Solus beta 2 : où en est le projet jadis connu sous le nom d’EvolveOS ?

Le projet actuel d’Ikey Doherty pour développer une distribution GNU/Linux, après une période connue sous le nom d’EvolveOS – j’en avais parlé de son alpha 2 en juillet 2014 – a dû changer de nom pour des raisons de marque déposée, et est devenu le projet Solus. Un clin d’oeil à son ancien projet dont la vie a été plus que mouvementée.

Distrowatch, le site que les barbus aiment à détester autant que les développeurs de la Devuan haïssent systemd, a publié l’annonce de la béta 2 de Solus Operating System.

En lisant les notes de publication, on apprend que le projet propose un noyau Linux 4.0.3, une base gnome 3.16.3 avec le Budgie Desktop 8.2 au dessus, Mozilla Firefox 38.0.1, le support de l’UEFI, et que pour des raisons en gourmandise côté ressource au niveau de l’accélération 3D, l’utilisation dans une machine virtuelle présente un fonctionnement au ralenti. De plus, il est précisé que le partitionneur de disque n’a pas été incorporé au niveau de l’installateur. Ce qui n’est pas grave, vu que ce n’est qu’une béta au final 😉

Côté ressource, il est conseillé d’avoir au minimum 4 Go d’espace disque (le système pouvant monter jusqu’à 10 Go), et un petit Go de mémoire vive au minimum.

Piqué par ma curiosité, et en gardant en mémoire les limitations précisées dans l’annonce de publication, j’ai récupéré la lourde ISO avec wget.

[fred@fredo-arch ISO à tester]$ wget -c http://ikeydoherty.com/Solus-Beta2.iso
–2015-05-18 08:42:26– http://ikeydoherty.com/Solus-Beta2.iso
Résolution de ikeydoherty.com (ikeydoherty.com)… 217.78.5.167
Connexion à ikeydoherty.com (ikeydoherty.com)|217.78.5.167|:80… connecté.
requête HTTP transmise, en attente de la réponse… 200 OK
Taille : 746586112 (712M) [application/x-iso9660-image]
Sauvegarde en : « Solus-Beta2.iso »

Solus-Beta2.iso 100%[=====================>] 712,00M 1,75MB/s ds 5m 10s

2015-05-18 08:47:36 (2,30 MB/s) — « Solus-Beta2.iso » sauvegardé [746586112/746586112]

J’ai ensuite respecté les recommandations de l’annonce de publication : 2 Go de mémoire vive virtuelle, 128 Go de disque, 2 CPUs virtuel, le tout en mode Bios. Même si cela ne permettra pas d’avoir la souplesse idéale, j’ai quand même activé l’accélération 3D dans VirtualBox.

Une fois la distribution démarrée, pour pouvoir procéder à l’installation, il faut lancer gparted dans un terminal. On peut rechercher les logiciels via l’entrée en haut du menu déroulant qui apparait quand on clique sur le bouton symbolisé par quatre petits carrés en carré.

Pour le partitionnement, je suis resté simple : une partition / de 124 Go et une swap de 4 Go. On peut ensuite lancer l’installateur.

Celui-ci permet de détecter directement le bon emplacement géographique, même si le choix du clavier par la suite se fait par ordre alphabétique et qu’il propose le Basque pour la zone géographique correspondant au fuseau horaire de Paris.

Après s’être occupé de l’agencement du clavier, on attaque la sélection des partitions.

J’ai noté un bug ennuyeux, que j’ai rapporté : le clavier conserve son agencement qwerty. Ce qui peut se révéler ennuyeux lors de la création du compte utilisateur 🙁

Autre point ennuyeux qui peut se comprendre en cas de démarrage multiple : le gestionnaire de démarrage n’est pas directement activé.

Enfin, on arrive au récapitulatif avant de rentrer dans les grandes opérations d’installation. Un peu moins de 10 minutes de copie intense et on peut redémarrer. Il faut passer par le bouton spécifique, avec le symbole d’interrupteur, en bas à droite de l’écran à côté de l’heure.

Au premier démarrage, un GDM revampé nous accueille. L’ensemble démarre en un claquement de doigt. Budgie Desktop se montre d’une vélocité à toute épreuve. Je dois dire qu’à côté, Cinnamon se traine comme une tortue rhumatisante à trois pattes. Et pourtant, dixit les notes de publications, l’environnement virtuel ne propose pas la vitesse idéale de l’environnement.

Le thème d’icones, evopop fait penser à la grande mode des icones plates, mais en restant esthétique, contrairement à Numix.

Mais le plus simple et le plus parlant est de vous montrer l’ensemble en action.

Comme vous avez pu le constater, l’environnement est ultra-rapide. Il est bien conçu, les outils d’ajustement sont simples et ne se perdent pas dans les trillions d’options qui sont parfois étouffantes.

Bon, il manque encore une logithèque plus étoffée, mais il ne faut pas oublier que c’est un projet encore en version béta et que le principal est pour le moment de proposer un environnement suffisamment stable pour proposer par la suite une logithèque plus conséquente.

L’outil « Evo Assist » est bien conçu, même si j’ai laissé tombé l’installation de Chrome qui s’éternisait.

Même s’il manque une logithèque conséquente pour faire un test plus poussé, ce premier aperçu avancé de la Solus est assez alléchant. Je ne suis pas super fan des présentations générales à la MS-Windows, mais cette distribution qui propose un environnement léger basé sur les technologies de Gnome Shell est à suivre avec attention.

Ce qui rejoint ma conclusion sur l’article écrit en juillet 2014 alors que le projet s’appelait encore EvolveOS :

Projet à suivre, même si la route est encore longue vers une première version stable. Mais pour une deuxième alpha, l’ensemble est quand même très utilisable 🙂

Cette béta est, vous l’aurez compris, pour moi une très bonne surprise qui change de la énième dérivée de la fille la plus connue de la Debian GNU/Linux.

18 pensées sur “Solus beta 2 : où en est le projet jadis connu sous le nom d’EvolveOS ?”

  1. Tu nous avais habitué à l’installation de LibreOffice dans tes démonstrations mais ici tu as fait l’impasse.
    Qu’est-ce qu’il y a au niveau bureautique ?
    A pluche.

    1. Ce n’est pas ultra fourni. On sent que la distribution est encore dans une période de consolidation. Une fois l’ensemble consolidée, l’ajout des grands logiciels sera une réalité. Du moins, on peut l’espérer.

  2. Merci pour le test.

    je voudrais savoir en ce qui concerne l’utilisation de la ram/cpu/gpu est-ce aussi lourd que gnome ?
    et niveau compisotor est-ce Mutter , compiz , ou est-ce que ça utilise son propre compositor ?

    est-ce compilé en utilisant GCC 5.1 ?

    franchement même si j’aime bien l’interface jusqu’à maintenant j’ai l’impression d’avoir plus à faire à un gnome ultra tweaké plutôt qu’un véritable DE tout comme Cinnamon et Pantheon.

    mais je trouve quand meme incroyable le nombre de DE basés sur gnome et GTK , alors qu’au niveau logiciels c’est QT qui a largement le vent en poupe , j’espere voir arriver un jour l’équivalent de XFCE pour QT ça serait excellent

    1. Je dirais que c’est moins lourd. L’affichage est vraiment allegé par rapport à Gnome. Et comme cela utilise une base Gnome 3.16.x, c’est donc mutter.

      Je n’ai pas regardé le compilateur utilisé.

      Budgie Desktop, comme Cinnamon (qui est une surcouche de la base gnome avec quelques outils maisons) ou encore Pantheon, chapeaute les outils gnome.

      Je n’aime pas vraiment QT, peut-être à cause de KDE. Quant à un équivalent de Xfce basé sur QT, quid de LXQt ? 😀

      1. le problème avec lxqt c’est leur philosophie « on doit étre le plus léger possible quitte à sacrifier des fonctionnalités » , et le deuxième problème c’est qu’il est trop proche de KDE et crois moi nous sommes deux a ne pas aimer KDE , il est lourd , compliqué a utiliser , son panneau de configuration est une calamité , mais KDE et QT c’est pas la même chose.

        la preuve Ubuntu Next Mir va utiliser QT et ça n’a rien a voir avec KDE , meme chose pour la MAUI project et son Hawai shell c’est du QT mais rien a voir avec KDE , franchement il faudrait être aveugle pour ne pas remarquer la débâcle de gtk , c’est pour ça que comme je te l’ai dit j’aimerais vraiment voir une DE avec la philosophie de XFCE ( personnalisable , facile à utiliser , flexible…etc ) mais avec QT au lieu de GTK

        1. Je sais très bien que KDE et QT sont deux logiciels différents. Mais sans QT, pas de KDE tel qu’on le connait.

          Maui ? J’attends déjà qu’ils proposent des ISOs plus régulièrement. Quant à Unity Next, son intégration est prévu au mieux pour la version 15.10 d’Ubuntu. Je leur souhaite bien du courage.

          Quant à la débacle de gtk, je dirais : quid de Mozilla Firefox, Mozilla Thunderbird, The Gimp, Inkscape, Gnome, Cinnamon, Mate Desktop, Xfce, et combien d’autres ?

          D’ailleurs, sauf erreur de ma part QT s’entend très bien avec le C++. Gtk avec le C.

  3. Bonjour,
    Merci pour cet excellent article : je suis en train de télécharger l’iso de cette distribution pour un petit tour dessus via Vbox… J’en profite aussi pour vous remercier pour votre excellent blog, que je lis depuis un petit moment déjà, et pour votre travail, très bien fait et très instructif (et qui me permet aussi de découvrir du très bon niveau musique, qui change des cochonneries commerciales…)
    J’essaie en ce moment même Budgie, via les dépôts AUR (je suis sous Manjaro), et c’est effectivement un très bon environnement de bureau, même si encore incomplet, à mon avis en tout cas.
    Une chose cependant : pourquoi tant de haine envers Cinnamon? Pauvre petit desktop! 😉

  4. l’erreur souvent commise est de confondre gnome et gnomeshell.
    gnome 3 est une base a partir de laquelle on peut créer une multitude de DE plus ou moins légers et sophistiqués.
    celui-ci est intéressant par sa légèreté .
    il peut prétendre a être un descendant de gnome2 dont il peut prendre l’aspect .
    je le préfère largement a l’autre clone qui n’est pas de la même lignée et dont le nom rime avec echec.

  5. c’est bien la définition d’un environnement:
    harmoniser l’utilisation d’une base d’outils
    j’oubliais , Budgie s’installe aussi sur Arch.

  6. Quelle belle découverte, pour une fois qu’engendrer du simple sans sacrifier à la beauté ne crée pas du dépouillé, cela fait toute la différence. Un lanceur du style HandyMenu en sus, pourrait parfaire le tableau.
    Bon article, merci pour le partage de cette info.

  7. Quelle rapidité!
    Très bon article Frédéric !
    C’est exactement ce que j’ai ressenti.
    Ce qui m’a vraiment ennuyé c’est :
    -Pas de partion /home possible 🙁
    -Clavier QWERTY pendant l’installation.

    J’ai eu le même problème avec chrome. Mais ça, on va pas se plaindre :p

    Si j’ai bien compris Pisi est bien le gestionnaire de paquet de Solus.

    Pour ma part il tourne tres bien sur un miniPc une épave 1,66GHz avec 1Go de RAM.

  8. C’est très prometteur, léger et réactif, si la logithèque suit, et s’étoffe, le package-manager est bien pisi et ça installe exemplepour installer gimp : pisi it gimp, pour avoir les commandes un petit pisi help install devient it. Bonne distribution en gestation.

Les commentaires sont fermés.