce n’est pas (toujours) un mal : Quand je vois le bond graphique et pratique qu’a fait Evince, on y a gagné. Pareil pour Baobab, les applis Gnome Calculatrice, Calendrier, Musique, File-Roller, etc.
    Par contre, on se retrouve beaucoup trop souvent avec, comme tu l’as dit, des applications rachitiques. Et ça, c’est pas Elementary, mais Gnome qui a commencé. Quand on voit la mentalité des développeurs de Gnome, à tout simplifier et *REFUSER* la moindre feature « avancée » (oui oui, je mets des guillemets, c’est dire le niveau d' »avancement » de certaines applis), c’est malheureusement pas étonnant. Bon, et encore, parfois, tu as des menus comme dans Evince.
    Le gestionnaire de fichiers de Elementary est tiré de Nautilus (moi je me garde mon bon vieux Nemo qui plante mais qui fonctionne bien).

    Tiens, un exemple d’application « très avancée » qui tend à supprimer les menus déroulants (mais ça n’est pas encore complètement le cas) : Sunflower, un file manager assez avancé. Il a très mal pris sa transition à gtk3 mais il redresse de mieux en mieux la barre, je te conseille de tester 😉

    Bref, je pense qu’en ce moment, ce n’est plus aux distros qu’il faut s’y prendre, mais à Gnome.

    PS : J’ai tenté, en vain, d’utiliser Geary. Je repasse tous les jours sous Thunderbird-beta. L’agencement en colonnes de l’interface est inutilisable.

    1. Quand j’étais sous Xfce, j’utilisais Evince et File-Roller. J’ai installé le dernier Cheese pour faire quelques essais, et il reste encore un menu déroulant. Brasero en possède encore.

      Ensuite, Gnome avec sa version 3.x a voulu tablettiser l’interface. Grossière erreur, vu que les PC hybrides, c’est pas encore ça.

      Pour Sunflower, je ne connais pas. Je jetterai un oeil dessus dès que possible.

      1. Tu utilisais Evince et File-Roller avec ou sans les menus ? Je sais qu’il y a un projet fork de maintien de l’ancienne interface.

        Dans l’exemple de Cheese le menu se réduit à :
        * Plein écran >> Une icône est bien plus claire et évidente. On vire ça du menu déroulant
        * Préférences >> Idem. En plus l’accès passe de deux clics de souris à un seul
        * Aide, À Propos >> On met ça dans le petit menu qui apparaît en cliquant sur l’icône de l’appli, c’est assez évident (comme pour Evince)
        * Quitter >> Ya la croix, c’est bien mieux. Et si un logiciel a « plusieurs instances » ou un mode démon, tu mets soit une icône soit dans un menu déroulant qui apparaît avec une icône (comme pour Evince, Musique,…)

        Au final, pour cet exemple, Cheese y gagnerait à virer son menu déroulant, non ? On y gagnerait aussi au nombre de pixels verticaux gaspillés, regarde : http://pix.toile-libre.org/upload/original/1473594438.png (Evince VS Cheese)

        Donc cracher sur l’inexistance de menu déroulant, c’est pour moi infondé.
        Par contre tu as tout à fait raison sur la simplification des logiciels et la disparition des fonctionnalités (bonjour Nautilus, le bon mauvais exemple). Et tablettiser l’interface, comme tu dis, ne devrait pas revenir à cette simplification, je pense qu’on sera d’accord 😉

        Pour Sunflower, j’ai discuté un peu tout à l’heure avec les dévs, ils ont un peu les mains prises avec le passage à gtk3, le truc est instable au possible.

        1. Pour Cheese, c’est un logiciel « relativement simple ». Mais va virer les menus déroulants d’un logiciel plus complexe comme un traitement de texte, un tableur ou un outil de retouche photo…

          Donc cracher sur l’inexistance de menu déroulant, c’est pour moi infondé.

          Cracher ou dénoncer une régression ergonomique ?

          Par contre tu as tout à fait raison sur la simplification des logiciels et la disparition des fonctionnalités (bonjour Nautilus, le bon mauvais exemple). Et tablettiser l’interface, comme tu dis, ne devrait pas revenir à cette simplification, je pense qu’on sera d’accord 😉

          La logithèque native d’eOS est restreinte en fonctionnalité au point que cela en devient caricatural. Même le lecteur de musique de Google sur Android a plus d’option que Noise Player sur eOS.

          Ce qui est peu dire 🙁

  11. On peut accorder une chose à ElementaryOS, le fait d’essayer de tout repenser et d’avoir du code derrière contrairement aux autres distributions qui se cantonnent à packager tel ou tel logiciel ou à customiser une ubuntu.
    De ce point de vue là elle est intéressante et pour rester sur le point de vue, totalement d’accord avec l’article, le leur vis à vis de l’utilisation d’un ordinateur est merdique au possible. Tant pis ils essayent et peut-être que dans toute cette merde un logiciel sortira du lot. J’en avais déjà parler mais la force d’une distribution ce sont ses logiciels et pas autre chose on peut prendre l’interface la plus nulle qui soit le but final reste l’exécution d’un logiciel pour une tâche et là elementary se plante et se re-plante à chaque release avec brio, on pourrait dire « touche le fond et creuse encore ».

    Je me dis qu’ils devraient se cantonner à proposer des thèmes, des icônes et se concentrer sur un seul logiciel, ils seraient bien plus efficaces. Après c’est facile de critiquer et il ne faut pas oublier que lorsque le projet à démarrer les membres de l’équipe étaient tous très jeune et avec peu de recul sur l’utilisation de l’informatique. Ce projet a probablement été une école pour eux, mais bon à un moment quand ça marche pas il faut changer.
    Peut-être également qu’ils ne se rendent pas compte de l’inutilité de leur distribution, quand on regarde leurs forums ils sont bien vides: https://elementaryforums.com/index.php
    Les gens mécontents n’ont pas l’air de communiquer sur l’état d’eOS.

    1. J’suis d’accord avec toi. À force d’être abonné à plein de flux RSS, j’ai plus de news de nouvelles distros (ou de leur avancement) que de news de nouveaux logiciels/fonctionnalités/librairies/versions/etc.
      La « force de frappe » du logiciel libre se perd quelque part dans les distros, ça fait peur aux gens qui sont sous leur « gentil petit windows unique et simple ».
      Perso si je devais faire un choix exhaustif dans les distros ce serait : 
      * ArchLinux pour les tarés, parce qu’il en faut
      * Manjaro (et nombreux dérivés officiels/communautaires) pour le grand public, parce que c’est simple et fonctionnel (en tout cas j’ai moins de problèmes avec que mon entourage avec Ubuntu/Mageia/…)
      * EdUbuntu pour les vieilles machines
      * BlackLinux (C’est plus son nom je crois ?) et autres distros « sécurité »
      * Debian (et, si il le faut VRAIMENT, CentOS) pour le côté serveur
      … Et quelques autres distros spécialisées, parce qu’elles ont une raison d’être. Mais autant être basé sur du Arch (ouai, le gestionnaire de paquets de Debian est à mettre à la benne le plus vite possible donc je n’aime pas cette distro)

      1. J’ignore pourquoi WordPress avait poubelliser le commentaire. Je m’en suis aperçu et j’active le passage dans les commentaires publiés.

        Merci pour les tarés au passage 🙂

        Sinon, je partage une bonne partie de ton classement. Le gestionnaire de paquet de Debian commence à faire son âge. Il serait temps que Debian fasse sa révolution Copernicienne dans ce domaine.

  12. Je viens me poser un petit peu en défenseur de cette distro vu que peu de gens ont l’air de s’y intéresser réellement.

    Bon pour mieux comprendre mon point de vue, un petit détail de mon parcours : j’ai été sous Windows depuis w98 et jusqu’à Windows 7, je me suis ensuite lancé dans le hackintosh et dans Linux et je ne peux plus me passer d’Unix depuis. Sous Linux, j’ai commencé avec Ubuntu (vers les débuts d’Unity) et j’ai fini par passer sous Elementary OS à sa version 0.2, tout en faisant des rapide passages sous Fedora, Debian, Gentoo et OpenSUSE avec une utilisation surtout sur pc portable.

    Aujourd’hui, mon PC tourne sous OS X 10.11 (toujours en hackintosh) et accompagné d’un Windows 10 et d’une Elementary OS 0.3 (que je vais passer sous peu en 0.4). J’utilise aussi un serveur sous ArchLinux parce que je n’ai jamais trouvé meilleure distribution pour une utilisation avancée (tellement plus pratique pour changer les options de compilation de NGinx par exemple).

    Bon tout est dit, j’adore la nouveauté, je transpire la nouveauté, et je suis adepte des GUI simples. Pourtant ça ne m’empêche pas d’être un utilisateur avancé (décompilation et modification AML, mount et bind mount pour concilier mac, linux et windows sur une partition home et une partition application commune aux trois OS, bidouillages du bootloader, environnements de développement pour mes études (master informatique), mise en place d’un serveur de A à Z sous ArchLinux en remplaçant un peu toute la merde qu’ovh met en place et autres joyeusetés…)

    Alors pourquoi cet Elementary OS a pris sa place en tant que distro Linux sur mon ordi ? Je vais pas vous mentir, si je suis quotidiennement sous OS X, c’est bien parce qu’elle manque encore de trop d’outils. Enfin pas plus que tout autre Linux au final. Et elle est loin d’être exempte de défauts.

    Petit détail quand même : pour la suite de ma réponse, il est important de faire la distinction entre simple et basique. Une interface graphique simple, c’est une interface bien foutue : on s’y repère facilement et ça prend un minimum de clic pour faire n’importe quelle action, simple ou compliqué (à l’opposé d’un Windows qui t’oblige à ouvrir 40 fenêtres avant de trouver le bouton pour faire une action compliqué par exemple, ou qui propose un gestionnaire de périphérique incapable de donner des détails précis sur les périphériques…). Une interface graphique basique, c’est une interface incomplète. On peut faire des actions simples mais on oublie les actions avancées.

    Pour les points négatifs, je vous rejoins sur l’article :
    – Le téléchargement semblant obliger à payer est vraiment une mauvaise approche.
    – L’interface graphique est peut-être simple mais loin d’être assez complète (en comparaison avec d’autres interfaces, je trouve un Windows ou un KDE totalement bordélique, non-intuitif et à l’opposé de la simplicité : passer par 40 fenêtres pour effectuer une opération avancée, c’est une douleur permanente. Je préfère largement Mac qui permet de faire à peu près n’importe quelle opération avancée bien plus rapidement que n’importe quelle autre interface graphique).
    – Ça touche aussi d’autres composants de l’interface graphique qui me dérange assez : le launcher (slingshot) est pratique quand on a pas plus d’une dizaine d’applications d’installées mais travaillant avec des outils très variés, il m’est assez facile d’installer une cinquantaine d’applications sans pouvoir regrouper manuellement dans des dossiers. Je dois me contenter des catégories Linux qui sont de mon point de vue loin d’être efficaces.
    – On aboutit aussi à des applications propres à l’OS mais totalement inutile : la calculatrice incapable de passer en mode scientifique ou programmeur, bon on a mieux rien qu’en utilisant Google.
    – Enfin, j’ai eu et ai encore de nombreux bugs dans Freya quand Luna était un temple de stabilité. Mais au même titre que les applications non adaptés à l’interface graphique, cela est dû à la jeunesse du projet. Remplacer cet espèce de déchet qu’était l’app center d’ubuntu était vraiment une priorité (enfin le cas pour loki). Le remplacer par un app center fraichement créé va surement être préjudiciable pour loki puisqu’il y aura surement plus de problèmes qu’avec un gnome software center. Mais sur le long terme, s’il est développé correctement, l’OS va vraiment y gagner de pouvoir mettre en avant les applications développé pour son environnement.

    Bon alors avec tous ces problèmes, qu’est-ce qui me fait rester tout de même sous Elementary OS ?

    C’est tout simplement le coeur de l’interface graphique que je trouve irremplaçable. Très inspiré de Mac certes, on reprends quand même les éléments les plus importants à savoir un retour visuel à chaque action, assez détaillé pour que tout soit totalement instinctif. Une petite liste de qualités irremplaçables :
    – Le desktop switcher, qui permet d’afficher tous les bureaux et exposer les fenêtres. On a des alternatives, avec Gnome et Cinnamon qui proposent surement les 2 seules vraies alternatives. Cependant, même si cela doit bien faire 3 ans que je n’ai pas testé Cinnamon ou Gnome dans une utilisation quotidienne, j’ai eu des assez gros problèmes par le passé quand je les avait essayé (Gnome encore très inconsistent, un mix entre gnome 2 et 3 très peu homogène et des applications assez humoristiques quand on voyait les fonctionnalitées enlevés et restantes, et Linux Mint avait une fâcheuse tendance à se saborder lui même après une certaine période d’utilisation : gros ralentissements inexpliqués et problèmes de paquets brisant apt). Il me semble aussi que cinnamon expose toutes les fenêtres de tous les bureaux en même temps, ce que je ne trouve absolument pas pratique pour déplacer une fenêtre sur un autre bureau.
    – Le switchboard (gestion des paramètres) reste aussi bien plus simple que ce qu’on trouve généralement sous Linux, tout y est exposé plus clairement.
    – Les nouveaux indicateurs permettent une vue bien plus claire que ce qu’on trouve sur n’importe quel OS. Ouaip les icônes, c’est bon, ça se mange bien. On s’y repère plus vite, on cherche pas. Quand on regarde le nouveau menu des paramètres Windows 10, y a pratiquement aucune icône, on passe du temps à tout lire et à chercher. De la même manière depuis Yosemite, le Finder a vu ses icônes de la barre latérale passer au noir et blanc et on s’y repère moins.
    – Le dock. Bon comme d’habitude on a surement l’un des moins complets. Par contre l’accès à la fonction « ouvrir en tant qu’administrateur », non présente sous docky par exemple, et le fait qu’il n’ait pas des menus aussi blindés que d’autres docks (je pense notamment à cairo-dock qui a le syndrôme KDE : des menus tellements énormes qu’on est toujours en train de chercher ce qu’on veut dedans) est une de ses forces. On a l’utile et rien de plus, exit toutes les fonctions qu’on utilise une fois par an ou par miss-click.
    – Et d’autres éléments qui ont été historiquement plus pratique avant les autres distribs. Je pense notamment aux notifications (c’est toujours d’actu cette daube de système de notifs sous unity qu’on peut pas fermer et qui nous bloque l’accès à une partie de l’écran ?) ou au terminal, qui a implémenté le ctrl+c/ctrl+v comme copier/coller. Et non cela n’empêche pas d’arrêter un programme car le ctrl+c permet bien d’arrêter l’exécution du programme lorsqu’on est pas dans un prompt.

    Après, si par-ci par là, on a des petites spécificités pas très convaincantes dans leur coin, c’est le mix du tout qui est vraiment génial. L’interface graphique est la même partout, les applis se lancent avant même d’avoir relaché le clic de sa souris, et surtout quand on ferme une app, elle se relance exactement comme on l’avait laissé.
    Pour faire la comparaison avec les autres interfaces dans les commentaires, on a un Unity qui ne cesse de mixer des technologies (un peu de Qt par ci, un peu de GTK par là, on touille le tout pour avoir un bordel bien lent et mal présenté).
    Un xfce et un lxde qui ne jouent clairement pas dans la même cours (c’est fonctionnel, on peut en faire quelque chose de pas trop moche, c’est léger, mais aucune véritable animation. Bon d’après l’article, vous n’accordez aucun intérêt ergonomique aux animations, la plupart des gens ici ont l’air de les considérer comme du « bling-bling ». Mais bon sachez qu’il existe aussi des personnes pour qui l’animation permet un côté instinctif : elle confirme que le pc a effectué la bonne action et qu’on n’a pas cliqué sur un autre bouton en allant trop vite). Pour moi, xfce et lxde restent des interfaces permettant d’installer un système sur de vieux ordinateurs ne supportant rien d’autre.
    Un KDE totalement bordélique, avec une tonne d’inutilité permanente dans les menus dont je ne me sert qu’une seule fois pour configurer l’interface et qui me pourrissent la vie ensuite car m’obligent à chercher en permanence.
    Enfin reste Gnome qui est celui qui se rapproche le plus de Panthéon. Les 2 ont simplement des buts différents puisque Gnome 3 a pour but de créer une interface utilisable sur écran tactile quand Panthéon cherche à créer une interface simple, utilisable par tous, en alternative à certaines étrangetés de Gnome, mais pour une utilisation clavier/souris. Étant donné la présentation vraiment inefficace des menus déroulants de Gnome (cliquer sur le nom de l’app dans la barre de notif pour faire apparaître le menu), je préfère encore une distribution qui s’en passe. Si j’accorde une affection particulière aux menu déroulants de Mac qui sont vraiment parfait pour les logiciels complexes et pour rechercher des fonctions, Linux n’a jamais réussi à faire mieux que les menus déroulants de Windows qui n’apportent aucun intérêt si ce n’est de compacter toutes les fonctionnalités dans une barre compacte au lieu de les répartir dans une interface graphique claire. Le menu des dernières versions de Microsoft office en est l’exemple parfait, ces fonctionnalités peuvent être réparties dans une interface plus claire.

    Je trouve l’article assez injuste sur la comparaison, Elementary OS reste un projet extrêmement jeune et les applications le sont aussi. L’utilisation de petits navigateurs comme Epiphany répond à un besoin de rapidité et de simplicité, de la même manière que Edge ou Safari le sont pour Windows ou Mac. Si je passe les 3/4 de mon temps sur un autre navigateur (précédemment Firefox, que j’ai lâché pour Vivaldi du fait qu’il commence à sacrément faiblir, et du fait que Chrome s’intègre très mal sous Linux), il m’arrive fréquemment d’utiliser un navigateur plus petit pour des recherches rapides et éviter d’ouvrir mes 40 onglets de travail.
    Les applications sont encore incomplètes, et j’espère que cela ne le restera pas, mais elles permettent un bureau unifié.

    La communauté soutient le projet, il suffit d’aller voir la page google+ : https://plus.google.com/communities/104613975513761463450
    Ou encore de voir la liste des applis spécifiquement créées pour Elementary :
    https://quassy.github.io/elementary-apps/apps/

    L’article souligne surtout le gros problème d’Elementary : cet OS n’est pas encore complet. Les applications sortent petit à petit, les fonctionnalités aussi, mais tout est fait dans le respect du code, des standards et des logiciels sous-jacents. Il suffit d’aller jeter un coup d’oeil au launchpad pour comprendre que les idées ne manquent pas.
    https://launchpad.net/elementary

    La distribution vise en effet des utilisateurs non expérimentés et à ce titre, ne propose que les fonctions utilisées par tous. Je ne compte plus les personnes à qui j’ai installé Elementary OS alors qu’ils ne connaissaient que Windows et qui ne peuvent plus s’en passer. Personnellement, j’effectue les actions avancées par le terminal lorsque il n’y a aucune interface graphique permettant de faire ce que je souhaite. Cela me permet de garder un bureau rapide et efficace pour une utilisation plus classique.
    J’ajoute aussi beaucoup de fonctionnalités après une installation fraîche, comme touchegg pour le touchpad, ou zsh avec prezto ou oh-my-zsh pour un terminal efficace. Je ne me sert que peu de Libre Office à cause de son interface trop bordélique, ayant pris goût à la simplicité de Pages sous Mac. Créer un document bien présenté est d’une complexité déconcertante. Je lui préfère WPS office sous Linux, étant un peu plus clair et compatible Microsoft Office, même si je n’ai jamais vraiment trouvé chaussure à mon pied en suite office pour Linux.

    1. Je ne répondrai que sur ce point :

      Je trouve l’article assez injuste sur la comparaison, Elementary OS reste un projet extrêmement jeune et les applications le sont aussi. L’utilisation de petits navigateurs comme Epiphany répond à un besoin de rapidité et de simplicité, de la même manière que Edge ou Safari le sont pour Windows ou Mac. Si je passe les 3/4 de mon temps sur un autre navigateur (précédemment Firefox, que j’ai lâché pour Vivaldi du fait qu’il commence à sacrément faiblir, et du fait que Chrome s’intègre très mal sous Linux), il m’arrive fréquemment d’utiliser un navigateur plus petit pour des recherches rapides et éviter d’ouvrir mes 40 onglets de travail.

      Extrèmement jeune ? Il existe depuis 5 ans, ce qui pour le domaine de l’informatique libre correspond à une petite éternité.

      Sur le reste, rien à rajouter. Il faudra juste m’expliquer ce qu’apporte de plus WPS, outre le fait d’être fermé et de cloner l’interface ruban qui est une horreur à utiliser.

      1. 5 ans pour une distribution qui re-développe son propre DE et ses applications, oui c’est plutôt court. La plupart des autres distributions basé sur Ubuntu se contentent de packager ce qui existe déjà, avec éventuellement une minorité d’apps exclusives (Cinnamon pour Mint par exemple).

        Elementary veut se différencier en créant un éco-système complet et cohérent, ils ne peuvent pas se permettre d’utiliser des applications qui existent déjà et sur lesquelles ils n’auront pas la main. Alors oui ça peut paraître ambitieux et lent. Je pense que ce n’est pas pour rien que leur numéro de version est 0.X et non 1.X, ils savent que leur éco-système n’est pas encore complet et qu’il reste beaucoup de choses à faire.

        Après pour le fait qu’ils « vendent » leur distribution, elle reste tout à fait correcte pour des personnes non expérimentées. Les autres savent comment faire pour l’arranger à leur sauce.

        Pour WPS, je trouve personnellement l’interface et le ruban bien plus pratique que le fouilli de fenêtres de LibreOffice. Mais ça reste une question de goûts et de couleurs.
        Par contre un intérêt concret, c’est de pouvoir ouvrir des fichiers Office de Microsoft sans avoir les conversions hasardeuses de LibreOffice. Les documents s’affichent comme leur créateur les a conçu.

        1. 5 ans pour une distribution qui re-développe son propre DE et ses applications, oui c’est plutôt court. La plupart des autres distributions basé sur Ubuntu se contentent de packager ce qui existe déjà, avec éventuellement une minorité d’apps exclusives (Cinnamon pour Mint par exemple).

          Pour le gestionnaire de fenêtre, Budgie a mis deux ans pour être vraiment utilisable. Mais il est vrai qu’il ne s’est pas lancé dans le processus de réinventer la roue pour chaque outil.

          Je pense que la version 1.0 n’existera jamais. Pour une simple et bonne raison : trop ambitieux pour une petite équipe, dépendance d’une distribution qui ne sort une version long terme que tous les deux ans, lourdeur de la base.

          Après pour le fait qu’ils « vendent » leur distribution, elle reste tout à fait correcte pour des personnes non expérimentées. Les autres savent comment faire pour l’arranger à leur sauce.

          La présentation de la page de téléchargement est plus que maladroite. C’est cela le noeud du problème.

          Pour WPS, je trouve personnellement l’interface et le ruban bien plus pratique que le fouilli de fenêtres de LibreOffice. Mais ça reste une question de goûts et de couleurs.

          Si tu aimes une interface fouillie, c’est ton choix, pas le mien.

          Par contre un intérêt concret, c’est de pouvoir ouvrir des fichiers Office de Microsoft sans avoir les conversions hasardeuses de LibreOffice. Les documents s’affichent comme leur créateur les a conçu.

          C’est quoi la dernière version de LibreOffice que tu as utilisé ? Sinon, il m’est arrivé de ne pas pouvoir ouvrir un document entre deux ordinateurs équipés de la même génération de MS-Office, dans un même lieu donné.

    2. Je te rejoins Wargtek sur beaucoup de points. Moi je n’aime pas leur approche commerciale pas vraiment assumée. On sent qu’ils ont dû mal à la rendre accessible gratuitement et je pense qu’il est probable qu’un jour, si elle existe encore, elle ne soit que payante.
      Mais je reconnais que je suis séduit par l’ergonomie, l’esthétique de l’ensemble et qu’il y a derrière un gros travail. Je l’ai installé ce matin en dur pour avoir une meilleure idée. J’ai rajouté Libre Office qui effectivement était en anglais, j’ai fait pareil que Frédéric en installant le français par le terminal. Transmission, VLC, Moniteur Système sont arrivés en français. Puis j’ai installé FireFox qui est arrivé en anglais. Mais cette fois j’ai jeté un œil dans « Paramètre système » + « Langue & Pays » et là surprise il m’indiquait « La prise en charge des langues supplémentaires n’est pas entièrement installée ». J’ai cliquer sur « installer » et FireFox est passé en français. 🙂
      J’ai testé testé la même opération pour « Thunderbird » avec exactement le même résultat pour que pour FireFox. Donc pas si mauvais point pour EOS de ce côté là, il serait bien sûr préférable qu’ils arrivent tous directement dans la langue du système mais au moins on peut se passer de la ligne de commande.

    3. Je pense que pour une utilisation quotidienne eOS est une bouse et apparemment tu n’en fait pas une utilisation quotidienne puisque tu es à la fois sous Mac, sous Windows et sous Linux.
      Maintenant imagines-toi deux secondes être novice et n’utiliser qu’eOS car c’est ce que la majorité des gens font, ils n’utilisent qu’un système.

      Comme tu disais tu transpires la nouveauté mais la majorité des gens veulent un système qui fonctionne sans vraiment de changements puisque cela va les perturber. Alors, au final est-ce mal qu’elementary soit encore en construction? Non bien sûr mais par contre faut pas essayer de se vendre user-friendly quand c’est pas le cas car on leur tombe dessus rapidement.

      – Les icônes sont cools mais on les trouvent ailleurs que sous eOS. (xubuntu par exemple)
      – Les applications sont bugués (gestionnaire de musique par exemple)
      – L’interface est la même partout mais concrètement avec n’importe quel thème c’est pareil.
      – Le dock est sympa mais je trouve pas ça fonctionnel (avis perso pour le coup)
      – L’appcenter c’est pas du tout une initiative d’elementary c’est pareil dans la 16.04
      – Les notifications sont pas oufs non plus je click sur la notif d’update rien ne s’ouvre. Je click donc sur appcenter qui me notifie 3 mises à jour, l’onglet des MAJ n’est même pas afficher. Je vois pas ce qu’il y a de génial là dedans, les autres distributions font mieux.
      – Les animations sont parfois lentes ou saccadées sur des config moyennes (dual core 2go de ram par exemple). Et au fait Xfce permet les animations avec compton.

      Perso je pense qu’il faut pas prendre les gens pour des demeurés. Même nos grands mères se débrouillent avec une xubuntu où un windows bordélique alors pourquoi leur filer un truc castré et pas stable. Pour les novices, il vaut mieux un peu de complexité à apprivoiser doucement et une stabilité exemplaire et ça j’en suis sur. Le problème de ces distributions c’est qu’ils se lancent dans des projets sans consulter le public avant ou faire des tests à grande échelle.
      Je m’occupe de reconditionner des PC sous GNU/Linux pour le grand public. J’en fait une sacré tournée à l’année et je te confirme la chose sur le terrain et loin des idées le constat est tout autre concernant les gens. L’important c’est la stabilité et les logiciels utilisés pas autre chose sinon c’est le retour assuré de la machine avec des tonnes de questions et de frustrations.

      Je n’ai aucun grief contre eOS, je l’ai utiliser pendant 1 an. Je veux juste qu’ils arrêtent de se vendre user-friendly parce que c’est faux et contre productif pour le passage des gens vers GNU/Linux.

      1. Actuellement, je n’en fait pas une utilisation quotidienne, certes. Par contre, pendant mes bidouilles sans trop prendre mes précautions sous Mac, il m’est fréquemment arrivé de le planter, alors que j’avais des projet à rendre pour mes études…

        Du coup je me suis retrouvé dans des situations où j’avais le choix entre Windows ou Linux. Pendant 3 ou 4 mois, je restais donc sur Elementary OS par manque de temps ou par flemme de réparer Mac. Si j’ai pris Elementary OS, c’est parce que je trouve justement que tous les autres DE que j’ai testé ont un défaut qui dérange trop pour rester dessus.

        A part Freya qui avait une tendance à me mettre un message d’erreur comme quoi une application avait planté au démarrage (alors que tout tournait niquel), je n’ai jamais eu de problèmes ou de plantage avec Elementary. Freya a surement été un peu moins stable que Luna au vu des critiques, mais elle a aussi introduit beaucoup de nouveautés, et pour beaucoup de gens, la stabilité a été corrigé assez rapidement avec les mises à jour (bon moi, j’ai toujours eu ce message d’erreur d’une application planté et j’ai jamais vraiment su d’où il venait). Pour le lecteur de musique, j’avoue qu’il a encore de sacrés progrès à faire, mais cela ne m’a pas trop dérangé étant donné que j’écoute ma musique sur YouTube principalement. Cela dis, les personnes que je connais et qui ont besoin d’un bon lecteur de musique installent généralement VLC quel que soit leur OS.

        Par contre, quand je te lis : « Perso je pense qu’il faut pas prendre les gens pour des demeurés. »
        Je pense que tu n’as jamais eu l’occasion d’utiliser un Mac quotidiennement, et que tu es toujours resté sur un environnement Windows/Linux.
        Tu ne voit dans l’interface graphique que l’apparence. Si OS X était juste un thème, il y a bien longtemps que Linux l’aurait dévoré. Elementary essaie de reprendre le principe de Mac, à savoir toutes les applications se ressemblent certes, mais réagissent aussi pareil. Tu ferme n’importe quelle application elementary, elle se rouvrira au point où tu l’aura laissé. Les raccourcis sont identiques partout.
        C’est pas juste un thème, c’est la position des boutons, des menus avancés, de l’organisation de ces menus… C’est ça qu’on appelle un éco-système cohérent, pas juste un ramassis d’application où chacun fait ce qu’il veut. Si tu regarde aussi dans le système, elles respectent toutes les même conventions d’installation, leur fichier de config sont placés au même endroit (et qu’est-ce que j’aimerai que ce soit le cas pour toutes les apps Linux, des fichiers de config qui volent de partout dans la partition home, je peux rien en faire, je peux pas m’organiser comme je veux sur mes partitions parce que les développeurs ne respectent pas les conventions…)
        Le dock manque de fonctionnalités, je te l’accorde. Bien que ça évite aussi qu’il soit pollué avec des truc comme les docklets complètement moche de Docky par exemple.

        L’appcenter sur Loki est bien une initiative eOS. Ubuntu 16.04 utilise Gnome Software Center, développé par Gnome et qui va surement être sur la plupart des distribs Gnome sous peu. Le backend est pratiquement le même, la différence étant surtout qu’Elementary veut mettre en avant les applications développé pour son éco-système et autoriser les applications payantes avec moins de restrictions que le Gnome Software Center (bien que je ne sache par trop quelles sont les restrictions du Gnome Software Center).

        Les actions des notifications sont dépendantes des applications et pas des notifications elles même. L’appcenter étant nouveau sur Elementary OS, il est probable que toutes les actions n’aient pas encore été implémentées pour le moment. Je parlais des notifs qui sont bien parce que tu peux déjà toutes les fermer, contrôler quelles apps peuvent afficher des notifs, et elles ne restent jamais plus que le temps qu’il faut si tu ne fait rien.

        Pour les animations, encore une fois je ne parle pas d’animations en gros bordel à la compiz juste pour faire joli, je parle d’animations visuelles utiles (déplacement entre les bureaux avec Super+Flèche par exemple, que j’ai assigné aux 2 boutons latéral de ma souris) qui te montrent clairement où la fenêtre se barre quand tu la réduit, que la fenêtre s’agrandit ou se réduit quand tu la met en plein écran, etc…
        Sur Elementary, tu n’a aucun doute, tu sais toujours sur quelle fenêtre tu es, quelle est l’action que tu vient de faire, et quels sont les éléments qui sont intégrés au DE. Les animations proposés par les autres DE ne sont pas toujours explicites. C’est pas juste pour les « abrutis qui savent pas ce qu’ils font », ça augmente juste ta confiance dans l’OS si jamais à un moment tu étais un peu moins attentif ou si tu a cliqué trop vite et tu est pas sur que tu étais sur le bon bouton par exemple. Pour une utilisation quotidienne, c’est vraiment utile.

        Ouais après les animations saccadent sur les vieilles config, c’est un problème récurrent sur n’importe quel Linux utilisant un peu trop la partie graphique (entre le vieux serveur X, les drivers pas toujours au top, et des utilisations d’OpenGL pas toujours récentes pour supporter les vieilles configs justement). Elementary reste quand même moins gourmand qu’un Ubuntu ou un Gnome 3 en moyenne donc si Elementary saccade, c’est déjà que le PC ne peut pas faire tourner plus qu’un XFCE en général.
        Quand Elementary passera sous Wayland, je pense que tous ces problèmes devraient disparaître. Par contre je n’ai aucune idée d’où le projet en est, il y avait un blueprint ou un rapport de bug là dessus sur le launchpad pour Loki mais il a disparu pendant le développement de la beta. Ils ont peut-être attendu la prochaine version à cause du travail requis, mais je trouve ça assez dommage étant donné que les grosses distribs ont toutes intégrés Wayland depuis.

  13. Bon bon bon, l’idée me tarraude tout de même de vous répondre, M. Bezies, même si votre haine d’elementary OS est connue, reconnue, et que nous ne serons absolument pas sur la même longueur d’onde.
    Tout d’abord, elementary 0.3 (pas encore testé la 0.4) tourne parfaitement sur mon vieux lenovo t400, dont le processeur a quand même pris un coup de vieux. Je ne connais pas les caractéristiques de votre machine virtuelle, mais il y a moyen d’avoir nettement plus de fluidité. Dommage pour la présentation. Évidemment, LxQt est moins gourmand en ressources, mais c’est un peu le but de ce bureau, alors que Pantheon met l’accent sur l’esthétisme, la fluidité des animations, etc.
    Le graaaaand reproche numéro 1 que vous faites est qu’il n’y a pas certaines applications (j’avoue que file roller aurait fait du bien, mais bon). L’idée des développeurs d’eOS est de fournir un ensemble des logiciels qu’ils ont développé (avec le minimum pour le faire fonctionner, je vois d’ici les sabots me faisant remarqué qu’ils n’ont pas inventé le noyeau Linux ni le serveur X). Personnellement, je trouve aussi que ce serait bien de fournir dans l’archive Libre Office et fileroller, mais je comprends parfaitement leur point de vue sans avoir besoin d’exploser au passage des millieurs d’heures de travail, pour conclure avec grandiloquence et une superbe scatophile que c’est « du caca ». Il y a un magnifique gestionnaire d’application, ce n’est pas extrêmement difficile d’installer LibreOffice, OpenOffice, Gnumeric ou un éditeur de texte dans le terminal, parce qu’il n’y a que ça de vrai, après tout. Ceci dit, Libre Office en version 5.2 permet un affichage simplifié, et j’espère qu’il sera envisagé de l’intégrer.
    Personnellement, j’ai eu extrêmement peu de crashs sur Luna comme sur Freya, donc question stabilité, comparé à Mageia ou Ubuntu, rien à redire sur le long terme. Certes il y a manifestement un bug et une mauvaise étiquette sur le bouton pour mettre les paramètres liguistiques en place, mais ça ne se fait jamais qu’une fois. Les packages de langue étant assez lourds, le français n’est pas supporté par défaut (il faut le télécharger), mais dans les deux versions précédentes c’était marqué, il me semble, dans l’installateur qui est, lui, bien traduit.
    Enfin, oh rage, oh désespoir, oh vieillesse ennemie (quel troll je fais), où sont donc disparus les menus déroulants ? Et bien, la philosophie d’eOS consiste justement à ne pas mettre de menus déroulants. Déroutant ? Le but n’est PAS de faire des application hyper complexes qui permettent de traiter image, son, de charruer son potager et de planifier le moment où il faut faire couler le café, mais bien d’avoir des programmes simples, qu’on apprend en 5 minutes pour faire 95 % du travail (si Photo permet de gérer son album et d’améliorer un pu les images, on préférera Gimp pour la grande retouche photo, par exemple). Et dans ces programmes simples, toutes les options disponibles sont affichées sur l’écran, pas besoin de chercher dans des menus déroulants à ouvrir. Voilà pourquoi il n’y a aucun menu déroulant.
    Ce qui ne vous empêche pas de disposer des toutes les magnifiques applications disponibles dans la logithèque Ubuntu, qui est tout de même une des plus grandes disponibles sous Linux, et dont les logiciels contiennent pleiiiiin de zolis petits menus déroulants.

  14. Bonjour,

    Je suis utilisateur de Loki sur plusieurs machines et de Mac OS X, je fais du linux sur serveur et en desktop depuis une dizaine d’années, de gentoo à elive en passant bien par Ubuntu. Moi je reste sur mac pour une raison un peu particulière : je n’arrive pas à avoir de pc silencieux. j’ai acheté plusieurs fois des configs chez mon assembleur proche de chez moi, et mes acouphènes ont toujours explosé dès une utilisation prolongée avec la dite machine. Avec un mac en revanche, on a du silence garanti tant qu’on ne fait pas d’action exigeante.
    Tout ca pour dire que j’aimerais bien être sous linux 100% du temps, et que ce n’est pas parce que je trouve mac trop bien que je ne « switche » pas. Etant développeur, j’ai également besoin du mac pour faire tourner des apps pro qui ne tournent pas sous linux, bref.

    La première fois que j’ai testé Elementary, je me suis dit c’est juste un clone simpliste de mac, et j’ai désinstallé. ce que globalement vous faites tous. parce qu’on est habitués à voir des dizaines de distro passer, à la recherche de la perle rare qui aurait toutes les options qu’on aime déjà installés et sans bugs. Pour être honnête, souvent à côté, on a une Ubuntu qui reste, parce que c’est pas mal aussi d’avoir un truc qui tourne correctement.
    Sauf que tout a éclaté quand Canonical a sorti son Unity. depuis comme le dit notre hôte, on fork à tout va, on voit beaucoup de clones de gnome 2 améliorés tenter des approches graphiques, et on voit un gnome 3 qui est vraiment absent de la bataille… (et qui bizarrement est maintenant plus présent en rpm qu’en deb).
    J’ai toujours été fan des interfaces GTK plus claires et plus stables selon moi que leur équivalent KDE/Qt. Quand j’ai décidé de me remettre à participer au développement, j’ai cherché une distro qui serait un paradis pour les amateurs de GTK. et j’ai été surpris de retomber sur Elementary, mais sous l’angle GTK, j’ai complètement oublié le parallèle avec mac et là en m’intéressant vraiment à la distro j’ai vu le potentiel.

    Je parle de potentiel, car n’en déplaise à M. Bezies nous sommes encore loin de la version 1.0 et que 5 ans de développement c’est très court, même pour une seule application (notamment libre office / open office souvent cité en référence). Je vous invite à développer un jour une application sur votre temps libre pour vous rendre compte du temps que ca prend. Soit dit en passant, Elementary est une des seules distro à avoir un tutoriel pour apprendre à programmer une application pour elle.

    Une longue introduction pour répondre juste à cette remarque, le reste n’étant qu’opinion : « Moi je n’aime pas leur approche commerciale pas vraiment assumée. On sent qu’ils ont dû mal à la rendre accessible gratuitement et je pense qu’il est probable qu’un jour, si elle existe encore, elle ne soit que payante. »
    Je pardonne bien sur ces propos bien mal renseignés par le fait que pour tester une distro vous téléchargez une iso et vous vous faites votre opinion. Moi même je ne vais pas tout le temps (mais la plupart du temps je le fais quand même) sur le site de la distro pour me renseigner. Pourtant dès les premiers mots de Daniel Foré sur la sortie de Loki (https://www.youtube.com/watch?v=MN8dVJ6_AL8), on explique le modèle économique de cette distribution et pourquoi les donations sont au centre de la distribution. Le but de la structure Elementary est de capter les utilisateurs de Windows ou de Mac et de leur proposer un outil open source de plus en plus abouti tout en créant des emplois open source et en finançant les projets libres qui sous tendent la distribution : Freya a permis la création de 3 employés dédiés à Elementary et sur les 17000 dollars de bounties, 9000 ont été payés par Elementary pour résoudre des bugs généraux hors pantheon et applications dédiées.
    Avec l’arrivée d’Houston, l’app store open source va encore plus faire grincer les dents de ceux qui considèrent qu’on ne doit pas faire d’argent avec l’open source, mais en tant que développeur on ne peut être que motivé par une distribution qui part de rien et qui propose un moyen de bosser pour de l’applicatif Linux, avec en plus une vraie documentation. Pour moi, cette bataille d’ego dénoncé par notre hôte est intrinsèquement lié au bénévolat et au fait que la majorité des projets sont développés soit par des étudiants qui abandonnent dès qu’ils ont fini leur sujet d’étude ou alors par des gens qui font ca sur leur temps libre mais en espérant une contrepartie sociale en échange, de la reconnaissance, de la visibilité pour leur cv etc. Mettre en place une market place qui permette à chacun d’utiliser Elementary gratuitement mais en canalisant les donations dans des canaux bien définis (bounty source, crowdfunding mensuel etc) et en plus essayer d’avoir une approche grand public d’un os (car qu’on le veuille ou non l’esthétisme et la simplicité impactent directement sur l’envie d’un utilisateur windows / mac de passer à linux), c’est pour moi nécessaire, courageux, et source d’espoir pour le libre qui pour l’instant ne domine que le monde des serveurs.

    Pour le reste, on aime ou on n’aime pas, ca ne se discute pas.

    Restez libres.

    1. Merci Psylog pour ces compléments d’info. Je te rejoins sur bien des points et suis tout à fait d’accord avec ton avis « car qu’on le veuille ou non l’esthétisme et la simplicité impactent directement sur l’envie d’un utilisateur windows / mac de passer à linux ».
      Cependant au risque de me répéter je n’apprécie pas la façon dont ils poussent les gens à payer la distribution pour la télécharger. Et cher Psylog ce ne sont pas des propos mal renseignés, mais bien le sentiment que j’ai en arrivant sur leur page d’accueil. Cela du fait que leur bouton « Acheter » se transforme en « Télécharger » seulement si l’on comprend qu’il faut mettre un zéro dans la case « Autre » (autre montant). Mais pourquoi ne donnent-ils aucune explication sur cette même page, ni apparemment sur aucune page de leur site https://elementary.io/fr/ ? Je suis peut-être un peu lent mais il m’a fallu un bon moment et plusieurs essais pour comprendre. Ce qui pour moi démontre clairement une intention mal dissimulée de diriger le plus grand nombre à cliquer sur « Acheter ».
      En cherchant bien j’ai trouvé l’explication du zéro à rentrer mais sur la page d’un autre site http://www.elementaryos-fr.org/telecharger-elementary-os/

  15. ça me fait penser à certains fabricants de télés (Qui a dit Samsung ?)qui ont, au nom de la soi-disant simplification, supprimés le bouton audio de la télécommande (pour changer la langue) et qui sont infoutus de laisser la v.o. En auto.
    Ce qui fait qu’on a le droit aux doublages à 2 balles par défaut , et qu’il faut passer par un menu super lent pour changer la langue, et ce, à chaque fois…

    Quand à Eos, je l’ai définitivement banni de mes DD, en particulier pour ces inutiles Forks de logiciels ainsi que certain bug qui m’ont foutu le Bazard dans mes fichiers (Et sans oublier la malhonnête page de téléchargement…).

    A+

  16. Salut à Tous,
    Et ben moi je viens de l’installer en dur à la place de LM18 Mate.Je vais un peu à contre sens.
    Je trouve ça rapide et agréable à l’oeil.Par contre pour les pseudo soft minimaliste, je les ai remplacés par geeqie par exemple pour les images et pcmanfm,terminator,thunderbird et chromium.Bon j’ai pas fini.
    Par contre je trouve epiphany très rapidesur l’affichage des pages même si pour certain site ça fonctionne pas.
    Bon je suis d’accords sur la page de download. Après je pense qu’ils perdraient moins à faire leur propre apps sachant qu’une multitude de softs exixtent pour une même utilisation.
    Pour finir, j’ai voulu passer sur fédora mais des applis dont j’ai besoins pour le boulot ne s’installent pas. Dommage.
    Bonne soirée.

      1. Salut.
        Ben en fait j’ai rien gardé car finalement leur slingshot ne marche pas.
        J’ai installé une f24 workstation et j’ai trouvé les appli qui manquaient.
        Il me manque juste le client von fortiget a mettre en place.
        Tout ça sur un portable HP de 2010 avec 8 GB de RAM et un ssd.

Les commentaires sont fermés.