Le monde de l’auto-édition : À grand espoir, grande déception ?

Je suis un auteur auto-édité, comme de nombreuses personnes qui grattent le papier physique ou électronique, depuis la mi-2014.

Étant un vieux de la vieille, j’apprécie autant les livres physiques que les livres électroniques. Pour publier ma trilogie de SF dystopique, aussi bien en format papier qu’électronique, cela m’a coûté une certaine somme. En gros, dans les 88€ à chaque fois.

J’aurais pu passer directement par Amazon, et j’aurais économiser les dits 88€ depensés à chaque publication. Mais à l’époque, Amazon ne proposait pas de format papier, et je ne voulais pas risquer de proposer des livres électroniques vérolées par les inutiles et contre productives DRMs.

Comme j’aime à jouer la transparence, je peux vous dire que sur ma première trilogie qui m’a coûté 264€ à faire publier, au 20 avril 2016, j’ai touché un peu moins de 175€, dont près de 20€ en attente de reversement.

droitsDonc, j’en suis encore de 100€ de ma poche. Autant dire que je vais bientôt pouvoir ouvrir en compte numéroté en Suisse ou dans un autre trou noir fiscal… Ou pas ! 🙂

Déjà, il faut arrêter de rêver sur l’idée qu’on puisse se faire des testicules en or. Comme je l’ai dit dans un autre article, concernant la disponibilité de mon dernier roman, dans le monde de l’auto-édition, il y a beaucoup de personnes qui participent, et très peu d’élu(e)s.

Si on arrive à voir du 3 ou 4% d’auteur(e)s auto-édités qui signent avec des grosses écuries éditoriales, c’est vraiment le bout du monde

Pour info, le texte est disponible sur Amazon qui semble rechigner à le faire passer en gratuit. Il est donc, temporairement je l’espère, à la somme folle de 0,99€. Sans DRMs.

Vous ne voulez rien payer ? Il est toujours disponible sur Kobo et Atramenta.

Mais il y a d’autres sources de déception, le premier point étant le trafic de commentaires complaisants, le deuxième étant les auteur(e)s qui sont obnubilés par leur promotion au point de devenir aussi légers que des dames hippopotames enceintes.

Le premier point est amplement aidé par l’offre Kindle Unlimited devenu Abonnement Kindle qui est de la location de livre.

Seul hic, c’est qu’il est impossible de savoir quand j’écris cet article, le 20 avril 2016 – et c’est un manque flagrant – si un bouquin commenté a été réellement lu ou si c’est simplement un commentaire complaisant qu’on pourrait qualifier d’échange de bons procédés. Amazon a déposé une plainte à ce sujet aux États-Unis en 2015. Cette année en France ?

Je pars du principe suivant : Si je vois un commentaire avec 4 ou 5 étoiles sans la mention « Achat vérifié », je la considère comme suspect et donc potentiellement faux.

Aussi quand on peut voir des profils de lecteurs ou lectrices qui pondent à la queue-leu-leu, avec un délai de quelques heures des commentaires bienveillants sur des bouquins parfois de 300 pages… Comment dire ?

Je veux bien qu’on puisse apprendre à lire rapidement, mais quand même. Peut-on lire un bouquin de 300 pages en une demi-journée ? J’en doute. Donc, la méfiance est de mise.

Le bénéfice de ce genre de trafic de commentaires est évident. Plus un bouquin est côté haut, avec un nombre copieux de commentaires, plus le lecteur lambda qui ne fait pas gaffe aura tendance à cliquer sur la fiche, et passer commande… Avant parfois de déchanter lourdement.

Je ne dis pas ET LOIN DE MOI CETTE IDÉE que le top 100 des auto-édités est honteusement falsifié. Mais il faut savoir prendre des pincettes quand on va sur une fiche. Et ignorer les commentaires 4 ou 5 étoiles sans la présence du rassurant – mais pas infaillible – « Achat vérifié ».

Sur le dernier point, c’est simple. Il suffit de voir certains auteurs sur twitter draguer à tout va les blogueurs et autres médias pour se faire de la publicité. Il y a un subtil équilibre entre être diplomate ou carrément lourd. C’est un peu ce que j’avais déjà dit dans mon dernier billet sur le « blues du blogueur influent ».

Je vous conseille de lire les commentaires de l’article… C’est parlant !

J’aurai pu citer certain(e)s auteur(e)s, mais je pense qu’Agnès de Destination passions dont le fond de commerce du blog est la culture livresque en parle mieux que moi, dans ce billet de février 2016. Et qui cite un exemple parfait du trafic de commentaires.

Pour finir en musique, je prendrai un titre de Nine Inch Nails, tiré du double album « The Fragile », sorti en 1999.

Je ne crache pas dans la soupe qui m’a permis de faire connaîtres mes humbles écrits littéraires. Mais il faut savoir rester réaliste. Le monde de l’auto-édition a besoin d’un grand nettoyage s’il veut rester crédible.

10 réflexions sur « Le monde de l’auto-édition : À grand espoir, grande déception ? »

  1. C’est clair que si on veut gagner de l’argent, ce n’est pas ça qu’il faut faire. Et encore, tes écrits sont bons, alors imagine pour ceux qui sont mauvais….
    Quand on voit déjà qu’on peut s’acheter des likes, des amis, des followers, alors on peut concevoir qu’on achète des avis, comme cela se fait par ailleurs sur les sites comme Trip Advisor pour hotels et restaurants. J’en ai vu quelques un dernièrement, justement.
    J’imagine même que les sites en question peuvent vendre des prestations de ce type via des filliales (oui, sinon ça fuiterait…), comme pour le prix que tu payes pour mettre ton annonce en valeur sur le bon coin. Dans le même genre, tu as aussi le prix à payer pour qu’on fasse de la pub à ta page facebook, à ton site dans google, etc…. Là c’est un soit disant échange entre personnes mais qui tue totalement le truc. J’en faisais déjà la critique sur Wattpad où pour être visible, il faut finalement aller commenter chez les autres, pas forcément intelligemment, à ce que j’en avais vu. Bon, je dérive vers le méchant Ice, là.

  2. Salut Frédéric ! Alors j’avais commencé à répondre, et puis j’ai eu la flemme, et puis ça m’a repris comme une crise après le repas du soir, et du coup j’ai pondu un texte qui devrait t’amuser peut-être sur mon blog :
    http://outsiderland.com/outside/?p=1751
    Tu verras ce que je pense d’Amazon – mais j’aurais pu aussi aller dans un tout autre sens, insister sur le fait qu’Amazon, comme la plupart des sites qui font appel à l’avis des internautes, comme le dit Iceman, rapport à l’uberisation de la société, c’est vraiment pas l’endroit pour se faire connaître quand on écrit et quand on aime la littérature – mais je suppose que tu connais les clubs et les forums et les maisons d’éditions de SF par exemple, ou au moins on trouvera des lecteurs avisés (et une concurrence moins foireuse et plus sympathique, enfin, je suppose..)

    1. J’ai survolé l’article. Je le lirais d’un oeil plus reposé demain. Sinon, je ne connais aucun club, ni aucune maison d’édition SF.

      Je suis passé par Atramenta pour l’auto-édition de mes textes, comme c’est précisé, et malheureusement, Amazon est incontournable. Pour les DRMs d’Amazon, ce sont les plus faciles à faire sauter soit dit en passant.

      Je te laisserais un commentaire demain.

  3. Une petite coquille dans ton texte:
    « plus le lecteur lambda qui ne fait pas gaffe aura tendance à cliquer sur la ficher, » peut-être que tu voulais dire « cliquer sur la fiche ».
    A pluche.

  4. J ai lu ton dernier livre essai de guerre. Je l ai trouvé sympa et lorsque je suis arrivé à la fin, je me suis dit déjà. Ton style est fluide quoique quelques repetitions de texte m’ont paru suspectes. Enfin, vu que je lis uniquement dans le train cela m a pris 5-6 jours. J ai noté 1 oubli de verbes et 2-3 autres coquilles, mais vu qu iceman a relu, je me suis dit que j avais rêvé.
    Bref continu a écrire, je suis un lecteur fidèle et plutôt bon public.
    Il faudra m expliquer d où vient l’idée du coutelier allemand.

    1. J ai lu ton dernier livre essai de guerre. Je l ai trouvé sympa et lorsque je suis arrivé à la fin, je me suis dit déjà.

      Un petit roman en effet. Quant à ta réflexion, je peux dire que c’est sûrement le meilleur compliment que je puisse recevoir.

      Ton style est fluide quoique quelques repetitions de texte m’ont paru suspectes. Enfin, vu que je lis uniquement dans le train cela m a pris 5-6 jours. J ai noté 1 oubli de verbes et 2-3 autres coquilles, mais vu qu iceman a relu, je me suis dit que j avais rêvé.

      Quelques répétitions ont échappé à mes multiples relectures. Mais s’il y 3 ou 4 « bugs » sur un texte qui fait dans les 240 pages « au format livre papier », c’est une bonne nouvelle.

      Bref continu a écrire, je suis un lecteur fidèle et plutôt bon public.

      Faudra que je réactive un projet entamé il y a près de 20 ans et sur lequel je travaille tous les 3 ou 4 ans 🙂

      Il faudra m expliquer d où vient l’idée du coutelier allemand.

      Je ne m’en souviens plus trop. Mais je me suis dit « Pourquoi pas » ? 😀

Les commentaires sont fermés.