La BusenLabs Linux va-t-elle mettre un terme à la difficile succession de la Crunchbang Linux ?

Dans un billet de juillet 2015, je parlais de plusieurs héritières potentielles de feu la Crunchbang Linux, à savoir la Crunchbang++ et la Crunchbang Monara.

Je concluais l’article sur une note assez négative :

Le bilan n’est pas des plus folichons. Autant la Crunchbang++ est utilisable et le script de post-installation fonctionnel, autant la Crunchbang Monara se vautre à moitié sur la deuxième partie, ce qui montre le béta-test n’a pas été très poussé.

Cela ne laisse pas grand espoir pour le moment en ce qui concerne la succession de la Crunchbang. Il reste encore l’option de passer par un tutoriel en partant d’une Debian GNU/Linux Jessie, comme celui proposé par Coyotus, mainteneur actuel de la Viperr, sur son forum.

Un peu artisanal, mais avec un résultat qui sera sûrement plus facile à maintenir qu’une CrunchBang++ ou une Crunchbang Monara. Ça ne sent pas très bon pour les fans de la Crunchbang Linux… Dommage 🙁

Dans la gazette du 21 septembre 2015 du site Distrowatch, dans la série des distributions ajoutées à la liste d’attente, on peut lire ceci :

BunsenLabs Linux. BunsenLabs Linux is a Debian-based distribution offering a light-weight and easily customizable Openbox desktop. The project is a community continuation of CrunchBang Linux.

La question est donc : est-ce que la BunsenLabs s’en tirera mieux que la Crunchbang++ et la Crunchbang Monara ? J’ai donc récupéré la BunsenLabs rc1 en 64 bits via le réseau BitTorrent.

Une fois l’ISO récupérée, j’ai créé une machine virtuelle dans VirtualBox en prenant comme base le modèle Debian GNU/Linux en 64 bits, mais en gonflant un peu l’ensemble : 2 Go de mémoire dédiée, 2 CPUs virtuel et 128 Go de disque.

Pour mémoire, la page de téléchargement recommande 1 Go de mémoire vive et 10 Go d’espace disque pour l’utilisation.

J’ai directement lancé l’installateur, en demandant l’installation en français. L’installateur est celui classique de la Debian GNU/Linux revampé graphiquement pour l’occasion. L’installation dure une grosse quinzaine de minutes.

Après le redémarrage et l’ouverture de la session, on est accueilli par un script de bienvenue qui s’occupe de pas mal de petites choses. Après avoir accepté les recommandations, voici les différentes étapes :

  1. Installation et récupération des mises à jour.
  2. Ajout du dépot debian-multimedia pour avoir accès au… multimédia 🙂
  3. Ajout du support des imprimantes.
  4. Ajout du support de Java.
  5. Ajout du support de LibreOffice.
  6. Ajout des outils de développement, de SSH, de LAMP et des outils d’empaquetages de la Debian GNU/Linux.

Malheureusement, comme pour les autres héritières de la Crunchbang, pour le moment, on a droit à du franglais, qu’on peut diminuer en partie. Comme je vous le montre dans la vidéo ci-dessous.

La distribution est quand même assez peu gourmande en terme d’espace disque. Avec l’ensemble des outils installés, la taille installée tourne dans les 3 à 3,5 Go. Rien en comparaison de certaines qui sont largement plus gourmandes.

Évidemment, c’est une distribution GNU/Linux pour technophiles, et elle remplit bien son rôle. Son seul point noir, c’est le franglais, mais on peut largement limiter la casse. C’est donc pour moi une héritière potentielle de la Crunchbang Linux, qui entrera sûrement en concurrence avec la Crunchbang++.

Seul l’avenir nous dira laquelle des deux tirera son épingle du jeu.

13 réflexions sur « La BusenLabs Linux va-t-elle mettre un terme à la difficile succession de la Crunchbang Linux ? »

  1. J’avais vu passer l’information sur Diaspora.
    Étant un « fan » de Crunchbang j’ai trouvé Busenlabs intéressant, mais comme toi je regrette le franglais. Il y avait un script de francisation de Crunchbang sur crunchbang.fr mais là rien pour le moment pour Busenlabs.
    Comme c’est une version RC1 on peut espérer qu’un jour une version entièrement francisée viendra…ou pas

  2. ca me rappelle quand meme le script post install de feu crunchbang. Je le trouvais bien foutu. Merci Fred d’avoir poster des images , ca m’a fait des souvenirs de crunch du coup!!

  3. Je suis sous crunchbang ++ depuis un peu après sa sortie et la transition depuis #! premier du nom s’est faite sans souci. J’ai pu retrouver mes habitudes et mon confort en deux coups de cuiller à pot.

    Personnellement je préfère mon OS en anglais donc je ne sais pas ce qu’il en est du côté de la traduction sur #!++

    BunsenLabs semble faire une version assez similaire mais j’ai déjà quelques petites réticences sur les choix visuels (par exemple les raccourcis dans le coin supérieur gauche qui jurent un peu avec le style épuré de ce genre de distribution) et elle me semble aussi plus gourmande (j’ai cru voir 267Mo au démarrage alors que #!++ tourne à 173Mo chez moi).

    Je tiendrai cette distro à l’oeil malgré tout, histoire de voir si une alternative existe lors d’un potentiel autre abandon.

    1. Pour la différence de taille, c’est lié à l’activation d’un service supplémentaire ou deux, étant donné que j’ai voulu voir la gourmandise en terme d’espace disque en installant tous les logiciels proposés par le script de post-installation. Donc, un certain LAMP est lancé par défaut, sauf erreur de ma part.

  4. Une petite coquille dans le titre mais je crois que tu t’en es rendu compte, cette démonstration malgré les petits soucis de traduction me semble prometteuse, je ne suis pas utilisateur d’openbox et je ne sais si je m’habituerais facilement.
    Merci de toujours avoir un oeil attentif pour nous servir tes tests toujours agrémentés de petits mots perso.
    A pluche.

  5. Salut fred,
    bien que je n’intervienne rarement sur ton blog, sache que j’apprécie tes tests de distros et les différents billets que tu postes. Continue comme çà … Il n’y a pas un jour qui passe sans que j’aille voir ce qu’il y a sur frederic.bezies.free.fr.
    Note: j’ai testé la semplice (très conviviale) mais aussi en franglais !

  6. #!++ a l’avantage d’être très proche de l’ancienne Waldorf, ce qui côté francisation demandera moins de travail (avec le script de #!-fr.org qui fonctionne déjà partiellement), et aussi de rester une Debian, car sur BL toutes les valeurs lsb_release ont été changées, du coup apt-add-repository ne marche pas. La francisation, il faut s’y mettre, c’est tout. Vu qu’à priori #!-fr.org a décidé de ne pas prendre partie pour les projets successeurs, je compte la faire dans mon coin, au moins pour #!++ dans un premier temps. Même si je crois plus en l’avenir de BL, qui en plus d’être supportée par une communauté, est mieux aboutie esthétiquement et côté scripts : le script de post-install installe le noyaux PAE si nécessaire, et le menu openbox a été enrichi avec la possibilité de choisir d’autres conkys pré-installés, et la position de la barre tint2 plus simplement qu’avant.

    1. Merci pour les précisions. Je comprends que #!-fr.org décide de se mettre en retrait. Il est nécessaire d’attendre pour savoir quelle version finira par s’imposer et surtout ne pas faire une double traduction dont une s’avèrerait inutile.

      1. C’est surtout que #!-fr.org a d’autres projets avec le site et sa communauté que la continuation de #!. Et puis parmi les membres les plus actifs, certains se sont tournés vers HandyLinux, et Coyotus a fait KaliBang, etc, enfin il ne doit pas rester grand monde. #!++ a le mérite d’être prête en final release en même temps que Jessie, mais a l’origine du projet ça s’est mal passé lorsque Computermouth (le dev de #!++) a repris le mot Crunchbang, ça a été vécu comme une tentative de « piratage » de la communauté #!. En plus d’apparaître comme un successeur pas très légitime – #!++ – après sa sortie, certains on dit qu’on pouvait mieux faire. Le principal défaut, c’est l’installation qui prend trop de temps, parce qu’il na pas fait de fichier pre-seed, du coup l’installeur installe les paquets un par un, et fait les actions man-db et triggers à chaque fois. Vu que corenominal (ex-dev de #!) a pris partie pour BL (#!.org renvoie désormais vers BL), je pense que les jeux sont faits. On n’attend plus que la final release de BL. Mais voilà, #!++ est une distrib comme une autre, et elle est plus à recommander aux nostalgiques de #! Waldorf, c’est d’ailleurs le but de ce projet, et niveau francisation, le boulot à faire est mineur.

Les commentaires sont fermés.