Que devient l’Arquetype CRT, la Manjaro Linux KDE « retouchée » ?

Nous sommes en août 2015, et je parle alors d’une dérivée de la Manjaro Linux, l’Arquetype CRT. Je concluais l’article d’origine d’une manière un peu vacharde :

Après à vous de voir, mais c’est une distribution qu’on peut largement oublier. Autant préférer l’original, la Manjaro Linux KDE à cette copie. Quitte à rajouter à la main via Octopi les outils en fonction des besoins. Ce qui donnera un ensemble dont la pérénité sera meilleure.

10 mois sont passés, et j’ai voulu voir si elle existait encore et si son utilité avait pris du galon. Je suis donc allé sur le site de l’Arquetype Linux, et j’ai appris que la dernière version « Arquetype CRT_16_03 KDE » était disponible au téléchargement.

CRT ? Continuous Release Term qu’on peut traduire par « en publication continue » même si l’acronyme anglais ne semble avoir aucune signification dans la langue de Shakespeare.

On apprend aussi que l’ISO propose un noyau linux 4.4.3 et Plasma 5.5.4. Donc, en cohérence avec l’existant en mars 2016. J’ai récupéré l’ISO, et en utilisant mon ami Qemu, j’ai lancé l’ISO dans une machine virtuelle.

J’ai donc utilisé les commandes suivantes :

[fred@fredo-arch ISO à tester]$ qemu-img create -f qcow2 disk-arque.img 128G
Formatting 'disk-arque.img', fmt=qcow2 size=137438953472 encryption=off cluster_size=65536 lazy_refcounts=off refcount_bits=16
[fred@fredo-arch ISO à tester]$ kvm64 -hda disk-arque.img -cdrom Arquetype-CRT_16_03-KDE-11.2-x86_64.iso -boot order=cd &

Pour mémoire, kvm64 est l’alias pour la ligne de commande suivante (2 CPUs virtuel, clavier français, 2 Go de mémoire vive, circuit son ac97 et le support de la virtualisation matérielle) :

qemu-system-x86_64 -smp cpus=2,threads=1 -k fr -m 2048 -soundhw ac97 -enable-kvm

D’ailleurs dès le démarrage, on voit que c’est une Manjaro Linux KDE à peine retouchée…

Pour l’installation, c’est Thus, le fork de Cnchi qui est l’installateur d’Antergos qui nous accueille. Il fait son travail, c’est tout ce qu’on lui demande, non ? 😉

Après le rédemarrage, Octopi nous annonce la présence de… 656 mises à jour.

Étant donné qu’avec un tel nombre, il vaut mieux passer par la ligne de commande, j’ai ouvert une Konsole et entré la commande magique :

yaourt -Syua

Après la mise à jour des trousseaux de clés GPG, on arrive à une totalité de 1433,54 Mo de paquets à récupérer pour la mise à jour complète du système. Wow 🙂

Une paille, non ? Encore une raison pour plaider l’existence d’ISO d’installation pour les distributions en rolling release tous les deux à trois mois au grand maximum 🙂

Pour gagner du temps, j’ai utilisé la commande magique pacman-mirrors -g pour n’utiliser que les dépots à jour les plus véloces.

Une fois l’ensemble mis à jour, j’ai fait chauffé mon Kazam pour enregistrer la distribution en action.

Cette distribution est très bien fignolée, on sent que le boulot fait par les développeurs de Manjaro Linux et donc par extension par ceux d’Archlinux a été conservé dans un état de fonctionnement des plus honorables.

Dommage que certains outils de Manjaro aient disparus. Obligé de jouer avec Octopi pour les traductions manquantes par exemple. Il est aussi dommage que la version de Google Chrome fournie par défaut avec la distribution soit juste un brin obsolète 🙁

La logithèque est franchement orientée KDE, modulo la présence de Google Chrome et LibreOffice, ce qui la fait rentrer en concurrence presque frontale avec l’ancestrale Chakra Linux et la cousine éloignée d’Archlinux qu’est KaOS.

On peut se demander quelle est son utilité au final ? Ne vaut-il mieux pas rester avec une Manjaro Linux KDE que d’aller voir ailleurs ? On pourrait répondre par l’affirmative. Ce qui peut sauver la distribution, c’est la préinstallation d’outil comme le client Spotify ou encore de Skype.

Outils qu’on peut rajouter facilement via Octopi, non ? Donc, à vous de voir, mais je vous conseillerai de rester avec la Manjaro Linux KDE, qui est une des saveurs officielles de la plus célèbre fille d’Archlinux.

Après, c’est à vous de voir !

Une réflexion sur « Que devient l’Arquetype CRT, la Manjaro Linux KDE « retouchée » ? »

Les commentaires sont fermés.