Les projets un peu fou du logiciel libre, épisode 4 : FreeDOS.

Pour ce quatrième billet de la série « Les projets un peu fous du logiciel libre », j’ai eu envie de parler de FreeDOS. C’est le pendant du projet ReactOS dont j’ai parlé dans l’épisode 2 de cette série de billet, le 17 décembre 2015.

Le but de FreeDOS est simple : proposer un clone de MS-DOS en logiciel libre. Vu l’énorme logithèque développée pour MS-DOS, le projet confirme son utilité. Il est né en 1994. Alors que Microsoft travaille sur la quatrième version majeure de son environnement MS-Windows à destination des particuliers pour succéder à MS-Windows 3.1 du nom de code de Chicago (alias MS-Windows 95), il annonce que MS-DOS ne sera plus vendu séparément. Un développeur, Jim Hall qui appréciait la simplicité de MS-DOS fut ulcéré.

Il se lança donc dans le projet de faire son propre MS-DOS. Appellé dans un premier PD-DOS pour Public Domain-DOS, il devint rapidement FreeDOS. Mais vu l’énormité du projet, il faudra 4 ans pour qu’une première version alpha sorte et 12 ans pour que la première version officiellement stable, dite 1.0 voit le jour. 6 ans de plus pour que sorte en 2012 la version 1.1 de ce DOS. Qui est largement meilleur que le MS-DOS d’origine : support des CD et du réseau, un shell amélioré (dont l’auto-complétion), le support des noms de fichiers dit longs (au dela du duo 8 caractères et 3 caractères pour l’extension) pour ne citer que les améliorations principales 🙂

Quand on va sur le site officiel, on s’aperçoit du poids énorme de l’ISO du système : moins d’une quarantaine de Mo ! C’est cependant une version allégée. Si on veut avoir d’autres outils, il faut compulser frénétiquement le dépot logiciel de FreeDOS qui contient entre autres un navigateur Web, une interface graphique à la MacOS d’avant MacOS-X et plein d’autres choses.

Pour les besoins de cet article, j’ai récupéré OpenGem, Arachne (un navigateur web pour MS-DOS et apparentés) et puisqu’il faut un jeu, la version partagicielle de Doom. J’ai copié les 3 sur une image ISO et je suis parti d’un FreeDOS fraichement installé dans une machine VirtualBox, taillée sur mesure : 32 Mo de mémoire vive, 512 Mo de disque dur et une carte son SB16.

Vous avez pu le constater, on retrouve l’ambiance de MS-DOS, mais dans une version améliorée. Je n’ai pas compris pourquoi je n’ai pas réussi à avoir la musique dans Doom. Ni réussi à activer la connexion réseau. Cela m’a fait tout drôle de me replonger dans MS-DOS plus de 20 ans après l’avoir utilisé pour la dernière fois en duo avec MS-Windows 3.1x. Si vous n’avez pas connu MS-DOS et que l’expérience vous tente, essayez donc FreeDOS 🙂

16 réflexions sur « Les projets un peu fou du logiciel libre, épisode 4 : FreeDOS. »

  1. Cela fait un moment aussi que je n’ai pas tâté de ce genre de lignes de commandes. Je me souviens qu’à sa sorti, il y a eu un petit effet de mode pour l’utiliser, notamment quand on voulait faire tourner des « démos »(….tiens faut que je fasse un truc là dessus à l’occasion.)

    Aujourd’hui, on a tellement de puissance et tellement de remakes de jeux que tout le monde s’en fiche du freedos. mais c’est vrai que c’est une belle réalisation, surtout pour le résultat par rapport à MSDOS6.2 !

    1. Le particulier à peux etre trop de puissance , non ? il me semble que nous étions heureux avec un PIII / Geforce 256 … ce qui est peux ou prou la puissance d ‘ un simple Raspi 2

  2. Je pense faire chauffer une machine virtuelle pour tester ce système que je n’ai pas connu ^^.

    D’ailleurs je me demande bien s’il existe des applications intéressantes à faire avec. (Serveur, console rétro ect)

    J’aime bien cette série d’articles qui montre à quel point le logiciel libre peut donner de beaux projets.
    En parlant de beaux projets, je te conseille d’évoquer un jour le moteur de jeu Godot qui se veut être un concurrent opensource (licence MIT) de Unity.
    Il permet de faire des jeux en 2D/3D et il utilise un langage de scripts nommée GDscript.
    (Qui fait penser à du python je trouve) il est possible d’exporter ses jeux pour android, Windows, Linux et même pour les navigateurs web. (HTML5)

    C’est très réussi et assez bluffant. 🙂

  3. A savoir que si il vous reste un jeux de disquette windows 3.1 sa marche plutot bien. La version 3.11 a vu des verrous pour ne s’installer que sur un dos signer microsoft.

    Bonne année Frédéric et que tes essais 2016 ne te fasse pas péter les plombs 😛

  4. À noter que, si ce FreeDOS reprend telles quelles les commandes de MS-DOS (et qui ont été reprises dans les Windows NT, tu pouvais utiliser directement la commande « md » (alias de « mkdir » pour créer un répertoire. De même, la commande « cd » (alias de « chdir » pouvait utiliser un autre nombre de points que 2 (fonctionnalité perdue lors du passage à Windows NT) :
    « cd . » menait au dossier actuel (pas très utile, mais bon)
    « cd .. » remontait au répertoire parent (de C:\dir1\dir2\dir3 à C:\dir1\dir2)
    « cd … » remontait au répertoire grand-parent (de C:\dir1\dir2\dir3 à C:\dir1\)
    « cd …. »… et ainsi de suite. D’ailleurs, les espaces étaient facultatives : « cd.. » et « cd .. » fonctionnaient tout pareil (quoique sur FreeDOS, je sais pas).
    « cd \ » (ou « cd\ ») remontait à la racine du volume.

    Intéressante démonstration. J’ai aussi connu le GEM dans sa version 1.1 (je crois : celle pour Amstrad PC-1512), où le gestionnaire de fichiers affichait deux fenêtres l’une au-dessus de l’autre, impossibles à fermer, sans icônes sur le Bureau. C’est vrai que l’interface des OS d’Apple évoque beaucoup le GEM. Est-ce que, si MS ne lui avait pas damé le pion, nous aurions connu un clone de MacOS sur nos PC ? En tout cas, avec FreeDOS et ReactOS, il y a moyen d’avoir un combo DOS-Windows « Canada Dry » pour pas cher, comme tu dis pour certaines distributions Linux ! 😀

    Bonne année (oui, bon, c’est plus par convention qu’autre chose, vu comment elle a démarré) !

      1. TOS qui incluait le GEM , c’était pour le nom du pdg de atari : jack Tramiel Opérating System , qui était aussi le fondateur de commodore 😉
        @+

Les commentaires sont fermés.