Microsoft Windows 10 Technical Preview : quand Microsoft redécouvre une partie de l’ergonomie des distributions GNU/Linux de 1998-1999…

La version alpha (pardon, la Technical Preview) de Microsoft Windows 10 est disponible depuis peu. Un article de NextInpact qui parle de la disponibilité de cette préversion de Microsoft Windows 10 avec un lien vers la page de téléchargement.

La dite page fait du browser sniffing et envoie paître tout visiteur qui serait sous Linux ou MacOS-X. Peu importe, j’ai utilisé un outil pour contourner cette méthode digne de la première guerre des navigateurs (1996-2002), et j’ai récupéré l’ISO anglaise en 64 bits.

Dans un autre article NextInpact nous parle des grandes nouveautés ergonomiques de MS-Windows 10, bien que ce soit encore un travail en cours dont sujet à caution. J’ai retenu surtout :

  1. Le retour du menu Démarrer 🙂
  2. Les bureaux virtuels…
  3. La possibilité de coller du texte dans un terminal
  4. La possibilité d’afficher toutes les fenêtres utilisées en un seul écran

Mis à part le retour du menu démarrer dans une version « améliorée », les deux grandes nouveautés qui suivent n’en sont pas vraiment. En effet, aussi loin que je me souvienne, ce sont des classiques des interfaces pour Unix et distribution GNU/Linux depuis… une vingtaine d’années ?

L’affichage en mode « toutes les fenêtres utilisées » est un peu plus récent, c’est ce que propose MacOS-X avec la fonction exposé depuis MacOS-X Panther (alias 10.3 en 2003) et Gnome Shell depuis sa version 3.0 en 2011. KDE SC doit aussi proposer une fonctionnalité de ce style, mais n’étant pas un grand fan de KDE… 😀

J’ai donc installé la version alpha de Microsoft Windows 10 dans une machine VirtualBox. L’installateur est celui de Microsoft Windows 8.x, donc rien de bien nouveau. Et il force à l’utilisation d’un compte Microsoft, même si l’utilisateur lui dit d’aller se faire voir chez /dev/null ou presque. Une option bien planquée au bas de la page de création de nouveau compte permet de continuer cette inscription forcée.

Pour montrer ce qu’était l’interface d’une distribution GNU/Linux de 1998-1999, j’ai pris la Mandrake Linux 6 sortie en juin 1999. Cependant, pour des raisons techniques, j’ai dû utiliser Qemu pour cette partie de l’article. J’avais droit à un kernel panic dans VirtualBox. Cependant, la souris étant très mal émulée, je n’ai pas pu montrer les bureaux virtuels en action 🙁

J’ai donc fait une vidéo montrant plusieurs choses : bien entendu Microsoft Windows 10 (alias NT 6.4, Microsoft Windows 8.1 étant NT 6.3, et Microsoft Windows 8.0 étant NT 6.2), mais aussi le vilain browser sniffing du site de Microsoft et la Mandrake Linux 6.0 en action.

Autant dire que les révolutions ergonomiques comme les bureaux multiples sont plus un alignement sur la concurrence qu’une réelle innovation dans l’absolu. Si on sort le coté « flat » de l’interface, on se retrouve avec une interface qui ressemble à s’y méprendre à celle de Microsoft Windows 7.

Même si le Menu Démarrer de Microsoft Windows 10 me fait penser au menu Whisker de Xfce avec une barre latérale dynamique, cette interface et l’ergonomie générale est une volonté de tourner la page houleuse de l’interface hybride de Microsoft Windows 8 et 8.1 qui n’ont pas fait que des heureux.

On peut conclure avec un article au vitriol (mais tellement vrai) proposé par The Verge qui résume bien l’équation : MS-Windows 10 = MS-Windows 7 avec un noyau plus récent et un affichage plus « flat ».

Il faudra voir comment évoluera MS-Windows 10 alias NT 6.4, mais cela sent l’envie chez Microsoft de faire oublier la douloureuse époque de MS-Windows 8 et 8.1 qui ne sont pas des plus aimées par les utilisateurs.

28 réflexions sur « Microsoft Windows 10 Technical Preview : quand Microsoft redécouvre une partie de l’ergonomie des distributions GNU/Linux de 1998-1999… »

  1. Même pas envie de polluer ma machine avec ce produit copieusement infiltré par la NSA…

    (vive la théorie du complot !)

    Blague à part, c’est véritablement du foutage de gueule. Mais à coup de marketing bien placé (« Windows XP vous a manqué ? Retrouvez toutes vos sales bonnes habitudes avec Windows 10 ».)

    Je garde mon petit Mint bien rôdé. Rapide, à jour, sécurisé. Du bonheur (ou presque, mais faut se donner la peine de comprendre ce qui cloche parfois).

    Bonne soirée Fred.

  2. Salut,

    Déjà rien que ça, être traqué à la page du download de MS Windows 10 qui fait du browser sniffing, ça ne donne (vraiment) pas envie d’aller plus loin.
    Puis nom de dieu, quelle horreur ce thème et GUI avec ses couleurs toujours aussi « flashy » qui foutrait la chia*** à un lézard tropical (pour reprendre une de vos nombreuses expressions).
    Ayé, j’ai (re)chopé une crise d’urticaire avec cette interface.

    Et pour les bureaux virtuel, ça a tout l’air sauf pratique (c’est peut être du à l’Alpha) à voir ce que cela donnera avec la Bêta.
    Mais en tout cas pour moi, je craint que ce soit définitivement fini Windows (je ne l’utilise plus depuis longtemps maintenant) et je peut vous dire que ce n’est certainement pas avec cette version que j’y retournerai.
    À ça non alors, pouah!

    1. Il faut dire aussi que la page en question propose un exécutable par défaut pour que les personnes installent l’alpha de MS-Windows 10, au lieu de proposer à la fois l’ISO et l’exécutable.

  3. Le fun, c’est que Microsoft, dans ses dernières versions, fait des tentatives interessantes et se plante une fois sur deux.
    Vous vous souvenez de Vista ? On disait aussi à l’époque que à peine sorti, Microsoft voulait tourner cette page.

    1. Pas uniquement dans ses dernières versions. Il a fallu attendre 5 ans et MS-Windows 3.0 pour avoir une version à peu près utilisable.

      Ensuite, il a fallu attendre MS-Windows 95 OSR2 (sorti en 1996) pour une version pas trop plantogène de MS-Windows avec l’interface classique qui a été la règle jusqu’à MS-Windows 7 inclus.

      Comment oublier MS-Windows 98 dont la version de présentation s’est planté en beauté sur CNN, ou encore le monstrueux MS-Windows Millenium qui avait le mérite de démarrer et planter en même temps ?

      http://www.youtube.com/watch?v=eKy9fV_zX_o

      1. Mouais, ce plantage est rigolo mais c’est juste un driver foireux USB… un truc qui est souvent arrivé 😉
        Je préfère me moquer de Me, 98SE était relativement stable…

    2. J’ai dû utiliser Vista au travail (c’était juste avant le SP1) et je n’ai pas compris le rejet des gens car il fonctionnait très bien. Il est vrai que les principaux reproches qu’on lui faisait étaient dus au hardware (j’en avais du suffisant) et au fait qu’il faille entrer un mot de passe admin pour installer quelque chose (un truc normal sous Linux et Mac).

          1. Exact, dans la barre des tâches. C’est là qu’on voit que les gens ne savent pas utiliser un ordinateur… et devraient lire le manuel d’emploi avant.

            J’ai eu une discussion à ce sujet avec quelqu’un où j’ai pris un parallèle avec le mode d’emploi d’une voiture qu’il fallait lire pour maitriser parfaitement sa voiture et savoir quand l’entretenir. J’ai eu tort car on m’a répondu qu’il était inutile de lire le manuel d’une voiture et qu’il ne fallait pas savoir comment fonctionne un moteur pour conduire une voiture. Par conséquent, l’informatique devrait être « facile »… No comment!

  4. J’aime bien ton troll sur les fausses nouveauté de Microsoft, et la petit blague sur les browser sniffing

    Pour info, on peut avoir un prompt depuis un répertoire. Pour se faire, dans un explorer, il faut faire un shift + bouton droit de la souris à côté de la liste des fichiers, dans le popup de menu il y a « ouvrir une fenêtre de commande ici ». J’utilise cela pour l’envoi d’une nouvelle ROM sur mon tel Android

    1. Quel troll ? Montrer que les nouveautés de MS-Windows 10 n’en sont pas réellement ?

      Quant au « command prompt here », il existe via les powertoys depuis MS-Windows 95. Et devoir faire un maj + clic droit pour avoir la ligne de commande, que c’est pratique 😉

  5. Coucou !

    OK, les bureaux virtuels ne sont pas une nouveauté en soi mais ça reste quand même la première fois que Windows NT les intègrera nativement (je ferai l’insulte à personne de rappeler que c’était possible avant en passant par des outils tiers, donc certains créés par MS eux-mêmes : j’imagine que les lecteurs de ce blogs sont déjà au courant). N’empêche que je ne suis pas sûr de la pertinence de cette course à « qui a été le premier à intégrer telle fonctionnalité dans son OS », car de nos jours, ça fait déjà un moment que tout le monde se copie l’un, l’autre. Et puis, je fais partie des gens qui se moquent de savoir qui a dit « prem’s », j’avoue, parce que… quel intérêt ? Du moment que ça existe, c’est déjà bien, non ?

    Pour la partie sur l’Invite de commandes :
    1) La seule nouveauté réside dans le fait de pouvoir utiliser les raccourcis clavier classiques de Windows : avant, et ce depuis Windows NT 3.1, il fallait obligatoirement passer par le clic droit dans la fenêtre pour pouvoir sélectionner (on copiait avec Entrée) et coller du texte. Bien sûr, si on ouvrait des logiciels DOS tel l’Éditeur MS-DOS (toujours présent dans Windows 8 mais non mis à jour depuis sa version 2, sortie en… 1995 !), on pouvait utiliser les classiques Ctrl-X/C/V pour couper-copier-coller du texte.
    Bref, il était clairement temps de mettre le programme CMD.exe à jour (à ma connaissance, il est resté inchangé depuis Windows NT 3.x, si ce n’est la mise à jour des lignes comportant le nom de l’OS et l’année de sa sortie) !
    2) Oui : on peut ouvrir une fenêtre d’Invite de commandes directement depuis un dossier, mais si la chose était possible depuis Windows 95 avec un petit bidouillage dans le Registre pour activer la fonction, c’est depuis Windows Vista/7 (je suis plus très sûr) que la fonction est accessible depuis un clic droit (ou Maj + clic droit) depuis l’Explorateur. Windows 8.x a encore plus simplifié la chose en proposant la fonctionnalité directement dans le menu Fichier de ce même Explorateur.

    En résumé : pas vraiment de grandes nouveautés fonctionnelles mais plutôt des rafraîchissements cosmétiques, quoique c’est normal puisque c’est une TECHNICAL PREVIEW (et il y a sur HFR un type qui est assez proche de MS pour savoir que l’interface graphique est appelée à évoluer encore pas mal d’ici la version finale).
    Personnellement, je fais partie des gens qui ont réussi à apprivoiser l’écran d’accueil (une place infinie pour y caser tous les raccourcis d’applications que je veux au lieu d’un mini-carré tout minuscule, c’est quand même mieux !) et ne pas du tout regretter le menu Démarrer de Windows 7. Son retour dans Windows 10 est donc pour moi une régression et j’espère pouvoir retrouver l’écran d’accueil à la Windows 8.x via une option (pour l’instant, il y en a une mais qui sait si elle ne va pas sauter à l’avenir ?). Les applications désormais fenêtrables restent quand même une nouveauté sympathique, bien que je me demande s’il restera possible de d’ancrer les applis facilement en mode 2/3-1/3 comme à présent, avec par exemple Twitter Modern UI d’un côté et le reste du Bureau de l’autre, affiché en entier dans sa propre zone. C’était quand même une très bonne chose et ce serait dommage qu’on en revienne uniquement à l’Aero Snap de Windows 7, bien moins réglable (j’ai vu la mosaïque avec 4 fenêtres : bonjour, Windows 1 sorti en 1985 !!!).

    Au plaisir de retrouver tes prochains articles et vidéos ! o/

    1. Et puis, je fais partie des gens qui se moquent de savoir qui a dit « prem’s », j’avoue, parce que… quel intérêt ? Du moment que ça existe, c’est déjà bien, non ?

      Tant qu’on ne crie pas à l’innovation technologique, je n’y vois aucun problème.

      2) Oui : on peut ouvrir une fenêtre d’Invite de commandes directement depuis un dossier, mais si la chose était possible depuis Windows 95 avec un petit bidouillage dans le Registre pour activer la fonction, c’est depuis Windows Vista/7 (je suis plus très sûr) que la fonction est accessible depuis un clic droit (ou Maj + clic droit) depuis l’Explorateur. Windows 8.x a encore plus simplifié la chose en proposant la fonctionnalité directement dans le menu Fichier de ce même Explorateur.

      Le « open command prompt here » avait donc été officialisé à l’époque de Windows 8.0 ? Quelle avancée 😀

      (et il y a sur HFR un type qui est assez proche de MS pour savoir que l’interface graphique est appelée à évoluer encore pas mal d’ici la version finale).

      On verra bien, cela fait 8 ans que je n’utilise plus MS-Windows et je m’en porte tout aussi bien, surtout sur le plan des malwares à enlever.

      Personnellement, je fais partie des gens qui ont réussi à apprivoiser l’écran d’accueil (une place infinie pour y caser tous les raccourcis d’applications que je veux au lieu d’un mini-carré tout minuscule, c’est quand même mieux !) et ne pas du tout regretter le menu Démarrer de Windows 7.

      On l’a trouvé ! On l’a trouvé ! Quoi ? L’utilisateur content de MS-Windows 8, voyons 😀

      Le problème de Windows 8 est d’avoir été trop loin d’un coup, et vu l’échec flagrant des tablettes surface, le rétropédalage était prévisible.

      1. Le « open command prompt here » avait donc été officialisé à l’époque de Windows 8.0 ? Quelle avancée 😀 »
        Faut reconnaître que les utilisateurs casuals n’en avaient pas franchement l’utilité. Même s’il est aussi pilotable en ligne de commande, Windows a quand même bien moins besoin d’y recourir (c’est pas un jugement négatif vis-à-vis des utilisateurs d’autres OS où la CLI reste indispensable).

        On l’a trouvé ! On l’a trouvé ! Quoi ? L’utilisateur content de MS-Windows 8, voyons 😀
        Rassure-toi : je suis pas le seul ! 😉 Et puis, une fois sur le Bureau, Windows 8.x s’utilise comme un Windows Vista/7, alors…

        Ce que j’ai regretté, c’est la disparition de la transparence des fenêtres et les coins carrés : j’aimais bien les coins arrondis d’XP/Vista/7… 🙁

        Le problème de Windows 8 est d’avoir été trop loin d’un coup, et vu l’échec flagrant des tablettes surface, le rétropédalage était prévisible.
        Et mal expliqué sur le fait que l’écran d’accueil n’est rien d’autre que le menu Démarrer, mais en plein écran, et qu’on pouvait épingler les raccourcis des logiciels et virer les tuiles dont on ne voulait pas (encore que la météo, Actualités et Courrier sont franchement pas mal, mais on sort du sujet). Enfin, tant que tout le monde trouve son compte et que MS laisse le choix, cette fois-ci, ça me convient.

  6. Il y a tellement longtemps que je n’avais pas utilisé Windows que j’ai fait moi aussi mon petit test, disons le de suite c’est pas demain que je reviendrais utilisateur de la fenêtre.
    A pluche.

  7. Pour le coup de la page de téléchargement qui filtre / éjecte les utilisateurs de GNU/Linux et Mac OS, l’ami Korben donne les liens directs vers les images ISO de Windows 10 Pro sans filtrage sur http://korben.info/telecharger-windows-10.html

    Je me permet donc d’insérer les liens vers les versions en anglais (allez chez Korben pour l’anglais du Royaume-Uni, le chinois et le portugais) :
    * Windows 10 32 bits : http://go.microsoft.com/fwlink/?LinkId=510226
    * Windows 10 64 bits : http://go.microsoft.com/fwlink/?LinkId=510225
    Le téléchargement donne directement vers l’image ISO correspondante 😉

  8. Bonjour,
    Il y a plus de 25 ans que je fais de l’informatique (je ne compte pas mes années de lycée) et plus de 20 ans que je fais de la micro-informatique.
    Je suis né un peu avant MULTICS, puis le premier UNICS (juste quelques mois) qui allait devenir UNIX.
    M$ a pendant longtemps été considéré par beaucoup comme le seul acteur à tel point que lorsqu’on dit « PC » beaucoup de gens entendent « Windows » ce qui n’a pourtant vraiment rien de deux synonymes.

    Il y a bien longtemps, j’ai vu tourner une version de windows 1.1 sur un vieux PC XT ou AT je ne sais plus. C’était marrant…
    Pas du tout pratique, mais marrant…

    Par rapports aux produits comme feu VMS, destinés à des machines VAX ou ALPHA ou à des UNIX, ils étaient un peu à la bourre en fait.
    Le pire a été leur incapacité à gérer correctement la mémoire d’un PC qu’ils ont trainé pendant des années…
    Et les faiblesses par rapport aux virus…
    Des systèmes beaucoup plus anciens dans leur conception d’origine mais mieux conçus sont beaucoup plus résistants.

    Pour les versions qui ont été des échecs commerciaux, c’est un peu plus d’une version sur deux si on compte les premiers Windows.

    Quand à MS DOS, s’il n’y avait pas eu des accords avec IBM pour fournir le système sur les premiers PC moyennant une petite participation, je suis certain que jamais ce système n’aurait percé.

    Je dirai que Windows 3.0 (16 bits ) a dû se vendre pas mal, à une époque, j’en voyais beaucoup, la version 3.1 (toujours 16 bits) a bien cartonné et la version Windows for Workgroups (3.11) complément de la 3.1 a pas mal marché.

    La version desktop de la première version de NT qui avait aussi le numéro 3.1 (32 bits) n’a pas tellement marché je crois, mais pour la version serveur, ça a commencé à remonter.
    Puis NT 3.5, puis 3.51 qui furent surtout des produits professionnels.

    Je passe sur Windows 95 et 98, je trouve encore parfois des postes avec ces systèmes chez des clients très conservateurs.
    Millenium, alias Windows Me, alias Windows MEUH a été un échec complet.
    Je passe sur windows 2000 qui, à part en entreprise, n’a pas tellement été adopté.

    La dernière vrai réussite commerciale grand public, c’était XP.
    Vista a profondément déçu, Sept (en Français on doit prononcer Sept, c’est Microsoft qui le dit) a un peu rattraper le coup
    8 et 8.1 sont des catastrophes.
    Et de toute façon, comme je le dis à mes clients, Windows 7, c’est 6.1 donc on vous en vend 7, mais vous en avez moins.

    En plus la lenteurs de ces systèmes est phénoménale si on compare, à architecture égale, RAM égale, génération de système égale :
    Windows 7 64 bits
    et
    GNU/Linux Debian Jessie 64 bits (par exemple)
    C’est le jour et la nuit.

    J’en ai assez tartiné pour aujourd’hui.
    En tout cas, j’étais convaincu, je le suis tout autant qu’avant d’avoir vu ta vidéo.
    Windows, c’est pas fait pour les gens qui veulent faire de l’informatique, c’est trop pourri.
    Jonas V.F.

  9. Voilà trois jours que je teste Windows 10. Pas évident.

    1) J’utilise GNU/Linux (Mageia 4). Ce qui n’empêche pas la curiosité. Première difficulté : télécharger et contourner les filtres Microsoft qui n’autorisent le téléchargement que depuis un OS Microsoft. De bonne guerre ? Même pas car on peut aussi bien (re)venir vers un OS Microsoft. Bref, j’ai suivi les liens plus direct donné par Korben. Merci Korben 😉

    2) Création d’une machine virtuelle sous VirtualBox, VirtualBox étant à jour totalement (autant du point de vue Mageia que du point de vue VirtualBox) avec la version 4.3.16. Je pense avoir testé toutes les combinaisons avec une machine virtuelle 32 bit et une autre en 64 bit. Dans le doute, vu que j’avais mis 4 Go de RAm à la machine virtuelle 64 bits, je l’ai réduit à 2 Go vainement. Ces machines plantent systématiquement avant de pouvoir initier l’installation.

    3) Création d’une machine virtuelle sous VMWare Player (sur la même plateforme de base) en 64 bits et 4 Go de RAM. J’ai pu aller au bout de l’installation.

    Quelques remarques :
    1) A l’installation, impossible d’éviter la création d’un compte lié à Microsoft. Si la machine n’est pas reliée à internet (pourquoi pas), quel intérêt de créer un compte tartampion@microsoft.com ? Pourquoi ne pas laisser le choix d’une connexion utilisateur du style « toto » comme avant ?
    2) Pour les bureaux multiples, la manipulation (à la souris) n’est pas si évidente quand on a déjà de « mauvaises habitudes issues de la banquise. Il faut cliquer sur l’icône du bureau (en bas, près de la loupe), ce qui donne une vue de toutes les applications ouvertes. A partir de là, on peut ajouter un bureau virtuel et déplacer une application vers l’un des bureaux virtuels via un clic droit et l’option « move to »).

    Vu que c’est une alpha, on patientera sans problème.

    1. Je réponds rapidement.

      Point 1 : utiliser un user agent switcher comme je l’ai fait dans la vidéo.
      Point 2 : j’ai réussi à installer la préversion dans VirtualBox 4.3.16 sans trop de bugs…

      Pour les remarques :

      Point 1 : tu as un lien en bas de la création de compte qui te permet d’éviter le compte en ligne. C’est petit, mais visible 😉
      Point 2 : un tirer-glisser aurait été plus simple…

Les commentaires sont fermés.