Hypra Linux : Non, l’accessibilité n’est pas une grossièreté.

J’ai été contacté fin février 2016 par le directeur général d’Hypra, une petite entreprise sociale et solidaire qui part d’un principe basique : Tout le monde n’a pas une vue parfaite, même avec des verres correctifs aussi épais que des culs-de-bouteille. C’est encore une fois mon étiquette de blogueur influent – les personnes qui rient au fond de la salle, veuillez sortir ! – qui m’a permis d’être contacté par Hypra.

L’informatique est aussi utilisée par des personnes dont la vue est très faible, voire inexistante. Ce n’est pas parce qu’on est aveugle que l’on doit se passer d’informatique. Il y a des outils d’accessibilité dans les principaux environnements de bureaux libres.

Si la société Hypra propose une Debian GNU/Linux Jessie avec Mate et un affichage adaptée aux personnes à faibles vues et aux personnes ayant perdu l’usage de leurs yeux, ce n’est que le haut de l’iceberg.

Si on va sur le site d’Hypra, on s’aperçoit que cette volonté de rendre accessible l’informatique via le logiciel libre passe aussi par la vente d’ordinateur avec Hypra Linux préinstallée, l’installation de la distribution par l’équipe d’Hypra, l’achat d’un DVD ou d’une clé USB démarrable, sans oublier l’option de demander à une personne qui s’y connait de récupérer l’ISO et de la faire installer par le geek libriste de service 🙂

Le but est de rendre l’informatique accessible au plus grand nombre, sans laisser sur le bord de la route des personnes malvoyantes ou non-voyantes, sans oublier les personnes d’un certain âge qui ont souvent besoin d’un apprentissage plus long que des personnes nées avec l’outil informatique dans les mains. Ce qu’Hypra appelle le « Système à accès universel ».

Avant que vous ne gueuliez à l’article sponsorisé, je n’ai rien touché pour écrire cet article, et de plus, j’ai aidé l’équipé à trouver un bug bien vicieux… Comme rémunération, y a mieux, non ? Cet article est la suite d’une entrée dans mon en vrac’ du 27 février 2016.

Maintenant que ce point est éclairci – et bien que je me prépare à de basses attaques dans les commentaires – passons au vif du sujet. J’ai récupéré l’ISO de la Hypra Linux sur le site officiel, et je l’ai fait s’installer dans une machine Virtuelle VirtualBox.

Après avoir choisi l’installation par l’outil dédié quand le bureau est chargé, on se retrouve dans une copie conforme de l’installateur classique. Inutile de s’éterniser dessus. Une fois l’installation terminée, j’ai rajouté les mises à jour… Uniquement 82 paquets à mettre à jour.

Pas à dire, ça a fait du bien. Une fois le système à jour, j’ai lancé l’ensemble pour le capturer en vidéo avec Kazam. Comme me l’a précisé l’équipe qui développe la distribution, c’est encore en cours de paufinage, surtout sur le plan du liveCD.

Je n’ai malheureusement pas le profil le plus adapté pour apprécier toutes les qualités de la distribution. Il y a un truc qui m’a fait tiqué, mais qui doit être géré par l’équipe d’Hypra, c’est la non connexion automatique de l’utilisateur. Le lecteur d’écran orca n’est pas activé à la connexion sous Mate Desktop. Un bug de la version que j’ai testé, sûrement ! Ce qui peut être ennuyeux pour les personnes à vision réduite ou non-voyantes.

Sinon, tout est vraiment pensé pour que l’accessibilité ne reste pas un vain mot. Comme vous avez pu le voir et surtout l’entendre, Orca permet vraiment de se situer via sa voix de synthèse. Un peu robotique, mais c’est toujours mieux que rien ! L’équipement logiciel est des plus complets. C’est vraiment une distribution qui tient ses promesses pour permettre aux personnes handicapées visuellement d’utiliser l’informatique. Et c’est tant mieux ! Même s’il reste un ou deux angles à arrondir. À suivre, donc.

10 réflexions sur « Hypra Linux : Non, l’accessibilité n’est pas une grossièreté. »

  1. Est-ce qu’il y a un outil comme « loupe », lors de mon rapide test dans la langue de Cameron je n’ai pas pensé de regarder ?
    En tous les cas c’est un idée qui est bonne je trouve.
    A pluche.

    1. C’est listé dans le fichier raccourcis clavier. En utilisant simultanément la roulette de la souris et la touche « super » (en général la touche windows), on a le zoom avant et arrière autour de la souris. Tu as la même action avec les touches haut et droite avec « super ».

      Touches super m et n, inversion des couleurs de l’écran et de la fenêtre courante. Autant dire qu’il y a un paquet de raccourcis à se mettre en tête.

  2. Pour avoir testé rapidement la distribution, il me semble qu’il était possible d’offrir une voix de synthèse moins mécanique avec Svox Pico par exemple … l’absence de voix de synthèse lors de la connexion est également une énorme lacune ! Pour info le créateur de Knoppix a lui aussi créé une distribution pour malvoyants/non-voyants, en optant pour une approche très différente … la distribution se nomme Adriane, elle est plus « épurée » et fonctionne essentiellement en mode texte. Elle me semble mieux adaptée à ce handicap ! A essayer pour essayer le surf internet en mode texte … c’est assez surprenant !
    A tester un jour si tu as le temps donc … je ne suis pas sûr qu’Adriane soit toujours développée ! http://www.knopper.net/knoppix/knoppix60-en.html
    Autre distribution également pour déficients visuels et qui semble assez complète : Vinux … http://vinuxproject.org/

    1. C’est plus un bug qu’une lacune je pense. Sinon, je connais de nom certaines distributions pour personnes aveugles ou mal voyantes. Il y a aussi la Sonar GNU/Linux.

      Mais c’est vraiment un marché de niche, encore plus que pour les linux pour le bureau, ce qui est peu dire 😀

    2. salut à tous,
      juste pour faire noter que le test a été effectué sur une installation depuis liveCD, ce qui est encore en beta.
      Sur des installations normales, depuis une debian classique, la vocalisation est bien sur activée dés le login (la connexion).
      Il est également possible de connecter plusieures voix de synthèses, comme festival(eloquence), mbrola, ou encore voxygen. Il y a problablement d’autres synthèses possibles.

  3. L’ éternel problème avec les distros pour mal-voyants, c’est de les avoir en français.
    Adriane est vraiment très bien, mais elle est localisée en anglais américain et en allemand. Personne n’a jamais distribué d’iso d’Adriane en français, et pour cause.
    Pour Vinux, il y a un gros travail à faire pour tout passer en français
    HandyLinux, qui est en français, n’était pas vraiment adaptée pour les aveugles la derniére fois que je l’ai installée.
    J’ai essayé en Octobre dernier toutes les distros en anglais et en francais pour une personne mal-voyante et utilisant Windows depuis des années mais mécontente de MS.
    Il était intéressé par Salix sur EeePC 1000.
    Depuis, il a reçu un iPhone 6 et cela a changé sa vie. Je suis fondamentalement contre les logiciels et les systèmes propriétaires, mais là j’ai vu les possibilités époustouflantes pour tous les jours et comment une vie entière peut être transformée par une synthèse vocale française adaptée.
    Pratiquement tous les malvoyants et aveugles de l’association de malvoyants de Nice ont un iPhone et ils sont en contact perpétuel, c’est incroyable comme leur monde a changé!
    Si je devais recommander à un malvoyant ou aveugle anglophone ou à un germanophone des distributions Linux, sans hésiter je lui en conseillerais plusieurs, bien abouties et finalisées.
    Pour ce qui est du français, il y a encore beaucoup de chemin à faire (notre langue est plutôt complexe avec tous ses accents) mais il ne faut pas désespérer.
    Si vous connaissez une personne aveugle qui veut voir sa vie révolutionnée (et qui a les moyens financiers), parlez-lui de l’iPhone.

Les commentaires sont fermés.