Profitons de l’annonce de la béta de la Slackware Linux 14.2 pour avoir un aperçu de la future MicroLinux Enterprise Desktop.

L’annonce de la sortie de la Slackware Linux 14.2 béta 1 m’a donné une idée un peu farfelue pour compenser la nullité monstrueuse de l’actualité des distributions GNU/Linux : Tenter d’installer la MicroLinux Entreprise Desktop 14.2, du moins dans son état d’avancement en cette fin janvier 2016.

Oui, la méta-distribution basée sur la Slackware Linux 14.1 dont j’ai déjà parlé en janvier 2015.

Je tiens à préciser ceci :

  1. Je n’ai pas contacté l’auteur de la méta-distribution avant de faire cet article.
  2. C’est un travail en cours, utilisant le guide d’installation que j’ai adapté pour le faire fonctionner avec la Slackware Linux current, en version 14.2 béta en ce mois de janvier 2016.
  3. Ce n’est en rien définitif. C’est à l’image des distributions en alpha ou en béta que je présente parfois.
  4. Si vous voulez installer la MLED, il est FORTEMENT CONSEILLÉ de rester avec la version 14.1 à moins que vous ne vous sentiez une âme de CASSE-COU. Je suis clair ? 🙂

J’ai donc pris le guide d’installation en le modifiant pour le faire coller au but de cet article. J’espère que le créateur de la MLED ne m’en voudra pas trop ! J’aurais bien voulu voir ce que donnerait une SalixOS avec une base de Slackware Linux 14.2, mais au 23 janvier 2016, y a rien de disponible 🙁

Je suis parti d’une ISO de la Slackware Linux « current », datée du 17 janvier 2016, en partant d’un des miroirs des images d’Eric Hameleers alias Alien Bob pour gagner un peu en vitesse de récupération 😉

[fred@fredo-arch ISO à tester]$ wget -c https://seattleslack.ryanpcmcquen.org/mirrors/slackware/slackware64-current-iso/slackware64-current-install-dvd.iso
–2016-01-23 20:11:16– https://seattleslack.ryanpcmcquen.org/mirrors/slackware/slackware64-current-iso/slackware64-current-install-dvd.iso
Résolution de seattleslack.ryanpcmcquen.org (seattleslack.ryanpcmcquen.org)… 104.24.103.14, 104.24.102.14
Connexion à seattleslack.ryanpcmcquen.org (seattleslack.ryanpcmcquen.org)|104.24.103.14|:443… connecté.
requête HTTP transmise, en attente de la réponse… 200 OK
Taille : 2750414848 (2,6G) [application/x-iso9660-image]
Sauvegarde en : « slackware64-current-install-dvd.iso »

slackware64-current 100%[=====================>] 2,56G 2,63MB/s ds 10m 25s

2016-01-23 20:21:42 (4,19 MB/s) — « slackware64-current-install-dvd.iso » sauvegardé [2750414848/2750414848]

Une dizaine de minutes pour environ 2,6 Go, ça c’est du miroir qui envoie du pâté ! 🙂

Mon ami VirtualBox a donc été mon allié dans cette quête pas franchement des plus utiles…

Comme pour l’article de janvier 2015, j’ai créé un partionnement avec une partition /, une partition de swap et un partition /home.

Après avoir activé la connexion avec un petit dhcp eth0, j’ai récupéré les tags qui permettent d’installer la sélection de logiciels correspondants à la MLED 14.2.

Je suis passé à l’installateur classique de la Slackware Linux, sauf qu’au moment de la sélection des paquets, j’ai demandé à utiliser l’option « tagpath ». Cf les captures d’écran qui sont plus parlantes que mon blabla 🙂

Une fois l’installation terminée, en conservant la plupart des choix par défaut en post-installation, ne rajoutant que le support du cups et ntp au démarrage, mais en rajoutant le support d’UTF-8, j’ai redémarré la machine virtuelle.

Étant connecté en root au premier démarrage, j’en ai profité pour cloner le dépot git.

cd
git clone https://github.com/kikinovak/microlinux

Une fois le dépot git cloné, je me suis attaqué à l’ajout de l’extension slackpkg+ adaptée à la MLED 14.2 béta, et à la configuration du dépot current qui va bien.

J’ai pris le dépot français de lip6 en slackware-current.

J’ai mis à jour les dépots et récupéré les clés gpg :

slackpkg update
slackpkg update gpg

J’ai ensuite installé les paquets mplayerplug-in et recordmydesktop. Puis je suis passé à une mise à jour du système.

slackpkg install mplayerplug-in recordmydesktop
slackpkg upgrade-all

J’ai sauté l’étape d’installation du multilib, celui-ci étant désactivé suite à la non validation des clés gpg pour le dépot current en multilib 🙁

L’étape suivante a été l’installation de l’environnement MLED.

slackpkg install microlinux-desktop

On peut alors passer à la configuration, comme décrite dans cette page : http://www.microlinux.eu/configuration_fr.php

J’ai été au plus rapide, ne modifiant ni le noyau, je sais c’est pas bien !, ni le clavier, connaissant l’emplacement des touches pour mon mot de passe sur un clavier agencé en QWERTY.

J’ai juste vérifié que la langue était bien configurée et j’ai ajouté les extensions VirtualBox. Le guide est parlant sur ce point précis, et je vous y renvoie donc 🙂

J’ai créé ensuite mon compte utilisateur. Pour avoir des menus configurés aux petits oignons, j’ai lancé le script cleanmenu.sh.

cd microlinux/desktop-14.2-64bit/tools/
./cleanmenu.sh

Puis je me suis attaqué à la connexion automatique, en vérifiant que c’est bien LXDM qui se lance. Une fois lxdm lancé, je le positionne sur une session xfce, puis je me connecte.

Il m’a suffit ensuite de modifier le fichier /etc/inittab, comme précisé dans la page de documentation cité au-dessus, pour confirmer le lancement de lxdm à la connexion. Tout étant près, j’ai décidé de lancer une capture vidéo de l’ensemble.

Je dois dire que je suis assez agréablement surpris du résultat, même si pour le moment, ce n’est qu’une version béta. Le bug de lancement d’Inkscape en est la preuve parfaite.

Évidemment, l’installation reste à conseiller aux personnes franchement technophiles et qui ne sont pas effrayés par l’utilisation de la ligne de commande. C’est rapide, assez frais côté équipement logiciel. Il m’a été plus long d’écrire l’article que d’installer la méta-distribution.

Un des points négatifs, c’est la taille de l’ensemble : On atteint 8 Go d’espace disque consommés. Quoique vu la logithèque installé, c’est assez supportable.

Malgré tout, ça donne vraiment envie de voir à quoi ressemblera la version finale, cette béta mettant l’eau à la bouche. Le genre de versions de développement qu’on aurait envie d’avoir plus souvent sous la souris !

12 réflexions sur « Profitons de l’annonce de la béta de la Slackware Linux 14.2 pour avoir un aperçu de la future MicroLinux Enterprise Desktop. »

  1. Merci de ton intérêt pour la MLED. Quelques mises en garde s’imposent effectivement. Même si Slackware est officiellement passée en 14.2beta1, la MLED est encore en phase alpha. Les noms quelque peu définitifs des dépôts sont trompeurs.
    C’est noté pour Inkscape, très probablement une de ses dépendances qui a été mis à jour dans -current depuis la construction initiale du paquet. Cela arrive tout le temps. Je note d’ailleurs au passage que pour la prochaine version de MLED (15.0 ?) j’attendrai très certainement la sortie de la beta respective de Slackware avant de me retrousser les manches. À force de travailler sur une cible mouvante, on se complique inutilement la vie.
    C’est tout aussi normal que slackpkg ne trouve pas la clé GPG du dépôt multilib. Le paquet est préconfiguré pour un dépôt nommé 14.2, alors que celui-ci n’existe pas encore. Il faut donc repasser dessus à la main en éditant slackpkgplus.conf.
    Mon travail sur la MLED est assez erratique en ce moment, vu que je planche sur quelques gros projets en parallèle et qu’il ne me reste pas autant de temps que je voudrais pour m’en occuper.
    Bon weekend et merci encore,
    Nico

    1. J’avais employé le terme de béta pour la MLED, étant donné qu’elle se base sur la Slackware Current qui est en béta. Mea culpa !

      Cela arrive tout le temps. Je note d’ailleurs au passage que pour la prochaine version de MLED (15.0 ?) j’attendrai très certainement la sortie de la beta respective de Slackware avant de me retrousser les manches. À force de travailler sur une cible mouvante, on se complique inutilement la vie.

      Au minimum l’annonce de la béta en effet. Voire de la RC pour être sur une base plus que stabilisée.

      C’est tout aussi normal que slackpkg ne trouve pas la clé GPG du dépôt multilib. Le paquet est préconfiguré pour un dépôt nommé 14.2, alors que celui-ci n’existe pas encore. Il faut donc repasser dessus à la main en éditant slackpkgplus.conf.

      Vu le peu de logiciels concernés, j’ai mis cela sur le compte du statut béta (ou alpha ?) de la MLED.

      Mon travail sur la MLED est assez erratique en ce moment, vu que je planche sur quelques gros projets en parallèle et qu’il ne me reste pas autant de temps que je voudrais pour m’en occuper.

      Ça… La vraie vie est franchement méchante.

  2. PS: effectivement, la bibliothèque poppler a été mise à jour le 17 janvier dans -current, avec une floppée d’autres paquets, et je n’ai pas encore pu vérifier toute la casse que cela a engendré. Merci pour le rapport de bogue en tout cas.

  3. Extrait du ChangeLog:

    Sun Jan 24 12:02:01 CET 2016
    inkscape-0.91-i586-2_microlinux.txz: Rebuilt.
    Compiled against new poppler. Thanks to Frederic Bezies.
    +————————–+
    Sun Jan 24 12:18:23 CET 2016
    inkscape-0.91-x86_64-2_microlinux.txz: Rebuilt.
    +————————–+

  4. J’ai regardé la vidéo de présentation un peu plus en détail. Quelques remarques sur une paire de questions que tu te poses.

    Le lanceur d’applications, effectivement c’est Plank, que j’ai cannibalis^^^^^^extrait de la distribution ElementaryOS. J’avais testé une série de docks divers et variés comme Cairo-Dock, Docky, AWN et toussa, mais Plank est le premier qui me plaît vraiment. Dans sa configuration par défaut, on ne peut pas le modifier. Tu peux cependant faire un kill et l’ouvrir via le terminal (plank –preferences si mon souvenir est bon). Le but du jeu étant d’éviter que les utilisateur se tirent dans le pied avec.

    Les fonds d’écran c’est également tiré d’ElementaryOS, principalement. D’ailleurs je maintiens le paquet Slackware correspondant ici:

    https://slackbuilds.org/repository/14.1/desktop/luna-wallpapers/

    Tout comme le jeu d’icônes d’ailleurs :

    https://slackbuilds.org/repository/14.1/desktop/elementary-xfce/

    Pour ce qui est de la « lourdeur » d’install de Slackware, le système de base contient bien plus d’utilitaires (shells, utilitaires en ligne de commande etc.) qu’un système de base comparable dans d’autres distribs. Par ailleurs y’a tous les outils de construction pour compiler des paquets, sans oublier une collection de libs. L’approche est différente que sous Arch ou Debian, par exemple, mais perso je préfère. Évidemment, on peut l’alléger, mais vu le temps qu’on passe dessus, j’ai fait l’expérience que le jeu n’en vaut pas la chandelle, surtout au vu de la taille moyenne des disques durs de nos jours. J’en suis loin de mon premier ordi (processeur monoplatine 8080, clavier hex, 512 octets (!) de RAM, pas de disque dur).

    1. Ce qui doit pas mal peser, c’est le code source du noyau, non ? Sinon, tout dépend du nombre d’outils installés, sans oublier les traductions non utilisées ou encore les pilotes xorg.

      J’ai décompacté le paquet kernel source, c’est 721 Mo sur le disque.

      Merci pour tes réponses.

  5. C’est pas l’envie qui me manque de tester mais le temps libre qu’il me reste, enfin je vois que tu as trouvé quelqu’un de volontaire et de réactif puisque si j’ai bien compris le petit souci avec inkscape est en passe d’être résolu. Par contre l’idée du dock « Plank » je ne serais pas contre.
    A pluche.

  6. J’étais utilisateur de Slackware durant quelques années, superbe distro, hyper robuste et stable, cependant, je n’ai jamais trop compris l’intérêt des « répository » à chaque version de Slackware, même avec des Slackbuilds.

    En effet, Quel intérêt par exemple d’avoir un slackbuild ou un binaire d’un package en 13.1, puis en 13.37, puis en 14.0 et enfin en 14.1 ? Pourquoi ne pas avoir adopter quelque chose de plus simple, je ne sais pas moi, du genre répository stable et current ou un truc à la xBSD, point barre, là du coup on se complique les choses pour rien.

    Le jour ou Slackware réformera cela, j’y reviendrais :). Un utilisateur slackware dans l’âme 🙂

    1. Explication simple : parce qu’un paquet compilé sur une version de Slackware ne fonctionnera pas forcément (ou plutôt : très probablement pas) sur la version subséquente. Nouvelles versions de gcc, glibc, etc.

Les commentaires sont fermés.