Les projets un peu fou du logiciel libre, épisode 2 : « ReactOS ».

Pour ce deuxième billet de la série « Les projets un peu fous du logiciel libre », sorti un peu plus tôt que prévu, j’ai envie de parler de ReactOS. C’est un vieux projet, né vers 1996 qui veut réécrire Microsoft Windows dans sa génération NT en version libre.

C’est avec l’arrivée récente de la première release candidate de la version 0.4 que j’ai décidé de parler de cet OS libre vraiment atypique. La version 0.4rc1 installable date du 14 décembre 2015. Donc autant dire que c’est du code très frais, rédigeant cet article le 17 décembre 2015.

Historiquement le projet est né sous le nom de FreeWin95 en 1996. Le but était d’écrire un clone de MS-Windows 95 en logiciel libre. En 1997, le projet stagnant, les développeurs changent leurs fusils d’épaule et décident de partir sur une base plus solide, c’est à dire un clone de NT4.

En 2006, suite à des rumeurs de code copié depuis celui de MS-Windows, une analyse a été lancée. Elle s’est terminée fin 2007. Autant dire qu’un temps précieux a été perdu. On pourrait faire un parallèle avec le projet Wine qui est une couche de traduction pour faire fonctionner un maximum de logiciels MS-Windows sous Linux.

Les deux projets travaillent ensemble. Spécialement en ce qui concerne les fichiers DLL en mode utilisateur, les deux projets utilisant des bases techniques différentes.

Pour installer ReactOS 0.4.0rc1 dans une machine VirtualBox, j’ai suivi un article de son wiki qui m’a dépanné 😉

Dès qu’on lance l’image ISO, on se retrouve avec un installateur en mode texte. On peut choisir de nombreuses langues dont le français.

Une fois la langue choisie, on nous annonce que l’installation se fera en deux parties.

On nous annonce ensuite les limitations : pour le moment, le seul système de fichiers supporté est le FAT32… Toujours mieux que rien !

On avance d’une étape, et on configure les principaux réglages : affichage, clavier, etc… Puis on passe au partitionnement et au formatage du disque dur.

Opération très rapide. On passe ensuite à l’installation de la base de ReactOS. Sans oublier d’installer le chargeur de démarrage. On peut redémarrer et passer à la deuxième partie de l’installation.

La deuxième partie de l’installation se passe avec un assistant. Qui nous propose successivement de gérer la langue de l’installation, l’ajout d’un compte utilisateur, les réglages comme le nom de l’ordinateur sur le réseau, l’ajout d’un mot de passe administrateur. Ou encore le réglage de l’heure. Que du classique 😉

En une dizaine de minutes, l’OS est installé. J’ai rajouté le support du son, et j’ai fait une capture vidéo de l’ensemble.

On est encore très loin d’avoir un clone libre de MS-Windows. Il est rapide à se lancer, mais il est vraiment trop limité pour être autre chose qu’un généreux projet. Il a de très bonnes idées, comme le « ReactOS Applications Manager ».

Avoir seulement une version 0.4 après près de 20 ans de développement montre qu’écrire un OS complet qui veut permettre à des utilisateurs de MS-Windows de continuer à utiliser des vieux ordinateurs avec une implémentation libre du produit phare de Microsoft, c’est très compliqué !

7 réflexions sur « Les projets un peu fou du logiciel libre, épisode 2 : « ReactOS ». »

  1. Effectivement, le challenge est intéressant, amusant, motivant au départ….limite, ça montrerait le niveau du type qui gère ça. Mais au final, à quoi ça sert réellement quand on voit toutes les alternatives libres que l’on peut trouver sur le marché pour de vieilles machines, ….et les alternatives moins légales aussi :s

    T’aurais pas un motorola 68030 qui trainerait histoire de lui mettre un clone de workbench libre :p

    1. Pas de machines avec un 68030. À moins que tu ne connaisses une personne qui puisse me faire un don d’Amiga 4000 avec un 68030 en carte accélératrice ?

      Et c’est vrai qu’on est loin du niveau du kikoolol qui fait mumuse avec remastersys pour pondre une distribution inutile pour faire bien sur le CV.

  2. Yo,
    C’est peut être inutile mais vachement réactif. J’image une version finale sur un pc moderne, une fusée.
    Mais bon les devs devraient passer à autre chose. Pendant ces 20 ans ils auraient du porter des softs Windows sur Linux et pas faire un Linux avec wine. Ce dernier pour moi ne sera jamais au point de toute façon. A chaque fois que je l’ai testé il a planté mon système.
    De nos jours flash est de moins en moins présent, c’est pas rapide mais c’est en train de mourir à petit feu par exemple, moi je ne m’en sert plus du tout.
    Donc les devs Linux devrait se concentrer sur le développement de softs avec les même fonctions que sous windows.
    Mais ils préfèrent créer des Distrib de m….e, donc dépense inutile d’énergie.
    Mais j’avoue qu’ils sont doués quand même chez reactos.

    @pluche
    eddy

      1. J ‘avoue que là tu marque un point.
        Mais justement il devrait faire une vraie distrib étant donné qu’ils sont vraiment bon.
        C’est là tout le paradoxe. A leur place je me concentreraais sur une distrib non Windows 2000 pour le coup, mais la création d’une vraie distrib efficace avec un soft bien développé par besoins.
        Je pense que si ils avaient pris ce chemin dès le départ, on utiliserait peut être leur distrib aujourd’hui.

  3. Pour avoir rencontré la team ReactOS au précédent FOSDEM j’espère les revoir cette année, je peux te dire que ce ne sont pas des rigolo.
    Le projet va bien plus loin que de porter des logiciel Windows vers GNU/Linux mais permettre de faire tourner n’importe quelle application Windows (même les abandonware) sous ReactOS ce qui permettrait de faire tourner des applications dont ont pas plus aucun support, mais dont certaines entreprises peuvent encore avoir besoin.
    Je passe d’autre détails car il faut vraiment discuter avec la team, j’ai vu que 2 personnes et je ne pense pas que l’équipe sois plus grande en réalité.
    Je vous invite donc en espérant leurs présences, de venir au prochain FOSDEM fin janvier 2016.

    1. Je n’ai jamais dit que l’équipe de ReactOS sont des rigolos, bien au contraire. Vouloir développer un clone de MS-Windows pour utiliser des vieilles machines et des vieux logiciels est un projet des plus utiles pour nombre de personnes.

      Ensuite, c’est un projet « fou » dans le sens qu’il demande un travail énorme pour être viable.

Les commentaires sont fermés.