Vendredi culturel : la folk anglaise dans sa variété avec Dear Pariah et le duo Josienne Clarke et Ben Walker.

Pour finir cette première semaine d’octobre 2014, deux albums de folk anglaise dans deux variantes. L’une traditionnelle avec Josienne Clarke & Ben Walker, l’autre plus « moderne » avec Dear Pariah.

Je vais aborder les deux par ordre alphabétique, donc honneur à Dear Pariah, projet solo de Charlotte Hinchcliff. Ici, les mélodies folk sont teintés de rythme parfois psychédélique, accompagné de nombreuses cordes (violoncelle, harpe, viole de gambe)

Son deuxième EP, financé via Pledge Music (et dont j’ai été un des donateurs), nous propose 4 pistes pour une durée d’environ 18 minutes. La voix de Charlotte Hinchcliff nous emporte dès la première piste. Dès Brother, on a un album qui vous prend aux tripes. Le titre éponyme démarre presque en fanfare, continuant de prendre l’auditeur au plus profond de lui même.

« Only time will fix us now » a des sonorités plus inspirée rock que les titres précédents, la voix de Charlotte Hinchcliff marque toujours de son empreinte la piste. L’ultime piste est plus calme, mais aussi plus mélancolique.

En ce début octobre 2014, c’était aussi au tour du duo de folk traditionnel constitué par Josienne Clarke et Ben Walker de nous proposer son nouvel album, le 5ième, « Nothing Can Bring Back The Hour ». Ici, nous avons droit à de la folk tout ce qu’il y a plus classique. La pochette donne le ton, on est ici dans la tradition de la folk. Il n’y a que trois reprises de titres folk traditionels sur les 13 pistes de l’album, les pistes « I Wonder What Is Keeping My True Love Tonight », « The Queen Of Hearts » et « Let No Man Steal Your Thyme ».

L’album s’écoute sans aucune difficulté, et si vous êtes amateur de folk dans sa version la plus classique, vous serez ravis ici. Les seules concessions au duo chant et guitare sèche sont l’emploi de violon, violoncelle, viole de gambe et parfois quelques percussions. Mais le tout est si bien accordé, que l’album passe sans qu’on s’en aperçoive vraiment.

Mes pistes préférées de l’album ? Silverline, It Would Not Be A Rose, I Never Learned French, Earth and Ash and Dust. Et encore, cela a été dur de choisir, car tout est très très bon !

Une réflexion sur « Vendredi culturel : la folk anglaise dans sa variété avec Dear Pariah et le duo Josienne Clarke et Ben Walker. »

Les commentaires sont fermés.