OpenBSD 5.6 : mettons du fugu sur notre bureau.

Comme tous les six mois depuis des années sur le blog, je fais un article pour détourner OpenBSD pour en faire une station bureautique. Ma première tentative remonte à 7 ans, avec OpenBSD 4.2 à l’époque !

Parmi les nouveautés de la version 5.6, outre le fait que le fork d’OpenSSL proposé par OpenBSD est proposé par défaut avec l’OS, on a droit à Gnome 3.12.2 (pour les personnes assez chanceuses arrivant à le faire fonctionner), le duo KDE SC 4.13.3 / 3.5.10, Xfce 4.10, Mozilla Firefox 31.x, LibreOffice 4.1.6, Chromium 36 et des dizaines de modifications techniques qui n’intéresseront que les plus fondus des utilisateurs technophiles 😉

Après avoir récupéré l’énorme ISO (220 Mo environ) de la version 5.6 en 64 bits, j’ai lancé VirtualBox pour installer la distribution. L’installateur est toujours le même : en mode texte, mais rapide, fonctionnel (on peut avoir Xorg préinstallé dès le départ), donc, je vous laisse apprécier les quelques captures d’écran fournies par la suite.

La seule grosse différence étant que l’on peut demander à ce que l’écran de l’ordinateur portable se mette en veille quand il est rabattu.

Après la très longue installation (qui doit durer 10 minutes à tout casser), je me suis connecté en root, et j’ai rajouté le dépot pour OpenBSD 5.6 dans le fichier .profile :

PKG_PATH=ftp://ftp.fr.openbsd.org/pub/OpenBSD/5.6/packages/amd64/
export PKG_PATH

Après la traditionnelle déconnexion et reconnexion, j’ai rajouté nano, zip, unzip, p7zip et xz pour avoir quelques outils pour éditer plus facilement les fichiers de configuration. J’ai rajouté wget pour pouvoir récupérer le code source et appliquer les correctifs de la version 5.6.

pkg_add -v zip unzip p7zip xz nano wget

J’ai ensuite appliqué la liste des patchs listés dans l’errata pour la version 5.6, car il faut faire les choses correctement 🙂

J’ai commencé par récupérer les paquets tar.gz :

cd /usr
wget -c ftp://ftp.fr.openbsd.org/pub/OpenBSD/5.6/src.tar.gz
wget -c ftp://ftp.fr.openbsd.org/pub/OpenBSD/5.6/sys.tar.gz
wget -c ftp://ftp.fr.openbsd.org/pub/OpenBSD/5.6/ports.tar.gz
wget -c ftp://ftp.fr.openbsd.org/pub/OpenBSD/5.6/xenocara.tar.gz

Et j’ai décompacté l’ensemble :

cd /usr/src
tar xvfz ../src.tar.gz
tar xvfz ../sys.tar.gz
cd /usr
tar xvfz ports.tar.gz
tar xvfz xenocara.tar.gz

J’ai ensuite effacer les fichiers tar.gz pour gagner un peu de place. Une fois les patchs appliqués et OpenBSD à jour redémarré, j’ai rajouté, en suivant les conseils de la page consacré au port de Gnome 3.10 l’outil toad (qui s’occupe des médias amovibles et de leur gestion automatisée), et apporté les modifications ci-dessous :

echo 'multicast_host=YES' >>/etc/rc.conf.local
echo 'pkg_scripts="${pkg_scripts} dbus_daemon avahi_daemon toadd cupsd"' >>/etc/rc.conf.local

Pour avahi_daemon et cupsd, ils seront installé avec cups.

J’ai complété l’équipement logiciel : greffons gstreamer, cups, LibreOffice, Mozilla Firefox et xdg-user-dirs pour les dossiers utilisateurs :

pkg_add -v gstreamer1-plugins-good gstreamer1-plugins-bad gstreamer1-plugins-ugly cups libreoffice-i18n-fr firefox-i18n-fr xdg-user-dirs

J’ai rajouté le support du français dans le fichier .profile de mon compte utilisateur et dans celui du root :

LANG=fr_FR.UTF-8
MM_CHARSET=UTF-8
LC_ALL=fr_FR.UTF-8
LC_COLLATE=POSIX
export LANG MM_CHARSET LC_ALL LC_COLLATE

Par sécurité, j’ai cloné l’image d’OpenBSD généré, pour installer dans une image Gnome 3.12.2 et dans l’autre Xfce. Pour l’installation de Gnome ?

pkg_add -v gnome

Celle de Xfce et quelques outils complémentaires ?

pkg_add -v xfce xfce-extras quodlibet thunderbird-i18n-fr vlc midori

Pour la connexion en mode graphique, j’ai utilisé slim.


Comme pour la version précédente en mai 2014
, je n’arrive pas à lancer Gnome Shell, et toad ne me permet pas (à moins que j’ai mal cherché) de gérer les périphériques amovibles. Le long chemin pour faire d’OpenBSD un potentiel environnement de travail bureautique. L’exercice reste toujours aussi intéressant sur le plan de la stimulation intellectuelle, cependant.

Il faut juste espérer que la prochaine version apportera enfin le support de navigateurs internet supportant les technologies html5.

14 pensées sur “OpenBSD 5.6 : mettons du fugu sur notre bureau.”

  1. Le plugin pour la météo ne fonctionne plus, car le « fournisseur » à changer d’API (1.2). La plupart des distributions Linux, ainsi que FreeBSD ont effectué les modifications adéquates (les patches sont disponibles dans le dépôt git du projet).

    Pour GNOME shell, as-tu installé le firmware pour la carte graphique ? Regardes dans fw_update(1).

  2. Bonjour,
    Comme tu le sais, je suis un lecteur ponctuel et il m’arrive donc de venir lire les articles ici.
    L’article est pas mal, mais je ne comprends pas trop certaines phrases « ironiques ». On dirait une certaine forme de mépris. Je ne comprends ce que veut dire cette phrase « L’exercice reste toujours aussi intéressant sur le plan de la stimulation intellectuelle, cependant. »?
    Tu ne peux pas nier que les devs d’OpenBSD sont fidèles à leurs idéaux et qu’ils savent pondre un code propre. Dans le milieu pro, les outils venant d’Open sont très souvent utilisés: ssh{,d}, les solutions à base de pf ou encore libressl.
    Il ne faut pas être borné. Tu crois encore en la fiabilité d’OpenSSL (surtout avec toutes les CVEs)? Moi, non. Je suis très content de voir une alternative solide et robuste et n’oublions pas que celà a aussi bénéficié à Linux, avec l’ajout de getrandom.
    « Il faut juste espérer que la prochaine version apportera enfin le support de navigateurs internet supportant les technologies html5. » Tu sais que tu peux installer Firefox ou Chromium via les ports, je ne saisi pas trop le sens.
    Autre chose, dans ton cas il semble que GNOME Shell ne se lance pas. Informe le dev / mainteneur (Antoine Jacoutot) en charge de GNOME et fait un rapport de bug. Je sais que tu peux le faire, puisque tu le fais avec Void Linux. Et pour finir, je ne sais pas si tu seras d’accord avec moi, mais je doute que ce soit l’objectif principal d’OpenBSD de devenir une solution « bureautique ». On peut parfaitement l’utiliser au quotidien sur un poste de travail, mais on n’est pas tous sous GNOME ou KDE. Il est possible de tourner sous des WMs, tout en ayant une machine simple et fonctionelle.
    Bref, je suis content de voir Open fidèle à son crédo. Simple, efficace et documentée. Ça juste « works ».

    1. Bonjour,

      Comme tu le sais, je suis un lecteur ponctuel et il m’arrive donc de venir lire les articles ici.
      L’article est pas mal, mais je ne comprends pas trop certaines phrases « ironiques ». On dirait une certaine forme de mépris. Je ne comprends ce que veut dire cette phrase « L’exercice reste toujours aussi intéressant sur le plan de la stimulation intellectuelle, cependant. »?

      Nul mépris derrière mes propos. Juste l’envie de détourner OpenBSD de sa fonction de base, comme précisé dans le chapeau de l’article.

      Tu ne peux pas nier que les devs d’OpenBSD sont fidèles à leurs idéaux et qu’ils savent pondre un code propre. Dans le milieu pro, les outils venant d’Open sont très souvent utilisés: ssh{,d}, les solutions à base de pf ou encore libressl.

      Ce serait inutile de nier le respect des idéaux des personnes qui codent OpenBSD. Et encore moins l’utilisation de leurs outils.

      Il ne faut pas être borné. Tu crois encore en la fiabilité d’OpenSSL (surtout avec toutes les CVEs)? Moi, non. Je suis très content de voir une alternative solide et robuste et n’oublions pas que celà a aussi bénéficié à Linux, avec l’ajout de getrandom.

      Tu me diras où dans l’article j’ai cassé du sucre sur le dos du projet LibreSSL. Car j’ai simplement dit : « le fork d’OpenSSL proposé par OpenBSD est proposé par défaut avec l’OS », ce qui est techniquement vrai.

      « Il faut juste espérer que la prochaine version apportera enfin le support de navigateurs internet supportant les technologies html5. » Tu sais que tu peux installer Firefox ou Chromium via les ports, je ne saisi pas trop le sens.

      Par principe, j’évite Chromium. Et je sais que compiler Mozilla Firefox, cela demande une bonne heure sur ma machine réelle. J’ai mal tourné ma phrase, j’aurais dû dire : « le support de versions des navigateurs proposant le support HTML5 ». Mea culpa.

      Autre chose, dans ton cas il semble que GNOME Shell ne se lance pas. Informe le dev / mainteneur (Antoine Jacoutot) en charge de GNOME et fait un rapport de bug. Je sais que tu peux le faire, puisque tu le fais avec Void Linux.

      Je pense que c’est plus lié à un « mauvais support » du circuit de VirtualBox plus qu’autre chose.

      On peut parfaitement l’utiliser au quotidien sur un poste de travail, mais on n’est pas tous sous GNOME ou KDE. Il est possible de tourner sous des WMs, tout en ayant une machine simple et fonctionelle.

      Comme Openbox par exemple ? Ou i3 ? Sinon, tu pourrais me donner un lien pour arriver à faire fonctionner toad ? Car je me suis cassé les dents dessus.

      Sinon, j’adore OpenBSD pour un point : sa facilité d’installation qui fout une raclée monstrueuse à FreeBSD. Ou encore, sa facilité à passer d’une langue à une autre.

      1. Salut.

        Vous vous souvenez de mon vieux evo N620c. Je viens d’y installer OpenBSD 5.6 (version : i386) après y avoir installé récemment GhosBSD puis HandyLinux et enfin Linux Mint. Contrairement à GhostBSD, l’installation s’est effectuée physiquement via le lecteur DVD-ROM du portable. Tout a été reconnu (vieux matériel oblige vous me direz!). Comme le mentionne Frédéric, l’installation est rapide mais il faut tout de même travailler derrière comme FreeBSD. Fred, pour le coup je n’ai compris ton commentaire sur l’installation de FreeBSD : l’installation est certes moins spartiate mais il est tout aussi efficace et rapide (environ 15 min pour un OS FreeBSD nu). Pour franciser FreeBSD, il faut modifier certains fichiers de conf comme OpenBSD ce qui n’est pas insurmontable.

        Sinon, le dongle USB wifi (le fameux dongle !) a été reconnu et fonctionne après avoir lancé la commande en root :

        # fw_update

        qui a rapatrié les firmwares non-libres de la carte vidéo (radeon) et du dongle (realtek).

        Je vais maintenant installer XFCE pour essayer OpenBSD comme poste de travail. (Gnome 3 n’est clairement pas envisageable sur ce vieux portable !)

        Pour ma part, j’apprécie OpenBSD (en tant que parefeu, passerelle) car il est sécurisé d’emblée (il faut tout de même travailler « pf.conf » au corps), il est spartiate et rapide sur du vieux matériel (archi : 386).

        @+

        1. Fred, pour le coup je n’ai compris ton commentaire sur l’installation de FreeBSD : l’installation est certes moins spartiate mais il est tout aussi efficace et rapide (environ 15 min pour un OS FreeBSD nu). Pour franciser FreeBSD, il faut modifier certains fichiers de conf comme OpenBSD ce qui n’est pas insurmontable.

          Sauf que tu n’as pas Xorg, que tu es obligé de rapatrier pkg à la main, et que pour le français, c’est assez chiant par moment 🙁

          Le bon point de FreeBSD, c’est que le support des médias amovible est plus simple à configurer. En schématisant à la louche les BSD libres :

      2. Arf, on s’est mal compris. Je ne dis pas que tu as cassé du sucre sur LibreSSL, mais mon propos (au sujet des utilisations pro) voulait dire qu’après tout, leur travail fait bénéficier la communauté entière d’outils robustes et utilisables en situation réelle. Je m’aperçois que j’ai fait une erreur de compréhension, sur l’avant dernière phrase.

        Pour Chromium, oui je suis parfaitement d’accord avec toi. J’ai tendance à l’éviter (comme je le fait avec Chrome).

        Au sujet des WMs, oui Openbox ou i3 par exemple. Ou encore cwm, dans base. Pour mes clés USB, j’ai tendance à passer par mon fstab :). Je n’ai encore regardé toad.

        J’espère que tu n’as pas pris mon commentaire comme un com’ de rageux, parce que ce n’était pas l’objectif. Je pense que tu me connais un petit peu grâce à IRC et je te respecte. Je me souviens que tu avais fait qq allusions sur OpenBSD à l’époque et j’ai trouvé ça dommage.

        1. Arf, on s’est mal compris. Je ne dis pas que tu as cassé du sucre sur LibreSSL, mais mon propos (au sujet des utilisations pro) voulait dire qu’après tout, leur travail fait bénéficier la communauté entière d’outils robustes et utilisables en situation réelle. Je m’aperçois que j’ai fait une erreur de compréhension, sur l’avant dernière phrase.

          Cool. Tout s’éclaircit maintenant !

          J’espère que tu n’as pas pris mon commentaire comme un com’ de rageux, parce que ce n’était pas l’objectif. Je pense que tu me connais un petit peu grâce à IRC et je te respecte. Je me souviens que tu avais fait qq allusions sur OpenBSD à l’époque et j’ai trouvé ça dommage.

          Nullement. Mais je voulais faire une réponse détaillé. J’aime beaucoup le projet OpenBSD, surtout pour son côté « on fait ce qu’on veut, et si ça vous plait pas, c’est la même chose ».

          Une nouvelle fois, ces articles semestriels sont plus une volonté de rendre hommage à OpenBSD, même s’il y a des hauts et des bas. Mais je dois dire que depuis 7 ans, les progrès ont été fulgurants en terme de facilité d’utilisation.

  3. En fait, pour ma part, je te parle de franciser OBSD et FBSD tous nus comme un ver (en mode console, sans couche graphique). 🙂
    Sinon je te l’accorde FreeBSD est encore jeune avec son gestionnaire de paquets pkg-ng, mais il y a du potentiel. Pour ce qui est de NetBSD c’est l’un des (rares) systèmes que j’ai eu l’occasion d’installer mais je n’ai jamais vraiment compris le mode de fonctionnement (notamment d’une version à l’autre, pkgsrc…). Il faudrait que je m’y remette un jour.
    Tiens je viens de regarder le lien : ftp://ftp.fr.openbsd.org/pub/OpenBSD/5.6/packages/i386/ et il se trouve que MATE n’a pas (pour l’instant !) été porté pour OBSD.
    Sinon, les serveurs d’Open ont toujours été longs pour télécharger les binaires. Les différents de XFCE sont encore en train de se télécharger (de la connexion wifi liée au dongle certes !).

    1. En fait, pour ma part, je te parle de franciser OBSD et FBSD tous nus comme un ver (en mode console, sans couche graphique). 🙂

      J’avais bien compris. La localisation d’OpenBSD est quand même plus rapide. Enfin, il faut dire que j’ai plus pratiqué OpenBSD que FreeBSD. Mon côté atypique surement.

      Si l’annonce de publication ne parlait pas de Mate, fallait pas penser le trouver. Sinon, j’avoue que je préfère OpenBSD pour ses outils de gestion de paquets. Après, chacun voit midi à sa porte.

      1. Houlà Frédéric ! Attention à ta tension ! 😉
        Bon plus sérieusement. Je viens de terminer l’installation d’OpenBSD 5.6 sur le vieux portable. (Je vous écris depuis l’environnement XFCE.) En fait c’est l’OS le plus rapide et le plus fluide que j’ai pu installer sur ce PC ces derniers temps (comme poste de travail). La gestion de l’énergie est nativement bonne. Par exemple, je n’entends pas le ventilateur. (Sur Linux Mint, le ventilateur se mettait vite en fonction puis tournait constamment faisant un vacarme d’enfer !) Vous l’aurez compris, pour ma part, je ne suis pas déçu d’avoir installé cet OS sur cette vieille machine. Le son fonctionne. (« Paradise Lost » est en musique de fond en ce moment.) Bref voici mon petit retour d’espérience quant à l’installation d’OpenBSD comme poste de travail sur une vieille machine… Je m’en vais y installer texlive pour voir. 🙂
        @+ et encore merci Frédéric.
        NB : Pour l’instant, je monte les périphérique USB « à la main » !

Les commentaires sont fermés.