Korora 21 : que vaut la « Ubuntu » de Fedora Linux ?

Par Ubuntu, je prends l’idée d’une distribution qui simplifie et complète sa base. Tel le travail entreprit – à l’origine – par Canonical en reprenant la Debian GNU/Linux avant l’arrivée de l’environnement maison, Unity.

Korora reprend ce principe, en rajoutant directement Flash, Dropbox, VirtualBox, les logiciels disponibles sur le dépot RPM-Fusion et des outils de Google. Comme sa numérotation l’indique, la Korora 21 reprend la Fedora Linux 21. Dans les notes de publication de cette version de la distribution, on apprend que plusieurs éditions sont disponibles : Une avec Cinnamon 2.4.x, une avec Gnome 3.14, une avec KDE 4.14.x et une avec Xfce 4.10.1.

J’ai donc récupéré via bitorrent l’ISO de la version Gnome, et je l’ai lancé dans une machine virtuelle VirtualBox.

Après le premier démarrage, on arrive sur un environnement Gnome tout ce qu’il y a de plus classique avec une barre des applications favorites toujours visible et une extension pour afficher les emplacements, avec l’émétique thème d’icones Numix circle… Je ne reviendrais pas plus longuement sur le peu d’amour que je porte à ce thème d’icones. Les (dé)goûts et les couleurs, hein…

L’écran de démarrage fait penser à celui qu’on trouve partout, comme pour la Manjaro Linux par exemple. Difficile d’être innovant dans ce domaine.

L’installateur étant Anaconda, il est inutile de s’appesantir dessus. Si vous avez déjà eu l’occasion d’installer une Fedora Linux, vous savez à quoi vous attendre. Sinon, c’est relativement simple à l’emploi. Pour suivre le protocole employé par la Fedora Linux dite « Workstation » (celle qui propose Gnome), je n’ai pas créé de compte utilisateur.

J’ai gardé les options par défaut, ne créant un mot de passe que pour le compte root. L’assistant de premier démarrage s’occupant de créer le compte utilisateur. La grosse différence par rapport à l’assistant de premier démarrage de la Fedora Linux, c’est la possibilité d’ajouter un compte sur Owncloud et chez le fesseur de caprins.

On se retrouve avec un ensemble partiellement en franglais, avec par exemple des traductions manquantes, comme pour LibreOffice. Les icones sont si peu parlantes, qu’il faut passer au dessus pour en avoir la signification. À noter la présence de VLC préinstallé, ainsi que The Gimp, FBReader, Darktable, Gwibber (encore vivant celui-ci ?), Handbrake, Deluge ou encore OpenShot.

On peut dire que côté logithèque, on est servi. Il y a même Yumex pour les personnes qui n’apprécient pas l’outil Gnome Software plus connu sous la nom de Logiciels.

J’ai donc lancé Yumex pour compléter les traductions manquantes, installer les mises à jour rendues disponibles. Par chance, entre les mises à jour et les traductions, on en a pour un peu moins de 90 Mo à récupérer.

Une fois tout rentré dans l’ordre, j’ai capturé en vidéo la distribution Korora.

Je dois dire que c’est une idée intéressante, mais elle est gâchée par plusieurs points :

  1. Le thème d’icones. Désolé d’être mono-maniaque sur ce plan, mais numix est insupportable. Tout comme la mode du « flat »…
  2. Les couleurs choisies qui sont agressives au possible et qui font mal aux yeux. Une couleur « froide » est quand même plus agréable qu’un fond rouge presque vif, non ?
  3. Les traductions manquantes et le franglais au démarrage.
  4. Les créateurs de la distribution sont partis d’une bonne idée, mais la réalisation est typique du « on veut trop bien faire, et on finit par mal faire ».

Qu’on ne se trompe pas. Je trouve le projet très intéressant, mais bien que l’on ne devrait pas juger un produit au premier coup d’oeil, il est difficile de ne pas le faire quand on se retrouve avec un mélange de couleurs qui attaque la rétine au point d’en être répulsif.

16 réflexions sur « Korora 21 : que vaut la « Ubuntu » de Fedora Linux ? »

    1. J’ai d’abord jeté un rapide coup d’œil aux captures d’écran avant de lire l’article et quand j’ai reconnu les icônes numix je me suis tout de suite dis « J’en connais un qui dois être content 😉 »

      Il y a pas si longtemps les icônes Faenza étaient partout maintenant c’est numix 🙁

  1. J’ai aussi essayé cette distribution, sans aller en profondeur. Mais finalement, à part le fameux thème d’icones, l’aspect « flat » de cette mode dont on se demande d’où elle sort et la logithèque plus garnie, je n’ai pas vu de grande différence avec une Fedora classique. La simplification ne m’est pas apparu, à part Yumex par défaut… Du coup je ne vois pas pourquoi ne pas utiliser directement Fedora 21.

  2. la mode du flat? sûrement Google et l’interface holo… le besoin d’afficher l’essentiel sur un fond uni sur de petits écrans. Le sont-ils toujours? en réalité tout le monde suis même nos ordinateurs bien plus imposant, ce n’est pas un mal mais la seul différentiation sur les icônes devient la couleur. mais quand il règne une certaine harmonie dans la distro ce n’est pas mal, prend elementaryOS en bêta 2 qui vient de sortir. moi j’aime bien cette distro là même si ils ont trop « forké »

  3. Bonjour,
    Numix = émétique : j’ai bien ri merci!

    Pour le style plat, je peux comprendre, on est à la mode du tout plat.

    Prochaine étape, tout plat et noir et blanc (ce que gnome propose déjà avec sa barre en haut de l’écran).

    Juste une question quel thème d’icone utilises-tu ?
    D’autre part j’ai du mal à trouver un thème tout intégré, ou tout est conçu pour aller ensemble (icones, theme du gestionnaire de fenêtres, decoration de fenêtres).
    À part elementary sous elementaryOS ou Oxygen sous KDE je trouve que tous ces thèmes manquent d’harmonie.

  4. ‘LLo,

    Il y a aussi nouvegnomegray qui est pas mal, gris/neutre, à mi-chemin entre flat & pas flat, & surtout qui est très complet pour seulement 25 Mo…
    Tout ce qui finit par a (& qui rentre sans qu’on lui demande explicitement, comme adwaita), pfuuu…

    1. Merci je ne le connaissais pas en gris.

      Par contre tu utilises quoi comme thème de shell/fenêtres/décorations ?

      C’est cela que je trouve difficile, un thème harmonieux et complet comme oxygène.

  5. Salut, Fred j’aime bien ce que tu fais et j’aime te voir pester contre ce thème d’icônes. Ça me fait rire à chaque fois, on dirait du comique de répétition.
    Fred teste une nouvelle distribution va t-il tomber sur le thème Numix. Banco! et c’est reparti pour un pamphlet en l’honneur du thème. Une chose est sûre tu peux au moins lui accorder le mérite de te forcer à toujours trouver des qualificatifs originaux. (émétique, vomitif, etc) 🙂

    Malheureusement si Numix est omniprésent ce n’est pas forcément parce qu’il est ‘flat’ et donc à la mode c’est aussi parce qu’il propose un style unifié et complet. Le thème Adwaita est bon, le seul problème c’est qu’il n’a rien d’unifié, toutes les icônes sont différentes et cela donne une impression de fouillis que bien souvent l’utilisateur n’aime pas. Non! Il faut que ce soit rangé, unifié et que pas un poil ne dépasse, sinon!
    En dehors de Numix il n’y a pas beaucoup de thèmes qui regroupent autant d’icônes bien souvent il en manque voilà pourquoi on le voit partout, un peu par défaut. Face à celui-ci, j’ai en ce qui me concerne l’impression de me retrouver face à un jouet pour enfant avec des gros boutons colorés qui propagent une musique stridente.

    Sans avoir forcément le monopole du bon goût, il nous reste donc à créer un thème d’icônes. 😀

Les commentaires sont fermés.