La Parabola GNU/Linux devient-elle trop libre pour une utilisation quotidienne ?

S’il y a une distribution GNU/Linux reconnue comme libre par la Free Software Foundation que j’aime vraiment, c’est bien la Parabola GNU/Linux, qui est une Archlinux pour les personnes voulant une distribution respectant les canons du logiciel libre.

Pour voir où en est la Parabola GNU/Linux, j’ai récupéré la dernière ISO d’installation stable en date, qui semble désormais vouloir suivre désormais le rythme de publication mensuel de sa « mère ». Le dernier article que je lui avais consacré datant du mois d’octobre 2014, j’ai voulu voir l’évolution de la distribution.

Je concluais l’article ainsi :

Mis à part le bug de community-testing (qui empêche les fondus de mon engeance et les testeurs) de pouvoir passer à la vitesse supérieure, la Parabola GNU/Linux est une des plus utilisables des distributions 100% libre.

Cependant, elle n’a pas la facilité d’installation d’une Blag Linux ou d’une Trisquel GNU/Linux (dont la version 7 commence à prendre du temps à arriver, surtout que rien ne semble bouger depuis l’article que je lui ai consacré en août 2014 ) qui pourrait attirer des utilisateurs qui ne voient pas le logiciel libre comme uniquement gratuit, mais aussi sous la forme d’une éthique à suivre.

L’installation est identique – ou presque – à celle d’une ArchLinux classique. J’ai donc pris mon manuel du mois de mai 2015, et j’ai installé la Parabola GNU/Linux avec Gnome 3.16.x dans une machine VirtualBox avec 2 Go de mémoire vive, 128 Go de disque virtuel et 2 CPUs virtualisés. Cependant, pour suivre au maximum les canons du logiciel libre, j’ai été obligé de faire quelques modifications.

La principale modification a été de remplacer la commande mkinitcpio -p linux par mkinitcpio -p linux-libre

Quant à Mozilla Firefox, j’ai eu le choix entre GNU/IceCat 31.6.0 ou Debian GNU/Linux IceWeasel 38.0.1. J’ai pris la version proposée par Debian pour avoir du code plus à jour et plus en adéquation avec les versions en amont.

Il faut noter que le paquet your-freedom qui bloque l’installation de logiciels non libres bloque l’installation de VirtualBox et des additions « invitées », sauf à passer par la compilation des versions proposées par VirtualBox. On respecte les canons du libre ou on ne les respecte pas ! 🙂

J’ai décidé de ne pas installer les pilotes additionnels en les recompilant. Autant respecter au maximum l’esprit de la distribution.

On ne critique pas les goûts et les couleurs, mais le choix pour le grub de la Parabola GNU/Linux est… spécial !

Pour finir, et pour respecter au maximum l’esprit de la distribution et son idéal de respect de la liberté et de la vie privée, J’ai activé le dépot non-prism (cf cette page du wiki de Parabola).

L’installation du paquet your-privacy entraine la suppression de Gnome-Documents (ce qui peut s’avérer ennuyeux sur le long terme).

Pour terminer, et avant de faire la capture en vidéo de la distribution, j’ai fait copié les quelques 80 Go de musique de ma musicothèque, malheureusement au format mp3. Je voudrais bien convertir l’ensemble au format ogg vorbis, mais réencoder presque 680 galettes, je ne m’en sens pas vraiment le courage ! 🙁

Comme vous avez pu le voir, sur le plan pratique, la Parabola GNU/Linux n’est pas inutilisable, mais de part son positionnement « libre pur et dur » (que j’ai poussé dans ses retranchements, on est victime de quelques limitations pour une personne appréciant certains services en lignes, comme ceux proposé par Google ou encore Yahoo.

Pour l’utilisateur avancé pointilleux sur la liberté des logiciels et le respect de sa vie privée, la Parabola GNU/Linux est sûrement une des meilleures distributions GNU/Linux imaginable, même si son installation est moins simple que celle d’une Trisquel GNU/Linux par exemple.

Après à vous de voir, mais j’avoue que c’est encore une distribution un peu trop pointilleuse pour mon utilisation quotidienne. Un peu trop zélée, mais j’ai voulu respecter l’esprit de la distribution au maximum.

19 réflexions sur « La Parabola GNU/Linux devient-elle trop libre pour une utilisation quotidienne ? »

  1. Respecter les choix de la distribution au maximum, oui et non vu ton choix de navigateur pour cette virtualisation. :p

    Pour ce qui est des limitations pour l’utilisation de certains services propriétaires, je pense que quand on fait la démarche d’être sous ce type de distrib, on ne les utilise pas (ces services en question), enfin c’est ma vision des choses mais c’est ultra contradictoires sinon et autant être sur une distrib « classique » sinon.

    1. Surtout que j’ai installé IceCat lors de la capture vidéo.

      Sinon, tu peux très bien vouloir utiliser une distribution libre et avoir du mal à te passer de certains services propriétaires.

    2. Le problème c’est que bien souvent il n’y a pas d’alternative, je suis un partisan du mixte, tant qu’il n’y a pas d’alternative libre strictement équivalente alors le support propriétaire se justifie. Si on avait fait ceci dès le départ avec GNU/Linux, Windows serait déjà dans les poubelles de l’histoire informatique.

  2. Autant pour moi pour le navigateur, je n’ai (pas encore) regardé ta vidéo, donc je me basais sur ton texte où tu dis ceci :
    « Quant à Mozilla Firefox, j’ai eu le choix entre GNU/IceCat 31.6.0 ou Debian GNU/Linux IceWeasel 38.0.1. J’ai pris la version proposée par Debian pour avoir du code plus à jour et plus en adéquation avec les versions en amont. »
    Tu dis « j’ai pris la version proposé par Debian », de ce que je sais, la version proposée par Debian est Iceweasel, pas IceCat.
    Ce doit être une incompréhension entre nous, laisse couler. 😉
    Et pour le 2ème paragraphe de ta réponse, oui je comprends.

    En tout cas cet article me donne presque envie de re-tester Trisquel !

    1. Toujours à la recherche de ta distribution?
      Perso j’ai fait le tri et j’en retiens 3:
      Debian Jessie stable pour le côté pépère.
      Arch Linux pour le rolling et Mageia car j’ai toujours eu un coup de coeur pour cette distrib depuis la 3. Le seul truc c’est qu’il faut réinstaller tout les ans.
      @+

  3. Par pure curiosité, ils indiquent pourquoi ils refusent d’installer GNOME Documents ? Parce qu’il s’agit d’un logiciel libre sous licence GNU GPLv2. Et même s’il permet d’accéder aux services Google, ce n’est en rien une obligation. Il suffit de ne pas configurer ces derniers dans les Comptes en ligne.

    1. Justement, c’est pour cette raison que le logiciel Gnome Documents est désinstallé avec l’installation du paquet « your-privacy » sur la Parabola GNU/Linux.

      Le scandale Prism sûrement.

  4. Je me suis souvent demandé l’intérêt de ce site, mais finalement, et au fur et à mesure des années, je trouve que c’est tout de même cool d’avoir un retour régulier sur les distribs qui sortent. Merci Fred et bon courage.

  5. Merci, pour tes retours, je regarde souvent tes posts et j’ai découvert Arch et Parabola grâce à toi. J’ai installé depuis peu la nouvelle version de Parabola aussi pour regarder à quoi elle ressemble, surtout depuis toutes ces nouveautés liées aux boîtes noires, même si je ne me sert pas que de cette distribution…

  6. Salut Fred.
    Je réagis juste à propos d’un petit passage de ta vidéo ou tu parle de la conversion audio.
    Franchement, la conversion mp3->ogg n’est pas si lente que ça.
    Avec soundconverter, la conversion de mes 20Go de musique se fait en 2 bonnes heures.
    Pour 80Go, tu lance ça avant d’aller te coucher et c’est fini le matin ^^

  7. Bonjour,
    merci d’avoir testé cette distrib, je pense que je vais l’essayer aussi.

    Pour les services propriétaire il me semble que Framasoft est en train d’en faire des semblables mais libres.
    Je pense que bientôt la Parabola sera encore plus accessible.

    Pacopac

  8. Merci pour ton test, je suis sou Arch, mais j’ai jamais osé tester Parabola.

    J’aimerais bien trouver un outil qui me dise quels sont les paquets de mon système qui ne sont pas libre, ça me permettrais de relativiser.

  9. Encore un trés bon test.

    J’ai voulu tester parabola en dur car j’en avais marre de casser manjaro avec des maj.

    Avant de la tester en dur je l’avait fait via virtualbox , elle me sembler sympa sauf problème de traduction

    Par contre en dur ne voulant pas supprimer ma partition home je n’est pas été jusqu’au bout.
    En effet malgré le temps que j’utilise Linux , je n’est jamais réussi a me faire a l’installation de distrib en cli ou semi cli.
    Je préfère un installeur graphique

Les commentaires sont fermés.