Les distributions GNU/Linux basées sur Archlinux et Manjaro Linux pour « faire bien sur le CV » ? Ouille…

Le monde libre est comme les autres mondes : il y a des modes à suivre. Depuis des années, il y a la mode des distributions basées sur Ubuntu qui n’apportent pas grand chose au schmilblic, comme la feu Micro-R OS en 2014 ou la feu ColorWheelOS en 2013.

En gros depuis 2006 et la sortie de la Ubuntu 6.06 LTS, chaque année, il y a une ou plusieurs distributions « qui fait bien sur le CV » qui sort. J’allais oublier l’horreur absolue de février 2015, j’ai nommé l’Uumate dont on se demande comment elle fait pour ne pas exploser en plein démarrage.

Cette mode des distributions GNU/Linux qui font briller les compétences sur un CV contamine désormais dans le petit monde des rolling release. Si on prend la célèbre fille d’Archlinux, il y a deux projets qui me viennent à l’esprit. Le premier, c’est une distribution que j’ai descendu en flamme en septembre 2014 : la VintOS.

Dans cet article au vitriol, je parlais du syndrome « 15MTD » :

« 15 Minutes Tweaking Distro », en gros, une distribution GNU/Linux basée sur une plus célèbre que l’on peut reproduire en 15 minutes, montre en main.

Quand je me suis renseigné sur la vitalité du projet, je me suis aperçu qu’il n’y avait plus eu de mises à jour du projet depuis… décembre 2014 !

Même si la Manjaro Linux est une distribution qui comme sa mère a les reins assez solides, prendre une ISO d’installation vieille de 9 mois et la mettre à jour ? Autant vouloir se faire épiler les gonades à la cire chaude : très douloureux et horriblement long.

Il y a bien entendu aussi le projet Arquetype CRT dont j’ai parlé en août 2015. Quand au projet NetRunner Rolling Release, même si la dernière ISO officiellement disponible en date est celle de septembre 2014, on peut trouver des ISOs de développement assez avancées dont la dernière en date – au moment où je rédige cet article – est la 2015.09-rc4.

Si le bilan n’est pas folichon pour les dérivées de la Manjaro Linux, quel est celui de sa maison mère ?

Étant donné que la Archlinux est moins facile d’accès qu’une Manjaro Linux, il n’y a que peu d’exemples de distributions GNU/Linux « pour le CV ».

Il y a d’ailleurs un principe de base à suivre. Si une distribution basée sur Archlinux complète (environnement et installateur) n’a pas d’images ISO de moins de 3 mois au moment où vous allez sur le site officiel, il n’y a qu’une chose à faire : fuir à grandes enjambées sans se retourner.

Dans le monde des distributions GNU/Linux basées sur des ArchLinux pures et dures, en dehors de la Archlinux Canada Dry qu’est la KaOS et sa lointaine cousine Chakra Linux, il ne reste plus grand monde.

La Bridge Linux qui propose des versions avec Xfce, KDE et Gnome : la dernière ISO disponible date de février 2015. Les seuls projets qui arrivent à s’en tirer ? ArchBang et la Antergos.

D’ailleurs, dans le genre « embellissement de CV », il y a le projet VeltOS qui reprend Budgie Desktop (développé pour Solus), les icones Numix et qui rajoute le navigateur Vivaldi (non libre). Pour le moment, une ISO non installable honnêtement dénommée « Technical Preview » est disponible. Tout un programme, non ?

Pour conclure ce court article, je ne demanderais qu’une chose aux personnes qui produisent ces distributions : laissez tomber l’informatique libre et mettez vous au tricot. Vous y serez plus utiles.

Merci par avance !

37 réflexions sur « Les distributions GNU/Linux basées sur Archlinux et Manjaro Linux pour « faire bien sur le CV » ? Ouille… »

  1. Des fois, je me demandes si tu n’es pas maso !!!
    C’est vrai qu’il y avait un moment que tu n’avais pas tiré à boulets rouges sur des distributions.

    1. Je soutiens totalement fred sur ce post, les crétins qui – et on le sait – s’auto bombardent « chefs de projet » parce qu’ils ont fait un fork mal foutu d’une distro et qui espèrent obtenir un job grâce à ça sont bon pour changer de branche mais pas vers la couture comme dit si bien Fred mais vers le « techniciana de surface » 🙂

  2. C’est incompréhensible ce genre de comportement sur Linux. Il y a pourtant moyen de participer sur plein de distributions déjà bien en place: remontées de bugs,écritures dans les wikis,élaboration de fonds d’écrans, traductions,travailler sur les intégrations de bureaux,forums,etc… À tout les niveaux si tu veux participer,tu peux le faire…

  3. A propos d’ArchLinux, sais-tu s’ils sortent une iso demain? Je voudrais en refaire l’installation sur mon PC, et je voudrais le faire avec la dernière version.

    1. J’ai essayé d’installer une Antergos Xfce … Elle a planté en beauté en fin d’installation. En plus qu’elle a mix dix plombes à s’installer,çà me l’a foutu mal.Autant installer Archlinux ou Manjaro…

      1. @ aurélien: dificile de répondre avec si peu d’éléments
        mais de là a juger une distro par ta seule expérience…
        ce qui est sûr c’est que les problèmes d’interface chaise/clavier ne sont pas gérés par l’installeur.

        1. C’est le sentiment que ça m’a laissé … Maintenant je réessayerai peut-être à l’occasion. J’avais un moment une Chakra mais il m’a été impossible s’installer sa dernière version.Je verrai dans la prochaine version…

      2. Pour le plantage en fin d’installation, je me souviens d’une génération de l’installateur qui se plantait au niveau de grub.

        De plus, thus est mal foutu sur un point précis : aucun outil pour ranger les serveurs par vitesse, donc tu peux très bien tombé sur un serveur asthmatique pour récupérer les paquets.

  4. Du coup pour un utilisateur OSX qui, sur son macbook pro 13″ de 2009, souhaite basculer sur Linux la NetRunner Rolling Release est elle un bon choix ? J’ai déjà testé Ubuntu (pas convaincu), Fedora (très sympa mais impossible de reboot après install des pilotes nvidia), idem pour la viperr, achoo (ne boot pas sur le mac), manjaro (idem),.. et je passe les problèmes de compatibilités clavier/trackpad. Merci.

  5. Pourquoi leurs dire qu’ils seraient plus utile (au tricot)? si le but est de gonfler un cv (et non l’égo) c’est un moyen comme un autre. Et leur « distribution »;) doit expirer très rapidement (le temps de décocher un job) et tu seras peut-être dans quelques années la seule trace qu’elles ont existées.

  6. j’ai sur mon macpro 2008 os x 10.6 une version manjaro , un des problèmes majeurs est le démarrage d’un linux sur matériel Apple ( UEFI cherche les disques démarrable en HFS+) , parfois c’est l’étape du démarrage iso qui pose le plus de souci ( non reconnu ou qui gèle par la suite ).

  7. ‘LLo,
    Amha, il y a une incongruité en mono-installation entre le « distro-hopping » permanent cher à tous libriste un brin débrouillé & le concept de rolling-realase !
    Une rolling, quand elle y est, elle y reste en principe tant que le hard le veut bien & l’installeur ne sert finalement qu’une fois (quelque soit son degré de facilité), ou alors on fait du « install-hopping » (tous les 6 mois & des brouettes..) 😉
    Ps: Ou on en installe deux…

    1. La présence d’ISO d’installation fraîche est l’indicateur pour une rolling release qu’elle est encore en vie et activement maintenue.

      Si tu vas sur le site d’une distribution en rolling release et qu’il n’y a aucune nouvelle ISO depuis plus de 3 mois, vu le principe même de la Rolling, c’est que ça empeste le sapin pour la distribution en question.

  8. J’entends bien, mais c’est pas pour ça qu’il faut l’utiliser (à part sur une autre partoche à fin de test de l’installeur, par exemple..)
    Parce que les réinstallations de rolling au moindre pet de travers de celle-ci de certains utilisateurs me laisse souvent coi sur leur compréhension du concept !

    1. C’est bien pratique quand ton système a tellement été maltraité qu’il ne se sent plus très bien.

      Quant à la réinstallation au moindre bobo sans vouloir chercher à réparer, comment dire… Les personnes en question feraient mieux de rester sur des « fixed releases ».

  9. Bonjour Frédéric,
    En ce qui concerne l’ISO de Manjaro, la dernière référencée est dite 15.09.
    Ton système pileux gonadique semble être momentanément sauvé d’une application de produits « cosmético-apicoles »…

  10. Salut.
    Juste pour signaler une erreur dans l’article, erreur que beaucoup de personnes commettent d’ailleurs:
    Kaos n’est pas du tout basée sur Arch.

    1. C’est partiellement faux. Elle utilise Pacman, gestionnaire de paquets d’Archlinux et son format de paquets. C’est donc pour cela que je parle d’Archlinux Canada Dry : elle ressemble à Archlinux sur certains plans sans être officiellement une Archlinux.

      http://distrowatch.com/table.php?distribution=kaos

      Package Management : Pacman

      Donc, ce n’est pas une erreur, mais un fait précis. KaOS utilise des outils développé à l’origine par ArchLinux sans en être une. Tout comme les distributions utilisant les paquets deb sans être officiellement une Debian, ou des paquets RPM sans être une RedHat / Fedora comme avec OpenSuSE ou encore Mageia.

      1. Ben à ce moment il en est de même pour d’autres distributions.C’est très reducteur comme raisonement.Pacman ne fait pas tout!
        Jette un coup d’œil sur le site de Kaos, c’est écrit clairement qu’elle est from scratch.

        1. Comme tu n’as pas voulu lire cette partie de mon commentaire précédent, je le remets :

          Tout comme les distributions utilisant les paquets deb sans être officiellement une Debian, ou des paquets RPM sans être une RedHat / Fedora comme avec OpenSuSE ou encore Mageia.

          Il y a au moins deux points communs entre KaOS et Archlinux : pacman, l’utilisation de PKGBUILD (pour les recettes de paquets).

          Quant au terme Canada Dry, c’est pour dire : ça y ressemble fortement, mais ce n’est pas.

          Je te renvoie à la conclusion de cette chronique du testeur de la gazette deDistrowatch du 26 janvier 2015 :

          http://distrowatch.com/weekly.php?issue=20150126#kaos

          « Though the KaOS website points out the distribution is not technically based on Arch Linux and therefore KaOS is not directly related to Arch-derived projects such as Manjaro or Chakra, I couldn’t help but notice these distributions all share a similar feel. »

          Besoin de traduire ?

          Bien que le site Kaos souligne que la distribution ne soit pas techniquement basée sur Arch Linux et donc Kaos pas directement liée à des projets dérivés d’Arch tels que Manjaro ou Chakra, je ne pouvais pas m’empêcher de remarquer ces distributions partagent toutes une « impression identique ».

          Et la réponse d’Allan McRae, juste un des mainteneurs principaux d’Archlinux, dans les commentaires :

          4 • KaOS and Distributions « Based » on Arch Linux (by Allan on 2015-01-26 05:24:44 GMT from Australia)
          Saying KaOS is not based on Arch, unlike Manjaro and Chakra is wrong.

          Manjaro uses the packages from Arch and adds some of its own. KaOS and Charkra use many PKGBUILDs from Arch and build their own binary packages from them, at least for the core of their system (I recognize the KaOS toolchain PKGBUILDs even with the maintainer lines stripped off…) . They also both add there own packages on top.

          Chakra used to be like Manjaro and use Arch binary packages, but that changed several years ago.

          Donc, il est faux de dire qu’elle est complètement écrite depuis la page blanche, car elle utilise à la fois le système d’empaquetage et le gestionnaire de paquets d’ArchLinux. Ce sont donc des cousines éloignées. KaOS se fait un peu mousser sur le « from scratch » complet. C’est tout.

          Sans pacman et les PKGBUILDs, KaOS n’existerait peut-être pas. Mais il faut que KaOS soit honnête dans ses affirmations. Pour moi, les seules distributions « from scratch » sont les distributions racines à savoir par ordre alphabétique :

          • ArchLinux
          • Debian GNU/Linux
          • Gentoo Linux et sa cousine Funtoo Linux
          • Pisi Linux
          • RHEL et Fedora Linux
          • Slackware Linux

          Ce doit être tout, si on prend comme base qu’une distribution racine utilise son propre duo : format de paquets et gestionnaire de paquets (avec les recettes qui vont bien).

          Désolé pour le pavé, mais il fallait argumenter pour montrer que KaOS pousse un peu le bouchon.

  11. Je n’ai plus de lecteur CD sur mon macbook pro, j’utilise toujours une clé usb pour l’install. Sur Xubuntu les raccourcis pour l’éclairage écran fonctionne avec les pilotes nvidia Aurélien ? moi non.. et le trackpad ne fonctionne pas de la même manière que sous OSX..
    Il ne facilite pas le dualboot voir le single boot sur autre chose.. Les gredins !! J’étais tombé sur un tutoriel pour archlinux pour ma version de mac mais il date de 2012 (sic)..

    https://gist.github.com/NeQuissimus/3163862

    Pour faire les clés usb je procède de cette manière via terminal (vu sur le forum opensuse):
    diskutil unmountdisk /dev/disk2
    sudo dd if=/Users/Anael/Desktop/X.iso of=/dev/rdisk2 bs=4k

    1. Tu entends quoi par raccourci de l’éclairage de l’écran?pour le trackpad il n’a pas toutes les options proposées par osx mais j’ai tjrs connecté une souris à mon PC donc cà n’a jamais été mon grand soucis.

    2. En single boot sur Mac mini le tuto de Fred fonctionne très bien mais je n’ai pas essayé sur le MacBook car je l’ai donné à mon épouse … J’ai par contre déjà installé (toujours en single boot) une Debian Jessie,Mageia 5 et Xubuntu dessus et le MacBook est opérationnel.

  12. Oui c’est opérationnel mais certaines choses ne fonctionnent pas correctement. Les raccourcis pour la luminosité +/- avec les pilotes nvidia, les raccourcis son fonctionnent sans problème.

Les commentaires sont fermés.