Trois ans après le « free adgate », voici venu le temps de la « adblock war »…

Note préliminaire : je comptais publier cet article le 29 mars 2016, mais Cyrille Borne a pondu un article qui m’a fait penser que la publication devait être avancée de quelques heures.

J’enfile mon costume d’historien à deux centimes d’euros pour l’introduction de cet article. Souvenez-vous, nous sommes début janvier 2013. L’opérateur Free via une mise à jour du micrologiciel l’option de bloquer la publicité à vue, le tout à la discrétion de l’internaute. C’est alors le grand bal des faux-culs et des hypocrites qui commence, hurlant à tout va qu’on viole la neutralité du réseau… Benjamin Bayard de la FDN n’était pas du même avis. Étrangement, d’ailleurs 🙂

Surtout que cela touche les dites personnes en plein amour propre, je veux dire en plein portefeuille. Il faut rester honnête. Depuis 2013, la situation des personnes qui vont sur la toile sans bloqueur de publicité est une horreur sans nom. Quand je dépanne des amis et que je leur demande : « Tu veux que je te mette un outil pour bloquer les publicités ? », c’est tout juste si je ne vois pas couler des larmes de bonheur sur leurs joues.

Tuxicoman a fait un petit test… Aux résultats effarants. Sur trois articles de trois journaux qui touchent des sommes non négligeables en subventions, à savoir Liberation, Le Figaro et L’Express (merci Daniel pour la piqûre de rappel), en virant le contenu publicitaire, on gagne jusqu’à 87% en temps de chargement, et 68% en taille récupérée… Loin de 10 à 15% que j’avais mesuré en juillet 2014.

Le Geste, en gros le syndicat qui défend bec et ongles le modèle du financement publicitaire, a lancé une opération de blocage de bloqueurs de pubs, visant AdBlock plus, le moins éthique de tous. NextInpact en a parlé avec au passage quelques coups de pieds à une industrie qui ne veut pas se remettre en question. Ce qui m’a inspiré la commande suivante au dessinateur de talent Péhä :

fred_vs_adblock2

L’industrie de la presse écrite nous sort, à peu de choses près, le même discours que celui de l’industrie de la galette plastifiée il y a une dizaine d’années.

Internet est un média interactif, contrairement à la radio, la télévision ou la presse papier. Un(e) internaute peut décider ce qui s’affiche sur son écran.

Si la personne en question ne veut pas voir la publicité, c’est son plein droit, n’en déplaise à des tartuffes qui nous expliquent que sans la publicité, ils vont mettre la clé sous la porte…

En oubliant de mentionner, pour les plus gros, les sommes non négligeables touchées sous la forme de subventions, dixit la Cour des Comptes en 2013. Je sais, je radote un peu, c’est l’âge 🙂

Sans chercher à comprendre pourquoi les internautes en sont venus à installer des bloqueurs de publicités. Iceman et Utux, le premier dans un article du 25 mars 2016, et uTux dans un article qui revient sur la gratuité et en quoi il faut changer de modèle. Ou du moins, essayer d’y réfléchir. Les deux articles visent plusieurs fois dans le coeur de la cible.

Je cite Iceman :

[…]
Quand je pense qu’il y a des boites maintenant qui font leur beurre à créer des antiadblock vendus à prix d’or à ces journaux et sites, vivement que le ménage se fasse. Car c’est comme quand j’ai un produit qui n’est pas fiable, un truc qui me pourrit la vie comme l’opercule du pot qui ne se détache pas correctement, je ne rachète pas la marque. Quand les pros du marketing, ces gens d’une inutilité crasse, comprendront cela, la terre tournera un peu plus rond.[…]

uTux qui parle aussi d’un autre sujet qui fache, le flicage des utilisateurs :

[…]
La culture du financement par la pub, fléau du XXIe siècle et solution par défaut à tous les problèmes me tape sur le système. Un web sans bloqueur de publicités est simplement inenvisageable pour moi. Tuxicoman a mesuré le nombre de requêtes HTTP, le volume et le temps de chargement des pages sur des sites connus avec et sans bloqueur de publicité, son constat est le suivant : ~90% du temps d’affichage des articles de ces sites est dépensé par l’utilisateur pour quelque chose dont il se fout : la publicité et l’espionnage de son comportement.
La solution ne passe donc pas par la culpabilisation ou le rejet des utilisateurs d’AdBlock/uBlock mais par un changement sérieux de politique de la part des annonceurs, ou de modèle économique pour les acteurs du web.
[…]

On va sûrement me sortir : Il faut bien payer les serveurs et les logiciels.

Je suis entièrement d’accord.

Prenons le monde dans lequel je baigne depuis 2005, celui du blog. La plupart du temps, les personnes qui se mettent à cette activité passe soit par Dotclear, soit par WordPress. Deux logiciels libres qui ont un coût effroyable : que dalle !

Bon, je veux bien qu’on ajoute des modules non gratuits, mais vu l’offre des extensions en logiciels libre, faut vraiment chercher dans le spécifique de chez spécifique. Donc le coût du logiciel utilisé est un argument limite fallacieux.

Et l’hébergement ? On va me dire : Tu es chez Free, tu ne payes rien. Oui, mon hébergement date de l’époque des kits d’accès libre qui doivent remonter, de mémoire, à l’année 1998.

Prenons quelques offres d’hébergements spécifiques si on n’est pas fan de l’auto-hébergement.

1and1 propose une offre à 11,99€ TTC mensuel pour l’offre « wordpress illimitée », ce qui comprend aussi le nom de domaine, la protection contre les DDOS et pleine de petites bonnes choses.

oneandone wordpressAmen propose mieux : Un hébergement avec nom de domaine gratuit la première année, 10 Go d’espace disque, bande passante illimitée pour… 3,56€ TTC par mois !

amen-wordpressCe sont des offres toutes en un, évidemment. Et deux exemples parmi d’autres. Au pire, il doit être possible d’acheter un nom de domaine chez Gandi dont les prix vont en gros de 2 à 50€ pour une année. Le .fr ? 12€ par an… Et ensuite d’utiliser le service d’hébergement de WordPress

Qu’on ne vienne pas me dire qu’il est hors de prix d’avoir un blog en hébergement classique de nos jours. On peut s’en tirer au minimum avec 42,72€ et au pire avec 143,88€ pour une année… Ce qui n’est pas si énorme que cela. J’avoue que j’aurais tendance à préférer l’abonnement plus onéreux, malgré tout 🙂

C’est un débat sans fin qui risque de s’ouvrir ici. Nous sommes juste entré dans une nouvelle époque, et la publicité n’est plus une méthode fiable sur le long terme pour financer des activités.

Toute industrie qui part en guerre contre ses clients potentiels est condamnée à perdre.

Les bloqueurs de publicités, et les internautes qui n’ont pas vraiment le choix que d’en abuser en réponse à la publicité toujours plus envahissante, auront toujours un coup d’avance.

Pour finir, une petite vidéo pratique pour conserver un minimum d’hygiène sur la toile, même si je suis plus réservé actuellement pour Ghostery.

Comme d’habitude, c’est vous qui voyez. Tout dépend si vous voulez voir une partie de votre abonnement mensuel à l’internet utilisé par du contenu non-informatif ou pas.

Je ne prétends pas détenir la solution, ni d’avoir de réponses toutes faites au financement des sites. Simplement, il faut essayer de penser financement du XXIème siècle pour un média qui fait partie du XXIème siècle.

Ce qui est difficile à envisager pour certaines personnes, apparemment 🙁

38 réflexions sur « Trois ans après le « free adgate », voici venu le temps de la « adblock war »… »

  1. Beaucoup affirment que la pub est le meilleur moyen de rémunérer son travail et qu’il n’existe aucune alternative, mais je crois qu’il oublie que certains sites n’ont simplement jamais eu de pubs et que ces derniers arrivent à survivre.
    J’en citerais un : Wikipédia. C’est sûrement le meilleur exemple du site qui vit très bien sans pub. Et le pire, c’est qu’il ne fonctionne qu’avec des dons !
    Mais bon, je pense que s’il peut survivre uniquement avec ce système, c’est parce que Wikipédia doit fournir du contenu de qualité, non ? 😉
    En plus, y a d’autres systèmes de financement qui sont mis en place : Flattr, Tippee, Crowfunding en tout genre…

      1. C’est vrai… mais faut reconnaître que cela serait trop simple s’il y en avait une 😉
        Et puis, comme le dit Néo dans Matrix : « Le problème, c’est le choix. »

        1. Bonjour.
          Je radote volontairement : le site qui m’explique que suis un « méchant » car son business-plan c’est de « m’offrir du gratuit » en m’arrosant de pub’, ben… je ne lui mets pas un mais deux bras dans son c… ! C’est logique : il me ch… sur la g…, je n’aime pas ça et ne me laisse donc pas faire : je quitte en express et n’y retourne jamais, en espérant que nous serons nombreux à faire de même et que le-dit site crèvera dans sa m…
          Je dépense assez, chaque année, en abonnements pour ne pas me laisser emm… par ce genre de trou’d…
          Et surtout je ne supporte déjà pas les moralisateurs religieux, ce n’est pas pour tolérer les remontrances des vendus au dieu pognon, qui se payent déjà sur mes impôts sans attendre mon accord 😡

  2. Salut Fred .
    [taquin]
    Dans ton intro, tu dis:
    « J’enfile mon costume d’historien à deux centimes d’euros…. »
    Si on part du principe que l’expression populaire était « à deux balles » donc deux de nos francs que certains regrettent, tu aurais du dire:
    « J’enfile mon costume d’historien à trente centimes d’euros »
    [/taquin] 😉

  3. Pas très honnête de parler d’hébergement mutualisé pour des sites nécessitant des dédiés…
    Ce n’est pas parce que tu n’as pas de gros besoins que tout le monde est dans ton cas.
    Korben a tellement de visites qu’il doit utiliser un dédié. Donc payer cher ce dédié.

        1. Pour 99% de l’ensemble, ce sont les stats de wordpress. Et je pense que le code proposé par l’intégrateur de youtube doit y rajouter sa dose.

          Que du méchant flicage commercial donc 😀

      1. Sur la tienne, ce qui m’a fait bizarre, j’en ai fait une capture d’écran que je t’envoie par mail.
        Maintenant à l’heure où j’écris ce commentaire ublock est retombé à 3 et Ghostery toujours 3.
        A pluche.

  4. En tant qu’historien, tu aurais même pu revenir aux sources, avant le net et l’ère de la publicité à outrance, cette époque dont rêve Gattaz au niveau social….
    On n’a pas fini d’en parler de tout cela et même si je comprends Cyrille dans son point de vue, il n’y a pour l’instant pas de place pour une solution « entre les deux ». La pub ayant tout mangé, il faut vite mettre la barre de l’autre coté pour revenir à plus de raison. Il aurait en fait fallu faire cela il y a 10 ans déjà, avant que la publicité prenne la place du rédactionnel. Mais on est comme ça, nous humains, à ne pas faire de demi mesure.

  5. Pour Clubic, c’est devenu une horreur. Quand on est un utilisateur enregistré, on pense s’en sortir en mettant clubic.com en liste blanche dans uBlock Origin. Perdu ! Cette saleté de pavé pleurnicharde continue à s’afficher à chaque nouvelle page pour réclamer la désactivation du bloqueur de pubs. C’est visiblement codé avec les pieds. De fait, chez Clubic, le problème semble plus profond :
    * un site refondu sans jamais tenir compte de la base des utilisateurs,
    * une équipe rédactionnelle qui n’est pas écoutée par les décisionnaires,
    * des pubs de tous les cotés,
    * des pubs en vidéo en auto-démarrage (j’ai du installer FlashBlock à cet effet !)
    Bref, un tel mécontentement (car on pourrait ajouter des critiques poussées sur la qualité rédactionnelle), qu’une grande partie des utilisateurs semble prête à migrer vers d’autres prairies pour voir si l’herbe y serait plus verte (moi y-compris).

    1. Ah, M6 informatique ? Ayant viré Flash, je n’ai plus le problème du contenu géré par cette usine à faille de sécurité.

      Sinon, pour de l’informatique sérieuse, il y a NextInpact ou encore 01net voire ZDNet.

  6. Je trouve un peu facile ton analyse financière qui oublie le plus important … Les outils, les frais et les salaires !
    Tu ne comptes pas dans tes calculs le salaire de celui qui écrit les articles. Si c’est du bénévolat / plaisir, super, mais impossible d’avoir tout le choix actuel et la qualité éditoriale offerte par certains support uniquement par du bénévolat. Si on veut aller sur ce modèle, c’est le retour à une offre hyper limitée et sélective, avec tous les travers que ça apporte …
    Tu ne comptes pas les voyages à faire pour aller sur tel ou tel salon, à telle ou telle présentation de matériel, dans telle ou telle entreprise, …
    Tu ne comptes pas les achats de matériels (PC, caméras, micros, …) ni les licences logicielles.

    Bref, tu considère qu’aujourd’hui faire du rédactionnel sur le web c’est juste un mec qui prend 10mn de son temps pour pondre un article ou une vidéo de temps à autre sans s’être déplacé, sans matériel, sans contact, sans …

    C’est totalement à côté de la plaque et des réalités :-/

    1. Je trouve un peu facile ton analyse financière qui oublie le plus important … Les outils, les frais et les salaires !

      Dans mon analyse financière de fin d’article, j’ai pris le cas d’une personne qui blogue. Pas d’un journaliste.

      Tu ne comptes pas dans tes calculs le salaire de celui qui écrit les articles. Si c’est du bénévolat / plaisir, super, mais impossible d’avoir tout le choix actuel et la qualité éditoriale offerte par certains support uniquement par du bénévolat. Si on veut aller sur ce modèle, c’est le retour à une offre hyper limitée et sélective, avec tous les travers que ça apporte …

      Quand on voit le niveau de certains webzines, on peut se dire que le seul « salaire », c’est celui de google translate 🙂

      L’offre hyper limitée et sélective ? Quand on retrouve 15 fois la même info à la virgule près sur autant de sites différents, où est la diversité ? 😀

      Tu ne comptes pas les voyages à faire pour aller sur tel ou tel salon, à telle ou telle présentation de matériel, dans telle ou telle entreprise, …

      Ah, les articles pré-machés 🙂

      Tu ne comptes pas les achats de matériels (PC, caméras, micros, …) ni les licences logicielles.

      Il est vrai que les licences logicielles comme celle de Windows ne sont pas compris dans le coût des machines.

      Bref, tu considère qu’aujourd’hui faire du rédactionnel sur le web c’est juste un mec qui prend 10mn de son temps pour pondre un article ou une vidéo de temps à autre sans s’être déplacé, sans matériel, sans contact, sans …

      Jamais dit cela. Simplement, la justification de la publicité pour verser des salaires, c’est de la désinformation complète. Dans ce cas, comment font des journaux comme « Le Canard Enchainé » ou encore « Charlie Hebdo » pour faire des articles ?

      Comment fait « Le Virus Informatique » ?

      C’est totalement à côté de la plaque et des réalités :-/

      Quelle réalité ? Celle des sites d’informations qui comme les titres de presse écrite appartiennent à des grandes groupes ? M6 = Clubic. ZDNet est un groupe international.

      Désolé, mais tu ne contredis pas un point précis, en listant ainsi toutes les dépenses tierces qui finissent par être amortie, ne serait-ce que l’équipement lourd : la publicité n’est plus viable sur le long terme. Plus tu mettras de la publicité pour « payer les journalistes » – je voudrais bien connaitre le nombre de pigistes dans les rédactions des webzines, on doit pas être loin de 90% du total des personnes « pissant des articles » – plus tu feras fuir des personnes qui n’en peuvent plus.

      1. Oui mais tu mélanges tout.
        D’un coté tu parles des blogueurs et de l’autre tu parles des journaux qui touchent des subventions.
        Faut savoir, c’est qui les méchants ?

        1. J’ai commencé avec les journaux qui sont assez hypocrites dans l’histoire. Ensuite, j’ai parlé du monde des blogs en montrant que l’on peut s’héberger à moindre frais pour simplement mettre en place un blog.

          Les méchants ? Les dinosaures qui refusent de voir qu’il faut adapter leur modèle de financement à un « nouveau » média : internet.

          Média qui n’a commencé à se populariser vers la fin des années 1990, début des années 2000. D’où le dessin de Péhä dans l’article.

  7. Personnellement je pense que la création d’un genre d' »API » pour la publicité devient une nécessité , ce genre d’API permettra d’integrer dans une page un nombre limité de pubs qui ne seront pas intrusives et qui n’espionneront pas l’utilisateur

    car même si vous avez raison sur le moindre coût de l’hébergement d’un site quand il s’agit d’un blog comme le votre , dans le cas de sites beaucoup plus gros qui veulent proposer du contenu et des services pro , avec videos…etc ça chiffre et pas seulement pour l’hébergement car il faut aussi une équipe derrière , bref la rémunération devient obligatoire , et la publicité est toujours mieux que de mendier aux gens

    1. Sur le dernier paragraphe je suis entièrement d’accord. Cependant, vu la qualité de certains webzines et les doutes qu’on peut exprimer sur l’indépendance des articles proposés, on peut se dire que les frais d’équipes sont parfois moins importants qu’on pourrait le penser.

      Je ne suis pas contre le principe de rémunérer les personnes. Mais la publicité est une méthode inadaptée pour le médium qu’est internet. Autant on est obligé de subir la publicité sur la radio, la presse écrite ou la télévision, autant c’est l’inverse pour Internet… Car l’internaute a le choix de décider ce qui s’affiche sur son écran.

      Le modèle de financement des médias sur internet doit être repenser, et cela, les tenants du modèle publicitaire ne veulent pas en entendre parler.

  8. Je pense que ça ne sert à rien de débattre sur le sujet… Il y a divergence d’intérêts entre les parties, c’est tout.

    Les sites, blogs, etc. ; si ils n’arrivent pas à se financer, ce-n’est-pas-mon-problème. Mediapart arrive à faire souscrire des abonnements parce qu’ils apportent un contenu suffisamment intéressant pour que les gens se décident à payer. C’est aussi *simple* que ça !

    Du point de vue du rédacteur/de l’annonceur c’est pareil, les mecs veulent gagner de l’argent (Que ce soit pour financer l’hébergement ou pas, on s’en fout !), donc ils mettent de la pub partout, et si ça gène l’internaute, ils n’en ont rien à foutre parce que ce n’est pas un problème pour eux. Je suis persuadé qu’ils le vivent très bien.

    Donc ce que je veux dire par là, c’est que – quoi qu’il arrive- il y aura une guerre. Et on sait tous qui va gagner… On n’est pas dans « Orange Mécanique », personne ne va pas forcer les Internautes à regarder de la publicité dégueulasse. Notre génération à pratiquement tué la télévision pour cette raison, d’ailleurs. Donc soit le fournisseur de contenu s’adapte, soit il fait comme tout le monde : Il se recycle.

    Paix, tendresse et Chokotoff à tous <3

    1. Les sites, blogs, etc. ; si ils n’arrivent pas à se financer, ce-n’est-pas-mon-problème. Mediapart arrive à faire souscrire des abonnements parce qu’ils apportent un contenu suffisamment intéressant pour que les gens se décident à payer. C’est aussi *simple* que ça !

      Attention, éclair de lucidité 🙂

      Du point de vue du rédacteur/de l’annonceur c’est pareil, les mecs veulent gagner de l’argent (Que ce soit pour financer l’hébergement ou pas, on s’en fout !), donc ils mettent de la pub partout, et si ça gène l’internaute, ils n’en ont rien à foutre parce que ce n’est pas un problème pour eux. Je suis persuadé qu’ils le vivent très bien.

      S’il le vivait aussi bien, la guerre aux bloqueurs de publicités ne serait pas lancée.

      Donc ce que je veux dire par là, c’est que – quoi qu’il arrive- il y aura une guerre. Et on sait tous qui va gagner… On n’est pas dans « Orange Mécanique », personne ne va pas forcer les Internautes à regarder de la publicité dégueulasse. Notre génération à pratiquement tué la télévision pour cette raison, d’ailleurs. Donc soit le fournisseur de contenu s’adapte, soit il fait comme tout le monde : Il se recycle.

      Je suis de la génération « précédente », celle des années 1970 qui a été biberonnée aux publicités. Qui finit par ne plus la supporter et qui essaye de l’éviter au maximum.

      Quant à l’adaptation, quelle horreur… L’industrie de la presse doit faire sa révolution copernicienne, c’est pas encore gagné !

  9. bonsoir

    deupis quelques temps effectivement sur certains sites, la publicité reprend de plus belle, sans amélioration pour l’utilisateur au final :
    – il y a ceux qui « choississent » ou limitent le type de publicité sur les pages et ils sont bien rares a ne pas faire exploser page d’accueil
    – il y a les autres qui s’enfoncent de plus en plus dans la publicité et bientôt si cela continue, c’est les cookies qui vont être supprimés ( pour ces sites )

    avoir de la pub qui propose n’importe quoi, cela ne m’interesse pas, avoir des onglets qui s’ouvrent sans demander son accord non plus (on peut mettre dans les options demander pour nouveau onglet auto ), et bientôt car cela cela semble aussi se généraliser , la pub vidéo avant la vidéo…

    bref 80% de bande passante pour que de la publicité cela aussi laisse a réfléchir au coût et a son utilité.

    je ne parle même pas des mini portables ou pad ( mini écran), cela doit être pire si on tente la navigation de manière classique.

    sans parler des mails de publicités que l’on reçoit tous les jours, ça aussi cela pullule sans jamais s’arrêter. Les FAI devraient tous demander un prix pour les mails de pub avant envoi, on verra bien si les publicitaires vont continuer à payer la dîme à chaque mail envoyé.

  10. Marrant (ou trrrrrrrès légèrement hypocrite) de critiquer les pubs et les trackers en postant ses vidéos sur youtube. Le temps de regarder la vidéo, mon ublock s’est chargé de 52 requêtes youtube.

    Pour être totalement crédible sur ce créneau, il faudrait commencer par auto-hébergé ses propres vidéos, mais ouille ouille l’espace disque va se remplir très vite. Frédéric va-t-il passer sur un hébergeur et sortir ses sous ou continuer à critiquer en utilisant un service dont la raison d’être est le tracking et la publicité ?

    1. C’est vrai que Dailymotion que c’est mieux. C’est vrai que je financiarise mes vidéos tel un Cyprien ou un Squeezie.

      Quant à sortir de l’argent que je n’ai pas pour un hébergement qui ne serait pas forcément de meilleure qualité que l’actuel, j’attends ton précieux don.

      Merci par avance.

  11. La vidéo est un problème pour l’instant par rapport au coût d’hébergement. Mais on n’est pas obligé de l’utiliser non plus, même si c’est un avantage pour Montrer le fonctionnement de quelque chose.
    L’auto-hébergement de vidéo, j’en connais extrêmement peu qui pratiquent de toute façon, du moins si on a plus de 10 lecteurs 😀 . On sort un peu du débat, en même temps.

  12. Dans les cas d’anti-bloqueur, je suis aussi d’avis de ne pas désactiver le bloqueur de pub et d’aller voir ailleurs, s’ils voient leur audience en baisse, ils changeront de politique.
    Un exemple, le site lachainemeteo.com, fonctionnait très bien avec bloqueur de pub. Puis ils se sont essayé à l’anti-bloqueur et j’ai constaté récemment qu’ils étaient revenus en arrière, cela fonctionne à nouveau avec Ublock. Peut-être la conséquence d’une baisse d’audience.

  13. Pour pcinpact, je ‘ai pas digéré leur changement de style et la dérive vers le webzine payant : donc exit. Pour clubic, j’y trouvais de moins en moins à lire et depuis l’anti bloqueur de pub à la massue, l’article de Cyrille BORNE m’a fait l’enlever de mes favoris (En fait, c’était la rubrique des logiciels du jour qui m’avait attiré là).
    On nous dit qu’il faut bien payer les serveurs, mais je n’y crois pas.
    Je pense qu’il faut faire la différence entre l’hébergement qui aujourd’hui coûte moins cher qu’un paquet de cigaretttes et la volonté de certains d’en vivre. Quand on le dit, comme Korben, cela ne me dérange pas, même si j’y trouve moins à lire qu’avant. Ce qui me dérange, c’est celui qui voudrait bien l’argent du beurre, le beurre et se taper la crémière : cad s’en mettre plein le poches en passant pour le nouveau Stallman.
    Mais bien sûr cen’est que mon avis 🙂

    1. Pour Clubic, il semble que les choses sont revenues à la normale. On peut à nouveau consulter un article avec un bloqueur de pub actif sans se faire matraquer. Ils remontent dans mon estime. Reste que j’ai toujours du mal avec leur organisation du site, mais ça, cela reste une affaire de goût 🙂
      Question : était-ce une action coup de poing d’une journée ou bien les critiques ont-elles fait mouche ?

Les commentaires sont fermés.