« Never Two Without Three » : découvrez le « Horstcore ».

Il m’arrive d’être contacté, soit via courrier électronique, soit par un message via le réseau à l’oiseau bleu, par des artistes et groupes.

Cette fois, c’est un courrier électronique que j’ai reçu de la part du groupe Horst. Situé à Paris, il pratique un genre musical à part entière, baptisé Horstcore. C’est un mélange de post-rock et d’un genre qu’on appelle le math rock. Non, ce n’est pas un genre musical inventé par les mangeurs d’équations et de théorèmes au noms (a)variés.

C’est – merci Wikipedia – un mouvement né au milieu des années 1980, qui se composent de riffs et de mélodies le tout mâtiné d’une compléxité rythmique. En gros, des compositions tout sauf simplistes 🙂

Horst m’a donc contacté pour me parler de la disponibilité de leur troisième opus auto-produit, en téléchargement à prix libre et médiator sur la guitare (oui, faut bien adapter les expressions, non ?) sous licence Creative Commons CC-BY-NC-SA.

L’album dure un peu moins de 39 minutes. Avec 5 pistes entre presque 6 minutes et une qui approche les 11, c’est normal, non ? 🙂

Dès la piste d’introduction, on est sur du lourd. Du bon gros post-rock, avec quelques riffs bien « dotés ». L’équilibre entre les deux inspirations du groupe est bien respecté.

J’ai bien aimé aussi le nom des pistes, comme « My Yin In Your Yang », un brin plus énervé que la piste précédente, mais aussi la plus courte de l’album.

« Alf », la troisième piste, est dixit le groupe la plus post-rock de l’ensemble, et aussi la plus douce. Il faut dire qu’avec presque 11 minutes au compteur, ce serait difficile de dire le contraire 🙂

L’avance dernière piste « FU » démarre sur les chapeaux de roue, et contraste avec la piste « Alf », qui était la longue respiration de l’album.

L’album est entièrement instrumental, mise à part la dernière piste qui reprend une caractéristique que j’ai appris à aimer dans le post-rock, à savoir des textes parlés sur lesquels sont posés une mélodie.

C’est donc une bonne surprise. Les deux autres albums du groupe « The White Night Experience » (2012) et « From behind the faggots » (2010) sont disponibles en téléchargement gratuits.

Autant dire que je dois vérifier que j’ai encore 3 CD-R en stock pour graver les albums en question. On n’a jamais trop de copie de ses musiques ou de ses données, non ? 🙂

Merci au groupe de m’avoir contacté. Même si mon compte paypal – je sais c’est mal – ne tient pas à les remercier 🙂

2 réflexions sur « « Never Two Without Three » : découvrez le « Horstcore ». »

  1. Relevant to my interests, comme on dit chez les anglosaxophones. Merci pour la référence, je vais m’écouter ça à l’occase.

    /me regarde sa liste de références musicales: plus de cinquante titres.

    /me pleure.

Les commentaires sont fermés.