Vieux geek, épisode 60 : Quand les développeurs se sortaient les doigts du fondement… Les jeux pour Amstrad CPC en overscan.

Déjà le 60ième épisode de ma série « Vieux Geek ». Quand j’ai commencé la série en août 2012, je ne comptais pas arriver à un tel résultat 🙂

Pour cet épisode, j’ai décidé de faire un bond d’un gros quart de siècle, et revenir au début des années 1990. Pour revenir à mon tout premier amour en terme d’informatique personnelle. Oui, je vais faire mon vieil insatisfait, et revenir à une époque où les développeurs de jeux devaient sortir optimiser le code de leurs jeux, et ne pas compter sur la dernière carte graphique accélératrice à la mode.

Oui, les graphismes piquaient les yeux, mais au moins, on sentait qu’optimiser le code source n’était pas un vain mot. Sur le plan des jeux qui étaient vraiment travaillés entre 1990 et 1992 date de fin de vie officielle de l’Amstrad CPC, trois titres me viennent à l’esprit : Plumpy, Axys et Xyphoes Fantasy.

Les deux premiers sont parus sous le format de listings dans des magazines comme CPC Infos, le dernier ayant été édité par Silmarils (1987-2003).

Le premier est un jeu à la « bubble bobble », le second un shoot’em’up, le dernier étant un jeu à la fois d’action et de plateforme. J’ai donc installé Arnold et lancé Kazam pour enregistrer le tout en vidéo.

D’accord, les graphismes sont moches, les sons massacrent les oreilles comme de la techno commerciale. Mais il faut se souvenir que cela fonctionnait sur des ordinateurs qui n’avaient pas de disque dur, qui étaient équipés de 128 Ko de mémoire vive et d’un processeur qui tournait à 3,33 Mhz… Bref de milliers de fois moins bien puissants qu’un iPhone première génération, celui sorti en 2007.

6 réflexions sur « Vieux geek, épisode 60 : Quand les développeurs se sortaient les doigts du fondement… Les jeux pour Amstrad CPC en overscan. »

  1. Correction : les éditeurs (je préfère dire ça que « développeurs », ces derniers n’ayant pas leur mot à dire à mon avis) savent optimiser leurs jeux, mais uniquement sur consoles. Après ils font des portages bien sales vers PC où là effectivement ils se disent « bof, ça rame un peu, on aura qu’à leur dire qu’il faut une carte à 1000€ pour que ce soit fluide ». [/troll]

  2. Il est certain que quand on voit les premiers jeux sortis sur Amstrad vs les derniers, on se rend compte qu’il y a un fossé énorme. Le plus bel exemple est sans doute le jeu Savage petit bijou sortit en 1988 qui montrait vraiment ce que l’on pouvait faire quand le hardware était maîtrisé. A tel point que l’écart avec la version Amiga n’était pas si énorme que la différence technologique entre les 2 machines.

  3. Quel plaisir de revoir un cpc, je regrette trop cette epoque, les jeux comme fruity frank, bomb jack, saboteur 1 et 2, batman, barbarian, bref beaucoup de bon jeu comme aussi double dragon:)

    Merci pour ce grand bol d’air, peux tu indiquer plus en detail comment faire pour emuler l’amstrad? Je prend arnold, mais j’arrive jamais a rien, en meme temps j’abandonne vite…

    A++

    1. On a même eu de la 3d avec fighter bomber en toute fin de carrière… Où encore Carrier command. Mais ça j’en reparlerai un jour en détail.

      Merci pour la nostalgie même si je n’ai pas de souvenirs de ces jeux.

Les commentaires sont fermés.