Vieux geek, épisode 61 : Norton Commander, le vénérable ancêtre des gestionnaires de fichiers « à deux panneaux ».

Ici, c’est le vieil ArchLinuxien (bientôt 7 ans au compteur) – donc linuxien élitiste et fan de la ligne de commande, tiens un pléonasme – qui va s’exprimer le long de ce court article. Car je compte vous parler de l’ancêtre d’un de mes outils préférés en ligne de commande, Midnight Commander.

Le vénérable ancêtre de gestionnaire de fichiers « à deux panneaux » a été developpé par une boite de sinistre réputation : Symantec. Oui, vous savez l’antivirus si léger qu’il fait fuir les virus par sa lourdeur 🙂

Quand j’ai commencé à m’intéresser à l’informatique en 1988-1989, il n’y avait pas vraiment besoin d’un gestionnaire de fichiers. Sur un Amstrad CPC et des disquettes d’une capacité de stockage totale de 360 Ko sur deux faces, les commandes pour gérer les fichiers se résumait à save, |era (ùera pour les claviers azerty), |ren (ùren pour les claviers azerty), cat. Bref, pas de quoi se casser la tête.

Lors de mon passage sur Amiga 1200 et donc aux GUI, avoir un gestionnaire de fichiers « à deux panneaux » était bien pratique pour éviter de jongler avec deux fenêtres ouvertes en parallèle. Des pointures comme Directory Opus 4.0 que j’ai connu… Via un circuit parallèle 🙂

Autant dire que quand je suis arrivé sur PC en 1995 avec 486 et son duo MS-DOS et MS-Windows 3.1, j’ai été malheureux. Pour MS-Dos qui était encore fringant à l’époque, étant donné que je suis arrivé sur PC peu avant MS-Windows 95, mieux valait passer par MS-DOS pour gérer ses fichiers. Le roi en la matière était Norton Commander.

Développé depuis 1986 et jusqu’en 1998, il offrait toutes les fonctionnalités qu’on était en droit d’attendre d’un tel outil : on pouvait afficher, modifier, déplacer, renommer des fichiers, créer des répertoires via des raccourcis claviers. On n’était loin de l’infâme DosShell proposé par Microsoft depuis le MS-DOS 4.0. Le plus simple étant de vous le montrer en action. Je n’ai pas réussi à mettre la mains sur une version française, cependant.

Une fois qu’on a gouté à la puissance d’un tel outil, il est difficile de ne pas pleurer devant les limites des gestionnaires de fichiers actuels qui sont souvent réduit à leur plus simple expression.

17 réflexions sur « Vieux geek, épisode 61 : Norton Commander, le vénérable ancêtre des gestionnaires de fichiers « à deux panneaux ». »

  1. Salut Fred,

    > « les limites des gestionnaires de fichiers actuels qui sont souvent réduit à leur plus simple expression. »
    Parfois, le plus simple est le mieux 😀 mais oui c’est bien vrai.

    Coté gestionnaire de fichier j’ai laissé tomber ‘Midnight Commander’ au profit de Ranger, que je trouve bien plus agréable à utiliser. Avec quelques paquets supplémentaires (mais non indispensable) il devient un vrai indispensable dans les outils cli (à mon humble avis).

    Merci pour ces souvenirs.

  2. et bam, le coup de vieux….
    Bilan, aujourd’hui on s’ouvre deux fenêtres pour faire pareil ou on apprend des raccourcis clavier. J’ai mis du temps à être sevré de ce truc, quand même….

    1. « Le roi en la matière était Norton Commander. »

      Hmmm, est-ce que ce roi là ne succédait pas plutôt à … pctools ? 😉

      (à vue de nez, pctools 8ème du nom…)

      1. Dans mes souvenir, PcTools et Commander sont sortis en même temps.
        Ils n’avaient pas le même but.
        PcTools de Central Point Software est devenu Norton Utilities.

        1. Souvenirs assez flous également… Mais pctools plus agé même si chevauchement effectivement. PCtools faisait plus de choses, plus « lourd/riche » (e.g. éditeur hexa, utilisé pour déplomber les protections logicielles 😉

          (a priori, dernière version pctools 7 et non 8, pourtant j’aurai parié…)

  3. J’ai essayé, mais apparemment, on peut pas faire de sélection multiple pour copier plusieurs fichiers avec des noms différents (ou j’ai pas eu la patience de trouver comment faire, c’est possible aussi).
    Bah, je me suis fait aux gestionnaires de fichiers en GUI (j’affiche l’arborescence à gauche, plus pratique que le simple panneau des raccourcis vers les principaux dossiers utilisateur). Et contrairement à l’Explorateur de Windows, on a des onglets pour pouvoir ouvrir plusieurs dossiers/répertoires en même temps.
    Pour la taille des répertoires, tu as raté la commande quand tu parcourais le menu : tu es passé sur « Directory information » (à 8:00) sans t’arrêter dessus. Or, je crois que c’était justement ce que tu cherchais…

  4. De toute façon on s’habitue à celui qu’on utilise le plus.
    J’utilisais Nautilus avec une fenêtre par dossier puis je viens de passer sous Nemo donc je verrai comment je l’utilise.

  5. D’accord avec Jean-Pierre.
    Dans mon souvenir, il s’appelait windows commander et est devenu total commander à la demande de Microsoft. Il existe toujours et fait l’objet d’addons nombreux officiels ou non. J’aimerai avoir le même sous linux …

Les commentaires sont fermés.