GhostBSD 10.3 béta 1 : un retour gagnant ?

La dernière fois que j’ai parlé de GhostBSD, c’était pour la sortie de la version 10.1 finale, en septembre 2015. C’est un projet que j’aime beaucoup et qui contrairement à PC-BSD n’est pas d’une lourdeur comparable à celui d’une éléphante enceinte.

Suivant l’actualité du projet et apportant mon aide anecdotique (par exemple avec ce rapport de bug ou encore celui-ci) à son débogage lors de ses phases de développement, j’ai voulu profiter de la sortie de la version 10.3 béta 1 pour faire un point sur ce concurrent léger de PC-BSD.

Outre le fait qu’il se base maintenant sur la version 10.3 du BSD libre le plus connu, il apporte quelques correctifs intéressants, dont le support de l’installation en UEFI. J’avoue que c’est surtout ce point qui m’a intéressé, mais comme l’UEFI est capricieux avec Qemu, j’ai préféré rester en mode bios.

J’aurais bien tenté ma chance avec VirtualBox, mais vu qu’il est un brin capricieux au moment où je rédige cette article…

J’ai donc récupéré l’ISO de la béta 1 de cet OS, et j’ai fait chauffer mon qemu, en utilisant la ligne de commande qui me permet d’avoir un ordinateur avec 2 CPUs, 2 go de mémoire vive.

Ce qui correspondant à l’entrée suivante dans mon .bashrc :

alias kvm64='qemu-system-x86_64 -smp cpus=2,threads=1 -k fr -m 2048 -soundhw ac97 -enable-kvm'

Pour faire « mumuse » avec l’OS, j’ai ensuite entré l’alias qec pour créer un disque dur virtuel. Sans oublier la ligne de commande qui permet de lancer l’ensemble.

[fred@fredo-arch ISO à tester]$ qec disk-gbsd.img 128G
Formatting 'disk-gbsd.img', fmt=qcow2 size=137438953472 encryption=off cluster_size=65536 lazy_refcounts=off refcount_bits=16
[fred@fredo-arch ISO à tester]$ kvm64 -hda disk-gbsd.img -cdrom GhostBSD10.3-BETA1-20160619-103520-mate-amd64.iso -boot order=cd &

Et l’alias qec ?

alias qec='qemu-img create -f qcow2'

Après un premier démarrage un peu long, nous arrivons dans un environnement Mate Desktop 1.12.1 tout ce qu’il y a de plus classique. Sans plus attendre, j’ai lancé l’installateur qui a été revampé. Les problèmes de reconnaissance de clavier qui était une plaie à l’époque de GhostBSD 10.1 ne sont plus que des mauvais souvenirs.

L’installateur est intuitif et chaque étape est vraiment claire. Que ce soit le choix du fuseau horaire, du partionnement à appliquer ou encore de la création du compte utilisateur. Il reste cependant en anglais, mais c’est de l’anglais très basique. Toute personne ayant suivi un cursus minimal en anglais devrait pouvoir se débrouiller sans problème 🙂

Pour le gestionnaire de démarrage, je suis resté dans le « BSDisme » jusqu’au bout, en choisissant le BSD Boot manager 🙂

L’ajout du mot de passe root et la création du compte utilisateur sont des plus didactiques.

Une fois l’installation terminée, on nous invite à redémarrer.

Après le redémarrage, gdm nous accueille et un Mate Desktop presque entièrement en français s’affiche à l’écran. L’icone qui indique la présence de mise à jour nous interpelle ensuite.

Outre les mises à jour du système, quelques paquets sont aussi rapatriés et installés. Une fois GhostBSD entièrement mis à jour, j’ai fait chauffer Kazam pour capturer en vidéo la finition de l’installation.

Je concluais mon article précédent ainsi :

On est loin du monstrueusement gourmand PCBSD qui est limite insupportable par moment. Dès que les problèmes de traductions ne seront plus que de l’histoire ancienne, GhostBSD aura sa chance auprès des personnes qui en ont marre des querelles constantes du monde GNU/Linux.

On pourrait dire désormais : quels problèmes de traductions ? L’ajout de la traduction française pour LibreOffice m’a pris deux minutes. Idem pour rajouter les répertoires utilisateurs ou encore activer la version française de Mozilla Firefox.

PC-BSD peut commencer à se faire du soucis, car GhostBSD lui tient la dragée haute. On est loin du support matériel d’une distribution GNU/Linux, mais avec des produits comme GhostBSD, certains pondeurs d’ISO tierces pour les distributions GNU/Linux peuvent se recycler dans la noble activité du tricot 🙂

Vivement la version finale de GhostBSD 10.3, car si un jour je dois foutre le camp du monde linuxien, il y a de fortes chances pour que GhostBSD soit mon premier choix.

17 réflexions sur « GhostBSD 10.3 béta 1 : un retour gagnant ? »

    1. Les distributions GNU/Linux sont un ensemble d’outils divers. Le BSD se la joue plus « tout en un », à savoir le noyau et les outils systèmes d’une seule et unique source.

      De plus, les BSDs sont les héritiers plus ou moins direct de l’unix des origines, contrairement à Linux qui a été écrit depuis la feuille blanche.

      https://fr.wikipedia.org/wiki/Berkeley_Software_Distribution

      Les BSDs sont connus pour leur grande stabilité, les distributions GNU/Linux pour être plus passe-partout.

  1. Encore pas mal de bugs chez moi… surtout au niveau de l’affichage. Je suis ptetre un petit con mais pour moi, rien ne vaut OpenBSD pour un utilisateur « avancé ».
    Mais c’est vrai que si la version finale corrige les bugs de la Béta, c’est foutrement bien foutu et cool d’avoir un système BSD utilisable par le plus grand nombre.

  2. j’ai l’impression a la vue de certains outils que GhostBSd se rapporche plus de linux en terme de présentation.

    il y a plusieurs avantages avec BSD de nos jours :
    – la gestion de ZFS sur plusieurs volumes
    – la mise a jour des sécurités & evolutions
    – la possibilité de lancer linux dessus en virtualisation
    – l’utilisation de jails pour tester ou pour avoir une meilleure protection système
    – les upgrades de version n-1 a n pour les anciennes versions

    -il reste cependant des inconvénients :
    – pas de steam ( pour les jeux sous BSD )
    – le portage vers linux virtualisé en 64 bits est en cours , ainsi que l’evolution des versions à intégrer et amélioration drivers SSD
    – evolution de l’étape du link après compilation (ld) , nouvelle version imposant que tout le reste ssuive cette évolution ..( sort de montée forcée en nouvelle version glib )
    – la gestion des drivers sous BSD
    – la gestion parfois lourde des ports liés à l’obsolescence

  3. Salut,

    Testé dans virtualbox. Comme toi, j’attends la version finale. Avec le temps (et si les développeurs de ghostbsd conituent dans cette lancée), ce sera une alternative de taille face à certaines distributions gnu/linux. Avec le choix de Mate comme environnement de bureau, j’ai l’impression qu’il se passe la même chose qu’avec l’arrivée d’ubuntu. Dans un but de simplification d’un système d’exploitation qui peut paraître compliqué à utiliser pour certaines personnes, un groupe d’individus a décidé de faire le maximum pour le rendre plus accessible au plus grand nombre.

    Greg

  4. Un peu HS, mais ça fait un moment, déjà, que j’ai remarqué certaines choses en voyant tes vidéos…

    Pour tes tests sur YouTube, pourquoi ne pas lancer une de tes vidéos en tapant « fredbezies » dans le champ de recherche, plutôt que de filer des vues à des gens qui ne sont pas forcément appréciés de tout le monde (perso, Squeezie, je connais pas mais je suis pas tenté d’aller voir) ? Ça éviterait de tomber dans des problèmes de droits (encore que le bot YT a la censure et le détournement de monétisation facile…).

    Ensuite, ça devait être un bug de Qemu, mais le ratio d’image était mauvais : à cause de GDM, l’image était écrasée au lieu d’être en 4/3.

    Sinon, juste quelques détails sur le fait que fermer le dernier onglet de Firefox ferme le navigateur, et que tu n’aimes manifestement pas quand les fenêtres sont maximisées (pour le coup, je suis au contraire fan du plein écran… ^^).

    Pour parler de GhostBSD : c’est vrai qu’à première vue, il pourrait bien remplacer Linux pour une utilisation purement bureautique. Mais je connais très mal cette famille de dérivés d’Unix.

    1. Pour tes tests sur YouTube, pourquoi ne pas lancer une de tes vidéos en tapant « fredbezies » dans le champ de recherche, plutôt que de filer des vues à des gens qui ne sont pas forcément appréciés de tout le monde (perso, Squeezie, je connais pas mais je suis pas tenté d’aller voir) ? Ça éviterait de tomber dans des problèmes de droits (encore que le bot YT a la censure et le détournement de monétisation facile…).

      Sur ce plan, c’est juste pour vérifier que tout passe bien en html5. Et j’essaye de varier les plaisirs. Et comme c’est au maximum 3 à 4 secondes…

      Ensuite, ça devait être un bug de Qemu, mais le ratio d’image était mauvais : à cause de GDM, l’image était écrasée au lieu d’être en 4/3.

      Qemu et / ou de l’OS. Ça arrive parfois.

      Sinon, juste quelques détails sur le fait que fermer le dernier onglet de Firefox ferme le navigateur, et que tu n’aimes manifestement pas quand les fenêtres sont maximisées (pour le coup, je suis au contraire fan du plein écran… ^^).

      Je n’aime pas le plein écran pour le navigateur. Les goûts et les couleurs 🙂

      Pour parler de GhostBSD : c’est vrai qu’à première vue, il pourrait bien remplacer Linux pour une utilisation purement bureautique. Mais je connais très mal cette famille de dérivés d’Unix.

      Qui souffre du même problème que les distributions GNU/Linux d’avant 2005-2006 : un support matériel assez limité.

  5. J’ai fait un petit test en live histoire de voir à quoi cela ressemblait et je dois dire que tout c’est bien passé, plank n’est pas lancé au démarrage mais il fonctionne, on peut facilement ajouter des lanceurs.
    A pluche.

  6. la gestion lourde des ports par obsolescence:
    exemple , passage de IPv4 a IPv6 , sur les 25000 ports dispos , il y a eu evidemment un certain nombre ( env 12000 ) qui ne fonctionnait pas en IPv6.
    solution de contournement proposé et mise en place dans FreeBSD
    utilisation d’un cache specifique adr IPv4 – IPv6 pour ces ports …

  7. Intéressant.
    Ce ghostbsd pourrait peut-être fonctionner sur du matos d’occaz, t’en pense quoi ? (simple curiosité)
    C’est bizarre le menu de Mate sur un point, le raccourcis vers « outils systèmes » est avant son et vidéo et éducation, personnellement je ne trouve pas ça logique, vous en pensez quoi vous ?

  8. J’aime bien ce GhostBSD.
    C’est à mon gout ce qui se fait de mieux hors Linux.
    J’avais essayé de l’utiliser en version 10.1, mais malheureusement le support matériel n’était pas satisfaisant.
    Projet à suivre en tout cas 🙂

Les commentaires sont fermés.