Vieux Geek, épisode 23 : la grande époque des overdrives.

Alors que le révolutionnaire MS-Windows 95 approche rapidement de son vingtième anniversaire (cf cet épisode de la série « Vieux Geek » vieux de deux ans) je me suis souvenu d’une technologie de l’époque qui permettait de rallonger la durée de vie des ordinateurs de l’époque qui étaient équipés de microprocesseurs monstrueux qui annonçaient des fréquences de 33 à 100 Mhz (pour les plus puissants).

En 1995, j’ai eu mon premier PC, un gros boitier grisâtre, royalement équipé : Cyrix 486DX2 à 66 Mhz, 4 Mo de mémoire vive, disque dur de 400 Mo, avec un lecteur de disquette 3,5 pouces et un fringant MS-Windows 3.1. Le tout pour environ 4000 francs à l’époque, soit environ 705 € en comptant l’inflation intervenu entre temps.

Autant dire largement moins puissant que mon smartphone Wiko acheté en 2013, payé 120 €. En 1995, il fallait compter 10 à 12000 francs, soit entre 2015 et 2418 €, pour un PC suffisamment bien équipé pour faire fonctionner MS-Windows 95, du genre Pentium 100 Mhz, 4 Go de disque dur et 16 Mo de mémoire vive.

Je remercie au passage l’INSEE pour son outil bien pratique de calcul de conversion de prix.

Cependant, pour aider à maintenir en vie les ordinateurs de l’époque (que l’on pouvait garder parfois jusqu’à 5 ou 6 ans), Intel (et les autres fondeurs de l’époque) proposèrent des kits pour donner un coup de fouet aux ordinateurs, les overdrives.

Entre 1992 (et 1999 pour les ultimes modèles), Intel proposa des microprocesseurs qu’il suffisait de greffer à la place de celui préinstallé, quand cela était possible. Le premier modèle proposait un microprocesseur 486SX à 20 Mhz en 1992. Vers 1995, on trouvait des modèles comme le DX20DPR66 à 66 Mhz qui donnait en gros accès à un 486DX2 à 66 Mhz pour les possesseurs d’ordinateurs plus anciens.

Mais en 1995, le processeur overdrive le plus prisé, c’était celui qui permettait d’avoir le flambant Pentium (de première génération) en modèle à 83 Mhz, le Intel Overdrive PODP5V 83MHz

Vous n’imaginez pas à l’époque la bête de puissance que cela était 🙂

Cependant, avec la baisse du coût des ordinateurs qui intervint à la fin des années 1990, les overdrives perdirent de leur intérêt. J’ai retrouvé une page du journal du net datée de mars 1999 qui est parlante. Je vous recopie la première annonce :

Après avoir lancé le premier PC à moins de 2000 francs pour tout abonnement de deux ans à ses services, Infonie propose cette fois un PC « de marque » à 2990 francs. L’opération se déroule avec Auchan (contre Géant la première fois) et concerne un ordinateur Hewlett-Packard Pavillon 4410.

Et les équivalences monétaires pour l’article :

2000 francs en 1999 ? 385,93 €.
2990 francs en 1999 ? 578,70 €.

Si vous ne savez pas ce qu’était Infonie, c’était un FAI de la grande époque de la bulle internet, racheté par Tiscali, ce dernier racheté par Alice, faisant de nos jours partie de l’offre d’Illiad 🙂

Bref, c’était une époque révolue, loin du prêt à jeter actuel, comme avec les Surface Pro de Microsoft qui obtienne le score mirobolant de 1/10 chez les professionels de la réparation, iFixit.

10 réflexions sur « Vieux Geek, épisode 23 : la grande époque des overdrives. »

  1. Je me souviens d’avoir acheter une carte vidéo pour essayer de booster un peu le pentium de l’époque, cela permettait de jouer à quelques jeux un peu plus gourmands.
    A pluche.

  2. Oh oui ! je me souviens de cet overdrive… Le must pour remplacer un 486DX !
    Moi aussi j’avais installé une carte 3D, une creative blaster Permedia 2, mais si j’me souviens bien, c’était un peu plus tard, genre avec un cyrix 586…

  3. Souvenirs, souvenirs… mon premier PC était, en 1996, à peu près du même tonneau. J’avais échangé un 486 DX2-66 Intel contre un AMD DX4-100 qui, paraît-il, était buggé. Il fonctionnait en fait tellement bien que mon premier Pentium a attendu un certain temps, voire un temps certain. Je n’ai vu d’overdrive que dans les PC des autres.

  4. Bonjour,
    Le problème, avec l’informatique, c’est que cela évolue vraiment très vite!! Il faut dire que le consommateur devient de plus en plus exigeant. Maintenant un smartphone entrée de gamme, fait aussi office d’appareil photo, de GPS…Il peut même vous dire si votre Ex pense à vous, la date de votre prochaine rencontre, etc..
    J’ai de gros doute sur l’utilité de telles applications, bien entendu…Par contre , il y a une chose ou le consommateur n’est pas assez exigeant, c’est la durabilité des biens de consommation et le recyclage de ceux-ci. Je prends un exemple un lave linge à l’époque, il suffisait de changer les paliers, les joints, la pompe à eau et elle était repartie pour un tour. La mienne a déjà 7 ans et c’est sa deuxième vie (remontée pièce par pièce chez ENVIE par mes soins). Autre exemple: une télévision, à l’époque durait 50 ans. Maintenant, bien que la dalle soit prévue pour durer 50 ans, le reste du téléviseur ne durera pas 10 ans!! Quel gâchis !!

  5. Bizarrement je n’avais jamais entendu parler des Intel OverDrive. Pourtant je touchais déjà à l’informatique à cette époque. Dos, soundblaster, 3dfx… surtout que là ils en ont fait jusqu’en 1998. J’aime bien l’idée c’est un peu comme si Intel sortait ses Core i7 sur du socket AM2+. Mais aujourd’hui sur les plateformes PC les CPU ont beaucoup moins d’importante pour les utilisateurs finaux :/

Les commentaires sont fermés.