Quel bilan pour les distributions GNU/Linux basées sur Arch, en dehors de Manjaro Linux ? Deuxième partie.

Après un premier article consacré à la ArchBang qui m’a laissé un goût d’inachevé dans la bouche, j’ai pris la deuxième distribution dans ma liste, j’ai nommé la BBQLinux. Son site officiel annonce la couleur : elle est dédiée à la création de roms tierces pour Android. Elle existe en version Cinnamon et Mate Desktop. Cela aurait pu être une raison pour la laisser de côté, mais j’ai eu envie de voir ce qu’elle proposait. On peut très bien l’installer sans développer de roms tierces pour Android, après tout 🙂

J’ai récupéré la dernière ISO avec Mate Desktop, pour éviter de me trimballer le lourdingue Cinnamon. Au moment où je rédige cet article, c’est l’ISO en date du 15 septembre 2015, à savoir : bbqlinux-2015.09.15-x86_64-mate.iso

Comme d’habitude, j’ai utilisé mon ami VirtualBox avec la configuration habituelle (2 Go de mémoire, 128 Go de disque dur, 2 CPUs virtuel) m’a bien aidé dans cette tâche 🙂

Au démarrage, on a un écran qui fait penser à celui de la Fedora Linux : il est possible de tester en « live » la distribution ou de l’installer directement. Si on prend la deuxième option, c’est Calamares 1.1 qui nous accueille. Autant dire qu’on est tranquille, l’outil fera son travail sans coup férir 🙂

Avec les obligatoires captures d’écran qui suivent. Il ne faut pas oublier de configurer le clavier en AZERTY avant de lancer l’installateur, via le menu System / Preferences / Keyboard, sinon l’agencement reste en QWERTY ! Oups !

Après l’installation, on constate la présence des outils basés sur PackageKit pour gérer les mises à jour et la gestion des paquets. Une idée généreuse pour simplifier la tâche des utilisateurs.

La traduction française est assez complète. Seuls points noirs ? LibreOffice, Mozilla Firefox et Mozilla Thunderbird sont en anglais. Bug rapidement corrigé par l’installation des paquets idoines.

Je dois dire que la BBQLinux est un grande et bonne surprise pour moi. Je la connaissais de nom, et je n’avais pas eu le temps de m’y plonger outre mesure auparavant. Bien qu’elle soit officiellement dédiée à la création de roms pour Android, elle est envisageable pour un usage plus bureautique si vous voulez une base Archlinux avec Mate Desktop toute prête à l’emploi ou presque. L’utilisation d’outil basé sur PackageKit est un bonus agréable. Une alternative intéressante à la Manjaro Linux et sa version communautaire Mate Desktop qui n’a pas toujours eu bonne presse.

Prochaine étape ? La Bridge Linux 🙂

10 réflexions sur « Quel bilan pour les distributions GNU/Linux basées sur Arch, en dehors de Manjaro Linux ? Deuxième partie. »

  1. salut, heureusement que tu n’a pas installer Cinnamon, elle déconne a bloque, mal fini sans doute, la Mate est trop lourde a mon goût alors quel ne propose pas grand chose de bien malin, pour moi la meilleur est la XFCE sans aucun doute ……

  2. le point qui titille mon intéret c’est l’utilisation de calamares.
    dommage qu’elle soit orientée sur ces 2 ignominies que sont mate et cinnamon.
    je pense que je vais cependant la tester sur gnome.
    il y a une autre distribution inovatrice de par son environnement qui est sur ma liste d’attente, c’est apricity.os qui irait bien sur mon vieux laptop .j’y faisait tourner Antergos avec budgie.desktop mais ce dernier n’a pas apprécié le passage a gnome 3.18 (écran noir avec juste le pointeur de souris)

    1. Pour Budgie, il faudrait peut-être recompiler Budgie pour lui faire prendre en compte les paquets de gnome 3.18, peut-être ?

      Quant à Apricity, je ne miserais pas grand chose sur elle. Simple remarque d’une personne qui a vu de nombreuses distributions GNU/Linux disparaître aussi vite qu’elles sont apparues.

  3. Pour une surprise, c’est une bonne surprise. Lorsqu’on connaît les quelques difficultés pour avoir un environnement fonctionnel pour faire de ROM Android, c’est super de savoir que des personnes ont créé une distribution dédiée à cet usage.
    J’exagère tout de même pour les difficultés, c’est juste qu’on perd un temps fou à récupérer et compiler des tas de lib.
    Merci Fred pour cette découverte

  4. Tu as poussé ma curiosité avec la BBQlinux et j’ai trouvé une linuxBBQ avec comme base Debian.
    C’est bien aussi lorsque tu nous fais découvrir une distribution qui fonctionne bien.
    A pluche.

Les commentaires sont fermés.