Xfce 4.12 ? Huit petits mois et puis s’en va… Salut et encore merci pour le poisson !

On ne devrait jamais avoir droit à une erreur 500 sur un blog. On ne devrait jamais avoir de pannes un dimanche de novembre. Déjà que je n’aime pas trop le mois de novembre, devoir me taper une erreur 500 sur mon blog car un ou plusieurs serveurs mysql sont en panne, ça facilite le transit intestinal… Et pas qu’un peu.

On finit par faire des bétises. Oh, pas le genre de bétise qui vous font tomber dans l’illégalité la plus complète. Non, le genre de celle qui vous disent : Et pourquoi tu ne donnerais pas sa chance à la nouvelle version de Gnome ?

Lors de la sortie de Xfce 4.12, ou plutôt quelques jours après, je quittais Gnome après l’avoir utilisé depuis sa version 2.6 (ou 2.8 ?) à l’époque lointaine de la Ubuntu 6.06 LTS. À l’époque, j’avais été époustouflé par la vitesse de Xfce, sa légèreté, et sa souplesse d’utilisation.

Mais au fil des mois, le vieux gnomiste qui était en moi grognait. Au fil des mois et des tutoriels, même si je n’étais pas d’accord avec certains choix de l’équipe de Gnome, j’ai vu l’environnement se bonifier.

Même si la version 3.16 n’était pas à la hauteur de mes attentes, ne serait qu’au niveau du centre de notification placé en haut ou encore son outil Agenda par trop rudimentaire, la version 3.18 que j’ai pu découvrir dans une machine virtuelle lors de la rédaction du tutoriel de novembre 2015 m’a vraiment étonné.

Dans les améliorations, outre le fait que l’outil Agenda devient utilisable, tout comme l’outil Musique – j’ai préféré conserver cependant mon bon vieux QuodLibet qui est loin du rhumatisant Rhythmbox – j’ai vu apparaître une zone de notification en bas à droite pour les logiciels supportant une telle option. C’est vraiment pratique quand j’ai une session de Transmission avec des ISOs linux en cours de partage.

Surtout, ce que j’ai constaté, c’est la vitesse d’affichage qui est devenu bluffante. C’est presque aussi rapide – une fois chargé – que sous Xfce ! À 5% près tout de même 🙂

La migration ? Elle s’est déroulé en quelques étapes, la plus longue étant la récupération des logiciels. J’ai commencé par désactiver lightdm :


sudo systemctl stop lightdm

Ensuite, je me suis connecté en utilisateur normal. J’ai commencé par désactiver lightdm et enlever Xfce 4.12 et les outils que j’avais rajouté au fil des mois.


sudo systemctl disable lightdm
yaourt -Rcs xfce4 xfce4-goodies midori galculator lightdm gnome-xfce-icon-theme

Le dernier paquet étant pour compléter les manques en terme d’icones. Ensuite, j’ai rajouté gnome :


yaourt -S gnome gnome-extra

J’ai enlevé Anjuta qui a le mauvais goût de prendre le dessus sur Nautilus pour la gestion des clés USB et autres disques durs externes. Ensuite, j’ai lancé gdm pour me connecter au Gnome fraichement installé.


sudo systemctl start gdm

C’est ainsi que j’ai pu apprécier la solidité des Archlinux qui peuvent migrer d’un environnement de bureau à un autre sans piquer une crise de nerf. Cela me fait tout drôle de revenir sous Gnome. C’est comme si je revenais chez moi, après un long voyage.

Même si j’avais gardé certains outils de Gnome, ceux proposés par Xfce étant peu adaptés à mes goûts ou carrément absents : Brasero, File-Roller, Evince ou encore Sound-Juicer.

Xfce est très bon environnement, rapide et léger. Cependant, au fil des semaines et des mois, je me suis aperçu qu’il était devenu trop stable et trop sage pour moi. J’ai migré mon ordinateur portable, un Toshiba Satellite L300-2CZ sous Gnome.

Seul mon asus eeePC reste sous Xfce, pour une simple et bonne raison : il n’a qu’un Go de mémoire vive… Le seul gros manque, c’était un outil pour renommer les fichiers par paquet, comme l’outil proposé par Thunar. GPRename prend sa place.

Peut-être que je resterais 2 jours, 3 semaines ou 6 mois de nouveau sous Gnome. Mais en tout cas, c’est à la force et la faiblesse du logiciel libre : le choix pour la personne entre le clavier et la chaise d’avoir ce qui correspond le mieux à ses goûts.

Pouvoir migrer en toute tranquillité d’un environnement à l’autre. Avant que vous me posiez la question, je peux vous répondre : non, Plasma n’est pas prévu pour trouver sa place sur mon disque dur réel 🙂

28 réflexions sur « Xfce 4.12 ? Huit petits mois et puis s’en va… Salut et encore merci pour le poisson ! »

  1. comme tu l’as dit pour ton EEEPC, ce n’est pas pour moi non plus, entre le NB300 et mon vieux Core2duo avec 1,5Go de RAM et qui attend toujours de revivre.
    Mais merci pour la démo et les quelques tuyaux.

  2. Salut,

    Je n’ai jamais aimé Gnome mais les goûts et les couleurs, ça ne se discute pas. Pour ma part j’ai installé hier la OpenSUSE Tumbleweed à la sauce Plasma en net install (multi boot) à côté de ma Arch « openboxisée »; un régal, des logiciels frais, un environnement totalement traduit d’emblée et une excellente réactivité de l’ensemble (très light : à peine 500 Mo de ram au démarrage). Bref tout ça pour dire que changer de temps à autre ça a du bon, d’autant que le libre nous le permet facilement donc pourquoi s’en priver ?!

    1. OpenSuSE ? Désolé, mais je fais une allergie à la distribution au caméléon. Je la trouve très lourde, avec yast qui fait un nombre impressionnant de doublons par rapport aux outils fournis par les développeurs des environnements de bureau.

      Je me dis que s’il n’y avait pas eu Novell a une époque pour la soutenir, elle ne serait plus qu’une référence dans le musée de l’informatique libre.

  3. Tu as quand même tenu 8 mois 😁 Je suis également en transition mais en pire 😂 J’utilisais depuis quelques temps Mageia xfce que je trouve pas mal moyennant quelques modifications. Je suis en transition sous El Capitan mais avec une bonne raison: j’ai malencontreusement effacé mes sauvegardes de musique achetée sur l’iTunes store (quand même plus de 250 fichiers) et de quelques documents que j’avais réalisé. Heureusement que je peux les récupérer via le cloud de la pomme. Maintenant je me tâte : je cherche une distribution calme avec Mate ou xfce. Mageia me laisse perplexe avec Mate et même si les outils sont pas mal je n’en ai quasi pas l’utilisation.Toujours pas de nouvelle Salix en vue … Peut-être une Debian … Bon amusement sur GNOME

  4. Bon retour chez toi! Je navigue aussi d’un bureau à l’autre mais reviens toujours vers Gnome qui reste mon favori. Sous Manjaro, on rencontre le même problème avec Anjuta qui prend bizarrement la main sur les supports extérieurs. Désinstallation obligatoire. Autre bizarrerie Audacious prend aussi la main sur Nautilus.
    Je propose une petite suggestion d’ajouts à Gnome Shell, en passant par l’outils de personnalisation => Extensions => Catalogue d’extensions.
    – L’incontournable « Dash to dock » qui permettra notamment d’avoir accès au lancements rapide sans passer par l’angle supérieur gauche, mais aussi d’ajuster la taille des icônes, de déplacer le dock, etc..
    – Du plus bel effet « Gradient Top Bar » qui simplement propose un fondu du noir vers le transparent de la bien noirâtre barre des taches.
    – « Netspeed » qui affiche en haut à droite la vitesse download-upload.
    Pour conclure un thème Gnome Shell que je trouve très sympa, orné d’un petit liseré bleu, « Ambrosia » présent dans les dépôts local.
    Merci à toi et de même merci pour ton soutien à Arte Fetcher qui ont été bien réactifs ces derniers jours sur la rupture d’accès aux replay d’Arté + 7.

    1. Un problème lié aux fichiers .desktop qui sont parfois écrit avec les pieds 🙁

      Pour les extensions, j’avoue que je n’en utilise presque aucune. Je préfère l’expérience « brute de décoffrage ».

      Sinon, pour ArteFetcher, je ferais parvenir les remerciements à son codeur. J’ai empaqueté le logiciel depuis sa version 0.1, ce qui fait un bon bout de temps déjà 😀

  5. J’ai testé gnome 3.18 à sa sortie. J’ai trouvé bien d’avoir un environnement cohérent, par contre le chargement de la liste des applications est toujours aussi lent et lourd, j’ai même l’impression que ça a empiré par rapport à la version précédente…

    Je suis très vite retourné sous openbox/tint2 ( sans dm ) à ~100mo
    http://i.imgur.com/W6gSnXS.jpg

    1. Illustrator, Photoshop et Dreamweaver ?
      J’avais essayé avec Wine il y a quelques mois et cela plantait comme pas possible. Ça fonctionne comment sur ton système?

  6. J’ai deux environnements sur mon PC, un gnome 3.18 et un XFCE4.12, étonnement je me retrouve toujours sous ce dernier parce que j’ai mes petites habitudes.
    Je ne dis pas que je ne ferais pas un passage sous gnome mais pour le moment je me trouve pas mal sous xfce.
    A pluche.

  7. À priori, pas besoin de virer anjuta/audacious pour ouvrir les clefs USB avec nautilus.
    Il suffit d’exécuter la commande suivante :
    xdg-mime default org.gnome.Nautilus.desktop inode/directory

    Sinon, bon retour chez les GNOMEistes.
    Moi aussi je n’arrive plus à m’en passer, je suis devenu totalement accro à l’overview et aux bureaux virtuels dynamiques…

  8. Coucou,
    J’ai testé et je teste encore le gnome 3.18, et je suis au contraire de toi de moins en moins amicale et content vis a vis de ce bureau. nautilus qui est de loin le moins pratique, je préfére thunar et nemo. Les icones dans la barre d’outils sont aussi peut pratiques, mais pourquoi les foutre a cette endroit au lieu de les mettre a coté du son?

    Je continue, les outils gnome, que ça soit par exemple nautilus(encore lui) ou le menu de l’application est un peu éparpillé sur la barre du haut(systeme) ou dans l’icone de nautilus… Moi je me perd.

    Ah, et comment ne pas parler du theme qui change et qui en fait qu’a sa tete? Je suis avec le theme par defaut, theme clair donc, Nautilus lui est bien en « blanc », par contre EoG lui est en sombre et c’est pas le seul….

    Et puis comment parler de simplicité, ce que gnome a l’aire de viser pour leur logiciels, et qui n’est clairement pas le cas quand on veut juste un peut personnaliser. Je m’explique, passer par un programme externe et non officiels (gnome tweak, peut etre est il devenu officiels), non accessible dans la partie configuration de gnome, je trouve ça merdique… Sous cinnamon c’est clairement plus simple, sous xfce aussi, et sous kde pareil meme si c’est deja trop complet.

    Apres, pour comparer les performances, xfce est quand meme bien moins lourd, mais gnome n’est pas si lent/lourd que ça. Je le trouve plus réactif que cinnamon. En tout cas sous xfce et gnome/kde, pas de soucis pour lancer des jeux en 3d, alors que sous cinnamon j’ai quelques latences…

    Bon je te dérange pas plus que ça;)

    1. En ce qui concerne Fichiers, son développement avait été laissé à l’abandon pendant une longue période, mais depuis peu, le développement redevient particulièrement actif. Red Hat ayant même embauché un développeur à plein temps pour s’en occuper.

      https://wiki.gnome.org/Apps/Nautilus/Roadmap

      Personnellement je trouve que ça avance dans le bon sens, et les nouveautés comme la gestion des autres emplacements ou le nouveau système pour les longues opérations (copies, déplacements…) sont plutôt bienvenues.

      Par compris l’histoire des icônes. Par contre oui, pour le menu global (situé tout en haut à gauche), nombreux sont ceux qui pensent que ce n’était pas forcément une bonne idée. Ça sera peut-être revu dans une prochaine version. En attendant, Ubuntu semble faire la même chose avec Unity, de même qu’Apple avec OSX.

      En ce qui concerne le thème sombre pour certaines applications, typiquement celles concernant les photos ou les vidéos, c’est pour mieux faire ressortir le contenu. Il me semble bien que tous les éditeurs font désormais de même.

      L’Outil de personnalisation (gnome-tweak-tool) est bel et bien officiel. L’idée était de séparer les paramètres avancés du reste. Personnellement, je trouve également dommage qu’il ne soit pas accessible par défaut depuis les paramètres de GNOME. Néanmoins, les distributions sont libres de l’y ajouter, ce qui est par exemple le cas sous openSUSE.

      Maintenant, l’idée centrale de GNOME est d’être simple et accessible. Quand tu noies l’utilisateur sous une tonne d’options, les gens sont perdus. Difficile de trouver le juste équilibre entre un environnement destiné aux power users qui pourront tout configurer dans les moindres détails, et un environnement qui se destine à celui qui souhaite seulement que ça fonctionne bien tout en répondant à ses besoins.

      Si tu comprends l’anglais, Phoronix avait fait un comparatif entre GNOME et KDE, dont le journaliste enviait la simplicité de GNOME en comparaison d’applications KDE souvent trop fouillis.

      https://www.phoronix.com/scan.php?page=article&item=gnome-week-editorial&num=1

  9. C’est pratique de pouvoir passer aussi facilement d’un environnement à un autre ! 🙂

    Au fait, que penses-tu de Mate Desktop dans tout ça ?

Les commentaires sont fermés.