Vieux Geek, épisode 41 : les MGSE, ancêtres oubliées de Cinnamon.

Que sont les MGSE ? C’est l’acronyme pour Mint Gnome Shell Extensions. Proposé avec la LinuxMint 12 alias Lisa (basée sur la Ubuntu 11.10 alias Oneiric Ocelot), elles proposaient un environnement qui mimait la présentation de Gnome durant sa génération 2.x, alors que Mate Desktop était encore un projet balbutiant, né quelques mois plus tôt. J’en parlais en novembre 2011, alors que sa version release candidate pointait le bout de ses octets.

Après quelques recherches, j’ai pu mettre la souris sur l’ISO de cette vieille version de la Linux Mint. J’ai ensuite fait chauffer VirtualBox pour fait un bond de 4 ans en arrière. Pour que les extensions soient prises en compte, il faut impérativement activer l’accélération 3D dans la machine virtuelle.

Il faut se souvenir que jusqu’à Gnome 3.4 (ou 3.6), il faut avoir un support de l’accéleration 3D, sinon on passe en mode « fallback », ce qui est ennuyeux 🙁

Quand on arrive pour la première fois, on a déjà les prémisses de ce qui sera Cinnamon. Cf la capture d’écran ci-après.

J’ai donc lancé l’installateur et patienté le temps nécessaire pour avoir une LinuxMint « en dur » dans ma machine virtuelle 🙂

Pour l’application des mises à jour, j’ai dû modifier le fichier /etc/apt/sources.list, les lignes archive.ubuntu.com devant old-releases.ubuntu.com.

Déjà à l’époque, les mises à jour catégorisées par niveau de « dangerosité » existait. Un peu plus de 466 mises à jour, nécessitant environ 370 Mo à récupérer. Par sécurité, les mises à jour ont été effectuées en ligne de commande avec le duo : sudo apt-get update && sudo apt-get upgrade

Ensuite, j’ai serré les fesses, croiser les doigts et les orteils en lançant la capture en vidéo de la Linux Mint 12, pour la faire revivre un peu moins de 4 ans après sa sortie.

Comme je l’ai précisé en introduction, j’en avais déjà parlé en novembre 2011. Pourquoi en reparler dans cet article ? Pour rafraichir la mémoire des utilisateurs et ne pas laisser tomber dans l’oubli cette version de la LinuxMint.

6 réflexions sur « Vieux Geek, épisode 41 : les MGSE, ancêtres oubliées de Cinnamon. »

  1. Que de chemin parcouru depuis.
    En tout cas c’est MA distrib de tous les jours.
    Elle a ses inconvénients biens sur, mais elle reste efficace et fonctionnelle.
    Je trouve que le boulo fait par l^équipe est bon.
    Je remarque toutefois que j’arrive à a lime de la bidouille au fur et à mesure que je progresse aussi sur Linux.
    Je garde un oeil dessus, mais l’autre tend à regarder du côté de Majaro, que j’ai en machine virtuelle.

    1. Juste quatre petites années. Efficace et fonctionnelle, c’est certain. Mais sa base ubuntu la rend un brin lourde.

      Manjaro ? Un excellent choix pour une distribution « plus root » que les LinuxMint et autre Ubuntu. Le boulot fait par l’équipe de Manjaro est important. Il y a un bon travail d’adaptation de la base Archlinux.

      D’ailleurs, c’est une de mes distributions préférées avec Arch 🙂

  2. Bonjour,

    C’est avec une certaine Linux Mint 12 « Lisa » que j’ai commencé à m’intéresser à GNU/Linux. Mon vieux Pentium 4 à 2.66 Ghz avec 2 Go de RAM de 2003 n’en pouvait plus de supporter un WinXP hyper patché. Je voulais juste tester Linux quelques semaines pour comparer avec Windows. Aujourd’hui, quatre ans plus tard, une page Youtube dédiée au logiciel libre et un début de blog en mode « rookie », j’écris ce post depuis une Manjaro KDE qui me conforte dans l’idée de rester « Linuxien ».

    Un grand merci, Fred, pour ta vidéo, sorte de machine à explorer le temps qui m’a rappeler de bons souvenirs.

    Cordialement,

    Eric

    PS : je me souviens qu’à l’époque même sur une installation en dur Mint 12 plantait quotidiennement. Ça ne m’a pas empêché de persévérer en testant moult OS libres 🙂 depuis.

    1. Si j’ai pu te faire revivre tes débuts linuxien avec cette minuscule vidéo, tant mieux. Mais je peux te dire que j’ai bien galéré pour avoir la Mint 12 à peu près à jour et pas trop plantogène 🙂

      La Manjaro KDE est sympa, même si je préfère la Manjaro Xfce.

  3. C’est drôle que tu en parle aujourd’hui car j’ai nettoyé ce matin 10 un vieux DD de stockage qui avait pas mal d’ISO dont Lisa Cinnamon et même Julia (Mint10) en Mate. Sur mon vieux Clévo, cette version se portait comme un charme, malgré les mauvais retours qui fusaient sur le net puisque basée sur la controversée Ubuntu 11-4 Oneiric.
    J’ai tenu LinuxMint en distro principale jusqu’à la 14 alias Nadia .
    Et Manjaro est née….

  4. C’est une distribution que j’avais installé sur une machine recyclée pour faire découvrir Linux, pas trop de différence avec windows XP dans la présentation. Finalement il me semble que l’utilisateur a finit par installer Ubuntu aux dernières nouvelles.
    A pluche.

Les commentaires sont fermés.