En attendant l’arrivée d’une « Ubuntu Lumina Desktop » ou d’une ISO communautaire pour la Manjaro Linux, à quoi ressemble ce nouvel environnement de bureau ?

Vous ne connaissez pas Lumina Desktop ? C’est un environnement basé sur QT5, tout comme LXQt ou encore Plasma, mais qui utilise comme gestionnaire de fenêtre fluxbox.

Développé par les équipes de PC-BSD, c’est un environnement qui se veut léger. Le code pour la version 1.0 ayant été gelé le 8 juillet 2016, j’ai eu envie de faire « mumuse » avec cet environnement qui se veut minimaliste. Selon l’article qui annonce le gel du code, la date visée pour la publication de la version 1.0.0 est la mi-août 2016.

Pour tester le dit environnement, je suis parti d’une base Archlinux avec un Xorg préinstallé. Il existe un paquet pour Lumina Desktop 0.8.8 – au moment où je rédige cet article, le 22 juillet – donc sérieusement obsolète. Une version git dont il faut corriger légèrement le PKGBUILD nous permet d’accéder à une version presque 1.0.0.

Dans ma machine virtuelle dédiée, j’ai modifié le PKGBUILD en commentant la ligne suivante :

$srcdir/lumina/libLumina/make-linux-distro.sh Debian

Pour avoir la gestion du réseau, j’ai rajouté dans la ligne depends le paquet networkmanager-qt. Enfin, j’ai modifié la ligne du qmake-qt5 en rajoutant « QMAKE_CFLAGS_ISYSTEM= » ce qui donne au final :

qmake-qt5 QMAKE_CFLAGS_ISYSTEM= PREFIX="/usr" QT5LIBDIR=/usr/lib/qt

J’ai rapporté le correctif le 1er juillet 2016, mais le mainteneur semble s’en préoccuper autant que de sa première couche-culotte.

J’ai donc fini avec la commande magique :

makepkg -si

Il faut noter que l’utilisation du thème d’icones oxygen fait récupérer une partie non négligeable de Plasma 5.x… Juste 84 paquets pour un peu plus de 336 Mo.

lumina002

Ensuite, en post-installation, j’ai rajouté compton, xterm, pavucontrol et numlockx. La partie marrante a été de rajouter les traductions. Par défaut, l’environnement est en anglais. Il faut passer par un autre dépot git, lumina-i18n.

Je n’ai lancé la session graphique qu’après la création des traductions. Cette dernière est sympathique. Il faut commencer par cloner le dépot git.

git clone https://github.com/trueos/lumina-i18n.git
cd lumina-i18n

Il faut ensuite modifier le fichier mkrelease.sh dans le répertoire scripts. En effet, pour archlinux, l’exécutable lrelease ne se trouve pas dans /usr/local/lib/qt5/bin/lrelease mais dans /usr/bin/lrelease.

Une fois la ligne correspondante modifiée, on peut lancer la génération des traductions via le script mkrelease.sh


cd scripts
./mkrelease.sh
cd ..

On crée le répertoire où seront stockés les traductions :

sudo mkdir /usr/share/lumina-desktop/i18n
sudo tar xvf dist/lumina-i18n.txz -C /usr/share/lumina-desktop/i18n

J’ai ensuite lancé sddm tout en définissant auparavant un clavier en français :


sudo localectl set-x11-keymap fr
sudo systemctl start sddm

Une fois déconnecté et reconnecté, on se retrouve avec un lumina dans la langue de l’utilisateur. Du moins, si tout s’est bien passé. Le gros problème de l’environnement, outre sa jeunesse, c’est la légèreté de la logithèque disponible.

Pour compléter la logithèque, j’ai rajouté Qupzilla, LibreOffice, pulseaudio, sans oublier qps pour avoir un gestionnaire de tâches. Je n’ai pas réussi à obtenir une icone pour le réseau. Sûrement un bug de jeunesse, car nm-applet a beau être présent, l’outil de configuration Lumina refuse de l’activer.

Lumina Desktop est un peu comme LXQt, et les deux sont vraiment encore trop incomplets pour proposer un environnement léger basé sur QT5. Un des points faibles est le gestionnaire de fichiers, rudimentaire. Mis à part cela, pour une première version d’un environnement écrit depuis la feuille blanche, le résultat est intéressant…

Il est presque certain qu’il y aura des bonnes âmes pour proposer soit une ISO basée sur Ubuntu, soit sur la Manjaro Linux avec Lumina Desktop… Au moins, vous aurez pu voir avec cette vidéo une version à peu « brute de décoffrage » de l’environnement !

10 réflexions sur « En attendant l’arrivée d’une « Ubuntu Lumina Desktop » ou d’une ISO communautaire pour la Manjaro Linux, à quoi ressemble ce nouvel environnement de bureau ? »

  1. Salut Fred !!
    Merci pour cette vidéo intéressante. Je ne connaissais pas encore cet environnement. Il est encore beaucoup trop jeune pour une utilisation quotidienne, mais c’est certainement un projet à suivre…

    Par contre, je voulais signaler un souci dans la vidéo à partir de 1’30 environ. Il y a un sérieux décalage. La bande son reprend au début et la vidéo aussi, mais quelques secondes après…

    Encore merci pour tes tests que j’apprécie beaucoup.

    À+

    Tony

  2. Merci pour cet article, je note que Lumina n’as toujours pas fini de se débattre.
    C’est triste à dire mais même avec son environnement natif, j’ai jamais pu supporter cette bestiolle. Ça m’as claqué deux fois entre les doigts (2014 et 2015), depuis c’est terminé.

  3. alors , pour l’interface lumina

    comme le projet a pour but d’etre indépendant des plateformes BSD , port ,
    ils ont chosi essentiellment QT5 et fluxbox comme libraires de base pour l’interface graphique,
    et comme leur choix n’est de rien interfacer avec systemd , policy , Dbus , etc
    il ajoute par implémentation avec C++

    cf les dépendances minimales requises
    https://github.com/trueos/lumina/blob/master/DEPENDENCIES

    donc un autre environnement qui lui ne prends aucun élément de base de Kde , gnome en pré-requis

  4. Je suis en train de tester Lumina sur la Debian, je suis un peu perdu mais tout semble opérationnel, la semaine passée j’avais testé LXqt mais je n’ai pas été conquis.
    A pluche.

Les commentaires sont fermés.