Dis tonton Fred, ça ressemblait à quoi le monde du libre, il y a un an ? Épisode 5 : août 2015.

Ah, le mois d’août… Son farniente, son ennui monumental, bref, le pire mois de l’année, sauf pour les natifs et natives du dit mois. Ayant pas mal d’ami(e)s né(e)s en août, donc toutes mes excuses pour le mois qui vous a vu arriver. C’est vrai qu’il faut se tenir au chaud courant novembre, après tout 🙂

Prenez un verre de thé glacé, et voyons donc comment se comportait la cour d’école maternelle géante qu’est le monde du logiciel libre.

Je commençais le mois avec l’Arquetype CRT qui se lançait dans la mode des rolling release, avec une image ISO basée sur la Manjaro Linux.

Je faisais aussi le bilan de 14 mois sans Adobe Flash installé de manière constante sur mon disque dur… Et il est toujours absent, un an plus tard. Comme quoi, on peut vivre sans Adobe Flash. La mi-août 2015 approchait, et je parlais de la renaissante Bodhi Linux dont la tête avait frolé le couperet de la guillotine, avec leur projet de dérivé d’e17, le Moksha Desktop.

Fraichement revenu de la mi-août, je parlais des distributions un brin obèses avec des exemples parlants : la PinguyOS ou encore la UUmate. Et pour rester dans les obésiciels, je terminais le mois avec PC-BSD 10.2.

Un mois assez calme au final.

Pour terminer, un petit rappel des principaux logiciels libres au début d’août 2015, en me basant sur le tutoriel d’installation d’Archlinux du même mois.

  1. Le noyau Linux 4.1.3
  2. Gnome 3.16.2
  3. KDE SC 4.14.10 et Plasma 5.3.2
  4. Xfce 4.12.0
  5. Mate Desktop 1.10.1
  6. LibreOffice 4.4.5

Allez, rendez-vous début septembre prochain pour le sixième épisode de cette série de voyage dans le passé récent.

3 réflexions sur « Dis tonton Fred, ça ressemblait à quoi le monde du libre, il y a un an ? Épisode 5 : août 2015. »

  1. Ouais, « sauf pour les natif/ves du mois », parce que devine quel jour je fête mon anniversaire ! 😉
    Du coup, c’est novembre que j’aime pas (et le duo automne-hiver en général).

    Flash, il n’y a désormais plus que Pluzz sur navigateur et – dans une moindre mesure, car il en existe des versions alternatives sans Flash – noco pour m’obliger à le garder. Quoique je préfère passer par la version pour Chromium et Vivaldi (elle, elle est à jour et pas coincée en version 11.2.202.××× !), elle est plus fluide que la version NPAPI « classique », surtout quand on ne met pas en plein écran. Mais comme le module est réglé en activation sur demande, on peut presque dire que je vis aussi sans Flash au quotidien.

    Il me manquera pas, celui-là…

Les commentaires sont fermés.