Énième épisode de la guerre des init : le fork de Debian est officialisé.

L’année 2014 aura été dans le monde des distributions GNU/Linux de la guerre des inits. En gros d’un côté systemd, et de l’autre les systèmes classiques à la sysVinit ou encore des projets alternatifs comme OpenRC (Gentoo et Funtoo), runit (utilisé par Void Linux par exemple) ou encore uselessd. Pour rester dans les grands noms.

En dépliant mon fil RSS ce matin, j’ai pu lire via OSNews que le projet Debian Fork allait jusqu’au bout de sa logique, et mettait en route un fork de Debian GNU/Linux basé sur le rejet de systemd. J’ai appris que le projet portait le nom de Devuan, via un article du blog « Ma Vie Linux ». Merci pour l’information.

Au moment où j’écris cet article, fin novembre 2014, le projet se limite à un paquet spécifique prenant le dessus sur l’installateur de Debian GNU/Linux, j’ai nommé devuan-baseconf, dixit la page de la distribution :

a Debian installer with preseed of sysvinit-core and a couple of devuan packages containing a keyring, repository list files and pinnings. Once installed and updated this package avoids the requirement of systemd as PID 1 and adopts systemd-shim when strictly needed.

Ce qui donne traduit :

Un installateur Debian préconfiguré avec sysvinit-core et un couple de paquets devuan contenant un trousseau de clés, une liste de dépôts et de pinnings. Une fois installé et mis à jour ce paquet évite le pré-requis de systemd que PID 1 et adopte systemd-shim lorsque cela est strictement nécessaire.

Cela me fait penser à un paquet spécifique de la Parabola GNU/Linux, qui s’appelle your-freedom, dont la description est la suivante :

This package conflicts with every nonfree package known to date to ensure your system is free.

Ce qui donne traduit :

Ce paquet entre en conflit avec tout paquet non libre connue à ce jour pour s’assurer que votre système est libre.

Le projet Devuan me semble cependant partir sous de mauvaises auspices. Pour plusieurs raisons.

Première raison : pouvoir attirer suffisamment de développeurs et de codeurs pour donner vie au projet sur le long terme. Le rejet de systemd peut-il suffire à souder une équipe suffisamment longtemps ?

Deuxième raison : les infrastructures. Développer un fork de Debian GNu/Linux avec le nombre de paquets supportés et d’architecture, cela doit demander d’énormes infrastructures. Sauf erreur de ma part, Debian GNU/Linux est avec NetBSD un des OS libres qui supporte le plus d’architectures, non ?

Si on en croit la page d’informations sur les architectures supportées, il y a une douzaine de références différentes : i386, amd64, ARM (Hard Float et EABI), Sparc, PowerPC, Itanium IA-64, Mips (little et big endian), s390 et system-z.

Troisième raison : le projet est porté par un groupe, les Veteran Unix Admins alias VUA. Mais on ignore qui se cache derrière ce groupe. Ça donne vraiment envie de faire un don alors qu’on ne sait pas qui développe le projet. Il est vrai que les distributions GNU/linux n’ont aucune transparence sur ce point ! 🙂

Quatrième raison : la durée de vie de la Debian GNU/Linux Wheezy. Pour le moment, la Debian GNU/Linux Jessie est en période de gel, et doit sortir durant le printemps 2015. C’est ce qu’on peut estimer, la période de gel moyenne étant de 6 à 8 mois. Une sortie entre avril et juin 2015 est une bonne fourchette à affiner.

Cependant, la Debian GNU/Linux Wheezy ne sera pas laissée de côté pour autant. Dixit la page du Wiki de Debian sur les publication, où on peut lire ce point très intéressant sur la durée de vie de la distribution :

leaves users about 1 year to upgrade to the next one once this latter itself gets released.

Ce qu’on peut traduire par :

Laisse un an aux utilisateurs pour migrer vers la version suivante une fois que cette dernière est publiée.

Par conséquent, la Debian GNU/Linux Wheezy ne sera techniquement abandonnée qu’entre avril et juin 2016, au minimum. Et c’est bien connu, les utilisateurs de Debian GNU/Linux se précipitent sur la nouvelle version quand elle sort… Ou pas ! 🙂

Qui dit que Devuan sera encore vivante en 2016 ?

Pour tout dire, je reste très circonspect sur l’avenir de ce fork, ne serait-ce que par son ambition presque démesurée. Forker un environnement de bureau, comme l’a fait Mate Desktop, c’est réaliste.

Mais une distribution aussi complète que Debian GNU/Linux ? C’est déjà plus dur à concevoir. Je sais qu’il y a le précédent de Mageia, mais la distribution répondait à un besoin de faire survivre Mandriva Linux, et non sur le rejet d’une technologie.

Pour le moment, ce fork ne fait qu’alimenter l’image d’une cour de petite section d’école maternelle où des enfants se bagarre pour une paquet de bonbons que donne la communauté du libre en ce moment.

Qui va encore tirer les marrons du feu ? Pas le logiciel libre, mais le trio Apple, Google (avec son ChromeOS) et Microsoft. Dommage pour les distributions GNU/Linux en général !

37 pensées sur “Énième épisode de la guerre des init : le fork de Debian est officialisé.”

  1. juste une remarque qui n’a pas à voir avec le fond. Cela m’agace cette nouvelle manière d’utiliser l’expression « tirer les marrons du feu ». Dans la fable celui qui tire les marrons du feu est celui qui se brûle, c’est le sens de l’expression, donc pas celui qui en tire profit. Donc dans ton cas se serait plutôt les forkeurs qui tirent les marrons du feu pour Apple, Google et Microsoft.

  2. oui, dommage que les devs Debian s’uniformisent autour de systemd et qu’ils refusent toute autre forme d’init par défaut.
    la variété est une richesse, et l’attitude hautaine des adeptes de systemd, qui refusent, rejettent et même ridiculisent les défenseurs des autres inits, ne peut provoquer qu’un séparation.
    oui c’est dommage, dommage qu’un dialogue n’ai pu naître.

    je suis passé sur VOID perso, car je n’ai pas besoin de systemd (je n’utilise pas de DE ni trop de services et mon ordi boot déjà en 4 sec…) et je ne souhaite pas qu’on me l’impose. c’est une liberté que j’estime légitime, même si du coup, je deviens un gros cons de conservateur, réfractaire à la nouveauté, et que je me fait insulter. tant pis pour la communauté, mais au fond… on a ce qu’on mérite !
    la communauté du libre n’en est pas une. c’est juste plein de gens qui utilisent des logiciels libres, mais il n’existe aucune communauté du libre à proprement parler… ça fait longtemps que le fric, les jeux et l’égo ont pris le pas sur la belle idée du libre.. alors pourquoi s’étonner d’une scission… c’est dans l’ordre des choses.

    quant à la longévité d’un tel fork ? aucune idée… et en fait je m’en tape complètement car il existe d’autres distros qui n’utilisent pas systemd, donc le choix existe déjà.. c’est couillon car si les gars qui veulent forker Debian allaient filer un coup de main à VOID ou Gentoo, on aurait un rééquilibrage des forces de dev entre les distros… et ce serait beau 😀

    1. la variété est une richesse, et l’attitude hautaine des adeptes de systemd, qui refusent, rejettent et même ridiculisent les défenseurs des autres inits, ne peut provoquer qu’un séparation.
      oui c’est dommage, dommage qu’un dialogue n’ai pu naître.

      Quelle attitude hautaine ? J’utilise systemd sans le moindre problème. Et si on considère l’attitude hautaine, il faudrait peut-être aussi mettre à la corbeille certaines désinformations des anti-systemd, comme l’inexistence des logs au format texte.

      Les attitudes belliqueuses sont dans les deux camps, jusqu’à preuve du contraire. Et un dialogue ? Il suffit de voir le site boycottsystemd pour se dire que le dialogue n’est pas désiré non plus.

      je suis passé sur VOID perso, car je n’ai pas besoin de systemd (je n’utilise pas de DE ni trop de services et mon ordi boot déjà en 4 sec…) et je ne souhaite pas qu’on me l’impose. c’est une liberté que j’estime légitime, même si du coup, je deviens un gros cons de conservateur, réfractaire à la nouveauté, et que je me fait insulter. tant pis pour la communauté, mais au fond… on a ce qu’on mérite !

      Justement, systemd est une option technique pour remplacer des technologies vieillissantes. Et puis, il n’y a pas que systemd pour succéder à sysVinit : runit, openrc pour ne citer que les deux principaux.

      Le problème est la mauvaise foi de certains adeptes des deux camps. J’utilise systemd et j’ai les logs au format texte. Une option à modifier dans le fichier /etc/systemd/journald.conf et tous mes logs sont en texte.

      La preuve ?

      [fred@fredo-arch ISO à tester]$ cd /var/log
      [fred@fredo-arch log]$ ls
      Xorg.0.log daemon.log gdm lpr.log.1 syslog.log.1
      auth.log daemon.log.1 httpd messages.log user.log
      auth.log.1 errors.log journal messages.log.1 user.log.1
      btmp errors.log.1 kernel.log old wtmp
      crond.log everything.log kernel.log.1 pacman.log wtmp.1
      crond.log.1 everything.log.1 lastlog speech-dispatcher
      cups faillog lpr.log syslog.log

      La valeur à modifier ? Passer de #ForwardToSyslog=no vers ForwardToSyslog=yes ; le tout en ayant un outil comme syslog-ng déjà activé. Temps de mise en route ? 2 minutes ? 🙂

      la communauté du libre n’en est pas une. c’est juste plein de gens qui utilisent des logiciels libres, mais il n’existe aucune communauté du libre à proprement parler… ça fait longtemps que le fric, les jeux et l’égo ont pris le pas sur la belle idée du libre.. alors pourquoi s’étonner d’une scission… c’est dans l’ordre des choses.

      Il y a toujours les communautés liées aux diverses distributions dans ce cas. Avec ses extrémistes et ses pragmatiques.

      J’aime systemd, ce n’est pas pour autant que je vais dire que les opposants à cette technologie sont des arriérés. Mais quand on lit des papiers qui parlent de systemd comme d’une technologie apportant l’apocalypse… Ouille !

      Source ? http://www.infoworld.com/article/2608798/data-center/systemd–harbinger-of-the-linux-apocalypse.html

      quant à la longévité d’un tel fork ? aucune idée… et en fait je m’en tape complètement car il existe d’autres distros qui n’utilisent pas systemd, donc le choix existe déjà.. c’est couillon car si les gars qui veulent forker Debian allaient filer un coup de main à VOID ou Gentoo, on aurait un rééquilibrage des forces de dev entre les distros… et ce serait beau 😀

      S’il dépasse les 6 mois d’âge, il sera très chanceux. Un autre gaspillage de ressources basée sur le rejet d’une technologie. C’est cela aussi, le monde du libre… dans toute son entêtement idéologique 🙁

      Que des personnes n’aiment pas systemd, pas de problème. Mais qu’on arrête la propagation de la désinformation. L’exemple des logs binaires étant le plus connu. Je respecte ton avis, car tu es posé. Mais les extrémistes, ils peuvent aller se faire… Et sans vaseline, c’est encore mieux !

      1. je ne t’accuse pas d’attitude hautaine fred, je dis que l’attitude hautaine de certains utilisateurs ne peut qu’engendrer une séparation. je ne dis pas que systemd est pourri, je dis que je n’en ai pas besoin et que je n’en veux pas c’est tout 🙂
        je ne donne aucun argument technique, car je n’ai pas le niveau. je demande simplement à ce qu’on ne m’impose pas un choix, je demande une alternative. et même si les alternatives existent chez Debian, c’est plutôt délicat à mettre en œuvre.
        mon seul argument est ma liberté. je ne pensais pas devoir me justifier sur ce point. c’est ce qui me choque le plus, et oui, les extrémistes des deux bords foutent le bordel, j’en conviens.
        j’ai lu et relu l’article d’Augier sur le blog libre, avec tous les arguments et contre-arguments, et cela ne me convainc pas …. je n’ai pas à être convaincu d’ailleurs, je demande simplement la possibilité du choix.
        pour finir sur du concret : je développe HandyLinux (basée sur Debian) qui restera basée sur Debian, et qui utilisera donc systemd dans sa prochaine version, mais je n’en veux pas pour mon ordi perso. hypocrisie ? non, pragmatisme : je n’ai pas le niveau technique pour forker Debian, je ne suis là que pour tracer une route entre le non-libre et le libre (avec handylinux) et en cela, je respecte la politique générale Debian. mais je ne souhaite pas suivre cette route pour mon installation perso… et j’accepte donc de galérer un peu en bidouillant VOID plutôt qu’en forkant Debian 🙂

        1. je ne t’accuse pas d’attitude hautaine fred, je dis que l’attitude hautaine de certains utilisateurs ne peut qu’engendrer une séparation. je ne dis pas que systemd est pourri, je dis que je n’en ai pas besoin et que je n’en veux pas c’est tout 🙂

          C’est ce que j’appelle une attitude posée et agréable à lire.

          je ne donne aucun argument technique, car je n’ai pas le niveau. je demande simplement à ce qu’on ne m’impose pas un choix, je demande une alternative. et même si les alternatives existent chez Debian, c’est plutôt délicat à mettre en œuvre.

          Je suis d’accord. Mais il y aura des choix à faire en temps et en heure. Il est vrai que le côté « NetBSDien » de Debian peut rendre la cohabitation des deux inits difficile à gérer sur le long terme.

          mon seul argument est ma liberté. je ne pensais pas devoir me justifier sur ce point. c’est ce qui me choque le plus, et oui, les extrémistes des deux bords foutent le bordel, j’en conviens.

          Je ne t’ai nullement mis en accusation. Je comprends ton choix. Les extrémistes des deux bords sont très puissants en effet.

          j’ai lu et relu l’article d’Augier sur le blog libre, avec tous les arguments et contre-arguments, et cela ne me convainc pas …. je n’ai pas à être convaincu d’ailleurs, je demande simplement la possibilité du choix.

          Il existe encore, n’en déplaise aux plus extrémistes des anti-systemd. Mais cela met à mal une partie de leur argumentation.

          pour finir sur du concret : je développe HandyLinux (basée sur Debian) qui restera basée sur Debian, et qui utilisera donc systemd dans sa prochaine version, mais je n’en veux pas pour mon ordi perso. hypocrisie ? non, pragmatisme : je n’ai pas le niveau technique pour forker Debian, je ne suis là que pour tracer une route entre le non-libre et le libre (avec handylinux) et en cela, je respecte la politique générale Debian.

          Voila, farpaitement. C’est de plus une assez ancienne version de systemd (la 208 de mémoire). Donc on est loin du monstre qui ressemblerait à l’hydre de Lerne.

          mais je ne souhaite pas suivre cette route pour mon installation perso… et j’accepte donc de galérer un peu en bidouillant VOID plutôt qu’en forkant Debian 🙂

          Void est une très bonne petite distribution. Son installateur est un peu austère, mais j’avoue que si je devais un jour abandonner Archlinux, ce serait pour Void en premier choix.

          Ce fork ? Je pense que j’ai bien dit ce que j’en pensais, en restant très modéré. Il n’a pas la légitimité d’un projet comme Debian. Je me demande combien de développeurs et de mainteneurs de la Debian iront vers Devuan. Pas grand monde, je pense. Seul l’avenir nous le dira.

    2. « c’est couillon car si les gars qui veulent forker Debian allaient filer un coup de main à VOID ou Gentoo, on aurait un rééquilibrage des forces de dev entre les distros… et ce serait beau 😀 »
      D’après ce que j’ai compris du profil des « forkers », ce sont des « Veteran Unix Admins alias VUA ». Selon moi, ce serait plus « logique », que ces personnes rejoignent le projet FreeBSD ! Non ? Nous verrons bien de toute façon.

    3. Bonjour Frédéric,

      J’espère que tu ne m’en voudras pas mais j’ai une question à poser à Arpinux qui par ailleurs est une « figure » importante par rapport à sa contribution de l’excellente HandyLinux.

      La question est simple et à destination de Arpinux, il n’y a pas d’attaque cachée derrière, pourquoi tu es contre ?

      Là je m’adresse à vous deux, c’est dingue de voir autant d’énergie et de lutte sur ce sujet. Il n’y a que dans l’informatique qu’on voit cela non ? Je veux dire la plupart du temps tant que ça marche, le reste on s’en fout.

      Merci, Tcho !

      1. bonsoir,
        je suis contre le monopole (oui je dis « monopole » car c’est super chiant de faire sans) de systemd sur Debian pour plusieurs raisons :
        – vrai qu’on peut transformer les logs binaires en log texte, mais il faut pour cela ajouter une étape qui demande des connaissances supplémentaires, alors que l’accès direct aux logs textes de sysvinit permettait à un débutant complet comme moi de découvrir et comprendre. Cet aspect est pour moi un frein à l’apprentissage. Je n’ai aucune formation informatique, j’ai découvert l’info en lisant les mans et les logs, sans aucune connaissances préalable.
        avec systemd, je dois apprendre avant de comprendre. ça vous paraît certainement ridicule, mais cette étape supplémentaire est pour moi dangereuse car elle aurait empêché mon ‘ancien moi’ de capter le fonctionnement de l’init. je pense qu’on ne doit pas sacrifier l’accessibilité pour l’efficacité. surtout pour une efficacité qui ne sert qu’à réduire le temps de boot (ce dont je me fous complètement) . je suis un fan des fichiers textes car je sais lire… c’est con hein ?! 😀
        – systemd sur Debian n’est pas un choix Debian, c’est le choix de la peur : la peur de ne plus avoir de développeurs pour Debian. je m’explique : systemd n’a pas été initié par les utilisateurs Debian, ni par la communauté Debian, mais par RedHat. et comme Debian a la trouille de se couper de la masse de ses devs, ils suivent le choix RedHat, comme la plupart d’ailleurs, et je trouve ça dangereux. je crois que les innovations doivent être initiées par les utilisateurs et au service de l’utilisateur.
        – systemd est un gestionnaire d’init mais il s’invite partout. je m’explique : quand j’ai voulu passer sur Jessie, je me suis retrouvé avec des paquets à installer dont je n’ai pas besoin, et j’aime savoir ce qu’il y a dans mon système. sans systemd, mon authentification de fonctionne plus correctement, le montage des disques externe non plus (entre autre), bref, la galère à configurer alors que je veux juste une mise à jour. systemd promet une meilleure gestion de l’init … « meilleure » .. oui, mais pour qui ? et si je n’en ai pas besoin car j’ai un serveur, ou un système sans DE et minimal ?? c’est ce qui me gène : cette obligation de passer par systemd, quelle que soit ma façon de travailler. je n’aime pas qu’on m’impose des trucs… mon côté anarchiste certainement 🙂
        je comprends parfaitement l’intérêt de systemd pour un utilisateur de Gnome ou KDE, avec un environnement complet livré clé-en-mlain. mais quid du gars qui construit son système peinard… obligé de choper systemd aussi ? je ne trouve pas ça normal.
        – enfin pour finir, je ne comprends pas que Debian décide que systemd soit l’init par défaut alors qu’une grande partie de la communauté est contre : le vote pour systemd a été très serré, ils auraient du attendre de trouver un compromis acceptable au lieu d’imposer systemd de cette façon… ce n’est pas ce que j’appelle de l’écoute… on peut critiquer les manières des anti-systemd, mais ce n’est que la réaction à un choix imposé.

        pour ta deuxième question, pas grand chose à dire à part qu’il y a des extrémistes partout malheureusement.

        1. « – vrai qu’on peut transformer les logs binaires en log texte, mais il faut pour cela ajouter une étape qui demande des connaissances supplémentaires, alors que l’accès direct aux logs textes de sysvinit permettait à un débutant complet comme moi de découvrir et comprendre. Cet aspect est pour moi un frein à l’apprentissage. Je n’ai aucune formation informatique, j’ai découvert l’info en lisant les mans et les logs, sans aucune connaissances préalable. »

          Une simple manipulation qui demande 1 minute et étapes.

          1. su -c ‘nano /etc/systemd/journald.conf’
          2. décommenter la ligne #ForwardToSyslog=Yes
          3. su -c ‘systemctl enable anacron’
          4. Redémarre et tes logs textes sont présents dans /var/log

          Testé sur une jessie installé ce matin par curiosité.

          et les logs :

          – systemd sur Debian n’est pas un choix Debian, c’est le choix de la peur : la peur de ne plus avoir de développeurs pour Debian. je m’explique : systemd n’a pas été initié par les utilisateurs Debian, ni par la communauté Debian, mais par RedHat. et comme Debian a la trouille de se couper de la masse de ses devs, ils suivent le choix RedHat, comme la plupart d’ailleurs, et je trouve ça dangereux. je crois que les innovations doivent être initiées par les utilisateurs et au service de l’utilisateur.

          C’est un peu capillo-tracté comme argument, non ? Surtout, c’est que le bureau par défaut de Debian, c’est Gnome depuis pas mal de versions. Et à chaque nouveau cycle, le choix de xfce par défaut revient en bon serpent de mer.

          je comprends parfaitement l’intérêt de systemd pour un utilisateur de Gnome ou KDE, avec un environnement complet livré clé-en-mlain. mais quid du gars qui construit son système peinard… obligé de choper systemd aussi ? je ne trouve pas ça normal.

          Dans ce cas, Archlinux aurait du aussi dire non à systemd, car distribution « mécano » dont tu parles ici.

          – enfin pour finir, je ne comprends pas que Debian décide que systemd soit l’init par défaut alors qu’une grande partie de la communauté est contre : le vote pour systemd a été très serré, ils auraient du attendre de trouver un compromis acceptable au lieu d’imposer systemd de cette façon… ce n’est pas ce que j’appelle de l’écoute…

          C’est surtout les pro-upstart qui ont eu du mal à avaler la pilule.

          Quant au choix imposé, je pense que c’est le choix du bureau Gnome par défaut qui a joué ici.

          pour ta deuxième question, pas grand chose à dire à part qu’il y a des extrémistes partout malheureusement.

          Et les mensonges propagés par les deux clans sur l’autre.

          1. vrai que comme Gnome est le bureau par défaut et qu’il utilise systemd, alors systemd devient de fait l’init par défaut, et c’est logique. mais ou est l’alternative pour ceux qui n’utilisent pas gnome ? ou alors Debian devient un bloc monolithique qui ne propose que des DE, et on arrête de faire croire qu’on peut construire son système grâce à Debian.
            encore une fois, on me demande pourquoi je n’en veux pas… je le dis … mais j’aurais pas du, ça repart comme sur Diaspora*.. obligé de justifier de sa liberté de choix… me gonfle un peu… navré. j’aurais du me taire et faire mon truc tranquille dans mon coin puisque être contre systemd devient un crime contre le libre et Debian.
            rien contre toi fred, je ne fais que récolter ce que je sème en m’exprimant… je vais éviter à l’avenir 🙂

          2. mais ou est l’alternative pour ceux qui n’utilisent pas gnome ? ou alors Debian devient un bloc monolithique qui ne propose que des DE, et on arrête de faire croire qu’on peut construire son système grâce à Debian.

            Très bonne question. Je t’avoue que je n’ai pas la réponse.

            encore une fois, on me demande pourquoi je n’en veux pas… je le dis … mais j’aurais pas du, ça repart comme sur Diaspora*.. obligé de justifier de sa liberté de choix… me gonfle un peu… navré.

            Je ne voulais pas que tu te sentes agressé. J’ai juste apporté quelques informations complémentaires. Et merde, j’aurais pas dû !

            navré. j’aurais du me taire et faire mon truc tranquille dans mon coin puisque être contre systemd devient un crime contre le libre et Debian.

            J’ai dit cela ? N’oublie pas que j’ai été traité de tous les noms par certains car j’osais critiquer la tendance d’ubuntu à s’apple-iser à une époque. Donc je connais !

            rien contre toi fred, je ne fais que récolter ce que je sème en m’exprimant… je vais éviter à l’avenir 🙂

            Le problème est que cette guerre systemd contre autres systèmes d’init est en train de faire imploser la communauté du libre en général.

            J’utilise systemd, et je n’en suis pas trop mécontent. Mais je comprends très bien que certaines personnes n’accepte pas, et préfère OpenRC, upstart ou encore runit. Tant qu’on ne tombe pas dans l’imposition de ses préférences, aucun problème.

            Le sujet de l’article est que devuan est partie sur une base casse-gueule au possible : le rejet d’une technologie comme fondement principal.

            Après, que la devuan s’en sorte ou pas, je m’en contrefiche. C’est juste que ce genre de fork basée sur une haine technologique ne risque pas de faire une bonne publicité au logiciel libre.

        2. Hello,

          Je te remercie de ta réponse Arpinux. Je vois que cela t’a forcé à te justifier lourdement, désolé de t’avoir fait perdre du temps. En tout cas, ton point de vue est intéressant.

          Merci, Tcho !

          1. sois pas désolé, personne ne m’a forcé à répondre, c’est moi qui me sens obligé de me justifier… tu vois comme il est pervers ce débat systemd … on dirait un débat vegan 😀

  3. « la communauté du libre n’en est pas une. c’est juste plein de gens qui utilisent des logiciels libres, mais il n’existe aucune communauté du libre à proprement parler »

    Bah alors arpi, et tu fais quoi de la communauté de HandyLinux ?!! 😉
    (Tu comprendras que ce n’est pas vraiment une question, mais une phrase rhétorique.)
    Je pense qu’il y à des communautés du libre, qui bougent et essayent de faire bouger les choses sur plein de points, et à côté de ça il y à une petite partie qui fork à gogo e qui se chamaille souvent pour des détails plus ou moins utiles (et plus ou moins utiles étant donné que je n’ai pas le niveau technique pour en juger pas mal, et que pas mal ne m’intéresse absolument pas non plus).

        1. je réponds aux deux com (ya plus le « répondre » sur l’autre .. on parle trop 😀 )

          je sais que tu ne m’agresses pas fred, et j’ai lu les commentaires désagréables sur ton blog. tu as parfaitement raison dans ton analyse de la gueguerre systemd qui oppose les gens : c’est totalement stupide, c’est pour ça que j’espérais une alternative viable, afin de respecter les différents choix de la communauté. mais ce n’est pas le cas. il apparaît donc que Debian n’est pas la belle communauté dont je croyais faire partie : ce n’est qu’une distribution que je respecte, mais un peu moins qu’avant 🙂

          et même si j’ai complètement tord, c’est pas grave, tant que je n’impose rien aux autres 😉

          1. Tu as résumé le problème : c’est une guerre qui tourne au grand « je vais te casser la gueule sale hérétique ». Du moins, selon les incendiaires des deux camps.

            Il n’y a aucune distribution parfaite, et c’est tant mieux.

  4. Sait-on si le vote sur la non dépendance des paquets à un système init donné a été réalisé ? Ainsi ceux qui voudraient absolument changer d’init pourrait sans avoir de problème et alors le fork serait encore plus inutile

      1. Décider de ne pas ne pas décider… J’aurais préféré une GR qui aille dans un sens ou dans un autre mais pas ce résultat. Merci d’avoir cherché l’information que je n’avais pas vu passée. Je pensais naïvement que le résultat du vote n’était pas encore connu.

  5. les arguments d’Arpinux m’ont convaincu …
    et avec quelques recherches , on s’aperçoit vite que le choix de systemd est un faux choix , l’adopter c’est aussi imposer le choix de ses dépendances , tel que Gnome .. le vrai problème , c’est que c’est un choix d’architecture du système et non un gestionnaire d’init .
    Si on veut init indépendant des choix systémiques , il faut alors , non seulement le refuser, mais lutter contre systemd qui se veut hégémonique !

    Arpinux tu est bien passé de Ubuntu à Debian pour handylinux … tu peux faire le chemin vers slackware ou LFS , je pense que tu saura trouver l’aide nécessaire….

    1. l’adopter c’est aussi imposer le choix de ses dépendances , tel que Gnome ..

      Dans ce cas, j’ai au moins trois contre exemples parfaits : archlinux, manjaro et la nichesque Frugalware qui ne propose aucun environnement par défaut.

      Si on veut init indépendant des choix systémiques , il faut alors , non seulement le refuser, mais lutter contre systemd qui se veut hégémonique !

      C’est quoi cette odeur de bois cramé que je sens ?

      Arpinux tu est bien passé de Ubuntu à Debian pour handylinux … tu peux faire le chemin vers slackware ou LFS , je pense que tu saura trouver l’aide nécessaire….

      C’est à lui de voir. Mais il est vrai que Systemd est l’armageddon du logiciel libre… Surtout quand on lit tes propos.

    2. bonnjour Alex.
      HandyLinux n’a jamais été dev sur ubuntu, on est sur Debian depuis le début 🙂
      et même si je pense que systemd n’est pas fait pour moi, je trouve qu’il est justifié dans le cadre d’une distro « tout-en-un » comme handylinux. de plus, Debian offre selon moi, la meilleure base de progression pour un débutant. voilà pourquoi, HandyLinux reste sur Debian, même avec systemd.
      je ne suis pas anti-systemd, je n’en veux pas pour moi, c’est différent 😉

  6. Fred, si tu es content d’utlliser Systemd , tant mieux pour toi !

    Mais il me semble que dans ta prose (à ton corps défendant ?) tu insinues que systemd est le bon choix … et là ça va pas.

    Quand je prétend qu’il est hégémonique , c’est en lisant les arguments de ceux qui le développent en le présentant comme le système d’init qui « doit » remplacer l’init system V …

    Mais dans le fond on s’en fout ! bientôt les systèmes libres n’existeront plus et Google aura absorbé le contrôle et changera la licence GPL de Linux en licence fake-frre quand Linus Torvald partira à la retraite !

    1. Mais il me semble que dans ta prose (à ton corps défendant ?) tu insinues que systemd est le bon choix … et là ça va pas.

      Où ai-je écrit cela ? C’est une interprétation de mes propos qui les déforment au passage.

      Quand je prétend qu’il est hégémonique , c’est en lisant les arguments de ceux qui le développent en le présentant comme le système d’init qui « doit » remplacer l’init system V …

      Par exemple ? SysVinit commence à connaitre ses limites. Sinon, il n’y aurait jamais eu des projets comme OpenRC ou encore runit.

      Mais dans le fond on s’en fout ! bientôt les systèmes libres n’existeront plus et Google aura absorbé le contrôle et changera la licence GPL de Linux en licence fake-frre quand Linus Torvald partira à la retraite !

      Pourquoi le titre « Paranoïa » de Starmania me vient à l’esprit ? Si cela arrivait, ce serait à cause de théoriciens enfermés dans leur tour d’ivoire, incapable de voir la réalité en face.

  7. Bonjour à tous.
    Je suis ce blog depuis un bon moment maintenant, ainsi que le blog-libre. Mais je ne suis jamais intervenu.
    J’utilise Debian depuis fin 2004. Comme beaucoup, je suis déçu des choix de Debian qui imposent systemd.
    Pour moi c’est une erreur, mais surtout, ils ont très mal géré ça.
    Actuellement, en plus de ma Debian Sid avec systemd-shim, cgmanager et sysvinit-core, j’utilise une Debian
    Jessie un peu particulière: exe GNU/Linux. C’est une distro Anglaise avec trinity en desktop. La continuité de
    KDE 3.5.10, un peu comme Mate pour Gnome 2.
    Il n’y a aucun paquet systemd d’installé, c’est du « full sysvinit », pulseaudio est aussi absent.
    Pour faire fonctionner tout ça, ils n’ont « forké » que quatre paquets:
    dbus, dbus x11, libdbus, libpulse, tous estampillés no-systemd en plus de leur N° de version.
    Et ça fonctionne très bien. Tout est opérationnel.
    C’est une distro 686-pae, pas de 64 bits disponible pour le moment.

    1. Trinity ? Je me demande combien de temps ils vont pouvoir maintenir en vie le projet. Autant Mate c’était jouable, surtout que la transition vers GTK3 est en cours.

      Porter Trinity sur QT4 ou 5, ça va être assez dur, non ?

      Pour faire fonctionner tout ça, ils n’ont « forké » que quatre paquets:
      dbus, dbus x11, libdbus, libpulse, tous estampillés no-systemd en plus de leur N° de version.
      Et ça fonctionne très bien. Tout est opérationnel.

      Donc un clou de plus dans le cercueil de la Devuan. Merci pour l’information.

      1. avouez que si Debian proposait ces 4 paquets dans leurs dépôts, laissant ainsi l’alternative, le « soucis systemd » n’existerait pas… en dehors de tout argument technique, la gestion de cette prise de décision est vraiment minable de la part de Debian … surtout pour 4 paquets… :/

        merci pour ces détails techniques 🙂

        1. C’est un sujet qui restera chaud bouillant durant encore un an. Le temps de s’apercevoir que Debian avec systemd, c’est pas la mort du petit cheval. Le temps au projet devuan de se ridiculiser encore plus qu’il n’est actuellement ridicule.

          Ne serait-ce que le fait que Wheezy ne sera pas débranché techniquement avant le printemps… 2016 !

  8. Bonsoir.

    je ne suis pas convaincu non plus quand à la pérennité du projet.

    personnellement je bosse dans l’administration linux/unix et principalement de la debian depuis un peu plus de 8 ans.

    ok init est la depuis très longtemps.
    mais j’ai découvert systemd quand je m’amuse avec Arch.
    et je ne vois pas le problème de changer en fait.

    je suis peu être con mais j’ai même trouvé systemd pas mal pratique sur certain point.
    et quand j’ai vue l’information que la debian 8 aller passer au systemd, je me suis empressé de tester une testing/sid.

    donc oui c’est du changement.
    mais le monde linux n’est que changement.(pour moi)

    moi j’adhère complètement. même à l’idée de migrer mes 150 serveurs Debian dans l’avenir.
    vue que j’ai suivi systématiquement de la version 3 4 5 6 7 et bientôt 8.

    donc dans le fond je me demande surtout, ce qui dérange au niveau de systemd mise à part le fait que c’est sytemd 🙂

    si quelqu’un à un argument concret à me donner je suis intéressé car personnellement, à vu de nez .
    Je ne comprend pas…

    je ne dis pas ça pour faire du trolle ou de la résistance, mais c’est un vrai questionnement pour un administrateur linux qui devra en installer beaucoup dans l’avenir.

Les commentaires sont fermés.