HandyLinux 1.7 : un vent de liberté ?

La HandyLinux 1.7 est sortie le 19 octobre 2014. Cette nouvelle version mineure de la distribution GNU/Linux pour grands débutants est placée sous le signe de la liberté des utilisateurs.

En effet, dixit les notes de publiations, on apprend que mise à part le passage vers la Debian GNU/Linux Wheezy dans sa version 7.7, il y a la disparition du bouton Facebook au profit d’un lien vers l’offre de services de Framasoft, que Chromium a été viré au profit de Debian Iceweasel (avec une palanquée d’extensions, dont l’indispensable bloqueur de publicité pour une navigation fluide et dépolluée), ainsi que les futures orientations vers la HandyLinux 2.0 (basée sur la Debian GNU/Linux Jessie).

J’ai donc utilisé en bon tipiak (pour reprendre les termes de l’industrie de l’inculture) mon client bittorrent pour récupérer l’ISO de la version i686 de la HandyLinux.

Ensuite, j’ai utilisé mon ami VirtualBox pour mettre à l’épreuve la HandyLinux. J’ai choisi au démarrage l’option pour installer directement la HandyLinux en français.

L’installateur est celui de la Debian GNU/Linux, en légèrement plus automatisé.

En effet, il n’y a pas de choix de schéma de partitionnement, et pas de mot de passe pour le compte root. Sinon, les autres étapes sont identiques, donc simples et rapide à mettre en oeuvre. Tout est simplifié au maximum. En effet, vu que la distribution est destinée à des grands débutants, inutile de sortir la grosse artillerie dès le départ 😀

Les étapes interactives sont réduites au strict minimum : choix de la langue, nom de l’ordinateur, ajout d’un compte utilisateur avec son mot de passe, partitionnement du disque. Grub s’autoinstalle. L’installation est donc pliée en l’espace de 5 minutes.

Au premier démarrage, après avoir fermé l’écran d’accueil, il nous est proposé de vérifier la disponibilité de mises à jour. Aucune n’est disponible, surtout que la HandyLinux est très très jeune dans sa version 1.7.

J’ai ensuite fait chauffer Kazam pour montrer la HandyLinux en action.

Outre le bug (lié à la machine virtuelle ?) de la non-activation de la carte son dans le gestionnaire de volume audio, cette nouvelle version de la HandyLinux tient ses promesses, surtout avec la volonté de rester dans le domaine du logiciel libre, même s’il y a un écueil de taille : la présence de Skype.

Le Menu Handy est toujours aussi bien conçu, et c’est ce qui fait la force de la distribution : proposer un outil centralisé simple, qui ne se la pète pas, mais qui fait son travail, et c’est tout ce qu’on lui demande. Il est possible de le personnaliser, mais j’ai préféré dans la vidéo rester avec la version officielle du menu 😉

Il suffit de cliquer du bouton droit sur le lanceur à modifier, cliquer sur la liste des applications et de faire son choix.

Comme je l’avais déjà dit dans un précédent article (où je parlais de sa version 1.4.2), la HandyLinux remplit la tâche qui lui est destinée, à savoir proposer aux grands débutants une informatique simplifiée, et permettre de recycler des ordinateurs anciens :

[…]Pour conclure, cette distribution est une vraie réussite, et elle est surement une des solutions possibles pour les personnes n’ayant pas envie d’investir 300 à 400 € dans une nouvelle machine.[…]

Je pourrais réécrire cette phrase ici sans aucun problème.

12 réflexions sur « HandyLinux 1.7 : un vent de liberté ? »

  1. coucou et merci beaucoup pour cette présentation de notre dernière version 🙂
    j’espère que les utilisateurs de fb ne nous en voudront pas trop et surtout, qu’ils auront la curiosité d’aller découvrir les services libres proposés par framasoft 😉

    quant à Skype, il vit ses dernières heures sur handylinux car dès le module WebRTC actif sur notre version d’Iceweasel, nous pourront proposer un service alternatif multi-plateforme et simplifié 🙂

    merci encore
    ++
    arp

  2. … après visionnage complet…
    alors pour LibreOffice, nous utilisons les dépôts backports afin d’obtenir la dernière version
    pour le son, les contrôles de volumes ne sont pas activés par défaut (mais le son est actif sans réglages particuliers sur la plupart des ordis) afin de ne pas « bloquer » un réglage sur une carte (ce qui rendrait incompatible avec d’autres cartes)

    pour flash il est dans la distro, mais le téléchargement a planté lors de la construction de l’image, donc je vais publier un correctif très vite 🙂
    handylinux-1.7.1 sort cette nuit 😉
    ++ et merci
    arp

  3. Salut Frederic. Hier j’ai voulu installer la HandyLInux. Pour ce faire, je me suis mis en conditions reelles : l’installer via le wifi (un dongle wifi de surcroit !). Et cela a echoue avec deux dongles wifi differents. Remarque bien je m’en doutais un peu. Aussi, j’ai installe la linux mint 17 sur la machine. Alors pourquoi utiliser le wifi pour l’installation ? Tout simplement parce que j’ai eu l’occasion de faire migrer recemment cinq collegues et qu’a chaque fois le wifi figurait dans leurs besoins informatiques. Je sais bien que l’on peut installer le wifi apres une installation via du filaire (comme une Debian stable) mais est-ce bien raisonnable de demander d’effectuer cette demarche pour de grands debutants ?! Que l’on ne se meprenne pas, j’apprecie ce projet (base sur Debian stable en plus) mais pour l’instant je prefere installer une linuxmint pour des gens qui veulent passer a un systeme linux sans se prendre la tete.

    1. @Kuniyoshi : à titre d’information j’ai installé une Debian Stable il y a un peu plus d’une semaine et ne voulant pas déplacer le matériel (c’est une vieille tour) j’ai utiliser le wifi, la seule condition pour que cela fonctionne c’était d’avoir le micrologiciel sur un support (clé USB avec le paquet firmware-realtek chez moi)
      A pluche.

      1. @Anatolem : Merci pour l’info mais je suis au courant. 😉
        Pour ma part (dans le cas d’une Debian stable « pure »), je fais une installation classique (via ethernet) puis une fois l’operation terminée, je redémarre la machine puis j’installe à la main le bon firmware (voir dmesg) situé dans les dépôts « non free » ou « contrib » (dans mon cas : « firmware-iwlwifi » sur mes machines personnelles + paramétrage à la main ou avec network-manager selon). Par contre, peut-on demander à un novice de faire de même ? C’est d’ailleurs la même remarque avec ta méthode avec la clef USB… pour Debian stable car pour ce qui est de la Handy Linux, je n’ai pas eu la main de toute façon –> écran freezé pour les deux dongles wifi ! C’est la raison pour laquelle j’ai encore une fois installé une Linux Mint 17 qui a reconnu immédiatement les deux dongles wifi. (La connexion avec l’une d’entre elles était cependant instable) Sinon, j’ai aussi une autre raison pour le choix de cette distribution pour un novice : il s’agit d’une version LTS. Mes collègues (et moi par conséquent…) sont tranquilles durant quelques années. 🙂

        1. j’ai du mal à comprendre le coup de la LTS, Debian est une LTS par défaut en version Stable et les MAJ restent LTS (équivalentes) l’argument de la stabilité avec les dérivées Ubuntu… j’en suis revenu depuis longtemps. les PPA et la stabilité… Ubuntu et dérivées sont très à jour des dernières innovations ça impossible à contredire, mais pour la stabilité, je crois que c’est surfait en comparaison d’une Debian Stable donc d’une HandyLinux. effectivement nous n’intégrons pas encore les pilotes wifi à l’installation, la raison : nous n’y avons même pas pensé c’est tout. 😉

          1. Pour Debian stable qui est tres stable sur du long terme, je ne peux qu’etre d’accord avec toi dyp puisque cela fait pres de dix bonnes annees que j’utilise cette distribution et que j’en suis tres satisfait (car je peux travailler avec elle en toute confiance). Seulement ces derniers temps, certains de mes collegues m’ont demande de leur installer un systeme GNU/Linux pour remplacer leur vieux XP. J’ai alors eu le choix entre Ubuntu LTS, Linux Mint LTS et bien evidemment Debian GNU/Linux stable. Un point commun pour tous ces collegues : le wifi (carte integree ou dongle). Comme je suis assez Debian de coeur, j’ai voulu essayer votre distribution (qui a de l’avenir a plus d’un titre !) pour mes collegues. A priori, je n’ai ete plus loin avec la Handy Linux car le wifi posait probleme des le depart (mais effectivement j’aurais pu poursuivre l’installation comme sur une wheezy puis installer le wifi a posteriori). J’ai donc laisse tomber (a tort tres certainement !). Il faut bien voir que ces memes collegues sont amenes a utiliser des postes sous Debian wheezy (avec MATE) au college mais de la a l’installer sur leur vieux PC, c’est un cap que je n’ai ose franchir. D’ou mon interet pour Handy Linux ! Sinon, je trouve Linux Mint 17 (version MATE) est une bonne distribution pour un debutant.

    2. salut kuniyoshi,
      l’installation du wifi fonctionne une fois HandyLinux installé (USB ou DVD ou CD) 90% des dongles sont installables et ceux qui ne fonctionnent pas d’origine (on en a eu un pour l’instant) on a solutinné le problème. je connais peu de grands débutants qui tentent des installations wifi, c’est plutôt du geek mode (tu dois être calé en informatique du coup) . on nous demande surtout des installations en USB. Je trouve que tu fais l’erreur de beaucoup de geeks (penser pour les débutants avec des réflexes de geeks) je critique pas ta démarche, mais nous avons chez nous de nombreuses personnes âgées et débutantes et le wifi ils ne connaissent même pas par contre la clef USB ça oui.

      1. En fait, je n’aime pas trop le terme « geek » qui veut tout dire et rien dire de nos jours. (Un acheteur d’un iphone 6 peut etre vu comme un geek !) En realite, d’un point de vue informatique, j’aime bidouiller, comprendre ce que je fais voire creer aussi. Voila ! Si ce genre de personnage est appele geek, alors j’en suis tres certainement un ! 🙂

  4. J’ai testé rapidement cette dernière version et cela me semble plutôt pas mal, je ne suis pas fan de la présentation mais c’est certainement parce que je suis trop habitué à ma version de Xfce de Jessie.
    Une distribution qui semble pouvoir être adopté par les débutants.
    A pluche.

  5. Je suis tombé sur cette distribution en cherchant un menu convivial pour les utilisateurs occasionnels de mon PC Openbox/ArchLinux. Le Handy Menu en effet a l’air pas mal du tout, cependant je n’ai trouvé le code source nulle part, juste un dépôt GIT de la distribution. Je serais surpris que celui-ci ne soit pas accessible quelque part ?

Les commentaires sont fermés.