L’utilisation de distribution GNU/Linux en démarrage unique ? P’tain, 10 ans déjà !

C’est le genre d’anniversaire qu’on a pas envie d’oublier… Cela fait un peu plus de dix ans que j’utilise uniquement des distributions GNU/Linux sur mes différents PC.

En effet, le 20 avril 2006, je terminais ma courte aventure sur MacMini. Je récupérais alors un ordinateur équipé d’un Pentium 4, gonflé à 1 Go de mémoire vive et qui devait avoir un disque de 250 ou 300 Go.

À l’époque, on était loin des distributions GNU/Linux utilisables presque en fermant les yeux. C’est donc ainsi que je m’étais tourné vers une version de développement avancée (une béta 2 de mémoire) de ce qui allait être la première version LTS d’Ubuntu. La Dapper Drake. Seule LTS sortie en juin.

C’est avec un peu de nostalgie que j’ai donc récupéré une ISO d’installation d’Ubuntu 6.06 LTS, celle sortie en Juin 2006. En 32 bits à l’époque. Je n’avais pas encore d’ordinateur équipé d’un processeur 64 bits. Le support technique s’est arrêté en juillet 2009. Si vous êtes interessé par l’archéo-informatique, voici l’adresse de récupération : http://old-releases.ubuntu.com/releases/dapper/

Elle proposait Gnome 2.14.1, OpenOffice.org 2.0.2, Mozilla Firefox 1.5.0.3, The Gimp 2.2.11 et un noyau Linux 2.6.15. C’était aussi la première version à proposer un installateur graphique directement depuis la version « LiveCD ».

J’ai donc décidé de l’installer dans une machine VirtualBox reproduisant au mieux l’environnement matériel de mon époque : un seul CPU, 1 Go de mémoire et 128 Go de disque dur dédié et un circuit AC97, le tout avec un modèle Linux 2.6.x en 32 bits.

Désolé pour le souffle qu’on entend, le réglage du micro est une vraie purge 🙁

Vous avez pu voir à quoi ressemblait l’informatique libre en 2006, du moins dans une version qui était somme toute assez conviviale. Alors si un libriste « vieux de la vieille » vous dit que c’était mieux avant, montrez-lui cette vidéo…

16 réflexions sur « L’utilisation de distribution GNU/Linux en démarrage unique ? P’tain, 10 ans déjà ! »

  1. Aaaah le petit bruit de démarrage d’Ubuntu ! Il est parti après la 8.x, mon tout premier PC était sous Ubutu 8 ou 9 (merci Papa :D) et je suis toutes les versions depuis.
    Je me suis vraiment lancé quand j’ai acheté un magazine Linux il y a quelques années, il y avait un CD d’Ubuntu 12.04 offert, que je me suis empressé d’installer sur mon vieux PC portable que je me tuait à essayer de faire marcher. Mes premiers pas dans un terminal… Que de souvenirs, merci Fred 🙂

  2. Je ne veux pas dire de bêtises, mais je crois que c’était la première à employer l’installateur WUBI : une sorte de machine virtuelle pour y installer ubuntu par dessus. J’avais essayé à l’époque avec mon ordi portable (il avait Windows ME dessus, puis la RedHat, mais c’est autre chose)… J’avais envisagé de l’utiliser pour l’ordi vieillissant de mon père qui me l’avait donné (un vieux amd k62 ou 3), mais à l’époque j’avais encore besoin de Windows.
    Quelques années plus tard j’ai réssayé WUBI et là j’ai eu comme vous dites parfois le transit intestinal facilité et des risques accrus de calvitie précoce avec la « superbe » nouvelle interface d’alors : cette abomination d’Unity… Je cherchait alors une autre distribution étant lassé de la RedHat et finissant par utiliser Mint (très bon à mon avis) Manjaro et enfin franchissant mon rubicon personnel : Arch, que j’utilise au moment ou j’écris cela. Ah! Souvenirs ! Merci pour cette madeleine de Proust linuxienne !

  3. Erratum: je n’avais pas utilisé wubi, mais je l’avais installer sur un disque usb, un de ceux qu’on devait brancher à une prise… La mémoire, même stimulée, peut jouer des tours…

  4. Hello Fred,
    Bon sang, tu ne nous rajeunit pas là … LoL
    J’ai débuté avec la Fedora Core 1, puis la 2, pour ensuite passé rapidement vers Suse … qui m’a mis le pieds à l’étrier …
    J’en ai vu passé des distro depuis, Kanotix, les débuts de Sabayon, le passage de Suse à OpenSuse … et j’en passe et des meilleurs ..
    Que d’aventures, dont je ne regrette rien …
    12 ans déjà que je suis sous Linux … et pas près de m’arrêter LoL

  5. Ça me rappelle mon premier contact avec Ubuntu, enfin, Kubuntu, puisque je venais de RedHat et Mandrake. Je suis resté sous Kubuntu tant que KDE 3 a été entretenu, ensuite, ça a été Xfce (Xubuntu) en continu jusqu’à aujourd’hui (Manjaro). La Dapper Drake, ça ne nous rajeunit pas. ^^

  6. Wow, c’est vieux tout ça ! Je me souviens, je trouvais ça trop bien à l’époque de pouvoir se faire envoyer gratuitement des CD d’installation d’Ubuntu 🙂

    Malheureusement, jusqu’ici je n’ai jamais pu rester définitivement sur Linux ; mais je crois que là, c’est bon, j’ai trouvé bonheur.

    Vers 2002 j’ai testé la Mandrake. J’y suis resté un moment et puis j’ai fait un bref passage sur Ubuntu pour finalement me retrouver sur Debian (Stable, Unstable et puis SID). J’ai fait pas mal d’aller-retours et de pauses de Linux (Parce que c’était plus facile professionnellement ; à l’époque c’était pas encore ça la compatibilité MS Office avec l’équivalent libre. C’était aussi une période où j’utilisais énormément Adobe Photoshop).

    Après une très très longue pause que j’ai découvert la Livarp d’Arpinux, une mini distro super légère qui te permet de tester des WM « alternatifs ». Et là, ça a été le déclic instantané, la révélation : Le tiling window management et cette obsession pour la légèreté. J’avais une très vieille machine à l’époque qui a pu retrouver une nouvelle vie grâce à cette mini-distrib’ ! (Je trouve ça triste que le projet soit en standby, aujourd’hui !).

    Et puis voilà, je suis tombé sur ton guide et j’ai installé Archlinux. Cette distrib’ m’a permis d’approfondir considérablement Linux (et l’informatique).

    Donc, hey, je peux dire que c’est grâce à toi et Arpinux que je me suis mis sérieusement à tout ça !

  7. C’était ma 1ere distrib j’ai encore le CD !
    Par contre elle n’est pas restée longtemps sur mon PC, seulement quelques jours.
    Car à l’époque j’avais un modem USB de chez wanadoo, et à chaque mise à jour du kernel le modem ne marchait plus il fallait réinstaller le driver à chaque fois que le kernel etait mis à jour ! C’etait une galere alors j’ai renoncé et j’ai supprimé ubuntu du disque dur.
    Quelque mois après j’ai acheté un modem-routeur, donc fini les galeres du modem USB et je suis retourné vers ubuntu pour un bon bout de temps.
    Ensuite Unity est apparu, je ne pouvais pas je n’aimais pas du tout, donc détour vers Xubuntu.
    Ensuite Debian pendant 2 ans, et là je suis retourné vers ubuntu avec la ubuntu mate 16.04

  8. La première fois que j’ai tâté Linux, c’était une slackware distribué dans un magazine (PCTeam ?)
    Tout pour plaire : installation textuelle avec partitionnement obligatoire en ligne de commande par exemple.
    Ubunu n’existait pas je crois (Fred doit pouvoir calculer l’époque).
    J’ai retêté plus tard Linux avec Ubuntu.
    Pour avoir le modem ADSL USB reconnu (HiFocus de merde), il fallait recompiler le noyau, chaud et pas encourageant.
    Du coup j’y suis revenu plus tard.
    Mais jamais loin de Windows.

    1. La première fois que j’ai tâté Linux, c’était une slackware distribué dans un magazine (PCTeam ?)
      Tout pour plaire : installation textuelle avec partitionnement obligatoire en ligne de commande par exemple.

      Mon premier contact aussi avec le monde de Linux. Le partitionnement n’était pas obligatoire, on pouvait l’installer avec le système de fichiers umsdos. http://jargonf.org/wiki/UMSDOS

      C’était en janvier 1996, et le CD du magazine en question peut être téléchargé sur Abandonware Magazines : http://www.abandonware-magazines.org/affiche_mag.php?mag=109&num=2483&images=oui

      Mais pas le magazine, malheureusement 🙁

      Ubuntu est né 8 ans plus tard, en 2004.

      Voilà 🙂

  9. moi, mes premiers tests linux sont tous partis à l’époque direct à la poubelle. Je ne pourrais même pas dire quel était mon premier cd linux, ni l’environnement tellement j’ai accroché 😉 Je me rappelle quand même d’une certaine Knoppix qui a eu une vie de quelques jours.

Les commentaires sont fermés.