Vendeurs de billets sponsorisés : allez voir ailleurs si vous y êtes !

Un billet coup de gueule pour commencer le mois de septembre 2014. J’ai déjà pu parlé de l’acharnement des promotteurs de billets sponsorisés. J’ai déjà répondu plusieurs fois que leurs offres ne m’intéressaient pas.

Je pourrais citer un billet en novembre 2013, un en novembre 2012 ou encore un dernier en février 2011.

Mais l’exemple croustillant auquel j’ai eu à faire récemment méritait un billet complet. Pour vous montrer à quel point les pollueurs sont à l’oeuvre pour se faire de la publicité à vil prix. Le 29 août 2014, je reçois le courrier suivant, traduit à l’arrache avec un google translate mal luné, j’ai mis les erreurs grammaticales et orthographiques en gras :

Bonjour,

Mon nom est Michaella et j’ai trouvé votre site sur Google. Je l’aime beaucoup parce-qu’il a une bonne qualité et un contenu original.

Je veux publier un article sur votre site , qui contient 2-3 liens et 2-3 photos. L’article sera originale et pertinente pour le sujet de votre site. En ce qui concerne le SEO, celui-la l’aidera car il sera écrit par des écrivains professionnels et il serez rapidement indexé par Google. En échange de la publication de l’article je vous payerais par le compte Paypal (préféré) ou compte bancaire.

Je vous souhaite une bonne journée et j’attends votre réponse!

Je décide de l’ignorer, et mis à part un fil lancé sur google plus pour parler de ce nouveau pollueur, rien à signaler.

Deux jours sont passés puis j’ai eu un relance dans un anglais assez moyen :

Hi.

I waiting a replay from you, please.

Thank you

Même un élève de troisième au collège qui a déjà quatre années d’apprentissage d’anglais remarque la faute grossière dans la phrase. Au lieu de reply, réponse, on a replay, rejoué… Inutile de préciser que ce message sera tout autant ignoré.

Sans oublier l’absence du verbe « to be » après le pronom personnel « I ». Bref…

J’aurais bien répondu à la personne en question qu’elle aille voir ailleurs si elle y est, avec un vocabulaire plus fleuri, mais l’écoute du très bon « Damnation » des suédois d’Opeth (leur premier album avec uniquement du chant clair) m’adoucit.

Donc, le GFY (Go F**k Yourself) qu’on peut traduire par un petit « Allez vous faire… » ne partira pas. Ma seule réponse est donc cet article.

7 réflexions sur « Vendeurs de billets sponsorisés : allez voir ailleurs si vous y êtes ! »

  1. Personnellement j’aurais envoyé un devis a plusieurs milliers d’euros avec obligation de mentionner que c’est un billet sponsorisé en gras dans le titre… Histoire de se f*utre de leur gu*ule en retour.

  2. « En échange de la publication de l’article je vous payerais par le compte Paypal (préféré) ou compte bancaire. »
    Est-ce que tu as une idée de la somme que tu aurais pu placer sur ton compte en Suisse ?
    Sérieusement, cela change des transactions avec des banques africaines où tu peux te faire un Max de fric, normalement 😀
    A pluche.

      1. Tout à fait ! U classique de l’arnaque consistant à surpayer pour ensuite « demander » le remboursement du trop-perçu et au final s’appercévoir qu’aucune somme n’a jamais été virée ! Donc au final, celeui, celle, qui devait recevoir de l’argent a perdu un certain montant …. et parfois, quand c’est le cas d’une vente via ebay (par exemple), on aura perdu l’objet à vendre (car déjà parti) PLUS du pognon !

  3. Hum… Je vais encore faire mon « chonchon », mais je trouve que tu perds ton temps avec ce genre de billets, pour ce qui n’est rien d’autre que du Spam au final. Ils envoient ce genre de mails comme on irait chi…

Les commentaires sont fermés.