Le « XScreenSaver Gate » : Les torts sont partagés.

Dans le monde délicieux et amical du logiciel libre, il y a de temps en temps des polémiques qui montrent la limite de certaines politiques techniques, mais aussi l’aveuglement zélote de certains utilisateurs envers leur distribution.

Premier acte, sur le blog du plus méchant prof de maths de la blogosphère française, Cyrille Borne. Dans un article au titre provocateur, Cyrille nous parle de la polémique lancée par le développeur de XScreenSaver, Jamie Zawinski qui en a un peu sa claque de recevoir des rapports de bug sur des problèmes corrigés et non rétroportés sur certaines distributions.

Qualifier d’abruti un des développeurs de Netscape qui était en charge du support de la version Linux du navigateur internet, c’est un peu excessif. Bref. Je cite l’article de Cyrille :

[…]A l’ouverture de Linux vous vous prenez le message dans la face, pas de la façon la plus discrète, cet abruti de développeur va checker votre version de Xscreensaver par rapport à l’actuelle sans se poser des questions évidentes du choix de l’utilisateur et éventuellement des cycles des distribution. Imaginez pour Debian la foire que ça représenterait si chaque paquet commençait à s’énerver parcequ’il a deux ans de retard.[…]

Deuxième acte, le 3 avril 2016. Toujours sur le blog de Cyrille, qui cite Distrowatch :

[…]Certains utilisateurs de debian ont interpellé le développeur pour lui rappeler à quel point il était complètement abruti et qu’on peut suspecter d’être un utilisateur de Arch Linux pour avoir son paquet tellement à jour qu’il a oublié le reste du monde. Et la réponse qui est digne d’un abruti, plutôt qu’effectivement reconnaître que la communauté Debian mérite qu’on fasse sauter son message, il propose à Debian qu’on fasse sauter son paquet et il a raison, je viens de le faire, Handylinux a commencé.[…]

Outre la pique envers les utilisateurs d’Archlinux et indirectement de Manjaro Linux, traiter un développeur d’abruti n’est pas la meilleure façon de faire avancer les choses. Tomber dans le culte de la stabilité ne veut pas dire qu’on doive traiter les développeurs qui en ont marre de recevoir des rapports de bugs invalides car une distribution oublie de rétroporter certaines versions. Ou simplement d’enlever l’ultra-bloquant panneau d’information. Car les torts sont partagés.

Jamie Zawinski s’est exprimé et a enfoncé le clou au passage. Si vous voulez la liste des changements depuis la version 5.30 datant de 2014, elle est aussi disponible.

La politique – au sens gestion de la cité – de Debian GNU/Linux envers sa branche stable est très bien, mais elle conduit IMMANQUABLEMENT à une obsolescence croissante d’une partie de la logithèque. On me rétorquera que stable veut dire solide comme du roc. Soit. Mais est-ce que cela signifie se trimballer des logiciels abandonnés en amont comme pour LibreOffice par exemple ?

Je veux bien que certains logiciels pas entièrement à jour ne soit pas un problème. Mais des logiciels plus sensibles comme une suite bureautique – surtout pour la compatibilité avec le monde extérieur – ça ne peut qu’entrainer des emmerdements à terme. Heureusement que Debian est plus « coulante » en ce qui concerne des outils comme le navigateur internet… Sinon, inutile d’imaginer le carnage.

Les torts sont partagés, et ce n’est pas en mettant la poussière sous le tapis comme le fait HandyLinux en comparant au passage Jamie Zawinski à Dark Vador dans un article qui oublie que la stabilité ne signifie pas l’odeur de renfermé.

Le problème n’est pas une histoire de confiance, comme semble le laisser penser l’article de blog d’handylinux. C’est un problème de choix entre la stabilité et l’obsolence lente qui entraine une production de retours inutiles car déjà corrigé. Ce qui est vrai pour XScreenSaver doit aussi l’être pour LibreOffice. Je me demande combien de rapports de bugs liés à la version proposée par la Debian GNU/Linux Jessie (la 4.4.2) sont clos comme invalides ou pourrissent sur pied. Il est vrai qu’au 6 avril 2016, la version stable est la 5.0.5 et la version de « test » est la 5.1.1.

Il n’y a pas d’un côté le méchant développeur et le bon mainteneur ou l’inverse. C’est un problème de communication et une politique de stabilité qui commence à montrer ses limites un an après la sortie d’une nouvelle Debian GNU/Linux stable. Je sais très bien que j’aurais Cep qui va venir me faire une leçon de morale et me dire que je n’y connais rien en informatique ou presque.

Même si Debian est la mère et la grand-mère d’une floppée de distributions GNU/Linux, ce n’est pas la seule. Le monde ne s’est pas arrêté en 1993 sur le plan technique.

Soit, c’est le risque que je prends. J’en reviens toujours à la même quadrature du cercle : Entre stabilité et fraicheur logicielle, il faut savoir trouver le point d’équilibre. Trop dur à faire comprendre ?

77 réflexions sur « Le « XScreenSaver Gate » : Les torts sont partagés. »

  1. Coucou.
    Le coup de la fenêtre qui te crache à la g… est un procédé détestable, quels que soient les « problèmes » rencontrés par ce « respectable » JWZ (il semble en effet nettement abuser du « Fukitol » comme le signale un handylinuxien québécois avec un certain humour 😉 ).
    Si tous les paquets se mettent à tinter de la sorte quand ils ont passé 12 ou 18 mois d’âge, autant migrer tout de suite sous W$ ^^
    Donc, le tort principal est d’avoir vérolé sciemment le code (tu auras lu chez Debian ET sous le clavier d’arpinux qu’il n’y a pas moins de 4 zones du code qui verrouillent cette m… de popup), le deuxième étant de se torcher avec la licence qu’il a lui-même attachée à son logiciel ; il y avait d’autres moyens de s’acheter une tranquillité sans renoncer pour autant à son soft, dont celui de faire évoluer la licence…

    PS : je ne polémique volontairement pas sur la considération qu’il montre ainsi, par choix délibéré, à tous les utilisateurs qui ne sont pas capables de compiler eux-même et doivent donc s’en tenir à la lente évolution des distributions au lieu de se jeter avec bonheur dans la fuite en avant (logicielle et consommatrice) qui serait le seul modèle aujourd’hui acceptable ^^

    1. Le coup de la fenêtre qui te crache à la g… est un procédé détestable, quels que soient les « problèmes » rencontrés par ce « respectable » JWZ (il semble en effet nettement abuser du « Fukitol » comme le signale un handylinuxien québécois avec un certain humour 😉 ).

      C’est pas très joli comme procédé, mais cela montre aussi les limites du modèle de Debian pour sa version stable.

      Si tous les paquets se mettent à tinter de la sorte quand ils ont passé 12 ou 18 mois d’âge, autant migrer tout de suite sous W$ ^^

      Sauf que ce ne sont pas des « time bomb » qui rendent le logiciel inutilisable. On est loin du modèle du shareware pourri.

      Donc, le tort principal est d’avoir vérolé sciemment le code (tu auras lu chez Debian ET sous le clavier d’arpinux qu’il n’y a pas moins de 4 zones du code qui verrouillent cette m… de popup), le deuxième étant de se torcher avec la licence qu’il a lui-même attachée à son logiciel ; il y avait d’autres moyens de s’acheter une tranquillité sans renoncer pour autant à son soft, dont celui de faire évoluer la licence…

      Et la responsabilité des mainteneurs de distributions, elle n’existe pas ?

      PS : je ne polémique volontairement pas sur la considération qu’il montre ainsi, par choix délibéré, à tous les utilisateurs qui ne sont pas capables de compiler eux-même et doivent donc s’en tenir à la lente évolution des distributions au lieu de se jeter avec bonheur dans la fuite en avant (logicielle et consommatrice) qui serait le seul modèle aujourd’hui acceptable ^^

      Les mainteneurs sont autant responsable de la situation que les développeurs.

      Quant à la fuite en avant, ce n’est pas ce dont je parle, mais du nécessaire équilibre entre stabilité et fraicheur logicielle.

      Si tu veux un exemple parfait du nécessaire équilibre, prenons git : la version sur Jessie est la 2.1.4 : https://packages.debian.org/fr/jessie/git

      La version stable en amont ? https://git-scm.com/ La 2.8.1… Autant dire que pour ce genre de logiciel, ça peut faire très mal.

  2. Au delà du débat sur l’obsolescence de Debian, je trouve les réactions insultantes.

    Les utilisateurs payent-il pour Debian ? Non.
    Les utilisateurs ont-ils déjà dit merci aux mainteneurs des paquets ? Non.
    Le mainteneur de XScreeSaver est-il payé pour son travail ? Non.

    Alors les réactions du genre « abruti de développeur », ça me met hors de moi.
    Les gens ont accès au code source, ils n’ont qu’à maintenir eux-même le logiciel s’ils ne sont pas content.

    Après, ce popup d’avertissement était certainement une erreur, une tâche même. Mais c’est pas la fin du monde, il faut arrêter de sur réagir.

    1. Le message d’avertissement est surtout une réaction du développeur qui en a eu sa claque de se retrouver avec des rapports de bugs inutiles portant sur des problèmes étant de l’histoire ancienne.

      D’un côté, cela montre les limites du modèle de la Debian stable. Le monde du logiciel évolue tellement vite qu’un modèle mis au point au milieu des années 1990 n’est plus tenable sur le long terme de nos jours.

      Ensuite, il y a un problème de la maintenance des logiciels. Il y a bien entendu le problème du temps libre et la disponibilité des mainteneurs. De plus, le message du codeur apparait après 18 mois. Ce qui est quand même important de nos jours, surtout avec l’arrivée de l’internet un peu partout.

      Je sens arriver les zélotes de la distribution à la spirale, ne voulant pas voir qu’un équilibre est nécessaire entre la stabilité des logiciels et leurs fraicheurs.

      1. Ça dépend des besoins de chacun. Chaque distribution à son public qui lui correspond.
        Avec Debian, l’équilibre dont tu parles c’est peut-être 2 ans environ, le temps qu’il faut à une communauté de bénévoles d’intégrer, tester et maintenir stable & cohérent un OS composé de plus de 50 000 composants logiciels développés aux quatre coins du monde par des milliers de développeurs.
        Et puis pour ceux qui aiment rester constamment à jour il y a testing et sid. C’est également un autre « équilibre ».

  3. Salut à tous,
    Ha Cyrille, ce mégalo.
    Cyrille sait tout, seul son avis est le bon. De toute façon, il faut partir d’un principe simple : « Cyrille a raison ».
    Ben quoi ? C’est pas nouveau qu’il y a des problèmes avec des logiciels datant de la guerre sous Debian.
    Le gugus a au moins le reflex de supprimer les logiciels qui le dérange. Est-ce pour autant utile d’en faire un article injurieux ?
    Et les utilisateurs de Arch te disent bien des choses, Cyrille.
    Comment il se la pète ce Cyrille quand même. Ça fait pitié.
    Ignace.

    1. Le problème est qu’un an après sa sortie, une Debian stable a acquis – sur certains logiciels – un retard considérable, surtout sur des logiciels particulièrement dynamique.

      Sur ta conclusion, c’est un peu excessif, mais cela fait parti du personnage qu’il s’est fabriqué.

      1. Il ne faut pas reprocher à un tracteur de ne pas savoir rouler vite qu’une moto. Ce n’est pas son but.
        La stabilité a un prix : ce fameux « retard » au niveau des versions des logiciels.
        Mais en même temps, je vais me répéter, Debian stable n’est pas conçu pour utiliser les dernières versions de logiciels.
        Je ne vois vraiment pas où est le problème.

          1. Et alors ? Aller sur Debian Stable c’est savoir qu’on aura des mises à jour de sécurité de logiciels dont les versions sont gelées.
            Ce n’est pas un problème puisque la version Stable de Debian n’a pas pour vocation de suivre les évolutions de version des logiciels. Je persiste à penser que tu évalues Debian Stable sur des critères qui ne lui correspondent pas.

          2. Je persiste à penser que tu ne vois pas les limites imposées par un modèle qui au final correspondent plus au monde serveur qu’au monde bureautique classique actuel qui a tendance à avoir besoin d’une certaine souplesse ne serait-ce que pour la communication avec le monde extérieur.

          3. Debian pour la bureautique de base ça marche aussi, faut pas exagérer. C’est pas parce que tu as la version ESR de Firefox ou un LibreOffice en version 4.X que tu te « coupe du monde ». Franchement crois-tu que tout le monde utilise 100% des capacités des logiciels qu’ils utilisent ? Je veux bien admettre que pour certains besoins spécifiques Debian n’est pas la distribution idéale, mais enfin pour le reste son immense succès parle pour elle.
            Quand à sa souplesse, les backports sont là pour ça, plus le fait que les dernières versions des deux logiciels mentionnés plus haut sont dispo sur leur site officiel respectif et tournent parfaitement sur Stable.

          4. Au final, pourquoi les développeurs se facilitent le transit à améliorer leur logiciel pour optimiser l’import / export de documents type MS-Office ?

            Pourquoi aussi se prennent-ils la tête à rendre le code plus léger, à rajouter des fonctionnalités et à améliorer l’ensemble ?

            C’est bien connu, l’utilisateur s’en fout. Les mainteneurs de distributions savent mieux que les développeurs ce qui convient aux utilisateurs.

            Tout va très bien, madame la Marquise, même si on est obligé de jongler avec des notions qu’un utilisateur ne devrait pas avoir à faire face.

            Ne changeons rien, restons dans notre monde de technophile en oubliant que la majorité des utilisateurs sont technophobes et ne veulent qu’une chose : pouvoir interagir avec l’extérieur sans se prendre la tête.

            Les mainteneurs de distributions semblent avoir oublié cela… Tsss…

          5. Tu soulèves la question au fond d’une meilleure communication entre l’utilisateur, le mainteneur et le développeur.
            Je ne crois pas que le mainteneur soit nécessairement néfaste. Son but est certainement différent de celui du développeur. Si le développeur a le soucis d’améliorer son logiciel, le mainteneur a en revanche le soucis de l’intégration du logiciel dans un système d’exploitation. Ce qui implique le comportement du logiciel et son interaction avec les autres logiciels du système.
            J’imagine qu’un mainteneur sera donc certainement plus « conservateur » et « prudent » que le développeur originel, qui lui, se soucie uniquement de son logiciel indépendamment du reste.
            L’utilisateur voudra quand à lui à la fois un logiciel évolué (le boulot du développeur) tout en aillant l’intégration optimale dans son système d’exploitation (le boulot du mainteneur).
            Pas simple tout cela 😉

  4. un problème qui n’en est pas un
    il existe une option pour lancer xscreensaver sans devoir subit l’écran d’avertissement
    xscreensaver -no-splash
    (voir le man, il est aussi fait mention de xscreensaver -nosplash en tout cas les deux options fonctionnent sur jessie)
    au delà de ça, rentrer dans une « discussion » pour dire que tel distribution est mieux ou moins bien qu’une autre parce qu’elle à des logiciels plus récents … c’est comme discuter de l’utilisation de ou non de systemd …
    bref ça ne fera pas avancer l’histoire 🙂

    1. En tout cas, les attaques frontales de Cyrille ne sont pas faites pour apaiser l’ensemble.

      Ça sent la volonté quelque part de faire un exemple et du buzz. Après XScreenSaver, quel sera le prochain logiciel à disparaître de Debian pour non respect de sa sacro-sainte stabilité ?

        1. HandyLinux a décidé de virer le logiciel.Les rétroportages, pourquoi pas ? Mais c’est un logiciel tellement critique au niveau interne que je ne comprends pas qu’il n’ait pas eu droit à un rétroportage.

  5. Vous n’avez pas regardé ce qui se passe du coté de node.js et debian.
    Dans une moindre mesure entre python 3 et debian.

    Créer des polémiques sur l’excessive évolution très rapide de xscreensaver est très comique.
    ça montre surtout que Cyrille connaît rien au monde du développement informatique et qu’il devrait se cantonner sur ce qu’il sait faire : donner des cours de maths à des élèves du secondaire.

  6. Salut Fred,

    Ayant écrit l’article sur le blog de HandyLinux et celui-ci étant visé, je me permets de répondre.

    1. Pour Dark Vador, c’est une BLAGUE. Rien de plus. Il faut se détendre un peu. Pour écrire les articles, je vais sur les banques d’images libres. Je suis tombé sur cette image, elle m’a fait marrer, je l’ai intégré à l’article avec une légende appelant au second degré. C’est tout. Je suis d’ailleurs un utilisateur d’ArchLinux sur mon PC perso, pour dire à quel point je n’ai rien contre les distributions à flux continu. Bref, c’était l’occasion de se relâcher un peu au milieu des débats violents à ce sujet… Mais bon le second degré, tout le monde ne le comprend pas.

    2. Pour ce qui est de ton article, excuse moi, mais ton postulat de base est erroné. Donc ton argumentaire tombe un peu à plat. Sur Debian, une version est figée. Une version. Pas le code. Les mises à jour de sécurité sont assurées, et elles le sont non pas par le développeur, mais par le mainteneur. Donc pas d’abandon de logiciel comme tu l’as écrit, pas d’obsolescence et pas non plus de travail supplémentaire pour le développeur si une version de son logiciel est conservée sur la distribution. Partant de ce principe, le développeur n’a pas à faire chier les utilisateurs si une version qu’il a fourni, sous licence libre, est encore présente dans la nature.

    3. Enfin, la seule pique que j’ai lancé sur le développeur concerne son irresponsabilité. Lui, le développeur, connaît ce qui se passe sur son PC. Il s’en fou d’avoir des événement inopportuns puisqu’il sait ce qui est concerné, si c’est grave, et comment le résoudre. Dans le cas de HandyLinux, nous travaillons à rendre l’informatique accessible à tous. Nous guidons les utilisateurs pour qu’ils apprennent à utiliser l’outil informatique. En toute confiance. Et désolé, mais ce genre de comportement fout les boules. Quand un gars pète un plomb pour rien et vient influer sur tout un écosystème, souffrant déjà d’un déficit d’image, et sème l’inquiétude parmi les utilisateurs pour une question de politique, ben moi ça me gonfle. On se lutte des jours entiers pour faire disparaître des bugs minimes pour que personne ne soit laissé sur la touche, et pendant ce temps là, des développeurs s’amusent à faire peur. Je trouve ça pitoyable et je pense que c’est légitime. Que Cyrille soit énervé car il retrouve des salles informatiques entières « en carafe », car il reçoit d’innombrables appels de personnes inquiètes, eh bien moi je le comprends.

    Donc pour finir, et comme le dit Trefix, si le développeur choisit de fournir son logiciel sous une certaine licence, qu’il la respecte. Point. Sinon, il change de licence et en sera pas emmerdé par les gens qui utilisent son logiciel en tout légalité.

    Sur ce, bonne journée, et j’espère te revoir prochainement sur le forum de HandyLinux pour tes rapports de bug. 😉

    1. Ayant écrit l’article sur le blog de HandyLinux et celui-ci étant visé, je me permets de répondre.

      Une des raisons qui m’ont poussé à écrire ce billet est la non-acceptation d’un commentaire qui allait dans le même sens sur le billet en question. Mais c’est vrai, les blogueurs ne sont pas des robots 🙂

      1. Pour Dark Vador, c’est une BLAGUE. Rien de plus. Il faut se détendre un peu. Pour écrire les articles, je vais sur les banques d’images libres. Je suis tombé sur cette image, elle m’a fait marrer, je l’ai intégré à l’article avec une légende appelant au second degré. C’est tout. Je suis d’ailleurs un utilisateur d’ArchLinux sur mon PC perso, pour dire à quel point je n’ai rien contre les distributions à flux continu. Bref, c’était l’occasion de se relâcher un peu au milieu des débats violents à ce sujet… Mais bon le second degré, tout le monde ne le comprend pas.

      Pour l’image du seigneur Sith, c’est assez lourd de sens dans le monde des geeks. Pas franchement la plus apaisante qui existe. Je suis archlinuxien après avoir été utilisateur d’une distribution à base de paquets deb, une certaine ubuntu. Après une Mandrake aussi.

      2. Pour ce qui est de ton article, excuse moi, mais ton postulat de base est erroné. Donc ton argumentaire tombe un peu à plat. Sur Debian, une version est figée. Une version. Pas le code. Les mises à jour de sécurité sont assurées, et elles le sont non pas par le développeur, mais par le mainteneur. Donc pas d’abandon de logiciel comme tu l’as écrit, pas d’obsolescence et pas non plus de travail supplémentaire pour le développeur si une version de son logiciel est conservée sur la distribution. Partant de ce principe, le développeur n’a pas à faire chier les utilisateurs si une version qu’il a fourni, sous licence libre, est encore présente dans la nature.

      Tu viens de te contredire en quelques lignes. Si le développeur d’origine a mis en place cet écran informatif, c’est pas pour le plaisir d’emmerder les utilisateurs. Simplement, il faudra me dire en quoi la mise à jour de XScreenSaver pourrait faire exploser un système en vol. Une mise à jour du noyau je veux bien, mais de XScreenSaver ?!

      Pour l’abandon de logiciel, c’est au niveau des versions proposées qui sont abandonnées en amont, l’exemple le plus parlant étant la version historique de LibreOffice 4.4.x proposée par la Debian Jessie. Cela montre une limite du modèle de la Debian Stable. Autant il y a encore 15 ans, on pouvait se permettre d’avoir une suite bureautique « historique », mais de nos jours, ça passe un peu plus mal.

      Les mainteneurs sont autant responsable que le développeur dans cette crise.

      3. Enfin, la seule pique que j’ai lancé sur le développeur concerne son irresponsabilité. Lui, le développeur, connaît ce qui se passe sur son PC. Il s’en fou d’avoir des événement inopportuns puisqu’il sait ce qui est concerné, si c’est grave, et comment le résoudre. Dans le cas de HandyLinux, nous travaillons à rendre l’informatique accessible à tous. Nous guidons les utilisateurs pour qu’ils apprennent à utiliser l’outil informatique. En toute confiance. Et désolé, mais ce genre de comportement fout les boules.

      Désolé de le dire, mais je maintiens que les torts sont partagés ici. Nier la responsabilité des mainteneurs Debian, c’est nier une partie du problème.

      Quand un gars pète un plomb pour rien et vient influer sur tout un écosystème, souffrant déjà d’un déficit d’image, et sème l’inquiétude parmi les utilisateurs pour une question de politique, ben moi ça me gonfle.

      JWZ sert ici de bouc émissaire idéal. Cela aurait pu être un autre logiciel. D’ailleurs, quel sera le prochain logiciel à devoir quitter les dépots de la Debian ?

      Quant au déficit d’image, il faut se demander s’il n’y a pas plusieurs raisons, dont le côté « on se tape constamment sur la gueule pour un oui ou pour un non » de la communauté du libre. Tendance que je critique depuis des années.

      Je trouve ça pitoyable et je pense que c’est légitime. Que Cyrille soit énervé car il retrouve des salles informatiques entières « en carafe », car il reçoit d’innombrables appels de personnes inquiètes, eh bien moi je le comprends.

      Ça peut se comprendre. Seulement Cyrille se planque derrière la politique de stabilité à tout vent de la Debian stable. Ce qui masque une partie du problème et la quadrature du cercle : l’équilibre entre stabilité et fraicheur des logiciels. Une debian stable commence à sentir le renfermé un an après sa date de sortie. Alors quand une nouvelle stable sort, on ne peut qu’apprécier l’odeur d’air frais qui s’insinue.

      Donc pour finir, et comme le dit Trefix, si le développeur choisit de fournir son logiciel sous une certaine licence, qu’il la respecte. Point. Sinon, il change de licence et en sera pas emmerdé par les gens qui utilisent son logiciel en tout légalité.

      Et que les mainteneurs fassent leur boulot pour éviter que les développeurs se tapent des rapports de bugs sur des problèmes déjà corrigés sur des versions stables ultérieures à celles choisie par Debian lors du freeze.

      Sur ce, bonne journée, et j’espère te revoir prochainement sur le forum de HandyLinux pour tes rapports de bug. 😉

      On verra cela en temps et en heure. Mais je t’avoue que cette polémique me donne envie de ne plus trop fréquenter le monde Debian qui semble « mentalement » bloqué entre 1995 et 2001.

      1. Je viens de passer sur le blog HandyLinux, juste avant de voir cette réponse, et le commentaire a été accepté. Pas de censure, juste une équipe restreinte qui ne va pas vérifier les commentaires toutes les deux heures.

        Le principe même de la stabilité de Debian, repose justement sur le fait de ne pas changer de version de logiciel. Ainsi, il est certain qu’il n’y a pas de changement dans l’arbre des dépendances, ce qui est le principal risque d’instabilité dans ce cas là. C’est pourtant pas compliqué à comprendre. Il est possible de backporter, certes, mais ce n’est pas au cœur de Debian de gérer ça. Debian s’assure de fournir une base solide, c’est tout. Si il fallait gérer chaque paquet au cas par cas pour l’intégrer à Debian stable, la stabilité ne serait plus assurée pour la raison citée plus haut. Autant passer en rolling-release alors.

        Tout ça pour dire que le monde des distributions Linux n’est pas manichéen. Il n’y a pas de bonnes ou mauvaises distributions. Chaque mode de mise à jour à des avantages et des inconvénients, et le choix de l’un ou l’autre dépend de son usage personnel. Le seul truc est qu’il s’agit de respecter aussi le choix des autres…

        1. Je viens de passer sur le blog HandyLinux, juste avant de voir cette réponse, et le commentaire a été accepté. Pas de censure, juste une équipe restreinte qui ne va pas vérifier les commentaires toutes les deux heures.

          C’est pour cela que j’ai dit dans ma précédente réponse que les blogueurs ne sont pas des robots 🙂

          Le principe même de la stabilité de Debian, repose justement sur le fait de ne pas changer de version de logiciel. Ainsi, il est certain qu’il n’y a pas de changement dans l’arbre des dépendances, ce qui est le principal risque d’instabilité dans ce cas là. C’est pourtant pas compliqué à comprendre. Il est possible de backporter, certes, mais ce n’est pas au cœur de Debian de gérer ça.

          Heureusement qu’il y a des exceptions à ce strict blocage. Mais cela entraine automatiquement une odeur de renfermé au bout d’un certain temps. Surtout pour les logiciels à évolution rapide. Ce qui était moins fréquent à l’époque où Debian est née.

          Si il fallait gérer chaque paquet au cas par cas pour l’intégrer à Debian stable, la stabilité ne serait plus assurée pour la raison citée plus haut. Autant passer en rolling-release alors.

          Ou en mode semi-rolling. Mais on ne peut plus rester – du moins pour certaines fonctionnalités comme la bureautique et l’internet – éternellement sur les mêmes versions d’un logiciel.

          Tout ça pour dire que le monde des distributions Linux n’est pas manichéen. Il n’y a pas de bonnes ou mauvaises distributions. Chaque mode de mise à jour à des avantages et des inconvénients, et le choix de l’un ou l’autre dépend de son usage personnel. Le seul truc est qu’il s’agit de respecter aussi le choix des autres…

          Et d’accepter qu’en cas d’emmerdes, les responsabilités sont présentes aussi bien du côté des mainteneurs que des développeurs en amont.

          Admettre aussi les limites de chaque modèle serait aussi bien sans tomber dans la facilité des propos injurieux qui démarquent une forme d’aveuglement et de prosélytisme.

  7. Bonjour.

    J’ai pu lire la conversation directement sur la mailing-list à sa sortie et il y a un détail qui me « choque » un peu ; moi qui ne suit pas un habitué des us et coutumes du monde du dev libre. Lorsque jwz a demandé à faire retirer son package de Debian, les mecs se sont empressés de répondre qu’il suffisait de recréer un autre, avec le même code (mais sans le message) et de le renommer. Comme le dit jwz, c’est « légal », mais ça l’emmerde un peu. C’est quand même assez violent comme procédé…

    Je comprends mieux maintenant pourquoi il y a tant de distros « dérivées ». Dès qu’un mec n’apprécie pas un choix de développement, il peut reprendre le projet, changer le nom du bouzin et allons-y Alonso ! J’aime bien la liberté du monde de l’Open Source, mais c’est ce genre de situation qui me fait réaliser que ce n’est pas non plus un monde merveilleux remplis d’arc-en-ciel et de petit poneys.

    Après, comme tu es un des rares à le souligner… Les torts sont partagés dans l’histoire. Jamie Zawinski connaît le fonctionnement de Debian et aurait peut-être pu s’arranger avec Debian pour que les messages de bugs relatifs à une version obsolète de son programme ne lui arrive pas directement dans la tronche et soient gérés par l’équipe de Debian directement.

    Mais voilà, moi-même qui ait longtemps utilisé Debian (et l’apprécie toujours pour ses qualités) et qui ait plein de potes amoureux de cette distrib’, je constate que ça s’emporte toujours autant quand on émet quelques réserve sur la politique de la sacro-sainte stabilité. Et en écrivant cet article, tu vas forcément passer pour « le connard d’Arch-User bleeding edge » pour certains pro-Debian fanatiques et ça aussi c’est moche.

    1. Mais voilà, moi-même qui ait longtemps utilisé Debian (et l’apprécie toujours pour ses qualités) et qui ait plein de potes amoureux de cette distrib’, je constate que ça s’emporte toujours autant quand on émet quelques réserve sur la politique de la sacro-sainte stabilité. Et en écrivant cet article, tu vas forcément passer pour « le connard d’Arch-User bleeding edge » pour certains pro-Debian fanatiques et ça aussi c’est moche.

      C’est pour cela que j’ai envie par moment de dire aux intégristes Debian d’aller se faire cuire une douzaine d’oeufs.

  8. Tu me sembles nerveux, mon cher homonyme !
    Tu oublies aussi un peu vite qu’une grande partie des quadra (et donc l’essentiel des plus veux qu’eux) n’a peu ou carrément pas touché à l’outil informatique pendant sa scolarité et se trouve confronté à des difficultés d’apprentissage que ce genre de « prise d’otage » ne va certainement pas arranger…
    « Il n’y a qu’à virer… « , certes, encore faut-il savoir quoi, comment et se dépêtrer des dépendances, toute sorte de chose qu’on sait forcément faire si on a adopté HandyLinux parce que W$ XP n’était plus soutenu ^^
    Bref, il me semble que le lieu du « règlement de compte » n’était pas l’écran des utilisateurs et que le procédé est exceptionnellement méprisant. Que dev’ et mainteneurs se frittent, OK, mais là il y a prise d’otage.
    Imagine ta g… si Valéo décidait que ton alternateur se mette « en carafe » parce qu’il est en désaccord avec la politique du fabriquant de ta bagnole, avec juste un message au tableau de bord te disant que malgré ses 50000 km d’origine elle est bonne pour la casse parce que trop vieille…

    1. Tu oublies aussi un peu vite qu’une grande partie des quadra (et donc l’essentiel des plus veux qu’eux) n’a peu ou carrément pas touché à l’outil informatique pendant sa scolarité et se trouve confronté à des difficultés d’apprentissage que ce genre de « prise d’otage » ne va certainement pas arranger…

      Quelle prise d’otage ? Un simple écran informatif lié à l’âge d’un logiciel, c’est une prise d’otage ?

      « Il n’y a qu’à virer… « , certes, encore faut-il savoir quoi, comment et se dépêtrer des dépendances, toute sorte de chose qu’on sait forcément faire si on a adopté HandyLinux parce que W$ XP n’était plus soutenu ^^

      Ou modifier une option de lancement à ce que j’ai pu lire. À vérifier, bien entendu.

      Bref, il me semble que le lieu du « règlement de compte » n’était pas l’écran des utilisateurs et que le procédé est exceptionnellement méprisant. Que dev’ et mainteneurs se frittent, OK, mais là il y a prise d’otage.

      Quelle prise d’otage une nouvelle fois ? C’est juste rappeler aux mainteneurs qu’un logiciel, ça évolue ?

      Imagine ta g… si Valéo décidait que ton alternateur se mette « en carafe » parce qu’il est en désaccord avec la politique du fabriquant de ta bagnole, avec juste un message au tableau de bord te disant que malgré ses 50000 km d’origine elle est bonne pour la casse parce que trop vieille…

      Comparaison n’est pas raison. Un moteur ne se met pas à jour.

  9. bonjour,
    Je suis utilsateur desormais de arch après avoir utilisé Handylinux qui est vraimment une superbe distribution accompagnée d’un superbe site et d’un forum sympa (je passe de temps en temps sur le forum de Handylinux car j’ai installé la distri à quelques personnes) et ce message a inquieté mes amis(agés) qui n’ont aucune connaissance en informatique et je trouve que le procédé du message d’avertissement limite par contre il me semble que en faire des tonnes et aussi limite sachant que qu’on peut supprimer facilement le paquet et que ce message ne remet pas en cause la stabilité des distributions sur une base Debian.

      1. Le paquet n’est pas critique et donc on peut le retirer… si on sait comment le faire. Le problème de beaucoup des utilisateurs d’Handy LInux est qu’ils utilisent cette distribution parce que ce sont des gens qui s’y connaissent très peu en informatique. Il faut leur laisser le temps d’apprendre, or ce n’est pas en les effrayant que cela va arriver.

        Je me moque de savoir qui est coupable mais il faut penser aux utilisateurs qu’on aide à passer sous Linux.

        1. C’est pour cela que j’ai écrit le billet qui succède à celui-ci. Je ne conseillerai plus de passer à du linux si on me le demande. L’irresponsabilité de la communauté du libre m’en a finalement écoeurée.

  10. Le problème entre xscreensaver et debian est un micro phénomène.

    Faut comprendre comment se font les développements informatique en 2016.
    à l’ère de github les projets les plus actifs sortent 3 releases stables / jour.
    Comment un mainteneur de n’importe quelle distrib peut gérer cela ?
    C’est impossible.
    debian a abandonné tout support de node.js : raison invoquée : ça va trop vite
    A quand l’abandon du support de python 3 ?
    de php ?
    etc…

    Alors pour contourner ce problème des mainteneurs de distrib, chaque application a mis en place un système parallèle de mise à jour.
    npm pour node
    pip pour python
    composer/pear pour php
    Ce qui crée un bordel pas possible entre les versions de la distribution et ces systèmes parallèles.
    Bref, c’est un gros bordel.
    Avec ces histoires de screensaver, c’est rien par rapport à tout le reste.

    Je crains qu’il y ait une windowsification de l’installation des applications : chaque application se met à jour toute seule en se connectant à github.
    Ce qui portera un grand tort au point fort des distributions linux : la centralisation des applications et donc des mises à jour.

    Que faire ?
    Déjà, faut savoir comment les développeurs travaillent et comment les mainteneurs travaillent.
    Ensuite, choisir sa distribution.
    Sinon les malentendus continueront.
    Quand tu installes une debian stable faut pas t’attendre à avoir la dernière release stable sur github.

    Pour le cas particulier de xscreensaver, c’est un faux problème.
    Comme l’a indiqué Severian –no-splash suffit pour tout remettre en ordre.
    Un bon admin sys modifie la configuration de 100 pcs debian en 3 min chrono.
    Sauf que Cyrille est incompétent, ouvre bien sa gueule et ne se remet jamais en question : c’est toujours la faute des autres.

    1. Le problème entre xscreensaver et debian est un micro phénomène.

      C’est le sommet de l’iceberg.

      Je crains qu’il y ait une windowsification de l’installation des applications : chaque application se met à jour toute seule en se connectant à github.
      Ce qui portera un grand tort au point fort des distributions linux : la centralisation des applications et donc des mises à jour.

      Cela met surtout un coup de pied dans le modèle des distributions à date de publication fixe. Le développement logiciel s’est accelérée ces dernières années. Le modèle semi-rolling ou rolling rationalisée pourrait devenir une réponse à terme.

      Que faire ?
      Déjà, faut savoir comment les développeurs travaillent et comment les mainteneurs travaillent.
      Ensuite, choisir sa distribution.
      Sinon les malentendus continueront.

      La communication brouillée entre les deux mondes est source d’emmerde en effet.

      Pour ta conclusion, je t’en laisse l’entière responsabilité.

  11. coucou 🙂

    alors au-delà de vos arguments Debian/Arch ou stabilité/fraîcheur … je voulais juste signaler que si le dev de Xscreensaver ne voulait pas être contacté, il lui suffit de ne pas coller son mail et son site partout dans le code du programme. il devrait le mettre seulement dans le fichier prévu à cet effet le « Copyright » . ainsi, le mail délivré aux utilisateurs serait celui du maintainer du paquet Debian, et c’est donc lui (le maintainer, pas le développeur) qui reçoit les mails de retour de bug.

    ce principe simple, si il avait été mis en application, aurait permit :
    -1 au dev de ne pas se faire ennuyer par des mail obsolètes
    -2 au maintainer d’avoir les retours directs et donc de mettre à jour le paquet si le besoin est réel ou du moins, régler le soucis en interne.

    la solution technique qui arrange tout le monde existe sur Debian: le dev produit du code, le maintainer produit le paquet. le user fait ses retours au maintainer qui fait suivre au dev… c’est comme ça que ça devrait se passer et tout irait bien : les soucis de versions resteraient en interne et l’utilisateur n’aurait pas à subir ce genre de truc.

    pour le détail, j’avais commencé le backport de screensaver (qui se fait sans aucun soucis de dépendances d’ailleurs) donc oui, le dev de xscreensaver a raison, il aurait fallu mettre le soft à jour dans les dépôts, il n’y a aucun risque. mais non, il n’est pas respectueux, ni des utilisateurs, ni des règles Debian. donc .. bah out xscreensaver 😛

  12. Je voudrais juste préciser que les XsceenSaver ont été conçus pour les écrans à tubes cathodiques et n’ont plus d’intérêt autres que le côté « ça fais joli » avec des écrans à cristaux liquides qui représente aujourd’hui l’immense majorité des écrans…
    Autant polémiquer sur le choix te la couleur des téléphones de type U43..

  13. « Comparaison n’est pas raison. Un moteur ne se met pas à jour. »
    Ben… si, justement :/ Et si ça ne l’empêche pas de fonctionner, quand ta bagnole te dira au démarrage puis à tous les feux que tu dois aller sans délai chez ton mécano pour une panne par ailleurs parfaitement fictive, ben tu vas vite trouver ça ch…
    Alors pour les Michu qui n’y connaissent pas plus sous le capot de leur ordi. que toi en mécanique auto, la popup à tout bout de champ EST une prise d’otage, de fait.
    Surtout qu’en l’occurrence, contrairement à l’habitude windowsienne, les liens proposés par le dev’ n’emmènent absolument pas vers une « solution » toute faite, mais vers l’inconnu. Un peu comme si je te filais une BX avec la distribution à faire et une pompe à eau fuyarde, la RTA, tous les outils et le téléphone du marchand de pièces détachées mais que je te laisse te dém… tout seul alors que tu n’as même jamais fait une vidange. La comparaison me semble pourtant parlante 😉

  14. Je ne comprends pas le développeur dans le sens où il n’a pas à s’occuper de ce qui se passe chez Debian pour les raisons expliquées par Arpinux.

    Autre chose, pourquoi le développeur ne peut-il pas filtrer les remontées de bug en fonction du numéro de version de xscreensaver? Il me semble que cette information est intégrée au rapport de bug donc il peut directement jeter ce qui ne concerne pas la dernière version et ainsi ne pas être dérangé.

  15. Je pige pas ton coup de gueule, a part le faite que tu as une dent contre les distributions qui ne passent pas leur temps a tout changer dans leurs paquets, que tu préfère ta arch c’est bien, on est pas tous a vouloir faire joujou a géré son système.

    J’explique mais d’autre l’on deja fait, debian fournit le paquet , ici xscreensaver, les bugs et les rapports des utilisateurs sous debian doivent passer par le BTS pour tout rapport. Ensuite le mainteneur debian a pour sa part le fait de voir si il peut faire un patch ou demander directement au developpeur du programme des améliorations.
    Je ne pense pas que c’est le mainteneur debian qui a fait des demandes, donc c’est des utilisateurs qui ne savent pas comment ça marche sous debian…
    Donc non debian n’y est pour rien, les utilisateurs qui ne comprennent rien sont en tord…

    Surtout que tu cite que debian et dépassé mais en quoi ne pas avoir la dernière version de libreoffice me paralyse? si j’en ai besoin, je regarde dans les backports et c’est tout. Et puis sinon si je veux vraiment la dernière version, je prend mes petites mains, et je fais du retro-portage, sous debian c’est très facile a faire… Il suffit en gros d’activer les sources de testing ou de sid et de recuperer les debsources puis de recompiler via debuild…

    La ou ça gueule c’est d’avoir un pu*** de popup qui se met devant ma gueule pour me dire une connerie a la con.

    Maintenant, ce qu’il faut faire c’est simplement boycotter cette application qui n’est plus nécessaire.

    Pour revenir a debian et par exemple les paquets que tu juges essentiels et depassé dans leur version sous debian, pour libreoffice, on a la 5.1.1 dans les backports qui est la derniere stable a ce jour…
    Donc on est toujours sur des aprioris concernant debian.

    1. Pas d’a priori, des faits vérifiables. Donc, le problème vient uniquement du développeur ? Sauf erreur de ma part, l’ancestrale Slackware a une version plus récente du paquet voué aux gémonies.

      Quant à devoir passer par les rétroportages, c’est quand même ennuyeux.

      Faire porter le chapeau aux utilisateurs, pas mal.

      Debian est une distribution qui est restée bloquée dans les années 1990 au niveau de la gestion des logiciels. Il est vrai que le développement ne s’est pas accéléré ces dernières années.

      Qu’il n’y a pas deux versions majeures pour nombre de projets libres.

      Tout va très bien, Madame la marquise…

      1. Tu vois tu es de mauvaise fois tout autant que moi puisque je te donne une maniere propre pour avoir les paquets qui a l’air de te tenir a coeur(libreoffice et l’autre truc xscrenn…) et tu trouves un moyen de te plaindre.
        Le retroportage est aussi simple a faire que yourt et aur sous arch…

        Oui je fais porter le chapeau aux utilisateurs qui ne savent pas comment poster des bugs, il y a pourtant tout un tas de doc ecrit dans notre langue mais non, http://www.debian.org/Bugs/Reporting , c’est comme ceux qui vont envoyer un rapport de bug pour kde 4.14 directement a kde au lieu de l’envoyer a debian.
        Dernièrement j’ai lu debian est trop free je n’arrive pas a faire tourner telle carte wifi, bah oui mais encore une fois le gars ne lisait pas la doc et bien sur il n’a pas mis les contrib et nonfree…
        Donc oui certains utilisateurs sont des bras cassé.

        Je vois pas en quoi debian est resté aux années 90, si tu veux je peux aussi le dire sur arch, arch a un installateur des années 80…

        Tu es comme ceux qui ne connaissent pas si bien que ça debian, tu reste avec des « on dit que », alors oui, sous debian stable on préfère la stabilité que faire la course a la dernière comme sous arch, c’est un choix, mais contrairement a arch on a aussi le choix de ne pas etre sous stable, on a sid et testing pour ceux qui veulent la dernière version qui apporte rien.
        Moi je suis revenu de sid pour être sous stable, car au moins je ne suis plus a la merci de l’entretien de mon pc.

        De plus je pense qu’il y avait autre chose a faire sue le popup qui s’affiche sur l’ecran et qui fait peur a certains…

          1. Que veux tu que je dise d’autre, a part comme ecrit plus haut mais je vais remettre puisque oui je suis de mauvaise fois et toi aussi:
            « Pour ce qui est de ton article, excuse moi, mais ton postulat de base est erroné. Donc ton argumentaire tombe un peu à plat. Sur Debian, une version est figée. Une version. Pas le code. Les mises à jour de sécurité sont assurées, et elles le sont non pas par le développeur, mais par le mainteneur. Donc pas d’abandon de logiciel comme tu l’as écrit, pas d’obsolescence et pas non plus de travail supplémentaire pour le développeur si une version de son logiciel est conservée sur la distribution. Partant de ce principe, le développeur n’a pas à faire chier les utilisateurs si une version qu’il a fourni, sous licence libre, est encore présente dans la nature. »

            C’est a dire que même si les paquets ne sont pas dans leur dernière version on a des patchs qui vont bien dedans.
            Donc en quoi ça gene de ne pas avoir la derniere version?
            Si c’est pas pour les nouvelles fonctions et pas pour la sécurité puisque les versions de debian sont patché, dis moi a quoi ça sert la course a la derniere version?

            « Pour l’abandon de logiciel, c’est au niveau des versions proposées qui sont abandonnées en amont, l’exemple le plus parlant étant la version historique de LibreOffice 4.4.x proposée par la Debian Jessie. Cela montre une limite du modèle de la Debian Stable. Autant il y a encore 15 ans, on pouvait se permettre d’avoir une suite bureautique « historique », mais de nos jours, ça passe un peu plus mal. »

            Encore une fois, dis moi ce que apporte la 5.1.1 par rapport a la 4.4.*, pour l’utilisateur lambda?
            Et comme je te le dis mais je vais te le redire car ça casse completement ton exemple, la 5.1.1 est dans les depots backport…
            Tu pourrais parler de firefox en version depassé mais encore c’est une version esr sous debian et la derniere de plus est. Et puis il y a le depot debian-mozilla qui fournit les dernieres.
            Tu pourrais parler du paquet steam mais encore une fois non car celui ci se met a jour une fois installé…

            Et je pense que quand tu es sous debian, tu as le choix entre trois version, stable, testing et sid, si tu prend la stable tu sais ce qui t’attend. Donc ça gêne personne.

            « C’est pour cela que j’ai envie par moment de dire aux intégristes Debian d’aller se faire cuire une douzaine d’oeufs. »
            Je vois aussi des integristes de la derniere version qui apporte rien. Dois je leur dire comme toi tu nous dis d’aller se faire cuire une douzaine d’oeufs.?

            Je casse des utilisateurs? ah bon, bon on va dire oui pour pas etre de mauvaise fois, mais en faite loin de les casser, je cite seulement des gestes que certains utilisateurs font.
            Crois tu vraiment que c’est le responsable du paquets chez debian qui a été faire des rappels a ce developpeur, dans le pire des cas il a remonté les problemes avec le patch en question et c’est tout. Je pense que si le dev de ce logiciel perd son calme c’est simplement qu’il a reçu des centaines de rapports de bugs donc fait par des utilisateurs, or sous debian on demande a envoyé le rapport de bug a debian puis ça sera au mainteneur de faire un rapport si besoin au dev.

            Ensuite c’est quand meme lui qui demande que debian ne fournit plus son programme.

            Tu es le premier a te plaindre de la guerre des distributions mais tu es le premier a faire des pics pour enflammer cette fameuse guerre sur ton blog…

          2. Rien à rajouter. Tu ne fais qu’apporter de l’eau à la moulin

            En ce qui concerne ton « aveuglement » sur les apports de LibreOffice, monsieur le zélote, je te dirai simplement : va lire les notes de publication.

            Devoir jongler avec trois niveaux de dépôts, voire quatre, rajouter des dépôts tiers, c’est à la portée du premier venu.

            Point barre, monsieur le zélote qui prouve que l’on ne peut rien dire sur la vénérable grand mère du logiciel libre sans risquer le bûcher.

          3. @FredBezies

            Il m’a suffit d’ajouter les backports et maintenant les mises à jour se font toutes seules également pour libreoffice qui vient du backport donc il n’y a pas besoin de jongler avec plein de dépôts. Là, je ne comprends pas.

          4. C’est juste le principe de devoir rajouter un dépôt. Trop habitué à une distribution qui évite le rajout de dépôt pour le moindre logiciel.

            Bref, l’habitude du pauvre con élitiste comme dirait maître Cyrille.

          5. Tu t enfonces Fred.
            Ya pas de honte à reconnaître qu’on s’est planté, c’est même une preuve de sagesse il paraît.
            Après le rajout de dépôt, qu’est ce qui sera trop dur à faire par la suite pour justifier ta fuite en avant ?

          6. Quelle fuite en avant ? Libre à des personnes d’utiliser un dépot non activé par défaut. Libre à elles d’utiliser une distribution dont les principes techniques remontent à 1993 et qui par voie de conséquence ont de plus en plus de mal à suivre l’évolution rapide des logiciels.

            On est arrivé à une époque de cycles courts, le « release often » que vante Linus Torvalds dans sa biographie si mes souvenirs sont bons.

            Si tu considères que nous ne sommes pas arrivés dans un monde où les versions majeures ont un cycle semestriel pour des grands noms du genre Gnome, Mate Desktop, Plasma ou encore LibreOffice, libre à toi.

            Voire des cycles plus courts, du genre 6 à 8 semaines pour les navigateurs internet.

            J’ai des soucis bien plus « terre à terre » en ce moment que de voir le monde du libre se taper sur le gueule entre communauté en se croyant encore il y a 20 ans, quand l’internet n’était pas aussi démocratisé.

  16. Non, devoir jongler avec les dépôts n’est pas à la portée du premier venu ET tout le monde n’a pas ni le besoin ni l’envie de le faire, mais ça tu refuses de le voir.
    Les Fred sont capables d’être de sacrées têtes de cons, je le sais, j’en suis un, mais sur le coup tu fais fort quand-même…

  17. Bah c’est toi qui est aveuglé par les versions des logiciels, qui répète toujours la même chanson sur debian, et qui te plaint par la suite des reponses jusqu’a menacer de fermer les postes…(ça t’es deja arrivé souvent…), je connais tres bien ceux qu’apporte la nouvelle version, dans mon cas les nouveauté/ameliorations ne m’ont pas convaincu pour mettre a jour en 5.1.1 mais toi tu dois les trouver vraiment tres importantes puisque tu en parles dans ton article:

    « Ce qui est vrai pour XScreenSaver doit aussi l’être pour LibreOffice. Je me demande combien de rapports de bugs liés à la version proposée par la Debian GNU/Linux Jessie (la 4.4.2) sont clos comme invalides ou pourrissent sur pied. Il est vrai qu’au 6 avril 2016, la version stable est la 5.0.5 et la version de « test » est la 5.1.1. »
    Chose que je te réponds et puisque j’ai le malheur de te prouver que sur ce point précis tu as tord, tu casses ou tu fais l’autruche.

    Pour revenir aux mauvaises manieres des utilisateurs, je te donne une partie de ce qui a dans le wiki pour les rapports de bugs: http://www.debian.org/Bugs/Reporting, je cite:
    « Ne pas signaler le bogue en amont

    Si vous signalez le bogue dans Debian, n’envoyez pas vous-même de copie aux responsables amonts du logiciel, car il est possible que le bogue n’existe que dans Debian. Si nécessaire, le responsable du paquet fera suivre le bogue.  »

    Et un exemple de ce que le popup fait comme dégât par exemple:
    https://debian-facile.org/viewtopic.php?id=13874
    La encore la personne n’a pas trop peur mais il y en a qui ont paniqué… Mais mon père a eu un popup gris et il a flippé.

    Qui est le plus zélote des deux, moi qui ne vois pas en quoi ça va me servir d’avoir la dernière version qui apporte rien, ou toi et ta course a la version…?

    1. À aveugle, aveugle et demi.

      Pour la énième fois, jette un oeil sur les notes de publications, monsieur je sais tout mieux que les autres.

      Quant au fait d’avoir tort, et ma politique de l’autruche, si tu le dis.

      Enfin sur les dégâts de l’écran, encore une preuve que le logiciel libre est loin du compte pour les débutants.

      1. « Pour la énième fois, jette un oeil sur les notes de publications, monsieur je sais tout mieux que les autres. »
        Et voila a bout de souffle tu vannes ou tu casses, toi aussi tu as l’air de savoir mieux que les autres puisque je te dis que pour moi et mon entourage les nouveautés de la version 5.1.1 ne m’ont pas donné l’envie de mettre a jour et de passer a cette version, pourtant la 5.1.1 est dans les depots debian…
        Après je suis content de voir que debian propose les dernières versions de logiciels dans sa stable mais de la a faire la course a la dernière version, non, je ne veux plus passer mon temps avec 100 ou plus de mises a jours qui n’apporte rien a part une course a la montée de version(chrome, firefox,…) et le stresse que ça passe pas chez les gens chez qui j’ai mis du linux(oui j’ai vu ça trop souvent…).

        « Enfin sur les dégâts de l’écran, encore une preuve que le logiciel libre est loin du compte pour les débutants. »
        Oui avec des popup qui peuvent faire peur a madame/monsieur michu, comme mon pere ou mon oncle qui lui aussi m’a appelé en me disant « j’ai un message mais j’ai rien fait comme connerie… », mais des distributions comme handylinux, mageia(mandriva avant elle), ou encore ubuntu font/ont fait beaucoup de choses pour que ça ne soit pas vrai et que les logiciels libre et linux soit accessible a tous.

  18. « Devoir jongler avec trois niveaux de dépôts, voire quatre, rajouter des dépôts tiers, c’est à la portée du premier venu. »
    Mais arrête de dire des trucs enormes! ou tu vois que je parle de pinning? Un depot tiers qui est celui des packageurs debian des produits mozilla, on peut faire mieux comme depots tiers…

    « Point barre, monsieur le zélote qui prouve que l’on ne peut rien dire sur la vénérable grand mère du logiciel libre sans risquer le bûcher. »
    En plus tu manques de respect et tu te plaint par la suite que certains te manquent de respect…
    Je te cite:
    « C’est pour cela que j’ai envie par moment de dire aux intégristes Debian d’aller se faire cuire une douzaine d’oeufs. »
    et
    zélote.

    1. Qui a parlé en premier des dépôts sur le fil ? Toi. Quant au pinning et autres joyeusetés de ce style… Bof !

      Tu parles de respect ? En quoi la phrase concernant le bûcher est un manque de respect ? En te lisant, c’est plutôt un constat !

      Ce qui me fait « rire », c’est de voir ton empressement à défendre l’honorable ancêtre, comme jadus, tu m’as fait avec la Frugalware.

      C’est beau la foi 😁

      1. « Qui a parlé en premier des dépôts sur le fil ? »
        Oui car d’apres toi on est encore avec une version 4.4* alors que dans le vrai on a la 5.1.1…

        « Quant au pinning et autres joyeusetés de ce style… »
        Oui je n’en suis pas fan et je ne l’utilise pas je préfere de loin le retroportage maison avec une simple commande debuild, tu vas me dire que c’est vachement compliqué et que c’est pas a la portée de tout le monde mais c’est comme aur et yaourt, donc si yaourt et aur n’est pas compliqué alors le retroportage n’est pas plus durs…

        « Tu parles de respect ? En quoi la phrase concernant le bûcher est un manque de respect ? En te lisant, c’est plutôt un constat ! »
        Non je parle du aller vous faire voir:
        « C’est pour cela que j’ai envie par moment de dire aux intégristes Debian d’aller se faire cuire une douzaine d’oeufs. » et de zélote en plus d’etre aveugle tu as la mémoire qui flanche… Alors que tu es aussi fanatique voir plus que moi.
        Tu me parle d’une distribution qui est resté aux années 90 dans sa gestion des paquets et je te donne le change en te parlant que arch a aussi un truc hérité de bien plus vieux…
        Tu me parles de version de libreoffice, sous debian c’est obsolète, je te dis que non on a aussi la dernière version…
        Et chaque fois tu t’enerve et tu vannes encore plus…

        « Ce qui me fait « rire », c’est de voir ton empressement à défendre l’honorable ancêtre, comme jadus, tu m’as fait avec la Frugalware. »
        L’honorable ancêtre a encore de bon jour surtout quand je vois les casses que j’ai eu avec les nouvelles a la mode… Ou encore arch…
        Tu me parle d’une distribution qui est resté aux années 90 dans sa gestion des paquets et je te donne le change en te parlant que arch a aussi un truc hérité de bien plus vieux…
        Tu me parles de version de libreoffice, sous debian c’est obsolète, je te dis que non on a aussi la dernière version…
        Et chaque fois tu t’enerve et tu vannes encore plus…
        Je ne défend pas debian, je m’en fou que tu ne l’aimes pas mais le seul truc qui revient c’est toujours ce même débat course a la version/obsolescence …
        Tu aimes jouer a la montée de version et tu critique debian pour sa stable, mais dis toi que d’autre ne veux pas jouer ou passer son temps a faire de la montée de version.
        Pour info mes parents, beaux parents, oncles et d’autres sont sous linux, j’ai fais la connerie de mettre une fois arch pour mes parents c’est juste insensé, j’ai passé tout le monde a debian et plus d’emmerde jusqu’a ce truc de popup ou tout le monde m’appel en catastrophe…
        Debian stable est tres bien pour ça, je suis en stable et je suis tranquille, de plus mes jeux sont dans leurs dernieres versions grace au backport de debian. Maintenant jouer avec le dernier kde (kf5) c’est marrant, ça m’a bien fait marrer, ça m’a plu sous opensuse leap mais c’est tout, gnome 3.18 ou maintenant 3.20 c’est marrant mais quand on voit qu’a chaque nouvelle version on a des trucs qui régressent ça me fatigue…

        « C’est juste le principe de devoir rajouter un dépôt. Trop habitué à une distribution qui évite le rajout de dépôt pour le moindre logiciel. »
        Oui tu préfère jouer avec aur et yaourt.
        Je reviens pour dire que le rétroportage sous debian n’est pas plus dur que aur sous arch…

    2. Question con.
      Quel est l’intérêt d’avoir une debian stable avec tous les logiciels utilisés au quotidien en back port ?
      Autant passer en testing, voire changer de distribution.

      Le but c’est de trafiquer au minimum sa distribution pour que l’OS soit le plus transparent et le plus stable possible.
      Si on commence à trafficoter, c’est que la distribution ne correspond plus à notre besoin.
      C’est comme ceux qui essaient de faire du windows avec du linux ou du linux avec du mac ou du mac avec du windows ou je ne sais pas quoi d’autre.

      Si vous voulez un windows, installez windows.
      Si vous voulez macos, achetez un mac.
      Si vous voulez un linux à jour avec les paquets qui sortent direct de github, il y a des distributions pour ça.
      C’est super bizarre cette manie à vouloir mettre des ronds dans des carrés.

      1. Aucun intérêt, juste que c’est possible pour ceux que ça interesse. De plus seule les paquets installé via backports sont mis a jour via ce dépôts.

        Certain ont besoin d’avoir par exemple la dernière version de libreoffice, elle est dispo c’est tout. Pas besoin de lire a chaque fois le truc que debian est obsolète.

        De mon coté je dois avoir que deux paquets venant de backport, 0ad et minetest.

  19. La vache, comment ça s’enflamme ici 😀

    Il y a deux trucs que j’ai lu ici et qui me chiffonnent. Le premier, c’est qu’on arrête pas de me parler de ces gens qui ont pris peur devant ce popup… C’est du sérieux ou les mecs disent ça pour justifier leurs propos ?

    Parce qu’avant, mes parents aussi avaient ce genre de réaction. Au début j’aidais… Après, je les ai forcés à devenir autonomes et maintenant ils ne m’appellent plus à chaque nouveau message à la con et cherchent eux-même sur Internet. Bêtement, je me disais que l’utilisateur de Linux, même lambda, avait passé ce cap. Honnêtement, hein, je le pensais ; je ne dis pas ça pour le troll. Même en installant la la distib’ la plus friendly possible, imho, je me suis toujours dit que ça demandait d’avoir passé ce réflexe de « panique ». Parce qu’installer une iso de Lambda-Linux, ça demande quand même un peu de recherche… On m’aurait dit ça pour des vieilles personnes sous Windows XP, là, j’aurais pas douté une seule seconde.

    Après, le deuxième truc : J’ai lu que backporter sous Debian était aussi facile que Yaourt. J’ai tourné sur Débian il y a longtemps et… Non. Yaourt c’est – littéralement – :

    yaourt -S monpaquet, non, non, oui, oui.

    (Pour celui qui fait ça à l’arrache, hein. (Et c’est mal.) C’est d’ailleurs ce que certains lui reprochent d’ailleurs… Mais bref, c’est un autre sujet).

    Donc non, niveau facilité ce n’est pas comparable. Sincèrement. Vraiment. Sisi. Oui. Sérieux.

    1. Bein non c’est bien vrai faut dire aussi que les personnes en question ont plus de 60 ans… Donc ce genre de message est simplement honteux.

      Pour le backport c’est seulement du:
      apt-get -t jessie-backports install libreoffice
      Pour retroporter des paquets de sid a stable en passant par les sources c’est:
      $ apt-get source playonlinux
      # apt-get build-dep playonlinux
      # debuild

      Vachement dur…

  20. Pas lu les 41864196 flamewars :p mais il faut préciser quelques points je pense.
    Le problème est déjà qu’un dév. prenne le melon en imposant un nagscreen assez « violent » (intrusif ?), c’est pas très sympathique.
    Mais si les dév. était de bons communicants, le marketing n’existerait pas :p
    Le problème c’est que le dév. était tellement vénère (wahou les gens lui remontent des bugs wahou trop violent pour lui ?) qu’il n’a pas pris de recul pour se dire qu’avior du « fresh » sur une Debian, c’était un peu HS.
    Debian est faite pour être stable et pas trop à jour (sauf le navigateur, qui est la PREMIERE porte d’entrée des attaques mais sur une Debian sans backport (principalement pour du serveur, non ?) quel intérêt d’avoir un navigateur pour un adminsys ?)) :p
    Du coup, problème : pourquoi des noobs » ont une distrib. Debian sans backports ?
    Je pense que le problème principal du « xmachingate » vient de là : la grosse majorité des impactés FR viennent de HandyLinux, comprendre une Debian pour noob mais sans backport.
    Erreur, je dis.
    Soit on est sous Debian, une distrib. clairement pas pour noobs, donc pas de backports, pas de râlage sur du nagscreen intrusif en dehors du cercle des utilisateurs linuxiens confirmés.
    soit on est sous Debian + backport, on perd quand même en stabilité et autant passer en Ubuntu ou dérivés. Et donc pas de souci pour xmachin je crois.
    Cyrille militant pour HL pour noobs, il récolte ce qu’il aide à semer. Donc il râle.
    Trop pour ce que c’est (oui le dév est un con mais c’est son droit).
    Je résume : le souci ient de HL = Debian pour noobs, qui est une équation à risque.
    Voilà.
    Est-ce que HandyMenu est installable/gérable sur une Xubuntu ? C’est la question posée aux candidats 😀

    1. Nous aussi on t’aime Gilles. 😉

      Sur HandyLinux on est tellement sales qu’on a tout fait péter Debian stable en rajoutant le backport de Firefox. 😉 Mais on n’aimait pas la belette givrée. Faut comprendre aussi.

      Et oui le HandyMenu peut être installé sur Xubuntu. Il faut juste s’assurer que les logiciels par défaut sont bien installés.

        1. D’un point de vue purement utilisateur, je ne comprends pas en quoi avoir des logiciels plus vieux d’un an est un réel problème quand on commence l’informatique… Si c’est le prix de la stabilité, et surtout de la tranquillité, lorsque l’on prend en main l’outil, ça ne me semble pas être aberrant.

          Je suis désolé, mais à chaque fois que j’ai installé une (X/L/K)Ubuntu, l’installation n’a pas tenu un an. Et je n’ai rien fait de spécial (pas de dépôts tiers, pas d’installation depuis des .deb, pas de modifications de l’environnement), mais suite à une mise à jour je me suis toujours retrouvé avec une interface cli ou des messages d’erreur partout. Donc non pour moi ce n’est pas adapté.

          Je préfère encore conseiller une Manjaro, que je trouve plus stable que la famille Ubuntu. Et là en plus on a vraiment la dernière version des logiciels.

          1. « les utilisateurs sont-ils des entités autonomes coupés d’y reste du monde ? »

            Absolument pas. Et c’est bien un choix et non pas une obligation. Dans le cas de HandyLinux, on parle bien de mettre un pied à l’étrier. Le but n’est pas de rester ad vitam æternam sur cette distribution. Et Debian semble être la plus adaptée, par sa stabilité (notion discutable, certes), à accueillir des débutants.

            Et si des utilisateurs se sentent bien sous Debian et ne ressentent pas le besoin d’avoir la dernière version des logiciels, je ne vois pas où est le problème. C’est ça que je ne comprends pas dans les attaques. Debian propose une vision des choses, si elle ne plaît pas, il existe d’autres distributions. Pourquoi devrait-elle changer de mode de fonctionnement si cela est nécessaire à certaines personnes ? Je veux des logiciels à jour, j’installe une Arch. Point.

          2. Je te rejoind, Starsheep, sur ce que tu dis.

            J’ai longtemps mis du ubuntu pure et au bout d’un moment, souvent passé les 1 ans, généralement les personnes m’appelaient car n’avaient plus de bureau graphique.
            J’ai remplacé ubuntu et mis mageia a la place mais en fin de compte, c’est pas mieux avec d’autre soucis moins catastrophique que la perte de l’interface, mais des petits soucis, imprimante notamment qui se met a pause ou se désactive tout seul ou simplement ne garde pas les configurations.

            Quand les personnes notamment d’un certains age demandent de mettre un truc autre que windows c’est pas pour avoir des petits ou gros bugs, ils veuillent du stable, un truc qui bouge pas, ils ont rien a foutre de la version de firefox, de kde, de xfce et encore moins de xscreensaver… Ils veuillent juste aller sur leurs comptes, faire des courriers avec libreoffice(et se foutent de la versions), recevoir leurs mails, aller sur internet pour voir la derniere voiture, jouer aux cartes ou aux jeux mahjjong…

            Debian la dessus est parfaite.

          3. Tu sais combien je t’apprécie Fred, mais là je ne peux pas être d’accord. 😉

            Juste un dernier point. Pense aussi à ce qui se passe dans le monde des grosses entreprises. Crois-tu que si RedHat propose un support de 8 ans, il le fait à l’encontre de ses utilisateurs ? RedHat qui réalise pourtant un chiffre d’affaire de 2 milliards. Un changement de version implique certaines vérifications dans un service de Direction des Services Informatiques. Il devient impossible d’assurer une montée progressive des versions pour chaque logiciel…

            Il faut de tout.

          4. Tu parles d’un cas spécifique qu’il est difficile de généraliser.

            Je me demande d’ailleurs si on pourrait avoir une idée de la répartition au niveau du serveur entre la spirale et le chapeau rouge.

            Par simple curiosité intellectuelle.

  21. Je veux pas foutre la merde, mais j’ai l’impression que Cep t’a répondu chez Cyrille 😉
    Non, je ne suis pas pour la paix des ménages 😀
    aaaahhhhhh Jerome 666 d’enfer
    Ok, je sors aussi par ici —–> \o_ _o_ _o/ \o/ \o-

Les commentaires sont fermés.