La Parabola GNU/Linux-libre est-elle redevenue utilisable ?

Avoir parlé récemment de la gNewSense 4.0 m’a fait me demander où en était la Archlinux à la sauce FSF. La dernière fois que j’en avais parlé, en mai 2015, c’était pour la qualifier de presque inutilisable dans la vie courante.

[…]
Pour l’utilisateur avancé pointilleux sur la liberté des logiciels et le respect de sa vie privée, la Parabola GNU/Linux est sûrement une des meilleures distributions GNU/Linux imaginable, même si son installation est moins simple que celle d’une Trisquel GNU/Linux par exemple.

Après à vous de voir, mais j’avoue que c’est encore une distribution un peu trop pointilleuse pour mon utilisation quotidienne. Un peu trop zélée, mais j’ai voulu respecter l’esprit de la distribution au maximum.

La dernière ISO d’installation datant du 17 mars 2016, c’était donc une bonne surprise. Je ne dirai rien sur le duo de mascottes qui représente désormais la Archlinux avec un noyau linux-libre. Le chat s’appelle Bola…

Étant donné que c’est une dérivée d’Archlinux, j’ai utilisé mon tutoriel de début mai 2016 pour l’installer. J’aurais aussi pu partir d’une Archlinux et la « paraboliser », mais j’ai préféré l’installation « propre » dès le départ. J’ai décidé d’installer l’environnement Mate Desktop, car c’est celui proposé par l’ISO live officielle.

La seule grosse différence ? C’est l’utilisation de la commande mkinitcpio -p linux-libre en lieu et place de mkinitcpio -p linux. Et l’obligation d’installer grub avant de générer le grub.cfg. Bizarre.

En post-installation, j’ai joué la carte de la vie privée jusqu’au bout, et j’ai activé le dépôt nonprism et installé le paquet your-privacy. Il m’a suffit de décommenter les lignes idoines dans le fichier /etc/pacman.conf.

Pour éviter un affichage plus que dégueulasse de l’affichage, j’ai été obligé de forcer la main de la Parabola GNU/Linux-libre et installer les additions invitées de VirtualBox. Voici ce que donne Mate-Desktop au lancement sans les additions de VirtualBox. Affreux, non ?

Bref, après avoir rendu l’affichage moins affreux, j’ai lancé l’ensemble pour faire une capture vidéo.

L’ensemble devient un peu plus utilisable, même si j’avoue que certains points m’ont fait tiquer. Pourquoi ne pas proposer Privacy Badger alors que c’est un outil de l’EFF ?

Une querelle de clocher ? Pourquoi ne pas proposer un anti-pub pour protéger encore plus la vie privée ? Pourquoi proposer AdBlock plus et non µblock origin ?

La distribution est quand même plus utilisable qu’il y a un an, à une seule condition : ne pas vouloir l’utiliser avec Gnome. Il suffit de voir le nombre de paquets bloqués par la liste de « your privacy » 🙂

On est loin de la caricaturalement obsolète gNewSense, mais certains greffons comme LibreJS rende l’expérience de navigation… exécrable, même sur un réseau social libre comme un pod diaspora*. Bizarre aussi le bug avec Bandcamp et la lecture en html5 dans IceWeasel.

Du progrès donc, mais on est loin de voir le rêve de la FSF devenir réalité : utiliser un OS 100% libre sans se prendre la tronche à un moment ou à un autre !

32 réflexions sur « La Parabola GNU/Linux-libre est-elle redevenue utilisable ? »

  1. > C’est bien de protéger la vie privée mais rendre l’Internet fonctionnel c’est peut être mieux.

    C’est vrai mais d’un sens je ne me connecterais pas à un internet fonctionnel qui met direct tes infos publiques (heureusement qu’on a une part de naïveté).

    Sinon post intéressant comme toujours 😉

  2. Pas sûr de comprendre quand tu dis : La distribution est quand même plus utilisable qu’il y a un an, à une seule condition : ne pas vouloir l’utiliser avec Gnome. Il suffit de voir le nombre de paquets bloqués par la liste de « your privacy »
    Pourrais-tu expliquer ? Veux-tu dire qu’utiliser Gnome 3.x (quelque soit la distrib) n’est pas souhaitable concernant la vie privée ?

    1. Pourrais-tu expliquer ? Veux-tu dire qu’utiliser Gnome 3.x (quelque soit la distrib) n’est pas souhaitable concernant la vie privée ?

      Selon les développeurs de la Parabola et le dépot nonprism, oui.

      https://www.parabola.nu/packages/nonprism/any/your-privacy/

      Jette un oeil à la liste des paquets bloqués. Tu en as une bonne demi-douzaine en relation directe avec Gnome :

      gnome-clocks, gnome-documents, gnome-maps, gnome-online-miners, gnome-photos

      Rien que cela. Sans oublier les paquets liés à Google et ses fonctionnalités. Bref, je te laisse jeter un oeil.

  3. Tu parlais l’autre jour de la Parabola et d’une autre distribution la Triskel, actuellement je t’envoie un commentaire avec cette dernière, pour la lecture du son pas de probléme.
    A pluche.

      1. Surtout un « problème » dans le about:config
        Dans 90% des cas ce genre de distribution livrent un navigateur tout à fait complet, mais tweaké pour mieux respecter la philosophie de la distribution. C’est très rare qu’on se casse la tête a reship totalement un truc aussi lourd qu’un navigateur internet…
        Je pense qu’on ne peux pas leur en vouloir pour ça, par contre on pourrai leur tenir rigueur de n’indiquer nulle part sur leur wiki la liste des changements apportés (et pourquoi pas leurs implications).

  4. Bonjour, un petit tips si vous êtes sous systemd, pour avoir un debug rapide grace au journal dans le terminal:
    journalctl -f

    ça affiche en temps réel les logs du journal et il suffit d’ouvrir iceweasel à côté du terminal et de relancer la lecture pour voir les messages d’erreur

  5. Pas mal dans l’idée cette Parabola, forcement, si on utilise linux c’est qu’on cherche un OS le plus libre possible mais pour moi le prix a payer est un peu trop élevé. J’ai toutefois appris que ma Manjaro n’était pas mauvaise du tout, seul geoclue2 est présent.

      1. + 1 : on peut aussi vouloir mettre du Linux uniquement pour pouvoir continuer à utiliser un PC incapable de faire fonctionner les versions de Windows actuellement prises en charge par MS (XP a cessé de l’être en avril 2014, Vista – qui nécessitait déjà une configuration bien plus musclée qu’XP – le sera en avril 2017…), mais dont le matériel permet toujours de le garder en machine d’appoint pour surfer sur le Web ou autres tâches peu gourmandes. Le côté libre n’entre pas en ligne de compte, ici. C’est un plus, mais pas un élément déterminant.

        Troisième possibilité : si on en a marre de Windows et qu’on veut pas se ruiner à acheter un Mac pour autant.

        Bref, il y a mille raisons de vouloir passer à Linux. Choisis la tienne.

      2. Je comprends très bien ce point de vue. Quand toute sa vie est déjà sur Facebook et/ou Google par exemple peu importe ce qu’il peut y avoir dans la distribution elle-même.

          1. Je ne suis pas assez calé en technique pour te répondre. J’espère que c’est un manque de temps car html5 est libre, c’est un comble qu’il ne fonctionne pas sur une distribution libre.

          2. Je pense à des options de compilations complètement pourries. Car cela pourrait faire lire des formats non libres… Bref, au nom de la pureté logicielle, on arrive à des aberrations qui cantonnent le libre à un marché de niche caricatural.

  6. Si c’est vrai alors autant que cette distribution disparaisse. Qu’elle soit libre c’est une chose, même sa raison d’être, mais empêcher l’utilisateur de partir dans le non-libre c’est contraire au sens du mot libre.

    Pour html5 je pense donc à un bug, qu’ils ne veulent pas le bloquer. Ou alors html5 repose sur des parties du noyau qui ne sont pas libres mais j’en doute.

      1. Il faudrait comparer les checksums du package chez Arch et chez Parabola pour savoir. Tu es plus à même que moi pour le faire 😉

  7. Hi, Frederic. I’m Eliot, and I have a question.

    How do you install the VirtualBox Guest Additions without the arch repo? Because I have understood that Parabola deleted all presence of VirtualBox due to legal issues with the compiled used to build the VirtualBox BIOS.

    1. Hello.

      Simple answer 🙂

      1. Launch your Vbox machine.
      2. Go to : Dispotivos / Insertar imagen de CD de la « Guest Additions »
      3. Launch your desktop environment.
      4. Open a terminal on « Guest Additions CD »
      5. Install kernel headers -> linux-libre-headers
      6. Type this : sudo ./VBoxLinuxAdditions.run
      7. Kernel modules will build and install. Just reboot.

      Long to explain, quick to reproduce.

  8. L’expérience Web n’est pas bonne avec LibreJS parce que le Web est plein de JavaScript privateurs. Ce n’est pas la faute de LibreJS. Il fait son travail. Il permet à l’utilisateur qui refuse d’exécuter du logiciel privateur sur son système (le JavaScript est exécuté dans le navigateur) de ne pas l’exécuter. Et il lui permet de mettre sur une liste blanche un script (qu’il nous montre : il peut être trivial mais non identifié comme tel) ou un site entier. D’un clic, on peut aussi entièrement déactiver LibreJS… Bref, Parabola ou IceCat ou LibreJS ne cherchent aucunement à « empêche[r] l’utilisateur de partir dans le non-libre ». Ce serait, comme Sleipnir l’écrit, « contraire au sens du mot libre ». Ce serait du DRM !

    Il n’y a donc pas lieu d’ironiser avec des « Merci IceCat » ou « Merci LibreJS ». Encore une fois : ils font leur travail. Si « l’expérience Web est pourrave » avec LibreJS, c’est parce que les sites que l’on visite
    sont « pourraves », pleins de JavaScript privateurs. Cela inclut ce site qui essaie par exemple de faire exécuter
    https://stats.wordpress.com/e-201620.js par le navigateur Web du visiteur. Du JavaScript minimisé n’est pas du code source, c’est à dire le format préféré pour pouvoir étudier et modifier le script. Je vous
    prie donc de suivre les recommendations en appendices de https://www.gnu.org/philosophy/javascript-trap.html pour que ce site respecte les libertés du visiteur (et, oui, le JavaScript peut toujours être minimisé de la même façon qu’un logiciel libre peut être partagé sous forme de binaire).

    En parlant d’extensions, on peut parfaitement installer une extension à IceCat depuis http://addons.mozilla.org … mais il faut alors vérifier qu’elle est libre par soi-même. Une liste séparée composée entièrement d’extensions libres permet l’installation sans se poser de question. Trisquel a la même chose (d’ailleurs, il vaudrait la peine de fusionner les efforts dans ce sens): https://trisquel.info/en/browser/addons

    C’est exactement le même avantage à avoir un dépôt avec seulement du logiciel libre.

    1. Merci pour le commentaire. Validant les commentaires manuellement, il arrive qu’il y ait du délai 🙂

      Il n’y a donc pas lieu d’ironiser avec des « Merci IceCat » ou « Merci LibreJS ». Encore une fois : ils font leur travail. Si « l’expérience Web est pourrave » avec LibreJS, c’est parce que les sites que l’on visite
      sont « pourraves », pleins de JavaScript privateurs. Cela inclut ce site qui essaie par exemple de faire exécuter
      https://stats.wordpress.com/e-201620.js par le navigateur Web du visiteur.

      On peut rester ironique devant les effets collatéraux d’une politique du libre à tout crin.

      Sur le plan de ce script JS, c’est fourni par défaut avec WordPress.

      Je vous prie donc de suivre les recommendations en appendices de https://www.gnu.org/philosophy/javascript-trap.html pour que ce site respecte les libertés du visiteur (et, oui, le JavaScript peut toujours être minimisé de la même façon qu’un logiciel libre peut être partagé sous forme de binaire).

      Si je le modifie, la mise à jour risque de partir en cacahuètes… Donc, je préfère limiter la casse !

      Sur le plan,des extensions, Trisquel a tendance à polluer de la colle. Car au lieu de proposer µblock origin, ils proposent Adblock Edge (mort) et AdBlockPlus qui n’est pas des plus propres… Et µblock qui n’est pas des plus conseillés non plus…

      Un peu de nettoyage ne serait pas une mauvaise idée 🙂

      Le problème n’est pas une distribution 100% libre, mais c’est le manque de pragmatisme qu’on constate parfois dans une partie du monde du libre. Le mieux est l’ennemi du bien parfois.

      Bonne journée.

      1. uBlock Origin est parmi les extensions proposées sur https://trisquel.info/en/browser/addons

        La voilà : https://trisquel.info/en/browser/addons/ublock-origin

        Accepter le JavaScript privateur, ou n’importe quel logiciel privateur, n’est pas du pragmatisme. C’est renoncer à nos libertés et, petit à petit, les perdre totalement. C’est à cause de ce genre de « pragmatisme » qu’au début des années 2000, il n’y avait plus une seule distribution GNU/Linux 100% libre (grâce à ceux qui préfèrent leurs libertés à quelques avantages pratiques, il y a maintenant Trisquel, Parabola, Guix, etc.). C’est aussi en invoquant ce pragmatisme que Linus Torvalds a commencé à accepter les micrologiciels privateurs et, qu’aujourd’hui, il estpratiquement impossible d’acquérir du matériel dans lequel on peut avoir confiance. Ce n’est pas de la paranoïa. L' »equation group », par exemple, existe vraiment : https://fr.wikipedia.org/wiki/Equation_Group

        Le Web devient chaque jour plus un vecteur d’exécution de logiciel privateur. Y compris de maliciel privateur (les boutons Facebook qui espionnent même ceux qui n’y ont pas de compte, GMail qui envoie chaque touche tapée plutôt que le seul message final, EME qui ne vise qu’à imposer des DRMs, etc.). En 2012, 85% des 1000 sites les plus populaires installaient des cookies de sites tiers sur les systèmes de ses visiteurs : https://www.law.berkeley.edu/research/bclt/research/privacy-at-bclt/web-privacy-census/

        Pour arrêter ces maltraitances, ou tout du moins les diminuer, il faut rejeter le logiciel privateur. LibreJS est une aide dans ce sens.

        1. uBlock Origin est parmi les extensions proposées sur https://trisquel.info/en/browser/addons

          La voilà : https://trisquel.info/en/browser/addons/ublock-origin

          Je n’avais vu qu’µblock, autant / au temps pour moi 🙂

          Accepter le JavaScript privateur, ou n’importe quel logiciel privateur, n’est pas du pragmatisme. C’est renoncer à nos libertés et, petit à petit, les perdre totalement. C’est à cause de ce genre de « pragmatisme » qu’au début des années 2000, il n’y avait plus une seule distribution GNU/Linux 100% libre (grâce à ceux qui préfèrent leurs libertés à quelques avantages pratiques, il y a maintenant Trisquel, Parabola, Guix, etc.).

          Euh… Comment dire, c’est un peu réducteur et fallacieux comme raisonnement. Si les distributions GNU/Linux libre n’arrivent pas à creuser, c’est soit :

          1) Car elles sont techniquement plus qu’obsolète à leur sortie (cf la gNewSense)
          2) Inutilisables dans la vie courante.

          Les seuls logiciels non libres que j’ai sur mes ordinateurs ? Le pilote de mon imprimante ? Le noyau de ma distribution ? VirtualBox ? Autant dire des outils qui me servent quotidiennement.

          C’est aussi en invoquant ce pragmatisme que Linus Torvalds a commencé à accepter les micrologiciels privateurs et, qu’aujourd’hui, il est pratiquement impossible d’acquérir du matériel dans lequel on peut avoir confiance. Ce n’est pas de la paranoïa.

          Le matériel 100% libre et ouvert reste pour le moment du domaine de la théorie. Sans Linus Torvalds, pas de noyau pour les outils GNU… Car GNU/Hurd, cela reste loin d’être utilisable.

          Le Web devient chaque jour plus un vecteur d’exécution de logiciel privateur. Y compris de maliciel privateur (les boutons Facebook qui espionnent même ceux qui n’y ont pas de compte, GMail qui envoie chaque touche tapée plutôt que le seul message final, EME qui ne vise qu’à imposer des DRMs, etc.).

          EME n’existe que sur MS-Windows ! C’est un logiciel Adobe, qui est très amoureux de tout ce qui est distribution avec noyau Linux… C’est bien connu. Pour MacOS-X, c’est Google Widevine qui prend le relai. RIEN POUR LINUX !

          https://support.mozilla.org/en-US/kb/enable-drm

          « Adobe Primetime is available on Windows Vista/7/8/10 for both 32-bit and 64-bit versions of Firefox. Google Widevine is available for Windows 7/8/10 and Mac OS X 10.9/10.10/10.11 for both 32-bit and 64-bit versions of Firefox. »

          Donc…

          Pour arrêter ces maltraitances, ou tout du moins les diminuer, il faut rejeter le logiciel privateur. LibreJS est une aide dans ce sens.

          Ou comment rendre encore plus nichesque le logiciel libre. Vous me faites penser à un théoricien enfermé dans sa tour d’ivoire. Désolé de vous le dire, mais vous êtes un repoussoir pour les personnes qui veulent utiliser du logiciel libre.

          Venez un peu dans le monde réel et vous verrez que votre discours se prendra une pluie de tomates pourries.

          Je ne nie pas les méfaits du logiciel non libre, mais je ne vais pas détruire mon expérience utilisateur ni discriminer du matériel car il ne suit pas les canons du libre.

          1. Les distributions libres « creusent », contrairement à ce que vous écrivez. Depuis plus de six ans sur le forum de Trisquel, je peux affirmer que le volume de messages ne fait qu’augmenter. Et pas qu’un peu. Parce que de plus de en plus d’utilisateurs se rendent comptent qu’il méritent des libertés dans le monde informatisé dans lequel nous vivons. Pas parce que le logiciel libre est techniquement meilleur. Il ne l’est pas toujours, contrairement à ce que voudraient ceux qui se revendiquent de l’open source. Vivre libre, c’est à dire être en contrôle de sa propre vie, demande parfois des sacrifices.

            Dans le cas présent (le blocage du JavaScript privateur), il sont petits. Aujourd’hui, la majorité du JavaScript sur le Web ne sert soit à rien d’important soit à abuser l’utilisateur (notamment à l’espionner), soit à lui servir de la publicité. Bien des utilisateurs désactivent totalement le JavaScript ou installent l’extension NoScript qui, par défaut, fait de même. Et ils s’en portent très bien. LibreJS est, à cet égard, moins radical. Il ne bloque que le JavaScript qui n’est ni identifié comme trivial ni libre (généralement parce que les administrateurs rechignent à passer cinq minutes à copier les scripts localement et à y inclure leur licence).

            Maintenant, parce que la plupart des utilisateurs, comme vous, ne voient aucun problème dans l’utilisation de logiciel privateur, le JavaScript privateur pourrait prendre de plus en plus d’importance. Et pratiquement tous les sites Web deviendront inutilisables sans exécuter de code privateur qui nous espionne, qui nous restreint, etc.

            Je vous recommande une présentation (en anglais) très intéressante à propos du JavaScript privateur mais aussi du SaSS. Elle s’est tenue dans le cadre du dernier LibrePlanet, il y a moins de deux mois. La voilà : https://media.libreplanet.org/u/libreplanet/m/restore-online-freedom/

            J’utilise Trisquel comme unique système d’exploitation depuis plus de six ans. Sans y ajouter le moindre logiciel privateur. Et, oui, je travaille dans le « monde réel ». Et, oui, dans le domaine de l’informatique. Trisquel n’est donc pas « inutilisable dans la vie courante ».

            Comme imprimante, j’ai choisi une HP qui est parfaitement supportée : https://trisquel.info/forum/hp-laserjet-printer-p1005-printer-not-working-trisquel-60#comment-77026

            Pour la virtualisation, j’utilise KVM : https://trisquel.info/en/wiki/virtualization-using-kvm

            Pour le Wifi, j’ai acheté (10€ de « sacrifice », ma liberté vaut bien cela) un dongle qui utilise le micrologiciel d’Atheros dont Christopher Waid (PDF de ThinkPenguin, qui installe Trisquel par défaut sur les ordinateurs vendus) a obtenu la libération. Le matériel utilisable avec Linux-libre (qui n’inclut aucun micrologiciel privateur) n’est pas de la théorie. Mais, encore une fois, si pratiquement personne ne s’en soucie, nous perdrons totalement le contrôle de notre matériel.

            EME est sur le point d’entrer dans la norme HTML. Malgré les manifestations de ceux qui se valorisent leurs libertés (comme le trois mai dernier: https://www.defectivebydesign.org/dayagainstdrm/2016/). Il n’est absolument pas destiné aux seules victimes de Microsoft.

            Car, oui, les utilisateurs de logiciels privateurs sont victimes. Je les plains et les invitent à se libérer. En les aidant si je peux (d’autres logiciels privateurs pour lesquels vous voudriez connaître un équivalent libre ?). Je ne les critique pas et je ne vois donc pas pourquoi je mériterais l’étiquette de « repoussoir ». Je critique les *développeurs* de logiciels privateurs. Ce sont eux qui construisent un monde où l’informatique nous contrôle plutôt que le contraire.

            Vous vous dites « passionné d’informatique libre » (selon la page « A propos de l’auteur » de ce site) mais vous préférez le logiciel privateur dès qu’il améliore l’expérience utilisateur. Vous semblez même argumentez qu’accepter le logiciel privateur rend le logiciel libre moins « nichesque ». Vraiment ? Expliquez moi donc cela ! En quoi exécuter du JavaScript nous mène à un Web qui n’espionne pas ses utilisateurs ? Comment utiliser des pilotes privateurs nous donnera du matériel utilisable avec du logiciel libre ? En quoi préférer le logiciel privateur avec une meilleure « expérience utilisateur » améliore les équivalents libres ?

          2. Quel pavé !

            Voyons cela…

            Les distributions libres « creusent », contrairement à ce que vous écrivez.

            Leurs tombes avec leurs dents ?

            Depuis plus de six ans sur le forum de Trisquel, je peux affirmer que le volume de messages ne fait qu’augmenter.

            Vraiment ? Si vous le dites. Pour une ubuntu modifiée, c’est pas si mal que cela.

            Parce que de plus de en plus d’utilisateurs se rendent comptent qu’il méritent des libertés dans le monde informatisé dans lequel nous vivons. Pas parce que le logiciel libre est techniquement meilleur. Il ne l’est pas toujours, contrairement à ce que voudraient ceux qui se revendiquent de l’open source. Vivre libre, c’est à dire être en contrôle de sa propre vie, demande parfois des sacrifices.

            Ah ? C’est vrai que le nombre de linuxiens a explosé… On est à quoi ? 1,5% ?

            Dans le cas présent (le blocage du JavaScript privateur), il sont petits. Aujourd’hui, la majorité du JavaScript sur le Web ne sert soit à rien d’important soit à abuser l’utilisateur (notamment à l’espionner), soit à lui servir de la publicité.

            Source ?

            Et ils s’en portent très bien. LibreJS est, à cet égard, moins radical. Il ne bloque que le JavaScript qui n’est ni identifié comme trivial ni libre (généralement parce que les administrateurs rechignent à passer cinq minutes à copier les scripts localement et à y inclure leur licence).

            C’est vrai… Restons dans la pureté idéologique… Au mépris de l’utilisabilité…

            Maintenant, parce que la plupart des utilisateurs, comme vous, ne voient aucun problème dans l’utilisation de logiciel privateur, le JavaScript privateur pourrait prendre de plus en plus d’importance. Et pratiquement tous les sites Web deviendront inutilisables sans exécuter de code privateur qui nous espionne, qui nous restreint, etc.

            Vous êtes un FANATIQUE. Un INTÉGRISTE. Torquémada en version informatique.

            J’utilise Trisquel comme unique système d’exploitation depuis plus de six ans. Sans y ajouter le moindre logiciel privateur. Et, oui, je travaille dans le « monde réel ». Et, oui, dans le domaine de l’informatique. Trisquel n’est donc pas « inutilisable dans la vie courante ».

            Trisquel == Ubuntu avec du libre à la place du non-libre… Et vous êtes technophile, DONC DÉCONNECTÉ des réalités de l’utilisateur lambda.

            Mon imprimante ? Une Epson. Pas trouvé d’HP dans mes prix il y a près de 6 ans.

            Pour la virtualisation, j’utilise KVM : https://trisquel.info/en/wiki/virtualization-using-kvm

            Je préfère le site officiel : http://wiki.qemu.org/Main_Page

            KVM ? Très bien. Dites-moi comment configurer KVM pour 2 CPUs virtuels sans que ça tourne à la ligne de commande de 3 kilomètres de long ?

            Le matériel utilisable avec Linux-libre (qui n’inclut aucun micrologiciel privateur) n’est pas de la théorie. Mais, encore une fois, si pratiquement personne ne s’en soucie, nous perdrons totalement le contrôle de notre matériel.

            EME est sur le point d’entrer dans la norme HTML. Malgré les manifestations de ceux qui se valorisent leurs libertés (comme le trois mai dernier: https://www.defectivebydesign.org/dayagainstdrm/2016/). Il n’est absolument pas destiné aux seules victimes de Microsoft.

            Vos propos sont IRRESPONSABLES ! Parler de victimes pour les utilisateurs de MS-Windows ? De quoi TUER le travail des personnes du libre, en dehors de la FSF ou de l’EFF.

            Je ne les critique pas et je ne vois donc pas pourquoi je mériterais l’étiquette de « repoussoir ». Je critique les *développeurs* de logiciels privateurs. Ce sont eux qui construisent un monde où l’informatique nous contrôle plutôt que le contraire.

            On rajoute la schizophrénie ?

            J’utilise du logiciel libre depuis 10 ans. Je n’ai pas de leçons à recevoir de l’EXTRÉMISTE RELIGIEUX ET LOGICIEL que vous êtes.

            Fin du fil. EXTRÉMISME = MORT DU LOGICIEL LIBRE !

            Je connais l’existence d’un CPU libre ? Mais une carte mère libre ? Une carte vidéo libre ? Le contrôle, il est déjà perdu depuis l’arrivée de l’UEFI.

Les commentaires sont fermés.