Les projets un peu fou du logiciel libre, épisode 10 : Icaros Desktop… AmigaOS, lève-toi et démarre ! :)

AROS est un OS libre un peu spécial. Il est né fin 1995 avec la volonté de réimplementer en code libre l’ensemble du code de l’AmigaOS 3.1. Durant la longue agonie du mythique ordinateur des années 1980 qui a commencé au début des années 1990, jusqu’à la banqueroute de Commodore en 1994 puis le rachat par Escom en 1995, qui fit faillite à son tour en 1996, un nombre croissant d’utilisateurs et de développeurs sur Amiga avaient envie d’améliorer l’existant voire de le faire survivre.

Durant l’hiver 1995-1996, Aaron Digulla lança un pavé dans la mare, et demanda l’avis de la communauté pour voir comment faire survivre AmigaOS qui était quand même un OS en avance sur son époque. Le projet AROS naquit. Au début, c’était l’acronyme pour Amiga Research Operating System, puis c’est devenu pour des raisons de marque déposée AROS Research Operating System.

Il a fallu plus de 10 ans pour obtenir une réimplementation libre de l’AmigaOS, tel que les Amiga 1200 et 4000 avaient pu le connaître. Cependant, le support n’est pas limité aux circuits Motorola 680×0 des machines de Commodore. Non, le code a été porté sur les processeurs 32 et 64 bits pour PC, pour PowerPC, et même sur les Raspberry Pi.

Le développement continue toujours, et on peut avoir un aperçu de l’implémentation libre d’AmigaOS via le projet Icaros.

J’ai donc récupéré la dernière version en date d’Icaros, la 2.1.2 sorti fin juin 2016.

http://vmwaros.blogspot.fr/2016/06/say-hello-to-icaros-desktop-v212.html
[fred@fredo-arch ISO à tester]$ wget -c http://www.icarosdesktop.com/icarosfiles/IcarosLive_2_1_2.7z.exe
–2016-07-29 14:56:56– http://www.icarosdesktop.com/icarosfiles/IcarosLive_2_1_2.7z.exe
Résolution de www.icarosdesktop.com (www.icarosdesktop.com)… 62.149.140.146
Connexion à www.icarosdesktop.com (www.icarosdesktop.com)|62.149.140.146|:80… connecté.
requête HTTP transmise, en attente de la réponse… 200 OK
Taille : 1733093448 (1,6G) [application/x-msdownload]
Sauvegarde en : « IcarosLive_2_1_2.7z.exe »

IcarosLive_2_1_2.7z 100%[===================>] 1,61G 3,50MB/s in 8m 0s

2016-07-29 15:04:56 (3,45 MB/s) — « IcarosLive_2_1_2.7z.exe » sauvegardé [1733093448/1733093448]

J’ai ensuite renommé le fichier IcarosLive_2_1_2.7z.exe en IcarosLive_2_1_2.7z puis un coup de p7zip pour avoir une image ISO exploitable dans VirtualBox.

On se retrouve avec une image ISO en 32 bits uniquement – bizarre – et des qemu précompilés pour MS-Windows en 32 et 64 bits. J’ai donc pris l’ISO en 32 bits pour l’insérer dans une machine VirtualBox. J’ai pu trouver les réglages via une page du blog de la mère Zaclysque j’ai donc honteusement – et c’est bon la honte – pompé en augmentant la mémoire vive et l’espace disque conseillé 🙂

Le démarrage est ultra rapide, autant que sur un HaikuOS. Ensuite, j’ai lancé l’installateur, et fait partionner le disque en deux : 20G pour le système, 28Go pour l’utilisateur.

Un redémarrage a été nécessaire pour la prise en compte des partitions.

L’installation complète a pris une dizaine de minutes. Durant celle-ci on peut configurer les langues ou encore le fuseau horaire.

Puis j’ai bataillé pour modifier la résolution écran qui était trop grande… Bref, j’ai fini par réussir, et je me suis replongé entre 1993 et 1995 quand j’avais un Commodore Amiga 1200 comme ordinateur principal… Le plus simple, c’est une vidéo que vous trouverez ci-après.

Évidemment, l’ensemble est dépaysant, et cela fait plaisir de voire que des personnes continuent de vouloir faire vivre l’héritage d’AmigaOS et de son ergonomie spécifique. Il est dommage que le Wanderer n’ait pas réimplementé le menu déroulant dans la barre supérieure quand on activait le clic droit de la souris.

Même si on est loin du confort d’une distribution GNU/Linux typique en matière de support audio et vidéo, cela reste un projet à suivre du coin de l’oeil.

6 réflexions sur « Les projets un peu fou du logiciel libre, épisode 10 : Icaros Desktop… AmigaOS, lève-toi et démarre ! :) »

  1. Alors là, chapeau. Faut avoir la foi, quand même. J’aurais bien aimé revoir un petit Deluxe Paint, autre mythe de la machine de commodore qui a raté le coche du monde professionnel. Mais c’est là que je me dis que non, je ne réinstallerai pas Haiku OS, qu’il y a trop de retard maintenant sur bien des points pour autre chose que de la nostalgie.

    Pour la peine, je me demande si je ne vais pas me tester les émulateurs CPC en Windows, Debian et Android. :p

    1. C’est vrai qu’en l’état, c’est souvent plus pour la nostalgie ou la pure geekerie ce genre d’OS.

      Concerant Haiku, le souci vient principalement du fait qu’on ne sache pas très bien où ça en est vraiment, du fait que l’équipe du projet n’ait à aucun moment depuis la dernière alpha stable en 2012 décidé de faire comme ce que Fred avait salué pour la 1.0 de SolusOS, à savoir marquer une étape histoire de montrer que ça va quelque part.

          1. Il existe des images issues des derniers changements dans le dépôt (il est même recommandé des les utiliser). Donc oui on peut suivre régulièrement le projet.

Les commentaires sont fermés.