L’auto-édition rend fou, mais j’me soigne :)

Derrière ce titre qui est un hommage à un livre sorti par le journaliste Bruno Masure en 1987, j’ai eu envie de rédiger un article plein d’humour sur le monde merveilleux et aussi sans pitié de l’auto-édition. Du moins dans sa version proposée sur le magasin d’Amazon.

Cette réflexion est partie d’une semaine plus que tendue du caleçon que j’ai pu passer sur le réseau social à l’oiseau bleu. Tout a commencé avec un coup de gueule un brin excessif, poussé le 16 mai 2016.

J’avoue qu’avec le recul, j’aurais rédigé le billet différemment, en étant un peu moins acide. Ensuite, il y a eu la volonté d’Agnès du blog Destinations Passions de sortir une liste d’auteur(e)s qui semblent utiliser les failles d’Amazon pour détourner le système proposé.

Certaines des personnes listées pourraient jouer « oui, je suis martyrisée » en oubliant que le martyr est historiquement soit la décapitation, soit la crucifixion, soit finir grillé comme une saucisse sur un barbecue.

Petite parenthèse en passante, je vous renvoie à cet excellent article sur le « bon » prix d’un bouquin numérique.

Mais continuons sur les dégats que peut provoquer la fréquentation du monde de l’autoédition à la sauce Kindle.

Premier exemple que j’ai envie de prendre ? Celui des personnes qui semble lire des livres de 250 pages en l’espace de 24 heures, et ce, 6 jours par semaine ou presque. Même si la personne déclare avoir appris la lecture rapide, tout en travaillant « au service de la nation » (dixit sa page sur Amazon), je me demande comment elle fait. Je lui ai donc demandé si elle appliquait la lecture dite « photographique », sa réponse a été cinglante.

Avec une forme de publicité assez spéciale pour son livre qui ne fait que confirmer ma « publiphobie ».

lau1La personne en question se vante sur sa page twitter d’avoir été la meilleure vente 2015 sur Amazon en section « humour ». Sans oublier que « travailler au service de la nation, ça aide à entretenir le respect de l’autre, du moins, on pourrait le supposer. Bref… 🙂

lau2Engloutir des bouquins de 250 ou 300 pages en l’espace d’une journée, tout en exerçant une activité professionnelle et en entretenant une vie privée, sans être lié à une quelconque rédaction de magazine littéraire, où est l’intérêt ? Jouer au concours du « qui qu’à la plus grosse bibliothèque engloutie » ?

Mais il n’y a pas que les propos purement haineux, il y a aussi le « dédoublement de la personnalité ». Dans une forme qui permet de se faire de la publicité… Tant qu’on ne se fait pas attraper, pourquoi pas ?

Prenons l’exemple du livre « La Pierre » de Thomas Lambert.

Le livre est sorti aussi sur « MyBestSeller », site dont j’ignorais l’existence. J’ai donc été voir la fiche sur le site en question. Le premier commentaire est d’une certaine « Tina H. », daté du 25 février 2016.

On peut lire ceci en bas de page.

Tina H.
Début prometteur, bien documenté avec une intrigue qui m’a tenue en haleine
Publié le 25 Février 2016

Or, si on va sur la page Amazon du livre en question, on peut lire en réponse à un message posté le 20 mai 2016, ceci :

tina ho-dinh dit:
re-bonjour,
moi, je suis Tina, donc « madame » une lectrice qui n’a pas encore écrit d’avis. il se trouve que j’ai voulu en savoir plus avant d’acheter le livre et en tapant sur Google « la pierre de thomas lambert » je suis tombée sur le site monbestseller et c’est ce qui m’a décidé à acheter le livre.
thomas lambert est l’auteur…
je finis le livre et je laisserai un avis plus tard… voilà !
bien cordialement

J’ai envie de lancer un « Quoi ???? » Je sais qu’il y a quelque chose comme 2 milliards de personnes sur internet, qu’on peut tomber sur deux pseudonymes qui se ressemblent, mais quelle est la probabilité que ce soit le cas ?

J’ai poussé un peu plus loin mes recherches, et je suis tombé sur cette page :

tina ho-dinh dit:
Bonjour Cécile, je constate que vous laissez souvent des avis plutôt bienveillants dans l’ensemble 🙂 sur vos nombreuses lectures. Je voulais savoir si vous accepteriez de jeter un coup d’œil sur une première œuvre. La pierre
Thomas LAMBERT est un pseudo…
Merci par avance
htina

Est-ce à dire que Thomas Lambert et Tina Ho-Dinh ne font en réalité qu’un ? C’est une hypothèse que l’on peut envisager, non ? Je n’ai aucun élément pour affirmer que c’est le cas, mais le doute raisonnable peut être invoquée, vu la formulation du dernier commentaire.

À moins que je ne vois le mal partout ?

Y a pas à dire, l’auto-édition, ça rend vraiment fou… Mais que me veulent ces deux armoires à glaces habillées de blanc ? C’est quoi cette chemise avec des manches aussi longues ?

Allez, bon dimanche !

11 réflexions sur « L’auto-édition rend fou, mais j’me soigne :) »

  1. Déjà c’est journaliste et pas journal… Ce qui tendrait à montrer tu vas vers le burnout de blog. Le Dr Ice prescrit une suppression de l’oiseau bleu pour deux semaines, car ça calme les nerfs.

    Sinon je suis autant perplexe sur la capacité de ces lecteurs compulsifs à comprendre un peu une oeuvre que sur leur volonté de vouloir chroniquer toujours plus. J’ai quand même trouvé un type à plus de 4000 critiques sur sens critique et le pire c’est qu’il arrive à donner l’impression d’avoir lu ou vu le truc. Quand on creuse par contre…

    Et dire que parfois je mets un mois pour sortir une chronique d’album… Je ne vois qu’une conclusion possible: une incompétence crasse de ma part.

    Enfin bon, pour avoir connu quelques personnes de l’édition et des blogueurs littéraires, ce monde est aussi pourri que le reste avec copinage et clientèlisme.

    1. Déjà c’est journaliste et pas journal… Ce qui tendrait à montrer tu vas vers le burnout de blog. Le Dr Ice prescrit une suppression de l’oiseau bleu pour deux semaines, car ça calme les nerfs.

      Je corrige la coquille. Mon cerveau a été plus rapide que mes doigts 🙂

      Ce billet a été un moyen de me détendre et de rire en même temps 🙂

      Sinon je suis autant perplexe sur la capacité de ces lecteurs compulsifs à comprendre un peu une oeuvre que sur leur volonté de vouloir chroniquer toujours plus. J’ai quand même trouvé un type à plus de 4000 critiques sur sens critique et le pire c’est qu’il arrive à donner l’impression d’avoir lu ou vu le truc. Quand on creuse par contre…

      Pourquoi la chute de Vil Coyote me vient d’un seul à l’esprit ? Comme dans cet extrait ?

      https://www.youtube.com/watch?v=HX5D0UAwpYY

      Et dire que parfois je mets un mois pour sortir une chronique d’album… Je ne vois qu’une conclusion possible: une incompétence crasse de ma part.

      Ayant malheureusement du temps libre, je peux chroniquer un album en quelques jours, une semaine au pire.

      Enfin bon, pour avoir connu quelques personnes de l’édition et des blogueurs littéraires, ce monde est aussi pourri que le reste avec copinage et clientèlisme.

      Pourquoi ne suis-je pas étonné ? 🙂

  2. En rire est plus sage mais il est vrai que quand on met le nez là dedans, le quotidien n’est fait que de tristes constatations, entre les auteurs qui trichent, les lecteurs qui traficotent etc. Trop de personnes tentent de passer au travers des failles du système des plateformes et surtout certains auteurs avec pour seul objectif, toujours plus vite toujours plus haut à n’importe quel prix. Un sérieux coup de ménage s’impose ! Mieux vaux tenter de garder ses distances car sinon les neurones vont nous faire un 180° réglementaire lol

  3. Je suis surpris que vous soyez surpris.

    Question bête.
    Comment feriez-vous pour vendre un million d’exemplaires d’un produit ?
    Peu importe le produit, de la lessive, des livres, une voiture, des m&ms etc…
    Vous croyez vraiment qu’un produit se vend tout seul ?

    Vous savez que chez microsoft, 1er éditeur mondial de logiciels, 90% des employés travaillent au marketing et 90% du budget est alloué au marketing ?
    Vous savez que chez n’importe quelle radio (à part radio france), télé, média en général, etc.. 90% des employés travaillent au service publicité ?

    Fredo se plaint en permanence d’être envahi par de la pub, tu crois vraiment que cet « envahissement » se fait tout seul sans avoir des millions de gens qui y travaillent et des milliards de dollars déversés ?

    Donc je repose la question.
    Vous avez un million d’exemplaires d’un produit à écouler, concrètement, vous feriez comment ?

    1. Je n’ai jamais cru à la génération spontanée, quelque soit le domaine concerné. La publicité est tellement devenue omniprésente qu’elle est toujours obligé de pousser plus loin pour marquer les esprits.

      Trop de publicité fini par tuer la publicité.

  4. Frédo, j’ai une idée pour plusieurs dizaines de posts qui seraient passionnants et très instructifs pour tes lecteurs.

    Pourrais-tu mener une enquête détaillée qui remonte à plusieurs décennies qui raconte comment windows a conquis 90% des pcs ?
    Enquête sur le volet « marketing / vente », le coté technique n’est pas important, on sait tous que windows c’est nul : )

      1. Bonsoir,
        C’est effectivement un sujet intéressant. François de Closets (en collaboration avec Bruno Lussato) a sorti un livre assez saignant sur la question en 2000-2001, « l’imposture informatique ».

  5. En tout cas si Windows à conquis le marché ce n’était pas par le marketing mais par des concours de circonstances et des choix habiles dans les rachats de produits. Le marketing est venu surtout après win95 et n’a pas sauvé Windows Phone….pas plus qu’Apple dans les années mac qui avait pourtant les meilleures campagnes.

    Linux reste inaccessible au commun des mortels pour bien des raisons déjà débattues

    1. C’est difficile d’utiliser l’argument du « concours de circonstances » favorable pendant 30 années consécutives pour Microsoft.
      C’est comme jouer au loto toutes les semaines pendant 30 ans et gagner à chaque fois.

      Si Microsoft vaut 400 milliards de dollars aujourd’hui et windows installé sur 90% des pcs, c’est la conséquence de 30 ans de travail acharné.

      A mon avis, ça serait une histoire géniale et passionnante de raconter l’évolution de l’informatique des 30 dernières années à travers l’histoire de Microsoft en particulier. Surtout venant de la part d’un libriste qui a un sens critique et qui a vécu cette période.
      C’est le genre d’histoire que tu peux écrire sous la forme d’un roman.
      En tout cas, si ce roman existe, je serais le premier à l’acheter.
      Je ne cache pas que ça demandera énormément de travail, au minimum 1 an, voire 2 mais ça sera passionnant, t’apprendras comment vendre de la « merde » en milliards d’exemplaires.

      Je pense que t’as largement les capacités de l’écrire.

Les commentaires sont fermés.