Retours sur la gestion des commentaires et la politique des 10 jours d’ouverture.

Note préliminaire : j’écris cet article en écoutant l’album « Watershed » d’un groupe scandinave peu connu, Opeth. Ne vous étonnez pas si le contenu a tendance à devenir un peu saignant dans les lignes qui suivent. Des morceaux comme « Heir Apparent » ou encore « The Lotus Eaters » y sont pour quelque chose.

Dans six semaines (du moins au moment où je rédige cet article, à savoir le 16 août 2015), le blog aura soufflé sa dixième bougie. Dix ans que je tiens en vie ce modeste blog qui arrive patiemment à un gros millier de pages vues quotidiennement, même si j’ai parfois quelques exceptions, comme une pointe à plus de 6000 visites. Une fois en 10 ans. Merci au papa de la HandyLinux pour m’avoir rappellé cet événement.

Durant des années, en gros de septembre 2005 à novembre 2014, j’ai appliqué une règle simple. Les commentaires étaient fermés au bout de 7 jours. Malgré l’ajout d’un captcha, il y a toujours eu des visiteurs malintentionnés pour polluer les commentaires, dans le but de promouvoir des petites pilules bleues agrandisseuses et affermisseuses d’organe pendouillant et viril, et autres cochoncetés de ce style.

À la mi-novembre 2014, je rédigeais un article sur la politique concernant l’ouverture ou la fermeture des commentaires. Dans les commentaires de l’article, il m’a été suggéré de passer à une durée plus longue, 10 jours. Depuis 9 mois, j’applique cette politique. Avec une modération a priori, cela me permet de conserver la main.

Je pars d’un principe constitutionnel en France qui est le suivant, défini par deux articles de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen du 26 août 1789 (appellation un brin mysogine dans l’appellation au passage comme le montrera une certaine Olympe de Gouges en 1791, deux ans avant d’être exécutée au nom de la République Française)

Article 10 : Nul ne doit être inquiété pour ses opinions, même religieuses, pourvu que leur manifestation ne trouble pas l’ordre public établi par la loi.

Article 11 : La libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l’homme : tout citoyen peut donc parler, écrire, imprimer librement, sauf à répondre à l’abus de cette liberté dans les cas déterminés par la Loi.

Il y a cependant certaines limites imposées par le droit positif, comme les propos liés à l’insulte du genre : Untel(le) est un(e) con(ne).

Ou encore la diffamation, les propos haineux (à cause de la confession, de la nationalité, de la couleur de peau, de l’orientation sexuelle ou du sexe biologique d’une personne) pour rester dans les grands classiques. Autant dire que je laisse passer 99,9% des commentaires déposés.

Il est évident qu’il y a souvent des fils de commentaires qui tournent à la foire d’empoigne. Certaines personnes pourrissent jusqu’à la moëlle le pseudonymat pour se lâcher.

C’est pour cela que j’utilise parfois l’outil nslookup avec l’adresse IP fournie dans le commentaire pour faire un peu tomber la pression, et casser cette impression de toute puissance car on est planqué bien au chaud derrière son clavier.

Je ne supprime aucun commentaire, sauf si la demande m’est faite en bonne et due forme. En effet, en cela, je suis les recommandations de textes de loi comme la LCEN de 2004. Je vous renvoie à un article parlant d’un livre envoyé gracieusement par les éditions Eyrolles et dont j’ai parlé en juillet 2015.

Le plus important quand je réponds à des commentaires, c’est de ne jamais insulté la personne, même quand elle tombe dans le registre des noms d’oiseaux. Que la personne en question se recycle dans des métiers comme ceux de l’ornithologie, elle y trouvera son bonheur.

Au final, l’utilisation des 10 jours d’ouverture de commentaires ont fait leurs preuves. Cela permet de conserver un certain lien avec les quelques centaines de personnes qui passent quotidiennement sur le blog, que ce soit pas hasard ou par choix, en gardant une maintenance simplifiée.

Pour finir cet article, voici donc « Heir Apparent » joué en concert à Wacken en 2008. C’est déconseillé aux cardiaques, vous êtes prévenus 😀

16 réflexions sur « Retours sur la gestion des commentaires et la politique des 10 jours d’ouverture. »

  1. bientôt 10 ans ? roh la bonne bringue ! 😀
    en tout cas, félicitations pour cette ténacité, j’en suis très loin, mais je m’accroche 😛
    pour ce qui est des commentaires : ton blog, tes règles, donc on arrive en terrain connu, faut pas râler après 😉
    déjà qu’on peut venir baver…

    et histoire de s’amuser un dimanche, un p’tit sujet pour bientôt : « pourquoi je viens ici ? »
    je viens en tant que dev pour piller allègrement dans tes nombreux tests afin de pas reproduire les mêmes erreurs, je viens pour les news internet car tu passes rarement à côté d’un sujet brûlant, et enfin je passe pour me marrer car tes métaphores scatologiques sont de plus en plus alambiquées xD

    … tu nous prévois un petit bilan/récap/bestof pour les 10 ans ?

    1. Je dois dire que je ne comptais pas faire survivre le blog au dela de quelques mois… Comme quoi, ce fut une bonne surprise.

      Baver ? Soit, mais n’oublie pas la serpillère. C’est mieux de nettoyer après être passé.

      Pourquoi mes métaphores ne seraient que scatologique ? Pourquoi ? Il y a aussi des métaphores anatomiques, voyons. Quant aux tests, c’est pour montrer le pire comme le meilleur.

      Pour les 10 ans ? Déjà un bilan de l’année écoulée, j’ai dépassé le cap des 2800 articles, et sûrement un contenu plus général sur les 10 ans qui viennent de passer. Ça me donne un coup de vieux, tiens 😉

  2. Hello,

    Intéressant, merci pour ces informations.

    Tu comptes passer à plus de 10 jours genre 14 ou 30 ? Pourquoi « seulement » 10 jours ?

    Tcho !

  3. En tous cas moi je n’y viens pas pour la musique! Comment fais-tu pour écouter ce bruit, euh pardon cette musique? Y a de quoi s’agiter les méninges! Le reggae ça ne te tente pas? Enfin les gouts…
    Bravo pour tes dix ans.

    1. Le reggae est un des styles musicaux qui m’a toujours le moins attiré. Largement plus que la soupe qu’on appelle R’N’B (dans l’acception des années 2000).

      Et pour les 10 ans, on va dire que tu as 6 semaines d’avance 🙂

  4. 10 ans de blog ? Quel dommage de ne pas avoir évolué dans diverses directions. Quelques centaines de lecteurs habitués ? Bien peu de résultats pour 2800 articles.
    Je provoque un peu. Je ne me suis jamais tenu à une seule recette et cela me permet de faire relâche. Résultat, on ne tombe sur moi que par hasard et on passe à autre chose. Mais on peut tomber sur moi sur des endroits divers grâce à la fonction « recherche » de google. Et là, j’en reviens à cette règle des dix jours. Ce n’aurait pas été pour baver, juste donner mon avis sur un autre sujet (l’autoédition) (Et merci d’avoir parlé d’Atramenta, c’est comme ça que je suis tombé sur ce blog).
    Ayant commencé par les forums, je conçois en effet qu’un fil puisse s’enrichir au fil du temps. Un sujet bien emmené, ce peut être un article mis en avant comme une composition personnelle. C’est vrai, le blog permet de conserver ses écrits en un seul endroit, pour pouvoir les retrouver, éventuellement les compiler. Mais pour avoir moi aussi écrit nombre de « participations » plus ou moins longues, je sais aujourd’hui en apprécier la vanité (le côté vain). Du forum au site perso, de la nouvelle au roman, du recueil à la page facebook qu’on détruit de temps en temps, je pense que le seul bon article est celui que j’écrirai demain. Quant à mes histoires, bouses ou pas, elles sont téléchargées, copiées, publiées, adaptées et même le plus souvent oubliées… même par moi. 10 jours, c’est un choix de gestion pour ne pas se faire déborder sur son propre blog, c’est vrai. Mais c’est surtout un contrôle sur ce qu’on a créé, ou seulement initié, ou seulement exprimé. C’est vain. Il ne peut y avoir qu’un sentiment de frustration de la part de celui qui a fait l’effort de lire, et auquel on refuse le droit de participer pour se garder le dernier mot. C’est aussi mesquin qu’un copyright selon moi, et en plus ça n’empêche pas les gens de penser, et d’aller penser ailleurs. Bref, tu te prives de la participation volontaire du 11 ème jour et au delà, de celui qui ne serait venu qu’une fois peut-être, mais qui aurait enrichi ce blog. Bref, tu acceptes d’être victime des robots malfaisants qui travaillent pour les petites pilules bleues en fermant la porte à tout. 2800 articles à protéger de l’infection. Mais pourquoi ? Dans 5 ans, dans dix ans, ou dans cinquante, plus personne ne se souviendra de ce blog. C’est un jeu personnel, face à X lecteurs, c’est une prétention d’auteur, c’est un vanity blog, comme on parle des vanity book. C’est aussi un esclavage. Et puis, on se met à donner son avis sur tout, sur les autres en particulier. On devient juge, du droit de celui qui se croit chez soi, sur internet. C’est dangereux, pour soi. Parce qu’on peut avoir tort, et pire, faire du tort. Et puis, cela peut déteindre sur la vraie vie.
    Dix ans ! Bravo quand même à quelqu’un qui doit encore savoir ce que l’on doit à Renaud Donnedieu de Vabres, consorts et successeurs. Je ne suis pas là pour taper sur un collègue. Mais voilà, un peu d’audace, encore de l’audace, toujours de l’audace, parce que rester sur son pré carré à mollement informer quelques lecteurs, ce n’est pas de l’audace. Internet plus que jamais est menacé par les dernières lois sur le renseignement, et au lieu de pleurer qu’on risque être fiché pour ses opinions, il vaut mieux carrément les leur affirmer en face. Pour moi, Fredleborgne, nous vivons dans la dictature des systèmes financiers, notre démocratie est une imposture habitée par des traitres, et le peuple doit se lever pour se révolter contre ceux qui confisquent les ressources nécessaires à tous pour leur seul profit, tandis qu’ils nous font crever à petit feu. Et la première chose à faire, c’est de rendre illégale la propriété abusive, c’est à dire la trop grande richesse, mais aussi les droits d’auteur au delà de quelques mois, les exclusivités/privilèges, les brevets trop longs, et les articles mis en ligne qu’on ne peut commenter. Ici, bien sûr, mais aussi sur les « grands sites » qui affirment des contre-vérités, voire des mensonges éhontés sans corrections possibles des internautes. Je suis contre la modération, et je ne suis pas un crétin qui croit à l’anonymat sur internet. A part quelques petits vraiment malins, et les vrais terroristes du net protégés par de grosses boites, voire des états, la plupart des trolls peuvent être facilement retrouvés. Mais la censure ne marche jamais mieux que quand elle réussit à atteindre l’adhésion de celui qui voudrait la combattre, à savoir le blogueur anti-robot à pilules bleues, par exemple ;o)
    Bon courage pour les dix prochaines années.

    1. Commentaire rapide et synthétique à ton roman.

      Il est vrai que la modération à 10 jours est un compromis nécessaire. Si des personnes me lisent et veulent me laisser un commentaire au dela des 10 jours, il reste l’option de me contacter via un page dans la colonne de gauche. Si elles ne veulent pas, tant pis.

      Tu parles du blog dans 50 ans ? Je serais alors – si je suis encore de ce monde – un jeune nonagénaire.

      RDDV ? On peut se demander ce qu’il devient. Certains articles sont des archives, presque des pièces de musée. Mais cela permet de garder un contact avec le passé.

      Je fais parfois preuve d’audace, surtout quand j’ose dire ce que je pense, que j’ose dire que les blogueurs ne sont pas des VRP à vil prix. Mais, vu la gangrène qui s’est mis en place, je pense être tel Duncan McLeod : un survivant qui ne doit sa longévité qu’à son épée affutée… Euh, sa prose acérée et sa volonté d’envoyer paître les vendeurs de contenus prémachés.

  5. Pour compléter mon commentaire précédent, je dois avouer que sur mes divers sites, j’ai rapidement laissé tomber les commentaires des lecteurs, non pour leur nombre, mais parce qu’il aurait fallu les lire, y répondre, prendre le risque d’être embêté non pour un de mes écrits, mais pour celui d’un autre. Et j’ai pas le temps. Donc, il n’y a pas de commentaire du tout. Ce n’est pas mieux que 10 jours, ou 7, ou 15, mais je n’essaie pas de me justifier. Si j’ai envie de polémiquer, je vais ouvrir un fil de forum, où l’article sert de référence, et « sympa », je fais çà chez un autre, devant son parterre de visiteurs, et qui se tape déjà de la modération 24 sur 24. bref, sur Atramenta. Lui, il n’a pas eu le sujet à créer et il est content d’avoir de l’animation. Et le « corps du délit » (l’article polémique), n’est pas chez lui. Il peut aussi virer le fil, ce qui en fait une victime volontaire s’il le garde. A chacun son métier. Et puis, un auteur-blogueur est-il vraiment bien placé pour gérer ses commentaires, accepter la contradiction, supporter que d’autres sites soient cités… ?

    1. La politique de gestion des commentaires a toujours été un point sensible, que l’on soit blogueur ou gestionnaire de communautés.

      Les forums sont comme les blogs : une mode qui est passée. Les internautes qui se contrefoutent en grande partie de l’utilisation de leur données, comme on peut le voir avec le départ en fanfare de Windows 10 ou le succès du fesseur de caprins, n’ont pas envie de se prendre la tête.

      Un autre détail que je n’ai pas abordé sur ton commentaire précédent. Je considère que l’humain se laisse guider par ses pires travers dès qu’il considère qu’il est bien au chaud, planqué derrière son clavier.

      Être un blogueur, ce n’est pas seulement rédiger soi-même les articles, mais c’est aussi accepter la responsabilité de modérer les commentaires dès qu’ils arrivent.

      Pour moi, une personne qui reproduit à longueur de temps des communiqués de presse à peine retouché, c’est une photocopieur humain, pas un blogueur.

  6. Salut.
    Tout d’abord : Joyeux anniversaire le blog !!! ( je le dis tout de suite, dans 6 semaines j’aurai oublié… )

    Pour revenir a la politique des 10 jours, je trouve que c’est un bon compromis. Cela permet aux personnes qui ne viennent qu’une fois par semaine de pouvoir discuter. Et ca a aussi l’incroyable avantage de t’eviter de devoir moderer ceux qui deterrent des topics vieux d’un an, et tu peux lire tout les commentaires plus librement. ( je me suis toujours demande comment ceux qui ont des milliers de commentaire a la journee font pour suivre… )

    Au final ca avantage aussi le lecteur : pas besoin de faire le tri entre ceux qui essayent de vendre des gellule contenant du venin de grenouille ( et oui, les venins de certaines grenouilles sont connu pour redonner vigueur ) et les commentaire vraiment utile ( et il faut que j’aprenne a me passer des parenthese ).

    1. Tout d’abord : Joyeux anniversaire le blog !!! ( je le dis tout de suite, dans 6 semaines j’aurai oublié… )

      Il y aura un billet dédié.

      Pour revenir a la politique des 10 jours, je trouve que c’est un bon compromis. Cela permet aux personnes qui ne viennent qu’une fois par semaine de pouvoir discuter. Et ca a aussi l’incroyable avantage de t’eviter de devoir moderer ceux qui deterrent des topics vieux d’un an, et tu peux lire tout les commentaires plus librement. ( je me suis toujours demande comment ceux qui ont des milliers de commentaire a la journee font pour suivre… )

      C’est vrai que cela permet une gestion plus fine des commentaires. Et les articles vieux d’un an, comment dire ? Je les ai parfois oublié 😉

      Au final ca avantage aussi le lecteur : pas besoin de faire le tri entre ceux qui essayent de vendre des gellule contenant du venin de grenouille ( et oui, les venins de certaines grenouilles sont connu pour redonner vigueur ) et les commentaire vraiment utile ( et il faut que j’aprenne a me passer des parenthese ).

      Le captcha aide pas mal au niveau du tri primaire. Même si Akismet n’est plus fonctionnel sur mon blog, en l’espace des 3 ans qu’il a fonctionné, il a bloqué plus de 12000 commentaires reconnus comme étant du spam.

  7. Bonjour ,
    Pour ma part je te lis depuis 2 ans régulièrement(surtout la partie informatique , la musique bcp moins) , tu m’as fait découvert bcp de distribution dont une vraiment remarquable Handylinux .
    Cordialement,

Les commentaires sont fermés.