Les utilisateurs de Manjaro Linux, Antergos et autres dérivées d’Archlinux se méprennent-ils sur AUR ?

AUR, alias Archlinux User Repository, qu’on peut traduire par Dépots des utilisateurs d’Archlinux est un peu le grand fourre-tout et le banc d’essai de certains logiciels avant leur inclusion dans les dépots officiels. C’est un grand livre de recettes, si on peut prendre une comparaison culinaire.

Comme tout grand fourre-tout, on trouve tout et n’importe quoi. Des versions de développements de logiciels, des noyaux alternatifs, des émulateurs ou encore des pilotes pour certains matériels comme nos chères imprimantes.

Cependant, un problème apparaît, que ce soit chez les utilisateurs d’Archlinux ou des distributions dérivées : l’oubli qu’AUR est un dépot géré par les utilisateurs, et par conséquent l’excellent cotoie le pire. Je maintiens une quinzaine de paquets et c’est pas si évident que cela, je dois l’avouer.

C’est précisé en toute lettre sur le site officiel d’AUR, quand on active l’interface en français (le message est strictement identique en anglais) :

AVERTISSEMENT
Les paquets non supportés sont produits par des utilisateurs. Toute utilisation des fichiers fournis se fait à vos propres risques.

Il est en effet facile d’oublier cet avertissement. Il faudrait pourtant se souvenir d’une règle de base : AUR n’est à employer que si l’on ne trouve pas ce que l’on cherche sur les dépots officiels.

D’ailleurs, j’ai une vingtaine de paquets en provenance d’AUR sur ma machine, juste ce qu’il faut pour mon matériel, la gestion de mes fichiers musicaux ou encore la lecture de flux RSS, dixit la sortie de yaourt :


[fred@fredo-arch ~]$ yaourt -Qam
aur/artefetcher-qt4 0.4.2-1
aur/envypn-font 1.6.2-1
aur/epson-inkjet-printer-workforce-320-sx218 1.0.0-8
aur/flac2mp3-bash 1.0-4
aur/gnome-shell-extension-weather-git 20140329-1
aur/google-musicmanager 1.0.117.4968_r0-1
aur/google-talkplugin 5.4.2.0-1
aur/iscan 2.29.3-7
aur/iscan-data 1.29.0-1
aur/kazam 1.4.4-1
aur/liferea-git 1.11.r5134.g5f1fbcd-1
aur/localepurge 0.7.3.2-1
aur/ovmf-bin 15214-1
aur/package-query 1.4-1
aur/pyrenamer 0.6.0-9
aur/ttf-ms-fonts 2.0-10
aur/virtualbox-ext-oracle 4.3.14-1
aur/xsane2tess 1.0-7
aur/yaourt 1.5-1

J’utilise yaourt et dès que je doit faire compiler un paquet en provenance d’AUR, j’agis ainsi :

yaourt -G nom-du-paquet
cd nom-du-paquet
nano PKGBUILD
makepkg -s
yaourt -U nom-du-paquet.tar.xz

En clair ? Je récupère la recette, je l’examine et je la fais compiler avant de l’installer. Et surtout, je vais toujours sur la page du paquet AUR en question, histoire de savoir s’il y a des problèmes ou des remarques. C’est comme si on prenait une Ubuntu et qu’on rajoutait 15 dépots PPA pour avoir des logiciels non fournis par défaut. Autant dire que cela peut exploser en vol.

Archlinux et ses dérivées comme la Manjaro Linux ou encore l’Antergos sont de très bonnes distributions GNU/Linux, mais il ne faut pas foncer tête baissée sur le premier paquet tiers sur AUR parce qu’il propose un logiciel.

La démarche devrait être toujours de commencer par voir s’il existe un paquet pour le logiciel recherché sur les dépots officiels. Désolé si je radote, mais la répétition permet parfois de faire passer des messages !

Enfin, je dis cela, hein, mais j’ai comme l’impression de pisser dans un violoncelle par moment :(

13 réflexions au sujet de « Les utilisateurs de Manjaro Linux, Antergos et autres dérivées d’Archlinux se méprennent-ils sur AUR ? »

  1. anatolem

    Alors tu joues du violoncelle durant tes vacances ;D
    Je ne connais pas ArchLinux et ses dérivées, mais on peut imaginer qu’il est toujours préférable de prendre dans les sources officielles si cela est possible ?
    A pluche.

  2. tonypad

    Merci pour ces bons rappels. C’est toujours utile. Je n’ai que 3 paquets qui viennent de AUR dont 1 pilote qui va être intégré dans le noyau 3.16. Ça marche bien quand on fait attention et que les paquets sont bien maintenus.
    Une petite faute de frappe pour le mot  »encore » avant la liste de paquets.
    A+

  3. woprandi

    Je rajouterais qu’il est fortement conseillé de lire le PKGBUILD avant d’installer n’importe quel paquet AUR. Histoire de s’assurer que ça ne fait pas n’importe quoi !

  4. misaine

    c’est bien pour ça que j’utilise PacmanXG qui me fournit tous les renseignements utiles avant l’installation d’un paquet issu de AUR ou non ;)

    1. Frederic Bezies Auteur de l’article

      Dommage qu’il n’y ait pas un paquet sur AUR pour compiler le code source de pacmanxg4. Et à ce que j’ai pu voir, c’est coté en Pascal… Pas fréquent comme langage :D

      Faut passer par Lazarus, donc 700 Mo pour compiler le logiciel.

      [fred@fredo-arch pac]$ yaourt -S lazarus
      résolution des dépendances...
      recherche des conflits entre paquets...

      Paquets (2): fpc-src-2.6.4-1 lazarus-1.2.4-1

      Taille totale de téléchargement : 104,39 MiB
      Taille totale installé : 745,74 MiB

      Wow !

  5. Laurent

    Ce genre de rappel violoncelle ou pas, ça ne mange pas de pain et c’est utile. J’utilise beaucoup AUR pour présenter des logiciels non disponibles dans les dépôts officiels, mais j’avoue que si je devais miser sur un système stable j’éviterais ce genre de choses. Cela dit et pour faire bien, on peut mettre en garde les utilisateurs d’Ubuntu qui utilisent des PPA sans bien savoir de ce dont il s’agit. Même combat ;)

  6. wilfried18

    Merci pour cette article (j’utilise aur n’importe quand) même quand il y a des version disponible avec pacman.
    Je vais faire attention , mais pour les test c’est mieux de piocher dans aur (avec des surprise, que se soit des bonnes ou d’autre logiciel qu’on aimerais oublier)
    Pour une fois que je peux écrire sur un de tes article (limite de x jours avant fermeture des commentaires)

  7. Chichelinux

    Hello…
    L’idéal étant d’avoir une autre manjaro que j’appelle Kamikaze pour des tests… Voir aussi si c’est vraiment indispensable d’installer le programme…
    Au début, je testais n’importe quoi comme un gosse dans un magasin de jouets… Mauvais plan… Boum… La Manjaro ! :-) Rip… C’est comme tout, faut être prudent.. PPA sous ubuntu = Boum aussi si on fait n’importe quoi et mes expériences sous Windouf… là, c’est une super mega boum… ;-)
    A l’époque, j’utilisais souvent Norton Ghost et maintenant vive Clonezilla !
    Encore bravo et merci pour toutes tes informations et vidéos Frédéric :-)

  8. Loubrix

    Salut,
    De la façon dont tu procèdes, je ne comprends pas bien pourquoi utiliser Yaourt…
    tu obtiendrais le même résultat en téléchargeant directement le tarball contenant le PKGBUILD et les éventuels fichiers joints, en lançant ton Makepkg -s dans le répertoire de déballage, et un Pacman -U à la suite.
    Yaourt n’est intéressant que si on fait tout d’une traite (après tout, pas de Yaourt = 2 paquets AUR de moins dans le système)…

    après, c’est vrai qu’on ne peut pas demander à tout le monde de comprendre le PKGBUILD, mais lire au moins les commentaires (et aussi les dépendances), ça peut éviter des déconvenues.

    1. Frederic Bezies Auteur de l’article

      Simplement utiliser yaourt permet de simplifier la récupération. Ensuite yaourt est un cas spécial. Il est à la fois sur AUR et sur le dépot archlinux.fr

      Libre à chacun d’utiliser la méthode de son choix.

Les commentaires sont fermés.