De la sodomie de portefeuille comme sport préféré dans l’industrie musicale.

Oui, j’ai employé un terme volontairement grossier dans le titre de cet article, mais j’avoue que je commence à en avoir ma claque de voir des groupes et des éditeurs qui considèrent que les amoureux et amoureuses de musique ne sont que des portefeuilles sur jambes.

J’aurai pu employer le terme de siphonnage, mais c’est encore trop peu puissant pour exprimer la volonté de se faire du fric sans la moindre mauvaise conscience. Dans cette catégorie de productions uniquement faite pour amorcer et alimenter la pompe à fric, je pourrai prendre sans aucun problème la sortie des versions remastérisées des albums de Led Zeppelin par Jimmy Page en 2014.

Je pensais que les groupes et artistes sur Bandcamp avait compris la leçon et ne proposaient pas des produits peu fournis (du genre 2 ou 3 pistes de 3 à 4 minutes pièces) au dela de 5 € en numérique et 6 € en version physique.

Je me trompais lourdement. Alors que je fouillais la section metal de Bandcamp pour trouver des nouveautés, je suis tombé sur une page qui m’a fait sentir des drôles de sensations pas franchement agréables au niveau de l’arrière-train, avec le minuscule EP des « The Negation ».

Note du 28 juillet 2015 : la page en question a été modifiée, ne proposant plus que le CD pour 12€. Ce qui est plus raisonnable, même si une écoute préalable des pistes semble indisponible. Cf le commentaire du groupe sur cet article qui plaide l’erreur de conception dans la page bandcamp en question.

memento

Le deux titres qui dure un peu plus de 8 minutes est proposé au très petit prix de… 12€, aussi bien en numérique qu’en physique ! Avant que la page ne soit modifiée, je fais une capture d’écran.

1,5€ la minute, y a pas à dire, ça fait cher ! J’espère sincèrement qu’il y a une faute de saisie concernant leprix de la version numérique.

Je dois dire que j’ai du me pincer pour savoir si je ne rêvais pas.

Malheureusement, non. Si vous voulez suicider votre groupe, vous savez ce qu’il vous reste à faire. Je retourne à l’écoute d’un album de death metal progressif, teintée d’influence jazzy qui ne coûte que 7€ (+4€ de frais de ports) en version physique pour 10 pistes et presque 58 minutes. Donc, en comptant l’achat frais de ports compris, ça donne 0,18€ la minute !

Pour la petite histoire, j’ai pu trouver, avec un coup de chance énorme, le très bon album de metal gothique « Seven Years of Famine » des Order of Isaz au Hyper U de Gujan Mestras pour 15,99€, le tout pour 51 minutes et 9 pistes. Soit 0,31€ la minute. Un peu plus onéreux que le groupe précédent, mais cela reste plus que raisonnable.

Inutile de préciser que je laisse un droit de réponse à ce groupe sur cet article. Droit que j’attends de pied ferme, surtout les justifications employées pour un prix qui ressemble à de la sodomie de portefeuille dans sa version la plus classique qu’autre chose.

Mais restons optimiste, c’est peut-être – et sûrement ? – une erreur de saisie.

Ajout au 28 juillet 2015 : le groupe a apporté une réponse. Je fais donc un mea culpa de circonstance. Une mauvaise conception de page, cela arrive, même si c’est douloureux sur le plan du bruit médiatique engendré.

14 réflexions sur « De la sodomie de portefeuille comme sport préféré dans l’industrie musicale. »

  1. Au moins, ils auront droit à leur quart d’heure de gloire….Ce qui me fait penser, rayon Black Metal que j’ai un bon vieil emperor à paraître quand je relance Histozic.fr à la rentrée….avec quelques autres surprises.

  2. Un deux titres à 12 euros, même au format physique et dans le commerce ou par envoie postal frais de ports inclus c’est du vol. Ça me fait penser à Daedalus Orchestra que j’adore mais dont je n’achèterai jamais les albums. Trop cher particulièrement au regard de leur notoriété. La musique est un luxe et le tarif permet de faire le tri entre les vrais fans et les simples consommateurs. Les groupes qui peuvent se permettre de gérer ainsi, tant mieux pour eux…

    Après je m’aperçois pour graviter dans le libre, que le simple fait de payer m’est devenu insupportable le plus souvent.

    1. Si encore c’était un deux titres qui fait 20 minutes, la pilule passerait mieux. Mais ici, comme tu l’as dit, c’est du vol pure et simple.

      Je n’ai pas de problèmes à ouvrir mon portemonnaie pour me procurer un album. Le tout est de ne pas dépasser 5€ pour un EP, 10 € pour un LP de moins de 45 minutes, 20€ pour un multi-CDs.

      Ajout au 28 juillet : le groupe plaide la mauvaise conception de la page Bandcamp. Ce sont des choses qui arrivent.

  3. Je vais vous éviter des problèmes d’arrière train !

    The Negation n’a pas d’EP et ne vend pas la version digitale de son dernier album sur son bandcamp, mais le digisleave collector avec livret 20 pages de 10 titres pour 12e. Lors de l’achat vous pouviez télécharger les deux titres mais ce n’est plus le cas car cela prêtait à confusion.

    La version digitale est disponible sur Kaotoxin.

    Vous pouvez donc retirer cet exemple de votre article puisqu’à mon sens, nul douleur annale n’est à envisager lors de l’achat d’un digisleave à 12e, ni de sa version digitale de 10 titres à 6.99e.

    1. Merci pour la réponse. J’ai ajouté des notes complémentaires dans le corps de l’article pour mettre en relief votre réponse. D’un seul coup, la sensation désagréable liée à une mauvaise conception de la page d’origine s’estompe. 12€ pour 10 pistes, c’est déjà largement plus abordable.

      Bonne continuation.

  4. un petit test des distribution musicale ubuntu studio, daphile audiophile linux, apport intérêt vs distro classique et des dac pour la musique dématérialisé en vue ? le sujet m’interesse et faute de temps je me suis pas penché sur la question des distro mais sur la qualité de restitution des dac sous linux uniquement — quand au prix des musiques dématérialisés voir remasterisés vendu a prix d’or y en a un paquet avec des qualités plus ou moins aléatoire ( en terme de rendu sonore j’entend )

    1. J’avoue que je ne me suis jamais penché sur le domaine des distributions spécialisées audio. Mais vu le peu qu’il en existe, c’est vraiment une niche ultra pointue 🙂

      Pour la conclusion, que dire de plus ? 😀

  5. J’hésite entre « MDLOL » et « pathétique »… comme indiqué sur Facebook concernant The Negation, plutôt que de s’enflammer à écrire un post inutile et insulter les artistes et leurs labels qui auraient répondu aimablement, rapidement et de façon détaillée, poser une question aurait évité de diffamer et… devoir se rétracter…

    Le groupe répond à tous ses mails et à tout commentaire sur Facebook. Le label peut être contacté via Facebook, Twitter, Google+, Instagram, SoundCloud, YouTube, son site Web ou par mail, mais, non… l’insulte gratuite est semble-t’il plus simple… la sodomie ne vient pas de là d’où l’on croit, visiblement.

    RTFM au lieu d’insulter les gens qui, plutôt que de sodomiser les amoureux de musique se vident la bourse à faire en sorte que des artistes émergeants puissent avoir un avenir…

    1. Insulte gratuite ? Ou simple constat basé sur une page mal conçue à l’origine et qui portait donc à confusion ?

      Vous parlez d’insultes et vous vous vous lâchez bien dans votre commentaire.

      Je n’ai pas de compte Facebook par choix et trouver les infos de contact sur le page d’origine n’était pas évident.
      J’ai écrit cet article sous le coup de la colère engendrée par la présentation de la page dont la capture d’écran sert désormais d’archive.

      C’était une erreur, je l’ai reconnu et j’ai ajouté un correctif dans le corps de l’article.

      J’adore le métal et la musique en général.

      Votre réponse me fait comprendre que je peux désormais passer mon chemin sur une partie de la scène métal. Vous venez de perdre un auditeur potentiel. Mes propos étaient maladroits, je le reconnais.

      Vous avez aussi perdu un acheteur au passage, passionné de musique, et qui aime à faire connaitre avec ses faibles moyens médiatiques (500 visites humaines quotidienne avec du vent dans le dos) les groupes et artistes qu’il a apprécié.

      Mon audience et donc mon influence potentielle est franchement pathétique – pour reprendre vos termes – en comparaison d’un webzine spécialisé qui doit faire plusieurs milliers de visites humaines quotidiennement.

      Autant dire que mes propos aurait autant de puissance qu’une tempête dans un verre d’eau.

      Vous avez utilisé des acronymes, j’en rajoute un : EOT pour end of topic. Ou pour parler latin, car c’est bien connu, la culture, c’est comme la confiture, moins en a, plus on l’étale : Ite missa est.

      Bonne continuation.

      1. Nous n’avons insulté personne. Tout au plus utilisé les mêmes moyens que vous, ce blog et ses commentaires, pour, tout comme vous, « réagir sous le coup de la colère ».

        « Pas facile de trouver les infos »? Besoin d’un acronyme? « LMGTFY » pour « Let Me Google that for You », peut-être?

        Perdre un auditeur? C’est dommage pour vous: YouTube, à la seconde, c’est gratuit et, quand on dit « aimer la musique », on ne juge pas la qualité artistique d’un groupe sur des propos échangés avec son label, mais sur les qualités intrinsèques des dits artists, non?

        Quant à perdre un client, quand on travaille bénévolement et par pure passion, quand on finance de ses deniers un label depuis cinq ans (50 productions à ce jour, tout de même), c’est triste, effectivement, mais si vous évitiez de juger à l’emporte-pièce et « sous la colère » (infondée), un petit tour sur Facebook, Twitter, Google ou que sais-je, vous apprendrait sûrement que nos clients, contrairement à bien d’autres, nous les chérissons et les respectons et que c’est là notre première mission… mais on peut aussi d’autant moins apprécier les propos déplacés qu’on travaille gratuitement, pour nos clients, justement.

        Enfin, deux petites réflexions:
        1/- Décider unilatéralement de la fin d’un dialogue pour ne pas avoir à affronter les propos de son contradicteur, ça s’appelle de la tyrannie
        2/- la sodomie, contrairement à ce que vous pensez, ça peut être très plaisant, vous devriez essayer.

        1. Nous n’avons insulté personne. Tout au plus utilisé les mêmes moyens que vous, ce blog et ses commentaires, pour, tout comme vous, « réagir sous le coup de la colère ».

          Merci pour la précision.

          « Pas facile de trouver les infos »? Besoin d’un acronyme? « LMGTFY » pour « Let Me Google that for You », peut-être?

          Perdre un auditeur? C’est dommage pour vous: YouTube, à la seconde, c’est gratuit et, quand on dit « aimer la musique », on ne juge pas la qualité artistique d’un groupe sur des propos échangés avec son label, mais sur les qualités intrinsèques des dits artists, non?

          Leçon de morale avec un petit « le rédacteur du blog a un problème de masse cérébrale ». Cool !

          Quant à perdre un client, quand on travaille bénévolement et par pure passion, quand on finance de ses deniers un label depuis cinq ans (50 productions à ce jour, tout de même), c’est triste, effectivement, mais si vous évitiez de juger à l’emporte-pièce et « sous la colère » (infondée), un petit tour sur Facebook, Twitter, Google ou que sais-je, vous apprendrait sûrement que nos clients, contrairement à bien d’autres, nous les chérissons et les respectons et que c’est là notre première mission… mais on peut aussi d’autant moins apprécier les propos déplacés qu’on travaille gratuitement, pour nos clients, justement.

          Colère infondée ? La capture d’écran montre que vous ne voulez pas admettre que la page était mal fagotée.

          Enfin, deux petites réflexions:
          1/- Décider unilatéralement de la fin d’un dialogue pour ne pas avoir à affronter les propos de son contradicteur, ça s’appelle de la tyrannie
          2/- la sodomie, contrairement à ce que vous pensez, ça peut être très plaisant, vous devriez essayer.

          Tyrannie ? Si on veut. J’aurais très bien pu sucré votre commentaire et cela aurait été vraiment de la tyrannie.

          Je vous remercie de m’avoir fait comprendre que je ne suis qu’un ignare sur le plan des recherches internet. Au bout de presque 18 ans sur la toile, cela fait plaisir.

          EOT dans le sens où je n’ai plus rien à rajouter puisque vous avez toujours raison et que je suis dans le tors le plus complet.

          Si vous voulez ajouter quelque chose, libre à vous. Les commentaires sont encore ouverts pour 5 jours. J’accepterais la publication sans rien rajouter. Ite missa est.

          Ajout au 7 août 2015 : comme indiqué précédemment, les commentaires sont désormais clos.

Les commentaires sont fermés.