Où en sont les distributions GNU/Linux faciles d’accès sans « l’apocalyptique » systemd ? Deuxième partie.

Après une première partie consacrée à la Devuan GNU/Linux Alpha 2, j’ai eu envie de parler de nouveau du projet Manjaro Linux OpenRC. Si vous avez des suggestions pour une troisième partie, je suis preneur, car je ne vois pas beaucoup de distributions GNU/Linux faciles d’accès (sans passer par une recompilation intense ou une installation en ligne de commande) mis à part la AntiX MX, dont j’avais parlé précédemment sur le blog.

J’avais déjà parlé de la Manjaro Linux OpenRC à l’époque de sa version 0.8.11. Un commentaire de Chris sur un article consacré aux « péchés » de la Manjaro Linux m’a donné envie de voir les progrès effectués en l’espace de 6 mois. C’est aussi ce commentaire qui m’a donné l’idée de faire une mini-série de billets sur les distributions faciles d’accès n’utilisant pas Systemd.

J’ai donc récupéré l’énorme ISO (un peu moins de 700 Mo), et comme pour le billet sur la Devuan GNU/Linux alpha 2, j’ai capturé l’installation en vidéo ainsi que quelques manipulations de base.

Lors de la mise à jour, j’ai eu plusieurs paquets originaires d’AUR qui se sont avérés être inutiles. En effet, sur un fil du forum international de la Manjaro Linux, on apprend que les paquets eudev-openrc et ses dépendances sont obsolètes avec l’arrivée de OpenRC 0.16.4.

Je concluais assez négativement le précédent article, surtout à cause de sa logithèque faible. L’auteur de l’ISO m’expliquait pourquoi dans les commentaires.

Depuis les progrès accomplis sont énormes. Il manque toujours LibreOffice, mais cela se résout facilement. Ce que j’ai moins apprécié par contre, c’est l’absence de l’installateur en mode graphique. Thus, l’installateur de la version 0.8.x de la Manjaro Linux souffrirait apparement de quelques oublis.

Dommage. Mais les progrès engrangés par cette version de la Manjaro Linux sont impressionnants. Il reste des dépendances à systemd pour certains logiciels pour des raisons de compatibilité, sinon, cela demanderait, dixit un des mainteneurs de la distribution, de forker certains paquets pour les recompiler.

La Manjaro Linux OpenRC est une option plus qu’envisageable pour les personnes désirant une distribution à publication en continu sans systemd ni avoir à se farcir des heures de compilations comme avec une Gentoo Linux ou une Funtoo Linux.

6 réflexions sur « Où en sont les distributions GNU/Linux faciles d’accès sans « l’apocalyptique » systemd ? Deuxième partie. »

  1. L’un des principes de systemD est justement d’être plus facile pour l’utilisateur final, évitant la gestion historique et passablement bordélique que représente l’amas difforme de script que constitue Init V.

    Pourquoi vouloir trouver une distribution «facile d’accès» avec un vieux tromblon historique en remplacement de nouveau trucs, adopté par toutes les grandes distributions (même debian) qui est plus simple pour l’utilisateur ?

Les commentaires sont fermés.